Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Joutes des Dames Blanches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:43

Castelreng a écrit:


Comme de coutume c'est la veille du début du tournoi qu'il arriva au campement. Ses gens qui avaient pris route quelques jours avant lui avaient eut le temps de monter les tentes. La sienne d'où ses couleurs flottaient au vent, avait été monté à coté de celle de son comparse Castelpor. Sa monture mise au pas, il regarda de gauche à droite les installations déjà en place. Il avait donné à ses hommes consigne de monter le camp a coté de celui des Bouillon, mais il ne put que constater que ces derniers n'étaient apparemment pas encore dans la place.

Lorsqu'il fut devant sa maison de toile, il démonta et confia son destrier à son écuyère, salua ses hommes qui s'activaient pour que tout soit prêt pour le lendemain.Passant l'entrée de sa tente, il pris le temps de se désaltérer et se dépoussiérer, n'ayant pour l'heure qu'à attendre, il décida de faire le tour du village de toile et d'aller jusqu'aux abords de la lice dans l'espoir de pouvoir saluer une certaine jeune femme. Il la savait là et pour cause !!

Ne restait qu'à la trouver se pensa t-il en se mettant en marche...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:45

Castelreng a écrit:
Il n'avait pas pris le temps de répondre et, après avoir replié avec soin le pli reçu, il était sorti de sa tente pour à grand pas s'en aller rejoindre le campement de celle qui emplit ses pensées.

Une fois devant la maison de toile, il lui fallu montrer pattes blanches devant les gens de la sécurité de la Dame pour parvenir jusqu'à elle. Lorsqu'enfin, on le laissa accéder à l'entrer de la tente, il s'arrêta sur le seuil, laissant à ses yeux juste le temps de s'habituer à la peine ombre.

En guise de salutation, alors qu'elle semblait occupée, il dit


Je ne pouvais vous faire languir plus longtemps ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:45

Keltica a écrit:
Perdue dans ses pensées, la jolie blonde avait appuyé sa joue dans la paume de sa main, le regard au loin, un tendre sourire sur les lèvres. Le blason qui l'avait fait plonger dans sa rêverie portait joug d'argent et croix d'or sur sable, château d'argent au chef d'azur et aux fleurs d'or, ainsi qu'un beau palé d'argent et de gueules. En son coeur, une jolie petite mule... Elle songeait à l'harmonie que cela pouvait composer avec ses propres blasons et son esprit s'était éloigné, partant dans un monde de douceur et de tendresse...

Si bien qu'elle n'entendit pas que les gardes parlaient à l'entrée de la tente, ni même que quelqu'un y pénétrait. Ce n'est que lorsque de la voix de Castelreng se fit entendre qu'elle sursauta sur son fauteuil, se retournant d'un bond.


Castelreng... vous êtes venu...

Elle se leva et s'approcha de lui, lui tendant les mains, avec un doux sourire sur les lèvres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:45

Castelreng a écrit:
En deux pas il l'avait rejoint et avait pris ses deux mains pour les porter tour à tour à ses lèvres.

Bien sûr que je suis venu...

Il les avait gardé dans les siennes, ses pouces les caressant doucement. Ses yeux ne quittaient pas son beau regard, passant de ses yeux à ses lèvres. Sa voix était devenue basse et légèrement plus rauque. Plus encore il se rendait compte combien elle lui avait manqué.

Je ne pouvais plus attendre avant de vous revoir...

Il posa alors ses petites mains sur son torse, la rapprochant de lui plus encore. Il pouvait à présent s'enivrer de son parfum et sentir son souffle.

Je crois Mon Bel Ange que je vais vous embrasser...

Sa main droite quitta alors celle de Keltica pour aller caressante se poser sur sa nuque alors que son visage se rapprochait de son doux minois. Ses lèvres frôlaient à présent les siennes et déjà il trouvait cela divin. Il lui laissait le temps de se reculer si tel était son souhait, espérant qu'il n'en serait rien. Car il mourrait de l'embrasser depuis trop longtemps à son gout...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:46

Keltica a écrit:
Elle lui abandonna volontiers ses mains alors qu'il les portait à ses lèvres pour y poser de tendres baisers sans quitter son regard ; elle remarqua le changement de voix, plus rauque, comme si... comme si un désir nouveau était né entre eux.

Ses petites mains étaient à présent sur son torse, et la blonde était profondément troublée ; jamais elle n'avait été aussi proche de lui, tout contre lui en vérité. Elle arrivait à ses épaules, à quelque chose près, et leva les yeux vers lui.


Castelreng... Je... je suis si heureuse que vous soyez là... et je suis touchée que vous soyez venu si vite...

La voix était voilée, à mesure du trouble grandissant qui envahissait la jeune femme ; sa voix, son souffle, ses mots... Elle se sentait sans force, et ses pommettes devaient être flamboyantes. Qui... qui avait apporté des braseros ? Il semblait à la blonde que la température de la tente avait subitement augmenté...

La main tout contre sa nuque la fit tressaillir, d'un frisson non de peur, mais de douceur ; le visage de Castelreng se rapprochait du sien, et Keltica ferma les yeux, pour sentir alors le frôlement de sa bouche sur la sienne. Alors seulement, elle se rendit compte combien elle avait désiré qu'il lui donne ce baiser, et s'y abandonna. Rien de brûlant, ou d'outrageant ; non ce fut un baiser partagé, tendre et doux, comme tous les premiers baisers... Ses doigts s'ancrèrent doucement dans son torse, comme pour lui faire comprendre qu'elle voulait s'accrocher à lui...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:46

Eliothine a écrit:
Elie n'a pas trouvé le temps nécessaire pour passer voir Keltica. Et puis elle ne sait pas trop si elle doit aller la voir en fait. Donc elle a repoussé le moment. Sauf qu'elle ne veut pas qu'elle pense qu'elle l'a oublié, surtout que la p'tite Walburghe l'a toujours bien apprécié.
Bref c'est comme ça qu'elle prend le chemin de la tente de l'arbitre.
On la laisse passer, c'est une Blanche après tout, elle est comme chez elle ici.
Mais Keltica elle même lui a enseigné les bonnes manières donc elle s'arrête devant l'entrée et s'annonce.
    - Keltica... Bonjour... c'est Elie.... Vous savez, Eliothine Walburghe Lablanche d'Abancourt....
Oui bon elle se sent obligé de préciser parce que la Vicomtesse l'a peut être oublié finalement.
    - Je venais vous saluer et vous remercier aussi, d'être là, pour nous aider....
Pourvu qu'elle soit là auquel cas elle doit paraître bien bête à parler à une toile !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:46

Castelreng a écrit:
Il butinait ses lèvres doucement, tendrement, savourant chaque secondes de ce précieux instant. Sa seconde main s'était portée sur sa taille afin de la serrer plus encore contre lui. Ses doigts fureteurs dessinant sur le creux de ses reins des arabesques imaginaires.
Ses lèvres se firent alors plus insistances, invitant ses jumelles à s'entrouvrirent...

C'était doux, c'était tendre, c'était parfait.
C'était unique.

Il allait enfin approfondir leur baiser quand, de l'autre coté de la porte de toile restée ouverte, une voix se fit entendre.
Insistante.
Dérangeante, frustrante et pour cause...

Il fit alors remonter ses lèvres le long de son cou pour aller frôler son oreille. où il lui susurra.


Ne répondez pas .... ou dites lui de revenir plus tard...


Il ne l'obligeait bien évidement à rien et saurait attendre un autre moment propice pour reprendre où ils en étaient. Mais en attendant, par ses lèvres caressantes, il faisait son possible pour que ne cesse déja leur premier baiser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:47

Keltica a écrit:
Elle qui s'était promis de ne pas retomber facilement dans les bras d'un homme venait de balancer ses résolutions sans réfléchir davantage ; peut-être le Comte avait senti ses fragilités, car il agissait en douceur, comme s'il refusait de la brusquer, et elle ne l'appréciait que davantage. Même sa main posée à ses reins n'était pas envahissante, au contraire ! Keltica avait descendu une de ses mains à la taille de Castelreng, l'autre toujours à son torse, et sans rouvrir les yeux, elle savourait toute la tendre intensité de ce baiser si attendu...

Elle songeait confusément qu'elle l'avait tant espéré qu'enfin il était arrivé, et c'était parfait, comme elle en avait rêvé. Mais dans son rêve, ils restaient seuls, prolongeant ce baiser, l'intensifiant même quelque peu...

Elle poussa un tout petit soupir de frustration lorsque Castelreng s'arracha à ses lèvres, mais sa bouche dans son cou, puis à son oreille fit frémir la jolie blonde. Elle avait toujours été particulièrement sensible aux baisers et frôlements dans le cou, et lui souffla difficilement en réponse :


Il... il le faut pourtant... si c'est pour l'arbitrage... que dirait-on si je... si je refusais de répondre...

Très lentement, elle recula le visage, regardant alors celui de Castelreng, si proche encore du sien ; très doucement, elle releva la main et la posa sur la joue balafrée du Comte, lui souriant avec tendresse.

Restez... restez avec moi, mon Doux ami... et ne m'en veuillez pas, surtout... On se rattrapera après... on a déjà attendu, encore quelques minutes...

Un léger baiser au coin des lèvres du Comte, un tendre sourire, avant d'essayer de descendre de son petit nuage, et la blonde, tel un oiseau sauvage à apprivoiser, s'échappe de ses bras pour aller accueillir la visiteuse. Soulevant la toile, elle sourit à Elie.

Eliothine ! Comme je suis heureuse de vous revoir ! Entrez donc, vous prendrez bien quelques minutes ! Comment allez-vous ?

Elle s'écarta pour la laisser passer et regarda Castelreng ; comment devait-elle le présenter d'ailleurs ? C'était peut-être un peu tôt pour lui donner le titre de compagnon, et puis, Keltica appréciait ce petit secret tendre entre eux...

Elie, permettez-moi de vous présenter un ami qui m'est très précieux, le Comte Castelreng du Cougain. Mon ami, je vous présente Eliothine Walburghe Lablanche d'Abancourt, une jeune fille que j'ai rencontré en Alençon, et qui est devenue Dame Blanche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:47

Eliothine a écrit:
Elie avance timidement et incline la tête avec politesse.
Elle remarque une certaine tension dans la tente et ne peut s'empêcher de passer ses yeux de l'un à l'autre, puis de l'autre à l'un.
Merde, mais qu'est ce qu'elle fou là ?
Alors elle bégaie un peu, cherche ses mots mais ils ne viennent pas.
    - Je. Euh. Oui , donc, bref, je passais juste vous saluer Vicomtesse.
Bien que rien ne disait que l'homme et elle batifolaient comme de jeunes adultes, elle n'est pas dupe la p'tite, elle voit bien qu'elle dérange et elle déteste cette sensation. Alors nerveusement elle frotte ses mains sur sa chemise et danse d'un pied à l'autre, elle plisse le nez, les yeux, le front, elle réfléchie quoi et déjà elle recule, prête à prendre la fuite. .
    - J'suis ravie, de vous hum, rencontrer, Comte.... Euh.... Keltica... à bientôt....
Et hop, elle part en courant, tournant encore une fois le dos, à cette partie de son passé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:48

Castelreng a écrit:
Il lui fut dur de la laisser quitter le cercle de ses bras mais elle avait raison, bien évidemment. Il ne voulait en aucune manière mettre dans la gène la jeune femme qui avait de lourdes fonctions à tenir.

Rassurez vous Mon Bel Ange, je ne compte aller nul part

Il se consola donc pour le moment par le léger baiser qu'elle déposa au coin de ses lèvres, fermant les yeux pour mieux encore apprécier la douceur de son geste et ses doigts sur sa joue abîmée. Il ne la quitta pas des yeux, la regardant aller lever le porte de toile, ne manquant rien du beau balancement de ses hanches à chacun de ses pas. Même là, alors qu'elle accueillait celle qui pour lui était forcement une intruse, elle était à lui retourner les sangs.

Il croisa ses bras hauts sur son torse et ne bougea pas de l'endroit où ils s'étaient enlacés, se tournant juste afin de faire face à la personne qui allait entrer. Il accrocha de nouveau le regard de Keltica lorsque celle-ci s'effaça pour laisser entrer celle qu'elle nomma Eliothine, il lui fit un clin d'œil, comme voulant par là la rassurer. Rien dans leurs comportement ne disait qu'ils étaient alors à s'enlacer et s'embrasser.

Mais lorsque la toute jeune femme fut là, il eut peine à cacher son étonnement.
Etait-il donc si affreux pour qu'elle peine à aligner trois mots ? D'amusement face à la situation, un sourcil comtal se leva.
A peine avait-il été présenté qu'elle repartait presque en courant. Il n'eut d'ailleurs même pas le temps de la saluer verbalement.
Lorsqu'ils se retrouvèrent en tête à tête, il ne cacha plus son amusement et éclata de rire.


Grand Dieu ma Douce Amie, je crois bien que j'ai effrayé cette jeune femme !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:48

Keltica a écrit:
Keltica s'effaça pour laisser passer la jeune fille et fit retomber la tenture derrière elle , avant de revenir par-devant Eliothine. Elle était réellement heureuse de la revoir. Les présentations furent faites, mais ce fut tout ; à peine quelques mots hésitants plus tard, Eliothine faisait le chemin inverse en courant presque, laissant Keltica totalement pantoise.

Mais... Elie...

Elle ne put en dire plus ; Eliothine, tel un petit oiseau, s'était envolée. Keltica entendit le rire de Castelreng, mais elle s'arrêta à un sourire navrée en revenant près de lui.

Je ne pense pas que ce soit vous qui lui ayez fait peur... Il faut que je vous dise... J'ai rencontré le père d'Eliothine en Alençon, un homme très bien, qui m'a fait la cour. Attention, il ne m'a jamais touchée, il était très courtois ! Un jour, il a disparu. Comme ça, du jour au lendemain. Je l'ai attendu, puis je me suis résignée, et j'ai continué ma vie...

Peut-être, par instinct de femme, elle a compris que j'avais tourné la page et que maintenant... il y a vous...


Elle releva les yeux, timidement, avec une pointe d'angoisse ; allait-il la repousser en apprenant cela ? Ses yeux plongèrent dans ceux de Castelreng ; après tout, en plus de leur baiser, ne venait-elle pas d'avouer en plus ses doux sentiments ? Elle savait qu'ils allaient devoir un jour ou l'autre se raconter leur passé, leurs enfants, mais elle avait peur, maintenant qu'ils étaient plus proches que jamais, de le perdre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:48

Castelreng a écrit:
Voyant le triste sourire qu'elle lui fit alors, son rire cessa net. Il fit un pas puis un autre, se rapprochant d'elle alors qu'elle était à lui confier une petite partie d'elle afin que peut être, il puisse mieux comprendre la réaction de cette toute jeune femme. Il l'écouta avec une très grande attention, parce que tout ce qui était Elle lui était devenue important.

Cette jeune femme fuyant, n'avait-elle pas réouvert une blessure qu'elle pensait Guérie ? il se posait la question. Si tel était le cas il le comprendrait, tout comme lui elle avait eu une vie. Sans doute tout comme lui avec son lot de douleur mais aussi de bonheur. Il ne la jugerait pas, jamais , il n'en avait aucun droit. Son passé était à elle, s'il venait un jour où elle voudrait s'en ouvrir, il l'écouterait, sans arrière pensées. Son passé avait fait ce qu'il aimait en elle.

Lorsque leurs regards se rencontrèrent et qu'il y vit de la crainte, n'y tenant plus, il fit le dernier pas qui les séparait encore. Alors il lui ouvrit les bras, lui offrant un havre de paix et de réconfort.


Venez là mon Ange...

Il ne cherchait pas là à reprendre où ils en étaient, mais bien calmer les craintes et peines qu'il pensait lire dans son regard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:49

Keltica a écrit:
Son regard le fixait tandis qu'il s'approchait d'elle ; sa prestance, sa carrure, tout ceci fit qu'elle se sentit encore plus petite, et plus fragile surtout. Qu'allait-il dire ? Qu'allait-il penser ? Allait-il décider de la dépasser pour quitter la tente, sans un mot ? Elle ne pouvait le croire, elle ne voulait y croire ; le bonheur la frôlait de son aile, allait-il tout lui reprendre si vite ? La page Alençon, dans son entièreté, était définitivement tournée, et la Touraine lui offrait, en la personne du Comte, le plus beau des chapitres...

Les mètres s'étaient réduits à une poignée de centimètres, et Keltica le regardait toujours ; quand elle lut dans ses yeux la compréhension, quand il lui ouvrit les bras, elle poussa un soupir de soulagement et sans attendre, vint se réfugier tout contre lui. La tête posée contre son torse, Keltica entendait presque battre son coeur. Mon ange... Comme ces mots résonnaient tendrement à son oreille ! Elle frémit d'être ainsi, lovée dans ses bras, et lui murmura quelques mots.


Je... je veux être près de vous Castelreng...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:49

Castelreng a écrit:
Ses bras se refermèrent, l'enlaçant tout en douceur. Sa main alla, elle, se poser sur sa joue et de son pouce, il la lui caressait tendrement.
Il la sentait si fragile entre ses bras qu'il en ressentit un immense besoin de la protéger.

Lui qui pensait il y a peu encore, être complètement vacciné contre les femmes, il sentait monter en lui cette tendresse qu'elle avait doucement, lentement fait renaitre en lui. Au tout départ, il se trouvait heureux de se trouver en sa présence mais vite, il devait bien l'admettre, il ressentait un manque lorsqu'il était sans la voir. Il la cherchait. Comme lorsqu'il était arrivé au campement. Il l'avait cherché, ne l'avait trouvé et s'en désolait.

Ses lèvres se posèrent sur sa belle chevelure. A son murmure, il se sentit perdu.


Je suis là ...Je ne vous laisserai pas..

Doucement il lui releva la tête, la dévisageant avec tendresse.

Je vous tiens... je vous garde calinhada

Cherchant le moindre trouble qui voudrait d'insinuer entre eux et, se penchant légèrement, prit ses lèvres. Par ce baiser plus profond, il lui confia tout ce qu'il ne avait pas dit. Langoureux, passionné, sa main quittait en une douce caresse sa joue pour se perdre dans l'or de ses cheveux. Il ne la pressait pas, il lui offrait une part de lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:49

Keltica a écrit:
Au creux de ses bras, Keltica se sentit soudain à l'abri, comme s'il venait en un instant de monter une muraille protectrice autour d'elle ; toutes ses craintes, dues aux hommes qui s'étaient joué d'elle, s'étaient envolées. Elle qui ne voulait plus faire confiance à un homme avait choisi de revenir là-dessus, pour Lui. Même si cela avait été inconscient, Keltica se rendit compte que, depuis le premier jour à l'Université, elle avait apprécié sa présence, sa gentillesse, son humour, jusqu'à leurs petites taquineries plus tendres, plus personnelles, qui lui avaient montré un homme charmant ; elle s'était mise à rechercher plus souvent sa présence, en tout lieu ou toute circonstance... Jusqu'à ce moment où il avait osé prendre sa bouche et qu'elle avait partagé le baiser en toute sincérité...

Elle sentit sa main posée doucement sur sa joue, puis le baiser dans ses cheveux ; elle humait son odeur, comme si elle voulait s'en imprégner. Quand il prononça quelques mots, elle sut qu'elle pouvait lui faire confiance, quelque chose lui murmurait qu'il ne mentait pas.

Lentement, Keltica releva le visage à son geste, et une nouvelle fois, ses yeux plongèrent dans les siens. Il était beau, la surplombant de sa stature, la couvant ainsi du regard, dans une infinie tendresse. Un mot encore ne fut pas compris, mais la douceur et la façon qu'il eut de le dire étaient largement suffisantes pour faire comprendre à la blonde ce que le mot exprimait.


Je ne... m'envolerai pas...

Elle lui sourit tendrement, se demandant un instant s'il se rappellerait que c'était là les mêmes mots qu'elle avait prononcé à Tours lors d'une promenade qui était pour beaucoup dans la situation actuelle, puis savoura le nouveau baiser qu'il lui donna. Quelque chose avait changé ; le premier était presque timide comparé à celui-ci, plus intense, sans fougue bien sûr, mais chargé en sentiments réels et profonds l'un envers l'autre. La jeune femme, sans cesser le baiser, remonta sa main le long de son torse, pour se poser dans son cou, contre sa nuque, comme pour prolonger encore la saveur de ses lèvres sur sa bouche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:50

Castelreng a écrit:
... pas avant la fin de la journée..

Avait-il poursuivi pour finir la phrase qu'elle lui avait dit lors de leur rencontre à Tours.

Comment aurait-il pu oublier ses paroles.

Cette journée à lui avoir fait visiter Tours avait été des plus plaisante et l'un l'autre avait pu mieux faire connaissance. Ils ne s'étaient pas racontés leur vie, cette première rencontre ne s'y prêtait pas, mais le Comte avait pu relever des points de caractère chez la jeune femme qui n'étaient pas pour lui déplaire, au contraire.

Il avait découvert une jeune femme pleine de vie, taquine et malicieuse.
Il l'avait jusque là pensé être très sérieuse, voir même stricte.
Elle était en faite douce et il l'avait décelé fragile.
Cela l'avait troublé et c'est avec un œil nouveau qu'il l'avait regardé ensuite.
De leurs rencontres au conseil Ducal ou sous un panneau d'affichage n'avaient fait que renforcer ce trouble et cette attirance qui l'avait gagné et faisait qu'il n'était pas sans faire en sorte de se trouver sur son chemin.

Par ce second baiser, il lui dit la passion qu'elle avait éveillé en lui avec ce quelque chose de plus qu'il aurait été bien en peine de décrypter. Par ses bras l'enlaçant et ses mains, un besoin naissant de la protéger contre tout et tous. Lorsqu'il la sentit répondre à son baiser, un sentiment de triomphe l'envahit et il approfondit plus encore son baiser.

Puis, comme s'il avait craint qu'elle ne s'envole finalement, il resserra légèrement son étreinte lorsque ses lèvres quittèrent les pulpeuses de la Belle pour aller s'aventurer le long de son cou. afin de finir proche de son oreille où il lui susurra.


Peut-être vaudrait-il mieux que nous arrêtions là avant de ne plus pouvoir ou... que l'on vienne nous interrompre...

Cependant, il n'ouvrit pas ses bras pour la libérer, il la trouvait bien là, à sa place lui chuchotait une toute petite voix...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:50

Keltica a écrit:
Il s'était souvenu ; la blonde sourit avec tendresse, se remémorant ces derniers mois. Qui aurait pu penser, à la voir aussi rayonnante, que quelques mois plus tôt elle était en perdition en Alençon, meurtrie, bafouée, trahie et s'isolant du reste du monde ? Puis sa venue en Touraine avait tout changé ; de nouvelles personnes, de nouvelles rencontres, l'avaient faite sourire à nouveau... Et puis Lui. Par hasard. Le plus grand des hasard. Ils se croisaient sur la lice, sans même se regarder, peut-être un mot ici ou là pour se saluer mais rien d'autre. Elle le trouvait austère, souvent vêtu de sombre, mais elle avait fait connaissance d'un homme charmant, plein d'humour, ce qui l'avait beaucoup fait sourire lorsqu'ils avaient commencé à s'écrire, souvent pour qu'il lui rappelle qu'elle donnait cours à l'Université. Puis les affichages, les petites taquineries amicales, jusqu'à lui proposer la promenade à la découverte de Tours, où Keltica l'avait vraiment découvert ; galant, amusant, sensible aussi... C'était là qu'elle avait pris conscience d'une forme d'attirance pour lui, contre laquelle, trop fragile et craintive, elle s'était débattue, sans réussite, puisque son coeur le cherchait en tout lieu, jusqu'à cet instant, leur premier baiser, quelques minutes plus tôt, sous cette tente...

Ses sentiments se bousculaient dans sa tête, entre ses peurs de souffrir à nouveau, cette pointe de désir qui s'éveillait, ce besoin d'être près de lui, dans ses bras... Elle frémit lorsqu'il abandonna ses lèvres, pour se glisser vers son oreille ; depuis quand n'avait-elle pas été si... vivante ?


Je crois... que ce serait plus sage... Je ne veux pas me précipiter... Prenons le temps de savourer ce qui naît... entre nous ?

Elle releva les yeux vers lui ; elle se sentait faible, les jambes un peu coupées de l'aveu, mais également incroyablement forte, pour oser y croire à nouveau. L'avenir semblait s'ouvrir à elle, avec Lui. L'écrin de ses bras lui plaisait plus que tout, et la jolie blonde ferma les yeux, la joue contre son épaule, lovée contre lui.

Elle resta là un bon moment, très agréable, avant de rouvrir les yeux et de sourire à son tendre ami.


Cela vous dirait-il... de rester déjeuner avec moi ? Nous passerons quelques heures ensemble, et si vous voulez, je vous montrerai comment on prépare un tournoi ? Mais attention ! L'arbitre est in-co-rrup-tible jusqu'au bout des ongles !

Elle pouffa de rire, amusée de sa taquinerie, guettant la réaction de Castelreng sans quitter ses bras.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:50

Castelreng a écrit:
Il avait croisé ses doigts dans le dos de la Belle Keltica, la gardant ainsi encore enlacée.Il ne la quittait plus des yeux, comme se retrouvant attiré par le regard émeraude de sa compagne. En admiration il se trouvait, rien de moins. Lui qui, il n'y avait pas si longtemps, disait à qui voulait l'entendre, qu'il en avait terminé avec les blondes, se trouvait fort bien sous l'emprise du regard de celle ci, de sa douceur et sa fragilité.

Cela me plairait de rester ... déjeuner avec Vous et de passer tout le temps qu'il vous plaira... Avec Vous...

C'était plus fort que lui, dès qu'il se trouvait en sa présence, il ne pouvait s'empêcher de badiner. Cependant, lorsqu'elle en vint à lui dire que l'arbitre était Incorruptible, après en avoir rit et l'avoir taquiner encore un peu.

Incorruptible ? Vraiment ? !! Moi qui pensais que toutes les victoires me seraient à présent acquises, me voilà bien désenchanté !

Il retrouva bien vite une partie de son sérieux et l'interrogea sur cette fonction et par la même sur ce qu'il ne comprenait pas toujours dans ces tournois.La conversation se fit donc intéressante et pour cause ! La Dame l'était d'autant plus.

Puis, ils se retrouvèrent devant un bon repas. L'efficacité des gens de la Vicomtesse fut remarqué par le Cougain et lui en fit la remarque. Le repas, simple comme le sont souvent les repas pris en campement fut néanmoins.
Ils se régalèrent de délicieux pâtés et fromages de chèvres accompagnés par un pain frais du jour le tout arrosé par un vin qui plut beaucoup au Comte.

Ce vin est excellent ! Est-ce donc celui dont vous m'avez parlé lors de notre balade à Tours ?

Et tout en finissant leur repas, ils en vinrent donc à parler vins et de là en vinrent à leurs terres et de nouveau à tout ce qu'elles produisaient et qu'ils pourraient se régaler.

Lorsqu'il lui fallut la quitter, la soirée était bien avancée et avait été des plus plaisante. Il lui donna un long et tendre baiser, ne lui cachant pas le mal qu'il avait là à la laisser. Il lui fit promettre de venir partager sous sa tente cette fois le souper suivant car il savait que la journée durant ils ne pourraient profiter l'un de l'autre que de courts moments.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:52



_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:53

Castelreng a écrit:
Du discours annonçant l'ouverture des jeux, il n'en entendit pas grand chose et pour cause. Il était resté rêveur, les yeux rivés sur une jolie blonde qui serait assurement très occupée ces jours prochains.

Lorsqu'elle annonça les premiers jouteurs, il regagna son campement afin d'aller s'apprêter. Il voulait pouvoir assister aux premiers duels. Il fallait se mettre en condition et rien de tel que de voir les premières passes.
Il ne manqua donc pas l'entrée en lice d'Agnès, qui, d'une lance envoie son adversaire dans le sable.

Il ne rata rien non plus de l'échange suivant où Actarius, l'emporta lui aussi. Sans lui, il ne serait sans doute pas ici à cette heure se dit-il.
Au troisième duel, il fut attentif, Calico, Sauterelle bouillante entrait en lice. Il aimait bien cette jeune femme qu'il trouvait pétillante et la voir emporter se tour était tout ce qu'il souhaitait. Hélas, il n'en fut rien et elle se retrouva sur le sable. Il ne retint pas son soupir de déception.

Le Comte du Béarn et Sylvestre l'emportèrent aux tours suivant. Indira qu'il connaissait à travers les Bouillon, ne fut pas plus chanceuse que Calico.
Pour le tour suivant, il ne lui sembla pas connaitre les deux adversaire mais il n'en fut pas moins attentif. Qui sait s'il ne les croiserait pas un jour..

Alors que le Duc de Vichy emportait son tour, il alla rejoindre son écuyère afin de se mettre en selle. Son tour n'était plus loin.

Le temps de se préparer, un autre duel se fit.


Citation :
Humbert de Saint Just, Chevalier Banneret de Bouillon, Seigneur de Cohitte et de Cugnon, affronte Castelreng du Cougain, Comte de Joucou, Seigneur de Cordes et Marseillan, Ecuyer de Bouillon.



Il fallait bien qu'il jour il se retrouve face à un autre Bouillon. Peut-être même n'était-ce pas la première fois, il n'en avait souvenir, c'était somme toute chose rare le concernant. Lorsque la célèbre Juge Arbitre les appelle, il suit Humbert, ne changeant rien ou presque à ses habitudes.

Il commença par saluer la jeune femme, allant jusqu'à en faire faire autant à sa monture qui baissa la tête. Il fit son tour de lice mais cette fois il ne demanda pas de ruban, celui qu'il aurait voulu ne pouvait pas lui être offert. Lorsqu'il fut enfin à sa place, il salua Humbert, baissa la visière de son heaume et, au signa, talonna sa monture.

Il place sa lance, visant et met suffisamment de force pour la briser contre l'écu mais pas assez se rend-il compte quand il a fait demi-tour, pour faire chuter Humbert.
De nouveau donc, il leur faut refaire un tour. Il prend la lance que Lea lui tend et au signal de Keltica, il fait repartir son destrier comme un carreau d'arbalète.
Sa lance se place et alors qu'il reçoit celle de Humbert, la sienne s'écrase également sur son écus. Autour d'eux volent alors des monceaux de bois. L'écuyer de Bouillon s'en trouve un moment déstabilisé mais parvient à rester en selle. Parvenu une seconde fois en bout de lice où il fait faire demi-tour à son équidé, il constate qu'il est parvenu à faire tomber le Chevalier Banneret.

Il va alors le rejoindre tout en ôtant son heaume et se trouve soulager quand il constate qu'il n'est pas blessé.


J'ai bien cru me retrouver dans le sable ! Mercè pour ce duel et à charge de revenge Humbert !

Citation :
Par chute de son adversaire, Castelreng du Cougain est déclaré vainqueur !

Il salua le Chevalier, puis, il se tourne vers la Juge Arbitre à qui il sourit largement, comme voulant lui dédier cette victoire, puis, quitte la lice pour laisser place à la rencontre suivante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:55



_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:56

Merveylle_mirandole a écrit:
Citation :
Castelreng du Cougain, Comte de Joucou, Seigneur de Cordes et Marseillan, Ecuyer de Bouillon, affronte Merveylle de la Mirandole, Princesse de France, Dame de Saint Agil



C’est au tour du Comte de Joucou et de la Dame de Saint Agil d’entrer en lice ; Keltica leur adresse à chacun un salut aimable, avec un sourire discret pour le Comte. Quand ils sont prêts, elle donne le départ, un peu plus angoissée que d’ordinaire.

Le Comte manque sa cible ; la Dame en profite, d’un joli coup, elle touche et brise sa lance avant que la vigueur de l’impact n’envoie le Comte au sol avec rudesse. Il semble avoir du mal à se relever (blessure légère à la hanche). Les médecins s’élancent, alors que l’arbitre pâlit légèrement.


Par chute de son adversaire, Merveylle de la Mirandole est déclarée vainqueur !

    Aux éliminatoires, elle avait fait chuter Poney rose, duel qu'elle avait craint pas mal. Cette fois, elle allait devoir jouter contre un Tourangeau. C'était difficile de jouter contre une personne connue et appréciée, mais plus elle jouterait et plus elle connaîtrait de monde, alors elle allait bien devoir s'y faire. Elle se mit en place, salua le Comte et Keltica, et se concentra. Elle ne devait pas se laisser influencer par ses émotions, c'était un jeu, un sport, avec des risques certes, mais ça elle y était prévenue. Au signal, elle s'élança, vit une ouverture qu'elle ne laissa pas passer et s'appuya de toutes ses maigres forces sur la lance. Une réussite puisqu'icelle se brise sur l'écu du Comte de Joucou et qu'elle le désarçonne. Mais il retombe lourdement sur le sol comme s'il ne s'était pas attendue à ce qu'elle prenne ce duel avec sérieux, comme tous les autres...

    Elle remit casque et gants à son page, descendit de son cheval et alla à la rencontre de Castelreng, entouré des médecins. Elle était gênée la petite Mirandole et ne pouvait s'empêcher d'aller voir s'il allait pas trop mal quand même.


      - ça va aller ? Je suis désolée... Je ne voulais pas vous faire de mal... Je vous accompagne à la tente médicale ? Ou vous préférez que je disparaisse de votre champ de vision pour le restant de la journée ?

    Elle essayait de plaisanter, histoire de détendre l'atmosphère.



    Plus tard, une fois changée dans une tenue plus confortable, elle revint vers la lice, se fraya un chemin dans les tribunes pour voir les duels qu'il restait à voir. Elle avait loupé le duel d'Arthur, celui de Gauttier, de Maylodie, d'Origan, de Keltica et de Gauvin VS Albin... Mais arrivait au bon moment pour voir sa Marraine victorieuse qu'elle applaudit, ravie pour elle. Elle grimaça lorsqu'Ellesya chuta et sembla ne pas en ressortir complètement indemne.

    Puis ce fut le tour de son bien aimé de se lancer sur la piste. Elle sut qu'il faisait de son mieux, mais tomba quand même au sol comme une masse. Un pincement au coeur l'élance lorsqu'elle comprend que ça ne va pas. Elle commença à quitter les tribunes, dans l'optique de le rejoindre mais s'immobilise en bout de lice lorsqu'elle fut assez prêt pour voir cette lueur dans ses yeux qui lui ferait presque froid dans le dos. Il avait envoyé baladé les médecins et après quelques mots à Sepulcre, s'en allait sans demander son reste.

    Il avait l'air passablement énervé, et probablement qu'il valait mieux qu'elle ne soit pas dans ses pattes à cet instant et qu'elle le laisse se calmer tout seul. Elle soupira, aurait bien aimé le rejoindre quand même, mais elle n'oubliait pas qu'elle avait gagné et que ça, ça n'aiderait franchement pas dans la balance... Les dames se mettaient à vaincre les hommes et ça sentait très mauvais pour leur égo. Tant pis. Elle tourna les talons, à la recherche de la buvette, pour chiper une bonne bouteille et se trouver un coin tranquille où passer le temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:57

Castelreng a écrit:
Citation :
Castelreng du Cougain, Comte de Joucou, Seigneur de Cordes et Marseillan, Ecuyer de Bouillon, affronte Merveylle de la Mirandole, Princesse de France, Dame de Saint Agil


C'est tout juste s'il vit les défaites d'Agnès, Actarius et de la Duchesse de L'Isle Bouchard, la victoire de Sylvestre.
Son armure passée, son heaume sous le bras, il était en bord de lice, son regard se portant plus souvent sur Keltica que sur ce qu'il se passait sur le champ clos.
Lorsqu'elle appela le Duc de Vichy et la Dame de Choignes, son écuyère dut le secouer un peu afin qu'il monte en selle.

Puis après la victoire du Duc, il fut appelé ainsi que la jeune Altesse Merveylle.
Alors qu'il passe devant Keltica, sa main gantée se porte alors sur son cœur et ses doigts ferrés lissent le beau ruban bleu nuit se trouvant bien accroché à son armure. Son salut, accompagné d'un sourire, il fait faire une courte caracole a sa monture et repart. Salue bien évidemment sa jeune adversaire et va prendre place. Pas de tour complet de lice.

Il n'est pas particulièrement à l'aise lorsqu'il doit affronter une femme, bien qu'il se dise qu'elles sont parfois plus coriaces que les hommes. Cette fois ne fait donc pas exception. A cela s'ajoute qu'il a un peu la tête ailleurs en ce moment le Comte.

Le départ est donné et sa monture part telle un carreau d'arbalète. Il baisse sa lance, pas avec assez de précision et manque sa cible. La petite Princesse elle ne rate pas et son frêne vient s'éclater sur son écu. Surpris par la violence de l'impact, il en vide les étriers. Il ne parvient pas à amortir sa chute et tombe lourdement sur sa hanche droite. La douleur est telle que lorsqu'il veut se relever, il n'y parvient pas.


Citation :
Par chute de son adversaire, Merveylle de la Mirandole est déclarée vainqueur !

Il ronchonne un peu lorsqu'il voit accourir à lui les médecins. Ceux-ci le remettent sur les pieds au moment où Merveylle arrive à sa hauteur.

Ce n'est rien...Voyez Altesse je suis entre de bonnes mains.. du moins tant que celles ci ne veulent pas me saigner... Ne soyez pas désolée, jamais en tournois. C'est le jeu. Vous avez fort bien Jouté Princesse.

Il tourna alors la tête en direction de la Dame de ses pensées et, d'un léger mouvement de tête voulu lui faire comprendre qu'il n'avait pas grand chose.

Puis revenant vers Merveylle, il lui dit sur un ton plus bas.


Si vous pouviez juste faire en sorte de rassurer Keltica sur mon état, je vous en serais éternellement reconnaissant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:58

Castelreng a écrit:
{ 32ème de finales - 1ère partie - blessure légère à la hanche }

C'est aidé par des médecins qu'il franchit la toile médicale. Il avait la hanche qui le faisait souffrir mais était persuadé que la blessure n'était pas méchante. Il ronchonnait le Joucou, mais c'était normal venant de lui, d'autant plus qu'il voulait à toute fin être de retour dans les tribunes de la lice afin d'assister au passage de sa Tendre et Douce Amie..

Mortemer a écrit:
[32ème de finales - 1ère partie – Castelreng , hanche, blessure légère]

Ce nouvel arrivant, Mortemer le connaissait déjà! Il se demanda si le Seigneur de Cougain se souvenait de lui quand il vivait à Narbonne où ils s'étaient parfois rencontrés au détour d'un couloir d'une demeure ou dans une auberge! Il l'aborda en souriant.

-Bonjour, Votre Excellence! -Il ne savait si le terme était approprié, il se perdait un peu dans les étiquettes de toute cette noblesse - Ha, je vois que vous boitez! Nous allons regarder cela de près, je vous prie de vous allonger sur la table d'auscultation.

Une fois le patient installé, Mortemer saisit sa jambe et lentement la replia, puis toujours doucement, il la fit pivoter dans tous les sens, vérifiant la souplesse de l'articulation de la hanche.

-Dites-moi si je vous fait mal!

Au bout d'un moment, il dégagea ses braies, pour explorer la partie lésée et découvrit un énorme hématome.

-Je n'ai rien vu de très grave, si ce n'est ce gros hématome qui vous fait souffrir. Le meilleur des soins est le baume à l'arnica que vous ferez appliquer plusieurs fois pas jour et à mesure que l'enflure sanguine disparaitra, vous vous sentirez de mieux en mieux.

Il prépara le petit pot de baume pour le lui donner.

Castelreng a écrit:
[32ème de finales - 1ère partie – Castelreng , hanche, blessure légère]

Il se souvenait fort bien de l'homme qui se présenta pour le soigner et aurait pu s'amuser de se voir donné du "Excellence" Il ne le reprit cependant pas, il avait un mal de chien à se déplacer. Aussi trouva t-il un certain soulagement lorsqu'il se retrouva allongé sur la table.
L'examen dura un certain temps, pas trop long, mais trop tout de même pour l'homme impatient allongé.

Il parvint néanmoins à prendre son mal en patience lorsqu'il vit une certaine personne arrivée.

Un pot d'onguent en main, il put ensuite regagner cahin caha sa tente où il se changea, dénicha une canne et repartir voir la Belle de Ses Pensées faire son entrée en lice...

_________________


Dernière édition par castelreng le Mar 11 Avr - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   Mar 11 Avr - 16:58

Castelreng a écrit:
Kantin Aymeric de Mialans/ VS /Keltica de Chancelley

Il était ressorti de la tente médicale, une canne en main pour facilité son déplacement, juste à temps pour pouvoir assister au tour de Keltica. Pour rien au monde il n'aurait rater cette passe.

Il s'était installé sur le devant de la tribune de sorte de ne rien manquer. Lorsqu'elle fit son entrée, fière et belle sur sa monture, le Comte se rendit compte qu'il avait le palpitant en mode grande vitesse.
Et si elle venait à chuter....
Il ne la quittait pas des yeux, ne l'aurait pu... Elle saluait l'arbitre la remplaçant le temps de ce tour...
Et si elle se retrouvait sur le sable et blessée.
Elle gagnait juste sa place, le départ allait être donné..
Et Si .....
Le départ venait d'être donné et les deux cavaliers avaient éperonné leurs montures.. Castelreng serrait dans sa main un long ruban de soie bleu nuit.
Une lance se brisa, envoyant du même coup son adversaire manger le sable.La Belle Vicomtesse avec adresse était, pour le plus grand soulagement du Cougain, restée en selle et pour sa plus grande joie, heureux et fier de la voir emporter son duel.

Debout dans les gradins, sa canne calée entre ses jambes, il applaudissait à tout rompre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Joutes des Dames Blanches   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Joutes des Dames Blanches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 5 Drôles de dames
» La cours des Dames
» Oyé Oyé ! Gentes Dames et Braves Gens !!
» [Saint-Michel] Joutes nautiques
» Inscriptions JOUTES DE CHEVALERIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: Livre 1465-
Sauter vers: