Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ]A Tours, un tour, détours...Mars 1465

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ]A Tours, un tour, détours...Mars 1465   Mar 11 Avr - 17:38

Castelreng a écrit:
Il regardait la gamine s'empresser de faire la livraison des chatons.Elle était à peine plus âgée que sa propre fille et d'imaginer son enfant chérie dans cette situation. Chose certes, qui ne risquait pas d'arriver, il ne pouvait en rester insensible.
Il tourna la tête légèrement pour retrouver le minois de sa compagne qui était à lui sourire. Automatiquement, il lui sourit en retour et, appuya légèrement sa main sur celle qu'il couvrait.


Qu'il vous entende...Et c'est un fait incontestable que Floriabel va être toute heureuse ainsi que Kalianna et Gabrièl. Le petit est encore bien jeune mais il peut avoir son chaton tout de même.

Souriant alors plus encore, ses yeux pétillants de malice.

Par contre Ma fille Heaven va me maudire et je n'ose imaginer la réaction de la gouvernante. Priez pour Moi Belle Amie, je risque de manger froid un certain temps.

Ils reprirent doucement leur promenade tout en continuant à commenter ce qui pouvait être " l'affaire des chatons". Castelreng rit doucement lorsque Keltica aborda le scribe.

Ah ça !! Il risque de faire une drôle de tête Abélard mais il sait que je ne le dérange pas de la sorte sans une bonne raison, il ronchonnera mais prendra le panier.

Secouant la tête lentement il ajouta

Ma gouvernante aurait chassé la pauvresse à grand coup de balai. C'est certain !

Ils passèrent devant les étals des boulangers et ensuite ce fut ceux des bouchers. C'est à peine s'ils s'en aperçurent.

Hmm il faut que je vous fasse un aveu ... sortis du vin et des beugnons que j'ai pu dérober à Grassouille, je ne sais ce que sont les spécialités du Duché...Par contre Très chère ! j'aime manger .. vous voilà prévenue.

Il la regarda alors avec amusement avant de spécifier.

Ma Suzeraine, Vanyel d'Arezac, a pris peur la fois où je l'ai convié à manger dans une auberge. C'était en toulousain où je me remettais doucement d'une blessure qui a bien failli me faire rejoindre le Très Haut.

Doucement les bruits et voix des marchands ambulants s'éloignèrent et bientôt, le marché fut derrière eux, ils se retrouvèrent dans une ruelle calme. Ils croisèrent un gros bourgeois et son épouse toute fluette à son bras allant d'un pas fier.
Se penchant légèrement vers sa compagne il lui murmura :


Rassurez moi mon Amie, nous ne sommes pas aussi guindé ? ...


Puis avisant l'enseigne d'une auberge de qualité, il ajouta.

Ah !! regardez ! nous pouvons aller voir ce qu'ils ont au menu ..Si cela nous convient et bien vous saurez ce que j'aime à manger . Je vous avoue que je mangerais bien un bon ragout de cerf !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ]A Tours, un tour, détours...Mars 1465   Mar 11 Avr - 17:38

Keltica a écrit:
Keltica sourit à l'évocation des noms de ses enfants, et encore plus quand il posa sa main par-dessus la sienne, comme pour une confidence.

Oh oui, je prierai pour vous, et je m'inquièterai si je n'ai pas de nouvelles rapidement à votre retour ! Ecrivez-moi pour me rassurer !

Elle pouffa de rire avec malice, se doutant bien que ni Heaven, qu'elle avait croisé dans le Conseil des Maires, ni une gouvernante, ne pourraient être trop méchantes avec le Comte ! Par contre, elle s'attrista un peu de songer que la gouvernante aurait pu chasser la fillette à coups de balai.

Nous pourrons retourner voir les chatons, ce soir, avant que je reparte ? Pour leur donner à chacun un dernier petit câlin ! Je suis sûre qu'ils seront tous très heureux dans les bras de vos enfants !

La promenade était agréable ; le soleil de midi était doux, bien que suffisamment chaleureux, et l'absence de vent faisait que chacun se sentait réchauffé de ses rayons. Lorsque Castelreng parla d'un aveu, Keltica l'écouta et l'aveu en question la fit sourire. Faussement choquée, elle le regarda.

Quoi ?? Le grand, le très grand Recteur de l'Université de Touraine ignore les spécialités tourangelles ? C'est proprement scandaleux ! Oh là là ! Quelle déception !

Mais elle ne tint pas la taquinerie bien longtemps avant d'éclater de rire, un joli rire cristallin.

Ce n'est pas grave, voyons ; je n'en sais pas plus que vous, nous pourrions de fait découvrir tout cela ensemble. Vous êtes ce qu'on appelle un bon vivant, ce n'est pas déplaisant ; quel ennui lorsque l'on fait servir un bon repas et que les gens pinaillent... Vous l'avez sans doute vu, sur la place publique, mais je suis aussi assez gourmande, et j'ai la chance de ne pas en subir trop les conséquences...

En effet, la blonde n'était pas bien épaisse, bien qu'elle dispose de jolies formes et d'agréables rondeurs. Certes, dans ses tenues ordinaires, Keltica préférait la simplicité et ne cherchait pas à se mettre particulièrement en valeur, mais c'était davantage visible lorsqu'elle portait des tenues plus luxueuses lors de grandes occasions. D'ailleurs, la Vicomtesse qu'elle était portait une tenue moins chargée que l'épouse du bourgeois qu'ils croisèrent alors ; pleine de froufrous, de fanfreluches, dont l'accumulation confinait au mauvais goût, sa tenue faisait l'étalage d'un luxe douteux. La robe de Keltica, elle, d'excellente facture, était dénuée de tout chargement intempestif, mais marquait une élégance discrète et presque naturelle. Aux murmures de son ami, la jolie blonde pouffa discrètement.

Je vous rassure, mon Ami, il n'y a rien de comparable ! Déjà, vous êtes bien plus beau que cet homme !

Elle rit, le rose aux joues d'avoir laissé ce compliment lui échapper si naturellement, avant de reprendre le chemin ; ils poursuivirent un peu, lorsque Castelreng lui indiqua une auberge qui semblait avenante.


Oui, ça me parait bien ici, l'entrée semble bien proprette, ce qui est un bon signe ! Allons voir, installons-nous et voyons ce qu'ils ont à nous proposer !

Joignant le geste à la parole, elle s'avança et quelques minutes plus tard, rassurés sur la bonne tenue de l'auberge, ils s'installèrent à une table, un peu à l'écart, et toujours en tête-à-tête. En attendant que l'aubergiste vienne leur dire ce qu'il avait sur ses fourneaux à leur proposer, Keltica sourit à Castelreng.

Ainsi donc vous aimez le cerf... Je dois avouer que c'est là menu que j'apprécie, bien que la biche ait aussi mes faveurs, la viande étant plus douce à mon goût ! En règle générale, j'apprécie les choses simples, mais j'aime que mon cuisinier se surpasse lors d'occasions particulières ! Il est très doué, il vous ferait un ragoût de cerf à en pâlir d'envie et d'en vouloir à tous les repas !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ]A Tours, un tour, détours...Mars 1465   Mar 11 Avr - 17:39

Castelreng a écrit:
Nous retournerons voir les chatons d'autant plus très chère que vous avez votre boule de suie à prendre !!

Avait-elle oublié qu'elle en gardait un aussi se demanda t-il sur l'instant avant d'oser dire tout haut ce qu'il était à penser ensuite.

S'il vous plait de faire aussi , vous pourriez même venir avec moi les présenter à ma fille.

Et de nouveau il fut surpris de constater qu'il aimait l'entendre rire. Alors lorsqu'elle le taquina et moqua gentiment parce que comme elle il ne connaissait pas les spécialités du coin, il se trouva content d'entendre résonner son rire. Ce n'était pas un rire de bécasse comme il avait pu en entendre souvent et encore moins un rire niais. C'était au contraire un rire venant du cœur, il ne pouvait qu'être beau.

Je me rappelle oui que vous aviez jeté un sort à ces beugnons que nous avions pu soustraire à Alvira. Maintenant que vous me remettez cette journée en mémoire, je puis vous demander : Comment avez vous fait pour arriver à en manger autant sans en être écœurée ..

Puis agitant sa main libre en signe de négation il ajouta rieur.

Non ne me dites rien, vous êtes effectivement gourmande et voilà.

Cela ne l'empêchait pas d'être joliment faites ne put-il que penser en la regardant à la dérobée. Ce n'est qu'un homme après tout !

Il regarda par dessus son épaule afin de pouvoir voir le couple de bourgeois avant qu'ils ne disparaissent. Comme pour s'assurer que Keltica avait raison en disant qu'il était mieux. Taquinerie là de sa part, car l'homme en question était aussi gras que haut.


Voilà qui me rassure ! Leurs rires alors se mêlèrent et ils furent sans remarquer que le couple en question s'était lui aussi retourner en les entendant éclater de rire sans aucune discrétion.
Parvenus dans la cours de l'auberge, ils en étaient à évoquer leurs gouts culinaire.
Elle préférait la biche, lui le cerf, rien d'anormal en somme. Il tourna la tête légèrement afin de mieux la voir et sourire aux lèvres lui suggéra.


Le ragout d'écureuil ! Ça Belle Amie, c'est encore plus doux que la biche et moins sec que le Cerf ! un pur délice pour le palais !

Lorsqu'ils arrivèrent à la porte de l'auberge, un couple en sortait. les regardant un instant passer, il se pencha vers sa compagne pour lui chuchoter.

Hmm ils n'ont pas l'air vert, ni titubants à tomber... c'est que ce doit être bon ... nous pouvons entrer sans arrières pensées..

Il céda le passage à Keltica qu'il regardait encore avec cet air taquin et amusé et, comme il l'avait fait le matin même, posa sans insistance sa main au creux de ses reins.
Ainsi firent-ils leurs entrées dans l'auberge du Lys blanc.

L'aubergiste était un homme noir de poil, les yeux légèrement globuleux d'une couleur marron, la moustache fine remontant en pointe. De taille moyenne, la bedaine bien en avant, il s'empressa vers ses nouveaux clients qu'il sentait d'importance.


Lo Bonjorn a Vos Senher e Donà.. La Vòstra esposa e vos vòler una taula... un salon privada ?

Lo Bonjorn alberguièr !!

Afin de ne pas éclater de rire face à l'aubergiste, Castelreng se tourna vers sa compagne levant les bras, le sourire large, les yeux rieurs.


Je ne savais pas que nous tomberions sur une auberge tenu par un Occitan...Voulez vous que je vous traduise ou êtes vous parvenue à déchiffrer ce que ce brave homme vient de me dire ?
Adieu les spécialités tourangelles ! et bonjorn celles venant du sud ! Nous restons ?







[hrp]*Lo Bonjorn a Vos Senher e Donà.. La Vòstra esposa e vos vòler una taula... un salon privada ?
Lo Bonjorn alberguièr !!
*Le bonjour à vous Seigneur et Dame, votre épouse et vous voulez une table .. un salon privé ?
le bonjour aubergiste.
[/hrp]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ]A Tours, un tour, détours...Mars 1465   Mar 11 Avr - 17:39

Keltica a écrit:
Vraiment ? Le petit chaton tout noir sera pour moi ? Mais vous êtes bien trop gentil !

Souriant comme une enfant le soir de la Noël, Keltica se haussa sur la pointe des pieds pour toucher de ses lèvres la joue de Castelreng, en guise de remerciements.

Je serai ravie de venir porter le panier avec vous à votre Fille, peut-être que ma présence l'empêchera de vous sauter à la gorge en vous voyant arriver avec tous ces petits mignons minous !

Elle était visiblement ravie de cette jolie journée, et l'agréable compagnie du Comte n'était pas pour lui déplaire ; ses gentils compliments discrets semblaient sincères, il avait la taquinerie facile, et finalement, ils se ressemblaient beaucoup, ce qu'elle constata avec les bourgeois, lorsqu'ils éclatèrent de rire de concert. Devant la taverne choisie, il lui parla d'un ragoût d'écureuil, et Keltica le regarda.

Je n'en ai jamais mangé, je crois... Là aussi, il va falloir que je progresse, nous partagerons nos aventures culinaires !

Elle s'écarta du chemin, puis, légèrement poussé par la main de Castelreng contre ses reins, entra dans l'auberge. Au comptoir, l'aubergiste avenant leva la tête, puis d'un pas rapide, s'avança vers le duo, dont l'apparence de luxe sage et de prestance laissait flairer la bonne affaire. Il les salua puis s'exprima dans une langue que la blonde ne connaissait pas ; elle se sentit un peu perdue et tourna la tête vers Castelreng. Lui semblait totalement à l'aise, car il répondit de la même manière avant de lui expliquer dans un charmant et désarmant sourire ce qu'il en était.

Je n'ai pas tout compris, je l'avoue... il a dit bonjour pour chacun de nous, j'ai reconnu "bonjorn", "senher" et "donà"... Après je n'ai pas compris, jusqu'à "salon privada", que je présume être "salon privé"...
Je veux bien rester, c'est comme si on partait de Tours pour aller dans le Sud ! Et puis ça semble vous faire tellement plaisir d'être un peu "chez vous" ! Et oui, mettons-nous à l'écart, ce sera mieux !


L'aubergiste, bien qu'occitan, parlait parfaitement le français, et comprit la jeune femme sans difficulté ; il les mena à l'étage, dans une alcôve un peu étroite, mais dont la fenêtre donnait sur les bords de la Loire. Keltica ouvrit le vantail et admira la jolie vue ; des cygnes passaient lentement dans l'eau, dont le flot était caressé par les branches des saules pleureurs plantés sur les rives. Un canard apparut, puis un second, suivi d'une petite flottille de poussins.

Regardez ! Regardez les mignons petits canards... ils se dandinent c'est adorable... Et hop les voilà tous à l'eau...

Comme d'ordinaire, la jeune femme savait s'amuser d'un rien, et avait garder une propension certaine à s'émerveiller de choses qui pouvaient paraître simples au premier abord. Elle était ainsi ; instinctive, sincère, si elle trouvait quelque chose joli, elle le disait, pour le partager. Parfois trop directe, elle disait les choses sans forcément se rendre compte qu'elle pouvait blesser ou être taquinée par la suite. Après quelques minutes, Keltica se rassit sur son siège, regardant son ami face à elle en posant la jolie plume de paon à côté de sa main.

Vous me ferez penser à ne pas l'oublier... Alors racontez-moi ; que nous a dit précisément l'aubergiste, je n'ai pas tout compris ? S'il vient présenter ses plats en occitan, je compte sur vous pour me traduire car je ne vais rien comprendre ! Au moins, cela me donne l'impression de voyager !

Vous m'apprendrez quelques mots ? Je vous donnerai des cours de Latin et de Grec, et vous, vous m'apprendrez l'Occitan, ça me paraît honnête comme échange de cours de langues !


Elle pouffa de rire, avant de songer au double sens qu'elle venait maladroitement d'employer. Un cours de langues, pendant un tête-à-tête, bravo ma chérie tu ne pouvais pas mieux faire ! Ses joues rosirent, d'autant plus que, instinctivement, le regard de la blonde fut attiré par les lèvres du Comte. Vite, on détourne les yeux, oh la jolie plume de paon... Il vient l'aubergiste pour proposer ses plats et détourner la conversation ? Vite ça urge !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ]A Tours, un tour, détours...Mars 1465   

Revenir en haut Aller en bas
 
]A Tours, un tour, détours...Mars 1465
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Quelle est cette tour géante?
» Sondage 2eme tour élection presidentielle 2012
» [CF 2012 Tours] Covoiturage Montaigu/Nantes - Tours
» Seigneurie de Châteauneuf-sur-Isère
» [TOURS] Tournoi Joute vendredi 18 mars 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: Livre 1465-
Sauter vers: