Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre I Février 58 : Naissance de Floriabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
castelreng
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Chapitre I Février 58 : Naissance de Floriabel   Mer 12 Avr - 14:22

Simon a écrit:
Il ne leur fallu que quelques instants pour se retrouver dans cette pièce devenu le bureau du maître. Sur le Coup, Simon avait totalement oublié que le chaleureux salon de la dame de maison avait été transformé en bureau. Ne restait de cette belle pièce que le tableau qui était couvert d'un voile noir comme il avait été demandé de le faire. Lorsque Simon avait ouvert en grand la porte pour laisser le passage à Nane, ses yeux s'étaient de suite posé  sur la peinture accrochée au manteau de la cheminée. Il s'était dit que là aussi il lui serait demandé des explications et en avait laché un soupir.

Entré dans la pièce, il se tourna de sorte que la dame eut le dos à la cheminée et tenta de répondre à ses questions.

Pardonnez mon oubli dame commença t-il
Je suis Simon, le majordome de la famille..... Je......

Il se dandinait d'une jambe à l'autre cherchant ses mots, se demandant si il lui fallait dire ce qu'il se passait dans la maison, se disant également qu'étant sœur du maitre elle avait sans doute droit de le savoir. Mais pouvait-il vraiment parler ?
Je.... Un soupir et il se lança

Donà Oriabel vient de mettre au monde son enfant ..... trop tôt cependant... d'après ce qu'a compris la Jeannette.... Mon Seigneur est fort inquiet pour l'enfant...... Je ne sais comment se porte ma Donà.... on attend d'un moment à l'autre l'arrivée d'une nourrice pour le petit....

Un autre soupir lui fit tomber les épaules, lui si droit d'ordinaire et d'un regard tristounet  se permit de regarder la dame droit dans les yeux.




Nane a écrit:
Très bien laissez moi me laver avant,  puis j'irais voir Oriabel et son petit.
Est-ce une fille ou un garçon ?

Je suis médecin plutôt versée dans l'art des soins aux blessés mais les enfançons me sont habituels.


Voir l'homme se dandiner de gène la mettait elle même mal à l'aise mais il fallait que quelqu'un prenne les choses en main. L'atmosphère lourde de la maison l'avait jusqu'alors empêcher de voir ce qui se trouvait autour d'elle. elle prit donc quelques minutes pour détailler le salon. Un tableau recouvert d'un voile noir...
Que se passe t'il donc ici on est a une veillée mortuaire ou on célèbre une naissance ? Donner la vie est un acte heureux enlevez donc ce tissus déprimant.
Et si Cast dit quelque choses et bien vous me l'envoyez ah également rangez donc le panier avec les pâtisseries je gage que personne n'a songé a préparer des douceurs dans cette maison !  Et aussi montrez moi ma chambre que je me rafraichisse et ôte toute la poussière du chemin avant de voir ma belle sœur.

Nane a bien conscience de se conduire comme un général sur un terrain de bataille mais c'est son moyen à elle d'évacuer la peur.  Peur pour Oriabel, peur pour son bébé, peur pour Cast dont l'attachement a sa femme est incommensurable, peur de ne pas réussir a aider cette famille qui compte tant pour elle.



Simon a écrit:
Je vais vous conduire à votre chambre Dame et prévenir mon maître que vous êtes ici...
Lorsqu'en suite elle lui demanda le sexe de l'enfant, il réalisa qu'il n'en avait aucune idée. Tel un tique, il se remit à se dandiner d'une jambe a l'autre en regardant le bout de ses chausses, les joues rouges de confusion et finit par marmonner bêtement

J'en ai aucune idée Dame.....

Il s'apprêtait à aller ouvrir la porte du salon qui en fait était désormais un bureau lorsque Nane qui avait remarqué le tableau lui demanda d'aller ôter le voile qui le couvrait. Notre pauvre Simon en changea de couleur ; de rouge de confusion qu'il était peu avant, il devint pâle.

Je...je...je ne puis Dame.... mon maître me renverrait..... je...je ne peux que vous dire..... que quand le maître est rentré ce matin..... il a ordonné que le salon de notre maîtresse soit débarrassé et que son bureau y soit installé et ... il était..... très remonté.....
Il marqua un temps d'arrêt puis reprit d'une voix qui se voulait plus assurée.

Laissez moi vous conduire à votre chambre dame.....

Il n'espérait plus qu'une chose, c'est que la sœur de son frère se laisserait conduire docilement dans sa chambre ainsi, de son coté, il pourrait avertir son maître. Il s'empressa donc de reprendre le panier de pâtisserie et alla d'un pas qu'il voulait sûr ouvrir la porte de ce qui fut le salon.

Nane a écrit:
Et bien on ne fait ce qu'on veut ! Ici certes je ne suis pas chez moi, mais on va voir ce qu'on va voir ! Pense la jeune femme Affichant sur son visage un air buté digne d'un Castelreng en furie.

Elle voit le majordome se diriger vers la sortie de la pièce et lui emboite le pas mais passant devant le fameux tableau arrache d'un geste vif le tissus noir de dessus. Elle découvre avec surprise les portraits de son frère et de son épouse au jour de leurs noces elle se souvient bien de ce jour. Elle y était !

ah ca mais par exemple ! Y aurait il de la brouille dans l'air entre ces deux la ?

Elle fait disparaitre d'une main agile, digne d'un prestidigitateur de foire, le fameux tissus. Puis elle emboite le pas au factotum sans autre commentaire sur le sujet. Par contre, un autre sujet la préoccupe : le sexe de l'enfant. En effet, si le nouveau né est arrivé trop tôt, comme elle a pu le deviner par un simple calcul, une fille est bien plus résistante qu'un mâle, aussi est-il important pour elle de savoir à quoi va ressembler la lutte pour la survie...



Simon a écrit:
Il se trouvait à la porte, prêt à l'ouvrir et fit un mouvement de coté lorsqu'il se rendit compte que la dame s'était quelque peu éloignée de lui. Lorsqu'il la vit retirer le voile qui couvrait le tableau il ouvrit la bouche et la referma sans qu'aucun son n'en sorte.
Tel une carpe venant en surface pour faire le plein d'air, les lèvres de Simon bougeaient en silence.
Il n'en revenait tout simplement pas ! La dame avait osé outrepasser les ordres du Seigneur et en plus ! elle n'était là que de passage !
Pour sûr qu'il allait entrer dans une colère noire le maître ! et pour sûr que c'était lui, Simon, qui allait avoir droit au plus gros de la tempête.
Le pauvre majordome en avait pâli. C'est qu'il savait qu'il n'était pas bon de contrarier Cordas. Aujourd'hui plus encore que d'ordinaire.
Il en marmonna donc
Va pas être content de ça mon maître.....
Il inspira un grand coup ensuite, tentant de se remettre de l'effronterie de Nane

Dame.... Il est temps à présent que je vous conduise à votre chambre... et que je prévienne mon maître de votre arrivée.....

Nane a écrit:
Nane se retient de rire de voir le majordome jouer les carpes hors de l'eau.

Elle pose gentiment la main sur l'épaule du fidèle serviteur
N'ayez pas outre mesure d'inquiétude, mon frère me connait bien et s'il sait que j'ai fait cela, il saura aussi que vous ne pouviez me contrer sans utiliser la force, ce que votre tâche vous interdit me semble t'il ! Allons maintenant je vous suis !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre I Février 58 : Naissance de Floriabel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» TEMPETE du 27 février 2010.
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: livre 1458-
Sauter vers: