Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:25

castelreng a écrit:
Le temps avait passé depuis la nuit dans la clairière. Les blessures du corps avaient guérit  celles du cœur allaient s’ouvrir. Un vent de tristesses et de douleurs allait s’abattre sur la ville.

Ce vent avait pour nom Castelreng.

Ils s’étaient croisés un jour sur la plage ou le temps pourtant clair, s’était assombrit pour laisser place à l’orage. Ils avaient dû courir afin de se mettre à l’abri et avaient découvert une vieille chaumière abandonner cachée par des dunes. Ils y étaient entrés, elle grelottait, il avait fait du feu .Ils s’étaient assis sur la peau qui traînait au pied de la cheminée et avaient discuté comme ils l’avaient commencé  sur la plage, et rien ne présageait qu’un jour ils ne pourraient se passer l’un de l’autre.

Il avait quitté femme et enfants, trahit ses amis pour un autre amour. Amour qui était né petit à petit,  qu’ils avaient l’un et l’autre au départ, refusé pour ensuite l’évité et finit par succomber le jour ou elle vint le trouver en larmes. Une dispute, une de trop pour elle.  Il ne voulait que la consoler, ils finirent par s’aimer…s’apportant à l’un l’autre un souffle jusque là inconnu pour eux

Elle avait fini par venir le retrouver ici même dans cette chaumière après avoir quitté Balian,
Lui , de son coté, semblait avoir trouvé du réconfort au près d’Esmé.
Jusqu’au jour ou elle vint lui annoncé son départ, lui disant qu’elle ne voulait plus les voir lui et Balian se déchirer pour elle, lui disant qu’elle n’avait pas voulu ça, lui disant que toujours elle l’aimerait, qu’elle l’attendrait,  mais qu’il lui fallait partir.

Un baiser passionnel avait clos leur débat houleux ou il lui avait dit des choses blessantes où il lui avait dit « toi partie, cette Chaumière brûlera » Elle en versa des larmes , se détacha de son étreinte et partie sans se retourner. Il la regarda un moment avant de mettre le feu à la chaumière……… la regarda se consumer jusqu’à ce qu’il n’en reste rien.
castelreng a écrit:
De Garde depuis deux jours, il venait de finir celle ci et alla comme chaque matin à l’ouverture des portes de la villes vers celles qui menait à Béziers. Depuis que Son Amour avait prit la fuite, c’était devenu chez lui une attirance , comme un aimant sur le fer, il se retrouvait toujours, à l’arrivée de l’aube, devant les portes qui allaient à Béziers. De l’espoir de la voir faire demi tour  les premiers temps à l’attente de pouvoir les franchir pour courir la retrouver ensuite, il avait besoin d’allez là bas chaque jour.

Ce matin là, le monde se pressait à l’entrée de la ville, marchants et voyageurs étaient au coude à coude pour franchir le pont levis des fortifications de Narbonne. Un chariot bouchaient l’entrée, une  de ses roues s’étant coincé entre deux des larges et épaisses planches de bois du dit pont. Le paysan s’attelait, avec l’aide des gardes en fraction à débloquer la charrette quand Castel arriva sur les lieux. Il alla mettre la main à la pâte et  dix minutes plus tard, le chariot put enfin reprendre la route, direction le marché. La foule alors se pressa , Lui, resta là à regarder les gens entrer, regardant quelque tête, plus par sécurité qu’autre chose .

Soudain !! son cœur se mit à battre la chamade. Tirant  un cheval par ses rênes, arriva une silhouette qu’il aurait reconnu entre mille. Il s’avança vers ce qu’il prit tout d’abord pour un mirage, bousculant au  passage les badauds qui se pressaient . De coup d’épaule en coups d’épaule, il parvint enfin à sa hauteur……… Elle était là……..Bien réelle……… Devant lui.
Mais dans un triste état. ...Couverte d’ecchymoses, les traits tirés, prête à tomber . La joie qui se lisait sur son visage jusque là, s’échappa faisant place à une grande inquiétude. Il n'eut que le temps de la prendre dans ses bras, ses jambes la lâchait, elle allait tomber.
Aucun mots ne parvenaient à sortir. Elle était là, dans ses bras. Il en avait tant rêvé, mais pas de cette façon. Pas de la voir ainsi.


Les arrivants les bousculaient, Ils étaient en plein milieu du passage mais ne se rendaient compte de rien……. Il n’y avait qu’eux…Kali et Castel…, ils ne voyaient qu’eux. Il prit son visage entre ses deux mains et, les yeux humides, alla déposer ses lèvres sur les siennes. De par le Baiser qu’il lui offrit, il lui transmit tout l’amour qu’il avait …….

Tu es là…..je ne rêve plus…Mais que t’as t’on fait…. Finit-il par réussir à lui dire. A la torture qu’il vivait depuis son départ, l’inquiétude et la colère contre celui ou ceux qu’il l’avait touché s'installa. Il la prit dans ses bras et la porta .Elle vint lover sa tête contre son épaule et finit par s’endormir. Il alla la conduire 35 quartier du port chez Ethan.
~~Kali~~ a écrit:
La dernière fois qu'elle était venue à Narbonne beaucoup de chose s'y était passée. Arrivée, fiancée à l'amour de sa vie qu'elle pensait.... Comme quoi les choses peuvent changer rapidement lorsque l'on rencontre l'amour, le vrai, le passionnel, contre quoi on ne peut rien faire... Sauf peut-être le laisser gagner sur la raison.

Le cœur avait gagné et largement cette fois puisque bien qu'elle s'était promis de ne plus jamais remettre les pieds dans le Languedoc et encore plus précisément à Narbonne, là voilà qu'elle se dirigea en pleins dans cette direction. Une seule raison pouvait avoir eu le dessus sur cette promesse, lui.

De Valence à Narbonne, la route avait été ardue. Brigandée par deux reprises, le moral pourtant toujours aussi présent... Elle ne rêvait de lui que depuis son départ. Elle avait besoin de lui. Seule cette force la maintenant encore debout.

Son état physique lamentable ne changeait rien, son cœur lui était envahi par le bonheur de le retrouver. Kali était presque qu'arriver. Le poste de garde se dessinait, un chariot bloquait le chemin et il fit vite dégagé. Sa monture pu reprendre la route, elle devait le retrouver et rapidement. Mais où ? A la seule pensée de devoir attendre la mettait dans un état inconsolable.  La mairie ? Non son mandait devait être terminée maintenant.... A la plage ? Y allait-il toujours depuis son départ ? Elle ne savait pas où le chercher mais elle savait qu'elle le trouverait, elle le devait pour sa propre survie.

C'est précisément à ce moment qu'elle le vit, il était là, devant elle comme dans ses rêves. Ses yeux s'embuèrent, tellement qu'elle les ferma un instant essayant de se raisonner qu'elle ne dormait pas en ce moment...

Elle les rouvrit lorsqu'elle senti des bras se refermer autour d'elle. Castel. Le seul à pouvoir lui faire sentir autant d'émoi en ce jour. L'amour n'avait pas d'autre son que sa voix, pas d'autre panoramique que son visage, pas d'autre essence que son odeur. Les larmes de joies coulaient ravageuse ment sur ses joues lorsqu'elle l'enlaça également.

Mon Amour.... Tu ... Non je ne vais pas m'évaporer cette fois.

Elle lui prit les lèvres dans un second souffle. Brulante et passionnée, elle le serra contre elle, son être complètement uni à lui. Le seul moment de bonheur depuis des lustres. Ils ne se rendaient même plus compte que les gens continuaient d'affluer dans la ville à leur cotés, certains même s'arrêtant pour les observer furtivement. Peu importe, à ce jour plus rien ne compterait omis le fait qu'ils seraient ensemble.

Il l'a prit dans ses bras, tel un oiseau blessé. Elle lova sa tête contre son épaule, se laissant transporter. Épuisée, courbaturée, elle sombra dans un sommeil peu profond bercé par les pas de celui qu'elle aimait. Elle se réveillerait à ses cotés, c'est tout ce qu'elle savait, tout ce qui lui importait. Elle répondrait à ses questions plus tard...
castelreng a écrit:
[ Arrivant 35 Quartier du Port ]


Il ne pouvait  la mener que  chez Ethan, c’est d’ailleurs le seul nom qui lui vint à l’esprit quand la question de savoir où  lui effleura l’esprit.Il avait prit la bride du cheval de Kali qui suivait docilement .
Il traversa donc le pont levis , Kali blottit dans ses bras. Passa devant la douane.

Ethan habitait une petite maison au bout de  l’allée du port, face à la rue Alyzée et  qui se trouvait justement proche des portes de Béziers. Ayant quittés la Rue du Roy , qui à cette heure de la matinée était fortement encombrée, ils se dirigèrent dans l’allée du Port où seul quelques badauds,  allant certainement faire leur marché, erraient.

Le Jour venait de se lever totalement et une belle journée d’automne commençait. Castel jetait un regard sur Kali dormante dans ses bras,  se posant mille questions, ne pensant qu’à retrouver les gueux qui avaient osé poser les mains sur Elle. Que de souffrances avaient –elle du endurer …

Le numéro  35 fut devant eux. Il attacha la bride de la monture et grimpa les quelques marches qui menaient à la porte d’entrée de son ami. Il déposa ses lèvres sur le visage tuméfié De Sa Tendre et , sachant qu’Ethan devait dormir à cette heure si matinale , tambourina à la porte avec la pointe de sa botte.


BOUM BOUM BOUM


Il espérait que le boucan qu’il venait de faire aller tirer la marmotte de son nid.
E_Newton a écrit:
Ethan dormait paisiblement du sommeil du juste.
En fait il rêvait. Il s’imaginait dans ses bras, parcourant son corps de ses baisers. La faisant gémir de plaisir sous ses tendres caresses. Se complaisant à contempler son corps ainsi offert. Il …


BOUM BOUM BOUM

Mais quel était donc ce bruit qui venait ainsi le réveiller ?
Il lui semblait s’être endormi à l’instant !
Quel importun venait ainsi se présenter chez lui ?
La guerre avait-elle éclatée ? Etait-ce encore une réquisition de l’armée ?

Il se leva d’un bond les yeux encore tout embrumés par les images de son rêve et par la fatigue accumulée. Il enfila ses braies et se dirigea vers la porte d’entrée, avec la furieuse envie de sermonner le tambourineur !
Quand il ouvrit la porte, il reconnut immédiatement Castel qui lui faisait face.
Cast ! Mais ça ne va pas mon ami ? Quelle abeille t’a donc piqué pour me réveiller ainsi à cette heure-ci.

Tout en prononçant ces mots, Ethan reconnut Kali qui se tenait à ses côtés !
Il ne laissa même pas à Castel l’occasion de se justifier que déjà il continuait :
Kali ? Ma douce amie, mais que fais tu donc ici ?

Il l’attrapa par le cou et lui délivra un baiser bruyant sur chacune de ses joues.
Toute à son excitation du moment, il l’invita du geste et de la parole à pénétrer dans son humble demeure :
Entres donc !
Il la laissant passer devant lui et avant même que Castel, dont il avait déjà oublié la présence, n’ait pu bouger d’un pouce, il referma la porte derrière eux, le laissant ainsi seul face à la porte close.

Assieds toi, je t’en prie.
Tu as voyagé toute la nuit ?
Tu dois être épuisée !
Veux tu que je te prépare une tisane ?
Désires-tu te reposer ?

Ethan, comme à son accoutumée, lors de ses grands moments de bonheur n’avait laissé aucune opportunité à Kali de lui répondre. Son flot de parole semblait ne pas vouloir se tarir.
Kali le regardait avec de grands yeux, l’air amusé, l’a bouche ouverte prête à parler dès que l’occasion lui en serait laissée.
Et alors qu’il allait poser une énième question …


BOUM BOUM BOUM

Crotte de pigeon, Cast, je l’ai oublié !

Il courut aussitôt à la porte ouvrir à son ami, un peu embarrassé !
~~Kali~~ a écrit:
Il l’avait porté, c'est ses lèvres contre sa peau qui la fit sortir de son état comateuse. Elle lui sourit. Il la redéposa par terre lorsque la porte s'ouvrit sur Ethan. C'est donc vers son seul ami dans cette ville qu'il l'avait confié. Elle n'eu pas le temps de le saluer que déjà il lui sautait au cou. Kali était si ravie de revoir cet ami si cher à son cœur. Elle lui fit l'accolade également. Il l'a propulsa en avant refermant la porte au nez de Castel. Elle allait broncher mais eu pas le temps se faisant entrainer dans toute la maisonnée par son hôte. Des bruits sourds à la porte le ramenèrent à la réalité.  Elle éclata de rire malgré la fatigue qui la gagnait toujours.

Ethan... un charmant jeune homme qu'elle avait apprit à découvrir au fils des semaines passées ici. Un homme sensible, plus que la majorité des gens, un être à part par sa douceur et sa loyauté amical. Elle l'appréciait beaucoup et il l'a faisait régulièrement rire. Encore un aspect de lui qu'elle ne se passerait plus.

Elle le vit revenir avec son amour, lui toujours aussi inquiet et légèrement de mauvaise humeur d'avoir été exclus de la sorte. Elle lui fit un haussement d'épaule d'excuse et un clin d'œil de complicité.

Je suis très contente de te voir aussi Ethan maintenant que tu me laisse placer un mot. La route fut ardue....

Elle se sentait las mais si bien en leur compagnie à tout les deux même dans cette ville qu'elle ne voulait pourtant plus jamais y revenir
castelreng a écrit:
Il n’eut pas longtemps à attendre avant que la porte ne s’ouvre devant Eux. Kali avait glissé de ses bras, ayant reprit ses esprits par le baiser qu’il lui donna en arrivant devant chez Ethan. Il allait passer son bras autour de sa taille quand la porte s’ouvrit .

Cast ! Mais ça ne va pas mon ami ? Quelle abeille t’a donc piqué pour me réveiller ainsi à cette heure-ci..... Kali ?


Castel ouvrait déjà la bouche pour lui répondre quand, voyant Kali devant lui, Ethan fou de joie, lui  sauta au cou.

Le seul ami qu’elle avait dans cette ville. Castel savait quand la menant chez Ethan, elle serait en sécurité et pourrait se remettre de son dur voyage. Il avait bien pensé à l’emmener dans la chambre d’une quelconque tavernes, mais rien ne valait l’amitié et la tranquillité pour se sentir bien. Et pour son Amour, sachant ce qu’il lui coûtait de remettre les pieds ici, il voulait plus que tout , qu’elle soit heureuse d’être là et non inquiète.


Ma douce amie, mais que fais tu donc ici ? .......   Entres donc !

V’lan !!! fit la porte quand elle se referma sur le nez de Castel. * Quel C**!!! *  dit –il tout haut quand  il sentit le vent que fit la porte en se refermant. De ses Deux poings, il tambourina de nouveau.

BOUM BOUM BOUM

A peine les coups donnés que cette fichu porte s’ouvrait de nouveau. Castel l’air renfrogné lui dit, alors qu’il pénétrait dans la demeure, les yeux déjà posés son Amour.


Tête de linotte !! Evil or Very Mad

Il se pressa d’aller  se mettre tout près d’Elle, s’accroupit pour être à sa hauteur elle était si pâle, si fatiguée…Prit une main qu’elle avait posé sur la table ,y déposa un baiser avant de se relever et de s’adresser à son Ami.

Ethan.. Peux tu l’héberger un jour ou deux le temps qu’elle se repose. Un vaurien de Berrichon l’a attaqué entre Béziers et ici.
*Je vais lui faire la peau à cette vermine…*se dit-il

Il était resté tout près de sa Douce et avait posé ses mains sur ses frêles épaules, regardant son ami…


Dernière édition par Admin le Mar 10 Sep - 21:09, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:26

E_Newton a écrit:
Tête de linotte !!
Celle-là, il ne l’avait pas volée … Ethan se sentait dépité d’avoir ainsi oublié Castel, mais il était si enjoué de revoir Kali, qu’il en avait perdu toute notion d’hospitalité.
Il leur présenta les deux seules chaises qu’il possèdait afin qu’ils s’y installent.

Kali semblait épuisée …

Je suis très contente de te voir aussi Ethan maintenant que tu me laisses placer un mot. La route fut ardue....

Cast, s’était accroupi et préférait apparemment rester aux côté de Kali.
Ethan... Peux tu l’héberger un jour ou deux le temps qu’elle se repose. Un vaurien de Berrichon l’a attaqué entre Béziers et ici.

Ethan se senti honoré de cette marque d’amitié que lui accordaient Kali et Cast.
Accueillir Kali dans mon humble demeure, mais c’est un honneur.
Laissez moi seulement le temps de ranger un peu et de préparer mon baluchon pour m’installer à la caserne. Ma maisonnée t’appartient Kali !


Tout en disant cela, Ethan s’aperçut qu’il avait une fois encore omis un détail important de l’énoncé de Cast …
Un Berrichon t’as attaquée Kali ? Que les cornes du diable m’en poussent, si je le retrouve, je vais lui faire goûter de mon hospitalité à la façon "loi du Talion" à ce vaurien !

Ethan se sentait un peu désemparé par cette dernière révélation. Mais il n’était pas temps de se lamenter. Constatant l’état de fatigue de Kali, il s’affaira à ranger rapidement son intérieur. Tout en se faisant, il s’adressa à eux :
Cast, prépares donc un peu de tisane à Kali, et va donc voir dans mon sellier, j’y ai quelques fruits frais, du lait et du pain frais.

Il finit de s’habiller, chemises et chausses furent enfilées en un instant. Il défit les draps de son lit, et les remplaça par une paire toute propre sentant bon le frais. Puis il alla préparer son baluchon y enfournant à la va vite, le strict nécessaire pour s’installer à la Caserne.
Voilà, tu es ici chez toi Kali. Je repasserais dans la journée t’apporter quelques provisions. D’ici là, reposes toi bien. Cast est de garde et va veiller à ce qu’aucun opportuniste ne vienne te déranger.
castelreng a écrit:
Castel ne s'était pas trompé en conduisant Kali chez Ethan .Il savait que sa demande serait acceptée avec grand plaisir. Il remercia de regard son ami et serra légèrement les épaules de sa Belle comme voulant ainsi la réconforter.

La réaction que le jeune homme eut quand il réalisa ce que son amie s'était fait agressée n'étonna guère Castel.


N'aie crainte Ethan ce vaurien sera châtié, j'en fais mon affaire.

S'adressant ensuite à Kali il ajouta

Une fois reposée Trésor passe me voir au commissariat pour faire ta déposition , une fois fiché, il sera facile de le coincer. Et si par chance je le croise.... J'en ferais de la charpie......

Ethan, s'agitait comme une puce, remettant en ordre la maisonnée.



Cast, prépares donc un peu de tisane à Kali, et va donc voir dans mon sellier, j'y ai quelques fruits frais, du lait et du pain frais.


Sans répondre, Castel déposa un baiser dans le cou de son Amour et se pressa à mettre de l'eau à bouillir. Alla à grand pas dans le cellier et revint les bras chargés de victuailles.

Sur la table il y déposa raisins pommes et poires, un cruchon de lait du pain et un pot de miel.

Il trouva ensuite sur une étagère à côté de la cheminée où l'eau commençait à chanter, bols cuiller et couteau. Le temps qu 'Ethan faisait le lit, il mit à faire infuser ce qui semblait être du tilleul, apporta l'infusion sur la table, coupa de larges tranches de pain qu 'il enduit de miel. Versa le lait dans un bol et présenta le tout à Kali qui malgré la fatigue regardait les deux hommes tour à tour en souriant.


Tiens Mon Ame mange pour reprendre des forces...
~~Kali~~ a écrit:
Kali sourit de voir son Amour prendre autant soin d’elle. Il demanda à Ethan si elle pouvait rester ici et qu’il prenne soin d’elle. Elle n’avait pas eu son mot à dire du tout. Elle les regardait tout les deux faire comme si elle n’était pas là et s’affairer à son confort personnel.

Castel courrait dans tout les sens pour la subsister tandis que son ami lui s’occupait de son confort. Elle les examinait tour à tour, le sourire aux lèvres. Comme le premier arrivait avec les vivres elle fini par parler.

C’est très gentil à vous deux tout cela. J’espère que vous m’accompagner pour manger. Et oui mon Amour c’est promis je passerais aussitôt reposée au commissariat. J’aurais la chance de pouvoir te voir par le même effet.

Elle regarda ensuite Ethan tendrement bien qu’amicalement.

Et toi cesse de t’en faire… tout comme lui d’ailleurs. Je suis fatiguée, courbaturée mais je vais bien. Je ne suis pas à l’article de la mort vous savez… Mais merci tout de même de m’accueillir chez toi mon ami. Tu m’as beaucoup manqué…

Elle se leva, lui fit une accolade doucereusement avant de quitter ses bras pour aller rejoindre ceux de Castel dont elle avait tellement rêvée ces derniers temps. Toute cette attention sur sa personne était superflu mais très apprécier.
E_Newton a écrit:
Tu m’as beaucoup manqué…

Ces simples mots, suivis de l’amicale accolade que lui offrit Kali, firent fondre Ethan.
Il se senti rougir de la tête aux pieds. Il était tout à la fois confus et gêné d’une telle marque d’amitié, mais pourtant si heureux en même temps.
Qu’il était bon de savoir posséder une telle amie. Il en aurait presque oublié Castel …

Ils semblaient si heureux tous les deux réunis, qu’Ethan les envia un instant …
Mais il n’était point temps de s’abandonner à rêvasser.
Ses préparatifs étaient terminés et Ethan devait maintenant rejoindre la Caserne.
Bien que réveillé plus tôt que prévu, il avait moult choses à faire aujourd’hui.
Et il devrait aussi penser à réapprovisionner son sellier. Il ne fallait en aucun cas que Kali puisse manquer de quoi que ce soit. Elle était son hôte et il ferait tout ce qu’il pourrait pour qu’elle se sente à nouveau bien à Narbonne.

Il attrapa son baluchon qu’il posa sur son épaule, et se dirigea vers la porte.

Allez, je file à la caserne, voir s’il reste encore un peu de l’horrible ragoût de Rhajane …
Cast, n’oublies pas de refermer les volets que Kali puisse se reposer paisiblement.
A plus tard tous les deux.


Il leur adressa un petit sourire, et franchit la porte qu’il prit soin de bien refermer derrière lui.
Il ne lui restait plus qu’à rejoindre la caserne.
castelreng a écrit:
Ethan était donc sorti, le baluchon sur l'épaule, sans que Castel ou Kali n'eût le temps de réagir.

Dans les bras l'un de l'autre, ils se retrouvaient seuls.... Enfin ensemble. La porte à peine refermée derrière eux que déjà il avait pris ses lèvres. Le manque qu'il avait eu d'elle avait été trop grand. Quand un soir il l'avait regardé partir croyant l'avoir perdu . Nombre de colombe avait suivi la Belle dans cette fuite lui roucoulant tout l'amour qu'elle avait laissé derrière elle. Virent ensuite les rêves.... il avait tellement rêvé ce moment où de nouveau il pourrait sentir son corps contre le sien; Goûter ses lèvres, s'enivrer de son parfum...

Ils étaient tellement en manque de l'un et de l'autre, délaissant la table et les victuailles, ils se laissèrent emporter par leur amour. Leurs vêtements volèrent au sol dans l'empressement d'enfin se retrouver, se noyant sous leurs baisers d'affamés, reculant vers le lit fraîchement refait, ils purent enfin se redécouvrir, échanger la passion qu'ils avaient l'un de l'autre, assouvir ce manque qu'ils avaient eu d'être ainsi séparés.

Il l'avait regardé ensuite s'endormir, le sourire aux lèvres. Heureux de ne plus rêver, lui avait déposé un baiser. Il s'était ensuite levé et rhabillé...Retourné pour la voir encore, voir qu'elle était bien là, Son Ame, Son Amour et sans faire de bruit, après avoir pris une pomme sur la table, était sorti. Il avait fait le tour de la maisonnette afin de fermer les volets pour qu'elle puisse dormir serainement. Croquant dans sa pomme, il s'était dirigé vers le commissariat où déjà une pile de dossiers l'attendait.
~~Kali~~ a écrit:
Ethan était parti rapidement. Cet ami qui avait déjà si fait pour elle, répétait l'exploit en lui laissant sa maison de gré. Elle ne saurait comment le remercie de tant de bonté face à elle. Le blondinet à peine passé la porte que deux regards s'échangent. Kali regarda Castel comme si elle le découvrait pour la première fois. Il était si beau dans la luminosité sur jour qui filtrait par la fenêtre. Il n'en fut pas beaucoup plus pour qu'ils se jettent dans les bras l'un de l'autre.

Ils échangèrent un moment qui se voulait si ardent, si attendu. Des retrouvailles qui resteraient manqué jusque dans la chair.... Elle avait eu tellement peur de ne plus jamais le voir. Elle était partie sur un coup de tête. Le cœur épris d'un, la raison de l'autre. Elle avait réussi à faire son choix maintenant. Elle avait pris Castel sans regret. Sa vie lui appartenait désormais.

L'amour si intense, si bouleversant qu'elle fini par s'endormir dans ses bras à sa suite. Elle n'entendit pas Castel partir pour la laisser se reposer. C'est à la tombée du jour qu'elle rouvrit les yeux. La maisonnée silencieuse. Elle le héla et sans voix revient sans réponse. Elle comprit qu'il devait être au commissariat. Elle le rejoindrait plus tard.

De peine de misère, toujours courbaturée, mais reposée, elle se leva. Une fois rhabillé, elle rangea la table avant de partir vers la plage. Elle avait besoin de se ressourcer là-bas avant de retrouver celui qu'elle aimait dans son lieu de travail.


Dernière édition par Admin le Jeu 22 Mai - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:27

castelreng a écrit:
Il l’avait laissé endormie chez Ethan et c’est le cœur léger qu’il était parti pour passer la journée dans ses dossiers au commissariat. Chemin faisant, ne pensant qu’à celle qu’il avait laissé chez son ami, il se prit à regarder les étales des marchants qui se trouvaient sur sa route. Il s’attarda sur l’une d’elle, un joaillier qui semblait travailler les pierres avec originalité. Castel fixa son regard sur l’une d’elle et l’imaginait fort bien autour du cou de Son Amour. Il en fit donc achat, et, le bijou dans sa poche se remit en route pour son bureau.
Rêvassant, l’imaginant blottie dans sous le duvet Les heures défilèrent, les affaires également. La journée passa…..

Il se faisait tard, le soleil commençait à baisser, Castel à s’inquiéter de ne pas encore vu Kali arriver. Ou pouvait-elle bien être ? Sa journée finie, il avait couru jusque chez Ethan et avait trouvé la maisonnée vide. Elle ne peut être que là-bas…….. sur la plage….
Kali a écrit:
Ses pas se dirigèrent allégrement vers cette plage qui refermait tant de souvenirs, tant de Bonheur en son lieu. Elle se souvient que la dernière fois qu’elle en était partie par contre se n’était pas dans la joie. Elle avait tout quittée, tout rejeter, partant sous une impulsion pour ne pas avoir à choisir. Bien des choses s’étaient remise depuis ce moment. Elle avait comprit que malgré l’amour qui l’unissait et continuerait à unir sa vie à celle de Balian que ce ne soit que par l’entremise de leur enfant gardera une place de choix dans sa vie. Cependant l’amour qu’avait su faire naitre Castel, son meilleur ami jadis, avait eu raison de tout. Elle l’aimait, a un point qu’elle n’avait pas su l’imaginer elle-même.

Des colombes avaient voyagés depuis son départ, des rêves avaient hantés leurs nuits respectivement où ils s’étaient retrouvés chaque fois qu’ils le pouvaient. Avec l’aide d’Ethan elle était de retour ici pour profiter de cet homme qui lui avait ravivé son cœur désormais.

Elle frôlait le sable. Malgré la fraicheur des lieux elle retira ses chaussures. La sensation du sable qui léchait ses pieds la fit sourire. Le son des oiseaux marins qui piaille cherchant une proie la fit sourire. Le couchée de soleil s’annonçait à l’horizon. Elle adorait cet endroit. Ce lieu là même où était né leur amour, où elle se sentait si bien. Un souvenir la frappa de plein fouet. La chaumière ! Leur lieu de rencontre! Pourquoi Castel ne l’y avait il pas amener au lieu de chez Ethan ?

Elle parti à la course vers ce lieu, cette cabane au départ abandonnée dissimulée entre les dunes. Le vent dans ses cheveux, les laissant virevoltant, l’espoir de revoir cette maison sur pilotis l’enchantait.

Quel ne fut pas l’effroi… Elle figea sur place, sa course stopper dans son élan. Il n’y avait plus rien. Qu’un tas de débris. Elle ne comprenait pas… Elle avait brulé si elle en croyait les fondements noircis par la suie. Qui avait pu faire une chose aussi ignoble ? Elle avait l’impression qu’une plaie se rouvrait dans son être. Comme une deuxième séparation. Ce n’était pourtant qu’une maison mais pas pour elle…Elle représentait le début, le commencement d’un amour qui se voudrait maintenant éternelle et elle n’existait plus…

Des larmes jaillirent de ses yeux, l’emportant dans une mélancolie profonde. Son Amour était surement au courant puisqu’il ne l’avait pas amener ici. Elle commençait à comprendre le pourquoi de la chose bien que la douleur était toujours aussi présente même dans la compréhension. Restait à savoir qui avait osé faire une telle chose ?

Elle ne pu rester très longtemps à cet endroit, révulser par cet événement elle se réfugia avec ses pleurs sur le sable fin un peu plus loin. Les pieds jouant avec la marée qui montait doucement. LE torrent de larmes se séchait bien que dans son cœur le désarroi demeurait. Elle resta un long moment à tenter de se calmer avant de pensée seulement à rejoindre celui qui s’inquièterait surement vu la tombée du jour qui s’annonçait sans la voir à l’endroit convenu. Elle regarda les derniers rayons de l’astre solaire disparaitre, tant de souffrance avait été commise en cette ville. Beaucoup par sa faute, elle s, en voulait mais espérait que désormais tout demeurait derrière elle puisqu’elle ne voulait plus faire souffrir personne. Elle avait besoin de lui, de son fils qui lui manquait cruellement. Tant de souffrance dans un seul être…

castelreng a écrit:
Sortant de chez Ethan il s'y rendit avec au ventre une boule énorme, elle ne pouvait être que là et il la voyait déjà devant les cendres de leur chaumière..... Comment allait-elle régir devant ce sinistre spectacle. Ils avaient passé des mois à s'aimer, à rire et il l'avait brûlé puisqu'elle le quittait... pour toujours avait-il cru..

Quand il arriva près des dunes où ils avaient l'habitude de se rejoindre avant d'aller dans la chaumière. Il la vît......au loin, ses souliers dans les mains, ses pieds jouant avec les vagues, la tête bien basse.

A grand pas il alla la rejoindre et sans qu'elle n'eût le temps de dire un mot, la pris dans ses bras et la serra très fort. Il avait compris en s'approchant qu'elle avait été jusque là-bas...

Comment lui dire ce qu'il s'était passé .... Comment lui expliquer son coup de folie... son acte de désespoir.... Comment trouver les mots pour expliquer ...
Il lui déposa un baiser sur le front et glissa un bras autour de sa taille, la colla contre lui et à pas lents la guida vers les dunes.


Viens.... Mon Ame... Je vais tout t'expliquer......


Le soleil laissait glisser ses derniers rayons, la mer prenait une couleur sombre, le ciel rougissait. Il l'assit sur le sable et en fit autant, passa un bras autour de ses épaules et la guida contre lui. Elle vint, silencieuse, déposer sa tête contre son épaule.

Il laissa le silence s'installer un moment, se laissant bercer l'un et l'autre par le seul bruit des vagues que la marée remontait.

Tu es allée la-bas...
Il marqua un temps d'arrêt avant de reprendre. Il savait par avance ce qu'elle allait demander le « que c'est -il passé ? » le « qui a fait ça ? » Alors il raconta ...

Le soir où tu es partie pour ne plus revenir.... Pour ne plus avoir à choisir je t'ai dis rappelles toi que : toi partie cette ... chaumière n'avait pu lieu d'être. Tu t'es éloignée ... sans te retourner. Ce soir là tout s'effondra en moi, je suis retourné dans la cabane où tout était toi...

J'ai allumé la cheminée et suis resté un moment à regarder les flammes lécher les bûches.
J'ai ensuite pris une torche et avant de sortir ramassé la seule chose que tu avais laissé.


Il glissa sa main libre dans sa poche et en sorti un morceau d'étole bleu marine qui lui déposa dans les mains, y laissant sa main posée.


J’ai gardé cette étoffe contre mon cœur et jeté la torche sur le toit.

. Il vit les larmes de sa belle qui s’était redressée à ses mots, l’une d’elle vint mourir sur le dos de sa main . Il savait la peine qu’il lui causait et en avait tout autant.


Je t’avais perdu Trésor….. Je …
Il marqua à nouveau un temps de silence, regardant l’horizon et reprit

Je suis resté là des heures jusqu’à ce que tout ait disparu, les flammes reflétant la peine qui me brûlait le corps…. Ensuite…. Quand tout ne fut plus que cendre…. Je suis allée à la taverne de la ville…. Essayer d’apaiser mes souffrances dans l’alcool …. Passer mes nerfs dans la réserve à taper sur tout et n’importe quoi, jusqu’à ne plus en sentir mes poings….. c’est plus qu’un simple moment de folie Mon Ame…… pardonnes moi…

Kali a écrit:
Elle avait perdu le sens de la réalité, son regard s’offrant la liberté de découler ses émotions enfouirent en elle. Les pleurs n’arrivaient pas à se suffirent, la douleur s’accentuait et pourtant Kali essayait de faire abstraction en vain de ce gouffre sans fin où elle plongeait. Ce n’était pourtant qu’une cabane délabrée pour certain. Pas pour elle cependant….

Ce lieu avait vu naitre leur amour un soir d’orage. Il ne s’était cependant rien passée entre eux cette nuit là. Simplement en eux tout avait changé. Le désir de voir inlassablement l’autre, de provoquer cet évènement tout autant. L’envie de se sentir l’un contre l’autre était née ce soir là. Elle se souvenait de tout. De la chaleur qu’il y régnait, de l’odeur du bois qui crépitait même jusqu’à la poussière qui ornait l’endroit. Pour elle ce lieu était magique et maintenant il n’existait pourtant plus…

L’ébène qu’elle était ne vu pas arriver celui qui partageait ses folles nuit derrière elle. Avant même qu’elle n’eu le temps de dire quoi que ce soit il la serra tout contre lui, lui disait qu’il lui expliquerait tout. Avec son aide elle se leva, marcha le long de la plage, ses larmes séchant au gré du vent un moment. Arrivée à leur endroit de prédilection, ils s’installèrent, blottis l’un contre l’autre. Elle déposa même sa tête contre son épaule pour écouter le récit qu’il s’apprêtait à lui raconter.

Au fil des mots qui sortaient difficilement de l’ante de son bien-aimé, les larmes coulaient à flot sur le minois de la belle. Elle comprenait, mais cela n’enlevait aucunement sa douleur… La seule chose matériel auquel elle avait pu tenir dans cette ville avait parti en fumée. Plus aucun attachement mis à part certains individus dont lui… Lui qui prenait l’emplacement de son cœur totalement.

La demande de pardon fut accueillit de façon ardue. Elle le fixait de son œil profond s et sombre. Plus aucunes larmes n’en jaillissaient puisqu’elle avait déjà tout donné… Elle soupira profondément avant de trouver une voix empli d’émotion pour s’adresser à lui.


Je … je comprends… Mais…


Elle se mordit la lèvre durement. Elle était si triste. Comment passée par-dessus un geste aussi égoïste ? Et pourtant son amour pour lui grandissait chaque jour et ce n’était pas ce geste qui y changerait quelque chose !


Te pardonner n’est pas la question Castel… Cela me blesse à un point tel que tu ne semble même pas le concevoir. Cependant je t’aime… cela n’y changera rien. C’est que plus rien mis à part toi et Ethan ne me retient ici… certains de mes souvenirs semblent être morts avec cet incendie. J’ai l’impression que l’on vient d’arracher une partie de moi, une qui comptait réellement…

castelreng a écrit:
La seule chose qui aurait pu la voir rester ici, il la lui avait ôté dans son moment de détresse. C'est plus que de la peine qu'il lui avait fait, c'est une déchirure....

Une grande tristesse vint l'envahir quand, quelques jours après son acte, il avait réalisé l'ampleur de son geste. Et, quand il l'avait pris dans ses bras le matin de son retour aux portes de la ville, il savait qu'elle irait droit la-bas.... Qu'il lui faudrait lui dire...qu'elle en serait blessée.


Je sais que ta peine est grande... Et je n'ai vu que la mienne quand.... Je sais qu'aucune autre maison où qu'elle soit, ne saurait remplacer celle-ci....Et.... Il en va de même pour moi.... Et je n'aurais de cesse que cette blessure se referme ....


Il parlait avec peine, laissant de grands silences entre chacune de ses phrases


Afin que tu puisses paisiblement retrouver ces souvenirs non plus avec peine, mais avec tendresse.... Kali..... Laisse moi essayer de panser cette blessure... Je ne sais si les mots sont les bons ...... Je donnerais tout pour revenir en arrière...pour....


Il se sentait désarmé face à la détresse qu'elle ressentait. Il resta longuement silencieux ne trouvant plus de mots pour la réconforter. Il prit entre ses mains, son visage ravagé par les larmes, qu'il avait fait couler, cherchant dans son regard, non plus un pardon qui ne changerait en rien les faits, mais plus un espoir que les mots dit soient les bons. Il déposa ses lèvres sur les siennes, et, par le baiser échangé voulu non pas lui ôter le grand vide qu’il avait mis mais assurer qu’il le comblerait.

La nuit avait fini par prendre la place au jour, la lune seule les éclairait , la mer avait retrouvait son plus haut niveau.


Viens Amour….. Rentrons si tu veux bien.. Retournons chez Ethan


Finit-il par lui dire lui tendant une main pour la relever.

Kali a écrit:
l avait raison, aucune autre maison ne saurait compenser la perte de cette dernière. Kali remarqua aisément la tristesse et le désarroi qu’il faisait preuve en ce moment. Elle se sentait mal de le faire sentir ainsi. Elle le serra tout contre elle. Se perdre dans ses bras était devenu chose habituelle maintenant. Elle ne lui en voulait pas vraiment, elle était tout simplement triste. Elle fini par lever les yeux qui automatiquement se noyèrent dans les siens.

Ce n’est pas l’essentiel mon Amour… Le temps pansera cette petite blessure. Ton amour posera un baume protecteur et comblera ce vide qui désormais s’évince en moi. Je t’aime c’est tout ce qui compte.


Il lui prit la main, le soleil avait fait place à son contraire dans les lueurs céleste. Ils devaient rentrer. Main dans la main ils se dirigèrent vers la demeure de leur ami. Elle laissa la peine s’estomper un moment pour apprécie le moment qu’elle partageait d’être avec lui. Elle ne lui en avait pas encore parlé, elle ne comptait pas rester à Narbonne bien qu’il devait s’en douter. Son fils et ses amis étaient toujours à Valence. Elle s’était aventurer ici avec l’espoir de le voir reprendre la route à ses cotés mais elle devait attendre, le moment n’était pas propice encore à cette discussion.

La mélancolie était déjà si présente, l’annonce d’un imminent départ n’arrangerait surement rien en cette soirée et pour l’instant elle ne voulait que profiter de lui. Elle avait besoin de se sentir rassuré, aimée et posséder entièrement par celui pour qui elle ne voyait plus rien. Seul son visage avait hanté ses nuits ses dernières semaines et maintenant qu’il était là, près d’elle, elle avait bien l’intention d’en profiter avant de reprendre la route.


Dernière édition par Admin le Sam 2 Mai - 12:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:27

~~Kali~~ a écrit:
Ils rentrent de la plage, main dans la main. La tristesse qui l’avait envahi ne s’était pas évaporée mais elle s’apaisait un peu en sa compagnie. La sensation qui émanait toujours d’elle lorsque Castel était à ses cotés persistait même dans les moments les plus ardus, elle l’aimait ! Rien ne pourrait entraver cette émotion. Elle avait déjà été amoureuse auparavant. A ce point, de cette façon … certainement pas. La passion, le besoin d’être avec lui n’avaient aucune valeur quantifiable. Par de là ces souvenirs, ce sentiment n’avait jamais eu lieu.

Ils franchirent la porte de la maisonnée d’Ethan ensemble, la chaleur qui régnait dans cet espace était rassurante et bienfaitrice. Kali sourit à son tendre Amour avant d’apercevoir à son tour que leur ami était passé pendant leur absence. Un bouquet de ses fleurs préférées ornait la table en plus de vivres pour une armée. Ethan avait sans doute pris tout ce qui se trouvait au marché. Elle se dirigea vers le meuble, prit une des fleurs dans ses mains et la porta à son nez doucement. L’arome de cette pure beauté, parfaite en tout point, vient embaumer ses états d’âme. Elle s’enivra de cette douceur apaisante, fermant les yeux un moment. Les pétales satinés frôlèrent ses lèvres charnues. Elle frissonna un léger moment pour ensuite regarder devant elle, la fleur toujours suspendu à son visage. Castel la regardait, que dire… il l’admirait plutôt dans la lueur des quelques bougies qu’il venait de rallumé. Elle se senti un peu gênée par ce moment de solitude dont elle venait de s’enfermer pour se rouvrir telle cette fleur au lever du soleil, la rosée perlant sur ses pétales. Elle avait pleurée, les larmes tel la rosée, le regard sur son Ange, maintenant elle allait rester concentrer sur ce qu’elle désirait… Lui.

Elle s’avança furtivement vers lui, en quelques pas, elle se tenait droite devant celui avec qui elle partageait tout. Elle fit gravir la fleur sur la joue de Castel doucement, sensuellement le chatouillement se fit sentir chez son âme sœur. Elle l’observait à son tour. Il était tellement tout ce qu’elle pouvait désirer et pas qu’en ce moment. Tellement beau, si irrésistible, si attirant. Cela avait toujours été le cas, même au premier regard, elle avait su qu’il était spécial, enfin pour elle. Qu’un jour, l’attraction qui les liait serait plus forte que tout, tel deux aimant, même le sens contraire les attirait. Elle une brigande, lui un brigadier. Ils n’avaient rien en commun et pourtant ils s’aimaient d’un amour indescriptible.

Elle délaissa son instrument de caresse qui alla joncher le sol. Il fut rapidement remplacé par ses mains. Ces dernières prirent place sur sa nuque, rapprochant ses lèvres des siennes. Elles se retrouvèrent si tendrement que le corps de la belle en resta marqué. Tant de douceur, de tendresse, d’amour en un seul moment qui pourtant que faisait que commencer….

Le baiser se fit rapidement plus prononcé, plus passionné. Ses mains commencèrent à s’aventurer dans les courbes de son dos pour le rapprocher d’elle rapidement. Elle avait besoin de le sentir tout contre elle, jamais une proximité n’avait été si ardemment désiré. De longs gestes et doux, les deux amants se dévêtir pour se retrouver dans le costume d’Adam et Ève. Si la première dame avait véritablement entrainé la soit dite perfection de Dieu dans les enfers, le chapitre se répéterait ici.

Kali le poussa discrètement vers le lit, son corps se refusant de le délaisser. Elle se lova contre lui. Deux corps enlacés dans une mêlés indescriptibles de membres. La promiscuité de leur âme, l’essence de leur amour prête à s’assouvir une fois de plus. Rien n’existait autour d’eux. Pourtant en bruit de fond, ils auraient pu entendre le bois crépiter dans la cheminer, le chien du voisin hurler à la lune pleine ce soir mais le vide complet… Le silence de plomb… Plus que ses yeux rivés aux siens, ses lèvres rattachées aux siennes, que le monde qui s’offrait à eux. Elle se mordit doucement la lèvre avant que leur ébat n’aille plus longuement dans cette nuit. Une seule phrase gravit de cette gorge…

Je t’aime…

castelreng a écrit:
Il la regarda, silencieuse, s’approcher du bouquet, sourit de la voir en humer la senteur, dans tirer une tige simple geste féminin, tableau parfait pour un peintre. Lui sourit quand elle vint partager avec lui le plaisir de ces fleurs. Un baiser passionnel, de tendres caresses des vêtements qui tombent comme des feuilles en automne.

Soirée magique lorsque deux êtres, d’un seul regard, se comprennent, lorsque une caresse sur une joue réveille les sens, lorsque le baiser timide se fait passion laissant les corps s’éveiller tel une fleur à la levée du jour. Lorsque l’odeur d’une peau enivre comme le plus divin des breuvages.

Castel et Kali… deux êtres en un, deux opposés comme la lune et le soleil, la terre et la mer, un homme, une femme, ayant besoin de l’un pour que l’autre vive. Une nuit douce dans les gestes, langoureuse lorsque leur corps enfin se retrouvèrent.

Il parcoura chaque parcelle de son corps de baisers, la laissant frémissante, alla se nourrir à son sein, le mangeant délicatement, pour finir sur ses lèvres étouffant son soupir quand leur corps ne firent plus qu’un. Si l’amour avait un nom, il portait le sien et nul autre. Ils s’aimèrent la nuit entière. Jamais encore il ne l’avait aimé comme il le fit cette nuit là, comme ci c’était la première, comme ci c’était la dernière.

Ils en avaient tout oublié , ils auraient pu se trouver dans leur nid qui avait vu naître leur amour qu’ils ne se seraient pas plus aimé que cette nuit là.

Le levé du jour vit les deux amants, repus de leurs ébats, s’endormir dans les bras l’un de l’autre.
Quand Castel s’éveilla enfin, il la regarda dormir paisiblement le sourire aux lèvres. Il lui déposa un doux baiser et se glissa doucement hors du lit pour lui préparer le petit déjeuner.

Sans faire de bruit pour ne pas l’éveiller, il mit sur un plateau trouvé sur un meuble raisin et poires, un bol de lait, un autre de tisane qu’il avait fait chauffer, des tranches de pains enduites certaine de miel et d’autre de fromage, prit un Lys du bouquet qu’il déposa dans le plateau. Il prit le tout et alla la déposer sur la tablette que se trouvait à coté du lit….

~~Kali~~ a écrit:
Une nuit magnifique avait passée, trop vite comme son habitude en sa compagnie. Empli de caresses, de douceur et d’amour. Elle se sentait bien avec lui. Kali resta un long moment dans ses bras ensuite, à rêvasser à demain…. Ce jour qui arriverait certainement trop vite comme toujours… Le départ approchait mais elle ne souhaitait pas gâcher ce moment avec de viles discussions. Elle s’endormit dans le creux de ses bras, d’un sommeil profond et récupérateur.

Elle ne senti pas Castel la quitter au petit matin. Même pas le bruit de la vaisselle ou de ses pas ne la réveillera. C’est lorsqu’il la rejoint après avoir déposée le plateau sur la table de chevet à ses cotés qu’elle ouvrit enfin les yeux. La pièce baignait déjà des rayons de soleil qui flamboyaient la pièce. Elle sourit en voyant son amour appuyer sur son coude, l’observant attentivement sortir de son sommeil.

Mmmm. Bonjour toi…

Elle paru soudainement gêner de se faire examiner de cette façon. Une mèche folle chatouillait la joue de son Amour. Elle la déplaça doucement avant d’aller querir un doux baiser sur ses lèvres douces.

Ne me regarde pas comme cela… qu’est ce que j’ai ?

Elle passa rapidement sa main sur son visage pour se défaire d’un intrus quelconque ou pour masquer ses rougeurs. Il éclata de ce rire enchanteur qu’elle adorait tant. La tension baissa et elle alla se lover dans ses bras, son corps se moulant au sien. Satisfaite de ne plus être le centre d’attention elle découvrit enfin le plateau.

Oh c’est pour moi tout cela… Mmmm parfait j’ai une faim de loup… Je dois partager avec toi j’imagine ?

Sa question réponse fit sourire son Amour. Elle s’étira pour prendre la grappe de raisins qu’elle rapporta vers elle. Elle en mangea un sans pour autant lui en offrir et le testa du regard. Elle faisait exprès et il le savait. Elle porta un raisin aux lèvres de son tendre Amour laissant ses doigts vaguer sur ses lèvres. Elle répéta l’opération à plusieurs reprises allant lui voler à mainte reprise également un baiser.
castelreng a écrit:
Tendre réveil que ce matin là.

Elle le narguait de ses grains de raisins, venant les lui voler sur ses lèvres, il adorait lorsqu‘elle se faisait taquine. Il tendit le bras vers le copieux plateau et fit glisser son doigt sur une tartine de miel, approcha ce dernier aux bord des lèvres de son Amour qu’elle happa juste avant qu’il ne l’ôte. fit de même avec le fromage frais, lui faisant apparaitre une grimace, le mélange du miel et du fromage de chèvre n'étant pas des plus exquis. Castel en rit la voyant plisser des yeux, quand sa bouche qui pensait sucre rencontra sel.

Ainsi se passa le petit déjeuner, entre sourires et malices, taquineries et baisers mordant à tour de rôle dans la tartine que l’autre présentait. Instant de complicité totale, instant de pure délice. Moment de douceur sucrée où le goût d’un baiser fruité vit les deux amants délaissant les plaisirs du ventre pour les plaisirs des sens. De nouvelles caresses, de nouvelles étreintes, incapable de se rassasier l’un de l’autre.

La journée quoique bien entamée déjà, s’annonçait belle pour Castel et Kali qui finir tout de même par se lever et s’apprêter. Il s’affaira à rentrer quelques bûches de bois et ouvrir les volets le temps que de son Coté Kali se chargea de remettre la maisonnée en ordres. Il vint l’aider à retendre les draps du lit froissé , la trouvant à croquer avec ses cheveux relevés et ses mèches rebelles venant, quand elle baissait la tête chatouiller son visage. Castel, tout en tirant sur le drap ne la quittait pas des yeux
.

J’avais pensé te mener sur les bords de la Robine aujourd’hui, nous pourrions prendre un panier de provisions et y passer la journée. Quand dis tu ?

~~Kali~~ a écrit:
Une avant midi de paresse, de caresses, de taquineries et de rires. Des baisers coquins ou amoureux. Un parfait petit moment de complicité entre eux. Si tous les jours pouvaient s’ensuivre de cette façon….

Comme toute bonne chose à une fin et que la journée continuait à filer dans le vent à une vitesse incroyable, ils mirent fin à leur jeux amoureux pour s’affairer à la taches. Ethan avait été si gentil de leur offrir son gite qu’ils devaient au moins l’entretenir. Elle s’habilla et remonta ces cheveux en chignon. Elle rangea et nettoya tout les recoins possibles de la maison. Leur ami, bien que célibataire de renom entretenait bien sa petite maisonnée. Le ménage fut rapidement fini. Il devrait avoir une femme dans cette maison, ce n’était pas normal. Elle comprenait son meilleur ami de ne pas prendre la première venue mais des femmes très bien habitaient les environs. Elle ne comprenait pas sa réaction ou encore il cachait un amour secret…. Possibilité à examiner

Elle remit ses pensées qui vaguaient vers Ethan à plus tard quand Castel revient avec les bras chargés de buches. Il l’aida ensuite à faire le lit. Des regards échangés, il la fixait toujours de ses yeux avides d’elle. Elle adorait le voir comme cela, pas pour le pouvoir qu’elle pouvait avoir sur lui, tout simplement parce qu’elle le savait complètement amoureux et cela la rassurait.

Une fois tout enfin prêt il lui proposa une ballade. Elle sourit, enchantée par l’idée d’un moment en nature que tout les deux.

C’est une merveilleuse idée. La robine ? Où c’est ?

castelreng a écrit:
C'est dans la même direction que la plage, je vais te conduire à un endroit où les seuls bruits sont ceux des oiseaux et le chant de l’eau qui ruisselle. Où nous pourrons nous étendre dans les herbes hautes à l’ombres des arbres, à l’abris des regards.

Tout en lui contant l’endroit, il la regardait souriant du moment à venir.

C’est à un quart d’heure de marche d’ici, sortit de la ville, nous prendrons le chemin qui longe les champs et nous retrouverons dans un sentier ombragé que peu de gens fréquentent.

Ils préparèrent ensemble le panier où ils mirent pain et jambon, fromages et fruits. Castel alla au sellier chercher une bouteille de vin, prit également une bouteille de cidre, qu’il alla ajouter aux victuailles. Kali avait elle prit soin d’y ajouter une couverture. Le panier prêt, il le prit, invita son Amour à se mettre en route. Il ouvrit la porte de la maisonnée et lui céda le passage avant de refermer la porte derrière lui.

La journée était superbe, le soleil brillait haut et même si nous étions entré en automne, on aurait pu se croire en plein été. La ville battait son plein, bon nombres de gens profitaient de cette après-midi et l’on pouvait voir nombres de couples et d’enfants dans les rues de Narbonne. Les amants, sortis de chez Ethan prirent la direction de la Robine.




Ils sortirent de la ville, main dans la main et arrivés au sentier, Castel passa son bras autour de sa taille, Il marchèrent ainsi un bon quart d’heure et arrivèrent où seule la nature régnait.



Castel déposa le panier dans l’herbe après avoir effleuré les lèvres de Sa Douce

Que penses tu de cet endroit ?


Il prit la couverture , la déplia d'un coup sec et la posa dans l'herbe, mit le panier à l'ombre et invita Kali à prendre place sur le lainage étendu.

~~Kali~~ a écrit:
Castel lui avait explique ce qu’était que la Robine. Cet endroit semblait des plus charmant. Elle accepte avec empressement de s’y rendre en sa compagnie sachant que les heures passés ensembles touchaient à leur fin. Demain elle devrait reprendre la route et retrouver Valence. La bas son fils l’attendait dans les bras de Balian, son ancien fiancé et le père de son enfant. Il lui manquait, beaucoup en ce moment. Elle tenta de dissimuler son air mélancolique et triste qui ornait son visage. Heureusement Castel, dans la préparation du panier ne remarqua pas son état, son manque de son petit ange.

Ils prirent la route ensuite, Kali laissant libre cours à ses pensées durant le trajet, regardant sans réellement voir ce qui l’entourait, perdue et lointaine. Elle resta silencieuse un long moment. Enfin arrivée à l’endroit du lieu enchanteresse elle sourit, remarquant enfin toute la beauté sublime de l’endroit. Les feuilles d’automnes allaient bientôt miroiter dans de jolies teintes avant de tomber pour faire place à la saison hivernale. Heureusement, ce n’était pas encore le moment. Une douce chaleur régnait en ce moment, réchauffant sa peau. Elle sourit à Castel pendant qu’il déplia la couverture et l’installa pour qu’elle prenne place. Ce qu’elle fit tout en lui répondant

Cet endroit est sublime, comment l’as-tu connu d’ailleurs ? Allez raconte moi …

Elle lui sourit, le soleil jouant dans les boucles ébène qui jonchaient son dos et lui procurait une sensation de bien-être apaisante pour un instant. La tristesse s’évanouissant dans son âme pour faire place à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:28

castelreng a écrit:
Il s'était à son tour installé sur la couverture, étendu de tout son long, la regardait, la voyant quelque peu songeuse mais ignorant que bientôt sonnerait l'heure de la séparation. Il se doutait bien qu'un départ arriverait puisqu'elle était arrivée sans Chelsey, mais avait préféré éluder la question, préférant profiter de chaque moments.

Tu veux savoir comment j'ai trouvé cet endroit ? et bien le plus banalement possible en fait. Tu te souviens sans doute le jour où nous avons tous tiré à la corde. Etant boueux de la tête aux pieds et rien ne vaut un bain dans la rivière...

Elle l'écoutait, souriante. Il glissa une main sur l'une des siennes et ses doigts se mirent à jouer avec les siens.


... Et puis, arrivant non loin de là, j'ai entendu des voix C'était Ethan !! *dit-il en riant presque* il était à l'eau, nu comme un nouveau né, deux filles lui avait ravis ses vêtements.

Il repensa à ce jour, au moment ou elle seule avait vu ses braies craquer, au lendemain, quand il lui avait suggérait de lui recoudre, quand il l'avait regardé faire...

Tu vois... c'est encore notre ami Ethan qui finalement nous permet d'être dans ce coin calme à souhait.

Comme il le lui avait dit avant de partir, seuls les oiseaux venaient leur tenir compagnie par leurs chants mélodieux. ils étaient à l'abri du vent , le soleil chauffait , un jour d'été en ce début d'automne. Regardant le cours d'eau il lui dit

L'eau doit être bonne encore ça te dirais un bain ?

~~Kali~~ a écrit:
Castel relatait sa découverte des lieux. Kali aurait du s’en douter que Ethan se cachait la dessous. Elle sourit, la douce brise laissant ses cheveux s’envoler timidement, léchant ses épaules. Le soleil réchauffait l’atmosphère qui pourtant entre eux n’en avait nul besoin. Elle le détaillait pendant un long moment. Bien qu’elle sourie la mélancolie restait en son âme, cacher prête à ressurgir n’importe quand. Le temps filait trop rapidement. Déjà plusieurs jours qu’elle était ici, plus le voyage d’aller et celui du retour qui s’annonçait. Elle devait lui en parler maintenant, elle n’avait plus le choix, retarder ce moment fatidique serait une erreur. Il lui proposa un bain, bien que cela fût très tentant, elle déclina l’offre.

Non Castel, je dois te dire quelque chose. Cela ne peut plus attendre malheureusement. Je.

Elle sentait qu’elle allait manquer de courage. Le visage inquiet devant elle ne l’aidait nullement. Elle ne voulait lui faire aucun mal loin de là, mais elle devait reprendre son chemin et cela à l’aube demain.

Je suis désolée, mais il ne nous reste que cette journée ensemble… Demain je dois retourner à Valence. Chelsey me manque. Il est avec Balian en ce moment, bien que je sais que tout va bien surement étant donnée qu’il est un excellent père, il me manque c’est tout. Je dois rentrée, je suis désolée.

Le visage de l’ébène frôlait la tristesse, elle avait le cœur brisé de gâcher ce moment mais elle n’avait nul autre choix. Elle devait retourner voir son fils avant qu’elle ne le reconnaisse plus tellement il avait vieilli. Au dernières nouvelle de Balian, il l’a cherchait. Cela lui avait fait l’effet d’un coup dans la poitrine. Elle n’avait pas voulu l’abandonner au contraire, seulement lui laisser la chance de passer plus de temps avec son père. Mais il était temps maintenant de le retrouver, de le serrer dans ses bras et de le chérir. Le seul être pour qui, maintenant, sa vie dépendait. Elle avait beau aimer Castel, mais l’amour d’une mère pour son fils ne serait jamais comparable à cela. Elle espérait qu’il comprendrait, que cela ne serait pas l’élément déclencheur d’une dispute.

castelreng a écrit:
Non Castel, je dois te dire quelque chose. Cela ne peut plus attendre malheureusement.. lui dit-elle Il a regarda, interrogateur

Tu vas repartir c'est bien ça ?



Je suis désolée, mais il ne nous reste que cette journée ensemble… Demain je dois retourner à Valence. Chelsey me manque. Il est avec Balian en ce moment, bien que je sais que tout va bien surement étant donnée qu’il est un excellent père, il me manque c’est tout. Je dois rentrée, je suis désolée.

Il savait qu’elle finirait par lui dire ces mots, il avait espéré qu’ils n’arrivent pas si tôt. Le moment de la séparation était donc plus proche qu’il ne le pensait, la tristesse le gagna.Il la lui cacha


Je savais que ce jour arriverait Kali et je comprends fort bien que ton fils te manque. Je ne battrais pas contre lui, aussi jeune soit-il je sais qu’il est plus fort que moi et c’est tout à son honneur.


Il se leva et lui tendit une main. Rentrons si tu veux....

Revint en lui les moments qu'ils avaient déjà passé loin de l'autre et qu'il faudrait revivre de nouveau pour combien de temps cette fois. Il ne lui posa pas de questions à quoi bon elle même ne le savait sans doute pas.
~~Kali~~ a écrit:
Castel avait compris. L’air assombrit sur son visage en disait long mais elle n’en rajouta pas. Kali laissa le temps qu’il se fasse à l’idée de son imminent départ. Il l’aida à se relever pour reprendre la route de la demeure d’Ethan. Demain serait le moment du départ, il faudrait affronter le temps, la tristesse et la mélancolie de se tenir loin de celui qui partageait sa vie maintenant. Le temps arrangerait les choses ou les détruirait ? Seul lui pourrait le dire puisqu’elle ne savait quand elle pourrait revenir malheureusement…

Dans le silence, ils ramassèrent leur effet et partirent vers la petite maisonnée. En rentrant, pendant que Castel rangeait leurs effets intouchés du pique-nique, elle trouva le message d’Ethan. Le souvenir de la veille à la plage traversa son esprit. Elle voulait revoir ses amis avant de partir mais de ce retrouvé là…. Elle n’était pas certaine que c’était le moment, un peu trop tôt peut-être…

Castel, Ethan veut nous voir à la plage. On y va ou pas ?

Il l’as regarda un long moment, il savait son supplice de retourner là. Il l’a sonda. Elle devait y aller, ne serait ce que pour les saluer avant le départ. Elle devait remercier Ethan de son hospitalité. Elle lui sourit en signe d’approbation. Il accepta et partirent tout les deux vers cet endroit encore douloureux en elle.
E_Newton a écrit:
Ethan, de passage pour faire ses courses sur le marché, en profita pour faire un petit détour par sa maisonnée.
Il prit soin de frapper, mais personne ne répondant, il se permit de rentrer.
Constatant qu’il n’y avait personne, il s’empara d’un parchemin et d’une plume pour apposer ses quelques mots :



Une fois fait, il prit sa table qu’il chargea dans la charrette attelée à Neige et repris le chemin de la plage …
castelreng a écrit:
Un silence tel une chape de plomb s’était glissé entre les deux amants pendant leur retour vers la maisonnée. Castel se sentait de nouveau prisonnier dans cette ville, il ne pourrait pas la suivre encore et en souffrait. Demain il lui faudrait de son coté retrouver les murs de la caserne, il ne le lui avait pas dit, et à quoi bon maintenant, puisqu’elle ne serait plus là…

Ils franchirent le seuil de la maison, et , tel un automate, il alla ranger le contenu du panier sans même se rendre compte que la table ne trônait plus au centre de la pièce. C’est la voix de Kali qui le ramena à la réalité


Castel, Ethan veut nous voir à la plage. On y va ou pas ?



Pourquoi donc Ethan tenait-il tant à les voir aller sur la plage ?Sa maison aurait très bien put faire l’affaire ! Cette plage….qu’il voulait tant laisser derrière eux derrière elle surtout.

Le regard de Kali lui annonça que la décision était prise, il leur faudrait aller sur cette plage.
Ils y partirent donc…..
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:32

Pendant ce temps, sur la plage...



Ethan a écrit:
Lors de sa dernière ronde, Ethan avait aperçu Kali et Castel revenant de la plage !
Ils ne l’avaient pas vu, mais lui avait su voir la tristesse qui se lisait sur leurs visages.
Castel devait avoir avoué la vérité à Kali au sujet de leur cabane, celle où ils avaient vécus tant de moments d’intimité …

Ethan décida donc de se rendre sur cette fameuse plage où tant d’événements si particuliers semblaient s’être déroulés. Il en connaissait le chemin, mais n’y avait jamais mis les pieds. A vrai dire, il n’avait pas besoin de cela pour s’isoler. Au bruit des vagues, il préférait le clapotis de la Robine.

Il arriva enfin sur les lieux où avait dû exister cette fameuse cabane. A la lumière de la lune, il ne put contempler qu’un tas de cendre et de résidus calcinés. Bien qu’il n’y ait rien vécu, il se senti attristé à la pensée que plus rien ne pourrait s’y passer.
Il s’assit un moment sur le sable, encore tiède des rayons du soleil, la clarté de la lune faisant briller le sommet des vaguelettes venant mourir sur la plage.

Il demeura un instant ainsi. Si quelqu’un était passé à ce moment, on aurait pu le croire songeur. Il n’en était rien, il réfléchissait. Nombre de Narbonnais et de Narbonnaises avaient vécu ici des moments bien particuliers. La vie avait changé ces dernières semaines, et les gens aussi. Il n’en demeurait pas moins que chacun devait pouvoir profiter d’un petit coin de paradis. Sa solution, il venait de la trouver. Puisque le monde change et que rien ne peut jamais demeurer, il fallait prendre un nouveau départ.

Toutes ses idées en tête et bien ordonnées, il reprit le chemin de la ville. Il lui fallait demander de l’aide à ses amis. Il pensait bien les trouver en taverne malgré l’heure déjà bien avancée. Il fallait que toutes et tous soient prêts pour le lendemain matin dès la première heure.

Si tous ceux sur lesquels il escomptait l’aidaient, demain soir, un vent de renouveau soufflerait sur cette plage et sur la ville.

Ethan a écrit:
Le jour se levait à peine, Ethan était déjà en pleine effervescence.
Il avait peut dormi en fait. Après avoir rejoint ses amis en taverne, il les avait informés de son projet. Ils avaient été nombreux à répondre favorablement à ses attentes.
Ceci fait, il était retourné à la caserne, où il s’était isolé à l’ordinaire pour apposer sur un parchemin tout ce dont il avait besoin, ainsi qu’un début de croquis.

Toute la réussite du projet tenait dans la discrétion et l’efficacité des participants.
Il était donc tout d’abord passé sur le marché où il avait acheté plusieurs stères de bois qu’il avait immédiatement fait porter chez Chante, le menuisier.
Puis il s’était enquit de trouver des pelles, une masse, des marteaux et des clous.
Le tout installé dans une charrette à main, il s’était rendu sur la plage, sur le lieu de l’ancien sinistre.

Il se tourna face à la mer, contemplant le soleil qui se levait.
Ses rayons se reflétaient sur la mer lisse. La douce chaleur en émanant commençait à l’envahir.
Il profita de ce court instant de béatitude avant de se mettre à l’ouvrage.

S’emparant d’une pelle, il commença donc à déblayer les cendres et débris calcinés qui jonchaient l’étendue sablée.
Ces amis ne tarderaient pas à le rejoindre. Il était heureux de savoir pouvoir compter sur eux.

Le renouveau était en route. Ce soir, un nouveau Narbonne verrait le jour …
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:32

Crum a écrit:
crumble arriva sur les lieus du rendez vous. Ethan était déjà là, et commençait à s'activer.
elle ne mit pas longtemps pour le rejoindre, elle avait apporté avec elle un panier rempli de victuailles et de bonnes boissons.

hey! bonjour Ethan, déjà une pelle à la main?

elle déposa son panier à l'ombre, et s'approcha de lui.un petit sourire en coin, prete pour se mettre en action.

je vois que tu as tout prévu, se sont les plans sur le parchemin là?

elle y jetta un oeil, puis regarda le materiel qu'il avait apporté.
prit une pelle et se mis à l'ouvrage.

il y avait bien du déblaiement à faire pour pouvoir commencer à poser les bases de la future cabane.

elle en profita tout de même pour poser ses yeux gourmand sur Ethan, qui lui paraissait encore plus beau lorsqu'il travaillait, déjà quelques gouttes de sueur parcouraient son front....
elle se mit à penser et ça la fit sourire.
apres tout....

j'éspere que les compéres ne tarderont pas trop, on en a pour un moment!

saradhinatra a écrit:
Saradhinatra venait juste de prendre connaissance du message de Crumble. Elle courut aussi vite qu'elle le pouvait pour rejoindre le lieu du rendez-vous.

Arrivée sur la plage, elle entendit la voix de Crumble.


Citation :
je vois que tu as tout prévu, se sont les plans sur le parchemin là?

Ils étaient là-bas

Aïe ! Ethan et Crumble étaient déjà au travail !

Elle accéléra pour les rejoindre. Mais son pied butta sur un bout de bois rejeté par la mer. Pris par son élan, Saradhinatra fit un vol plané et atterrit la tête la première dans le sable. Elle releva sa tête et vit que Crumble et Ethan la regardait.

raaaagh ... dé-... hummmm désol... pffflé...
essaya-t-elle dire tout en essayant d'enlever les grains de sable de sa bouche.

elfarranne a écrit:
Elfarranne avait reçu dès le matin un pigeon de la part de Crumble qui l’invitait à venir la rejoindre sur la plage. Elle se souvint qu’en taverne hier, ils avaient été plusieurs à vouloir faire quelque chose pour que Kali ne parte pas.
Elffarranne se dit que si on devait reconstruire un bâtiment, il y aurait peut-être des blessés légérs, ce qu’elle n’espérait pas, mais dans le doute, elle mit dans sa gibecière quelques remèdes, puis prit le chemin de la plage.
Arrivée sur place, elle aperçut deux silhouettes qui se démenaient. Elle les hélà :


Crumble, Ethan, coucou, c’est moi Elfie, vous avez besoin d’un coup de main ? Je suis venue avec ma jument Neige, on pourra s’en servir pour déblayer plus vite qu’en pensez-vous ?

Puis elle s’approcha, et regarda tout le matériel qu’Ethan avait ramené. Il avait même fait des plans sur un parchemin.Elle avait à peine finie de parler qu’elle vit débouler Sara. La voyant s’étaler par terre, elle eut du mal à se retenir de rire.

elfarranne a écrit:
Elfarranne avait reçu dès le matin un pigeon de la part de Crumble qui l’invitait à venir la rejoindre sur la plage. Elle se souvint qu’en taverne hier, ils avaient été plusieurs à vouloir faire quelque chose pour que Kali ne parte pas.
Elffarranne se dit que si on devait reconstruire un bâtiment, il y aurait peut-être des blessés légérs, ce qu’elle n’espérait pas, mais dans le doute, elle mit dans sa gibecière quelques remèdes, puis prit le chemin de la plage.
Arrivée sur place, elle aperçut deux silhouettes qui se démenaient. Elle les hélà :


Crumble, Ethan, coucou, c’est moi Elfie, vous avez besoin d’un coup de main ? Je suis venue avec ma jument Neige, on pourra s’en servir pour déblayer plus vite qu’en pensez-vous ?

Puis elle s’approcha, et regarda tout le matériel qu’Ethan avait ramené. Il avait même fait des plans sur un parchemin.Elle avait à peine finie de parler qu’elle vit débouler Sara. La voyant s’étaler par terre, elle eut du mal à se retenir de rire.

E_Newton a écrit:
Ethan salua une à une les damoiselles qui s’étaient jointes à lui.
Il se surprit à sourire intérieurement quand il aperçut Sara jouer l’autruche …
Crum avait raison, exception faite de Chante qui s’activait déjà, les hommes de Narbonne avaient apparemment bien du mal à se lever ce matin …

Constatant que les travaux de déblaiement avaient très bien avancés, Ethan décida qu’il était temps d’aller chercher le matériel de construction.

Mes Damoiselles, profitez en donc pour faire une pause, je vais chercher de quoi passer à la phase suivante.
Elfie, je t’empreinte Neige, elle va me faciliter la tâche pour ramener tout ce dont nous avons besoin.


Ceci, dit, il partit avec Neige en direction de l’atelier de menuiserie de Chante, afin d’y récupérer de quoi commencer à construire ce qu’il espérait devenir un petit coin de paradis.

Arrivé à l’atelier, il emprunta à Chante sa charrette pour l’atteler à Neige.
Ils y déposèrent tous deux les pieux, madriers et planches que Chante avait déjà préparés.
Il faudrait certainement plusieurs voyages pour tout rapporter.
Mais qu’à cela ne tienne, Ethan avait le cœur suffisamment gros pour cet ouvrage. La matinée ne faisait que commencer et quand bien même il devrait y passer toute la nuit prochaine, demain matin au plus tard, tout serait prêt.

Il remercia Chante qui continuait à s’affairer, et reprit le chemin de la plage.
De retour sur les lieux, il ne prit pas la peine de faire une pause.
Il commença par décharger la charrette de son contenu. Quand ceci serait fini, il faudrait la charger de tout ce qui avait été déblayé …

saradhinatra a écrit:
Saradhinatra leva les yeux de sa tache et regarda le travail déjà effectué.
Cela avait bien avancé (depuis sa honteuse chute) grâce aux efforts de Crumble et Elfarranne.
Il restait encore un coin à déblayer.

Elle vit Ethan revenir avec une cariole pleine, elle alla lui demander s'il avait besoin d'aide.
Mais avant qu'elle puisse dire un mot, elle le vit décharger les matériaux en un rien de temps et avec facilité.


hé bé Shocked pensa-t-elle. tout bien réfléchi ...

Et elle retourna à sa tache.

Kataban a écrit:
Le coin de Paradis noirci un soir, allait-il, tel le phénix renaître de ses cendres ?
Les sages paroles de Galimor parti sur les routes, on ne sait où... (portez-vous bien et revenez de temps en temps !, vous manquez beaucoup) résonnaient encore dans la tête des narbonnais et narbonnaises quand il disait : « la meilleure façon d'atténuer les vieux souvenirs était d'en créer de nouveaux, tout simplement ». Forts de ses considérations et précieux conseils, une idée avait germée... une discussion avait eu lieu et, malgré une certaine réticence, la volonté commune l'avait emporté. Restez maintenant à savoir si tous et toutes répondraient présents. Un pigeon de Crumble lui avait précisé que l'ouvrage allait débuter.

Si la lune avait été complice des premiers balbutiements d'un nouveau projet qui allait les unir et surprendre quelqu'une, la nuit avait porté conseil... le projet avait mûri. L'ami Ethan avait dessiné des plans. Heureux présage car en ce radieux matin de vendredi, le soleil semblait approuver ce choix qui allait unir tous les narbonnais. Tôt ce matin, Ethan avait même parcouru le marché pour se procurer du bois et confier à un menuisier la tâche de le travailler avec soin.

Chacun allait pouvoir apporter ses idées, travailler dans la bonne entente et le respect d'autrui pour le bien de tous et la grandeur de Narbonne, où l'amitié est bonne, où l'amour se donne.

Ayant accompli son devoir de médiatrice, elle pouvait maintenant rejoindre ses ami(e)s sur la plage pour apporter son aide. Bléicultrice, éleveuse de moutons et tisserande, Kataban se disait qu'à part confectionner des rideaux, pour l'instant elle n'allait pas être d'une grande utilité mais tout au moins elle serait présente... Qui sait, si elle ne pourrait pas passer les planches de bois, s'occuper du ravitaillement des travailleurs par exemple. Confectionnant des en-cas avec 1 boule de pain frais, tomate, salade, anchois, oeuf, un filet d'huile d'olive et un soupçon de sel ou d'autres avec du fromage, dévalisant sa réserve de fruits, prenant au passage le broc d'eau fraîche qui trônait sur la table et quelques serviettes et une nappe dans un tiroir, elle mit le tout dans un grand panier et ainsi chargée se rendit à la plage.

Le vent d'automne tantôt s'engouffrait sous sa robe ou tantôt la plaquait sur son corps. Son chapeau venait de s'envoler et ses cheveux, ainsi libérés, la faisait ressembler à une de ces images de proue que l'on pouvait voir à l'avant des navires au port. L'air ambiant transportait un léger embrun qui faisait du bien, ses narines frémissaient à l'odeur de la pescaille toute proche, lui rappelant ses journées en mer à pêcher. La mer était calme si ce n'est ces légères frissures moutonneuses qui attiraient les mouettes criardes. Ecoutant le bruit des vagues qui venaient mourir sur la plage, le regard face à l'horizon et le nez en l'air, elle respira à pleins poumons... Savourant cet instant, elle avait cette sensation étrange de ne plus faire qu'un avec la nature. Comme elle se sentait bien ici ! Elle devrait s'en souvenir plus souvent... Un bruit d'ailes lui fit relever la tête pour apercevoir un goéland qui avait décidé de se poser sur le toit de la maison la plus proche. Elle sourit en se demandant si c'était bien celle d'E_Newton (Ethan). Euh oui... Ethan ainsi que Crumble... mais ils devaient m'attendre ? :?

Se protégeant de l'éblouissement, sa main en casquette au-dessus des yeux, les joues rosies, elle apercevait déjà un petit groupe affairé. Un fier cavalier, sur le dos de Neige semble-t-il, venait de partir à vive allure. Que se passait-il ? Il était temps qu'elle les rejoignent.
Le sable était déjà brûlant sous ses pieds nus, elle n'y pris point attention tant elle était heureuse de participer à cette entreprise collégiale.


Bien le bonjour à tous et toutes... dit-elle fascinée de voir avec quelle ardeur ils avaient déjà contribué à rendre possible cette surprise. Moi aussi, je veux apporter mon aide.

Vu l'heure, je vous propose de prendre un peu de repos et le temps de vous rassasier en dégustant ce que je viens de vous apporter. Vous avez besoin de reprendre des forces !

Qui sait si dans l'intervalle d'autres ne vont pas arriver ! Dit-elle en étalant la nappe sur le sable et vidant le contenu de son panier dessus. Puis mordant dans une pomme, elle dit : bon appétit mes ami(e)s.

crum a écrit:
tu arrives à pique, kata, avec ton panier, nous allions justement nous prendre une petite pause.

crumble posa son materiel avec le reste des outils, puis resta un petit moment à regarder le travail accompli.

je trouve que nous avons bien travaillé déjà ! la place est presque faite!
il nous serait bien utile tout de même d'avoir un ou deux hommes de plus....pour la main d'oeuvre j'entends!


elle esquisa un sourir.

elle alla ensuite prendre le panier qu'elle avait apporter le matin et s'avança pres de la nappe que kata avait posé sur le sol.
y posa son panier et se servit de l'eau.


allez y les filles, si vous voulez vous requinquer un peu c'est le moment!

elle loucha ensuite sur une belle pomme dans laquelle elle croqua gracieusement.

laissant le reste de la troupe approcher, elle profita de ce moment de calme pour marcher un peu histoire de mettre les pieds dans l'eau...
elle pensait alors à cette future cabane et au combien elle aimerait sans doute passer de bons moments à l'interieur de celle ci.mais cette pensée ne la faisant pas tellement sourire, elle s'empressa de rejoindre les goulues un peu plus haut.

asterix29 a écrit:
asté se promenait sur la plage pensant a cendri et a sa future famille future vie quasiment! il vit au loin un attroupement accompagné de mouvement il decida d'aller voir, il trouvit de charmantes dames en plein travaux il reconnut crumble et kataban

bien le bonjour a vous mesdames qu'etes vous en train de faire? ça a l'air compliquer je peux vous aider si vous le souhaitez j'ai un bon moment de libre la!

saradhinatra a écrit:
Saradhinatra entendit les aboiements joyeux d'un chien.

Levant les yeux, elle vit le beau lévrier de Dame Kataban poursuivre un goélant en vol et derrière lui, venait dame Kataban avec un panier.

Bien le bonjour à tous et toutes...

Bien le bonjour, dame Kataban ! Vous venez vous joindre à nous par cette belle journée ensoleillée ?

Vu l'heure, je vous propose de prendre un peu de repos et le temps de vous rassasier en dégustant ce que je viens de vous apporter. Vous avez besoin de reprendre des forces !

Les paroles que dame Kataban venait de prononcer lui rappela qu'elle n'avait pris qu'un petit épis de maïs ce matin. Quand elle vit cette dernière sortir les nombreux victuailles de son panier, elle entendit un grognement venant de son ventre.

Et quand crumble les interpella :

allez y les filles, si vous voulez vous requinquer un peu c'est le moment!
C'est timidement qu'elle s'approcha de la nappe de dame Kataban. Elle n'osa pas la toucha avec ses mains toutes sales.
Elle accepta avec joie le morceau de fromage que lui tendit cette dernière.
Et c'est avec délectation qu'elle mordit dedans !


Hmmm quel délice ! Il n'y a rien de tel, le réconfort après l'effort ! Merci, Dame Kataban pour ce repas.

Tout en savourant son repas, Saradhinatra s'approcha du plan d'ethan. Elle essaya de comprendre ce qu'il y avait dessiné. Elle a beau le regardé sous tous les angles, elle ne comprenait strictement que dalle !
Peu importe, Ethan savait ce qu'il faisait et c'est ce qui compte.
Elle n'avait qu'à suivre ses directives (espérant toutefois ne pas trop faire de gaffes).

Kataban a écrit:
Crum semblait avoir un petit coup de vague à l'âme, sûrement dû au rude labeur de cette matinée. La suivant du regard comme elle remontait de la plage, elle aperçut Astérix qui l'apostrophait.

Messire Asterix, soyez le bienvenu ! Nous avons besoin de votre aide pour reconstruire cette cabane.

Prenez tout de même le temps de vous restaurer si vous ne l'avez pas encore fait car, pour charger tous les déblais dans la charrette que voici, de nouveaux bras musclés ne seront pas de trop.

Ethan pourra ainsi prendre un peu de repos et vous donnez les consignes techniques et ses directives.


Puis se tournant, elle sourit à Sara pour lui faire comprendre qu'elle ne devait pas se sentir gênée et lui tendit une serviette.

Encore un peu de fromage, un peu d'eau ou peut-être un en-cas ?
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:33

E_Newton a écrit:
Ethan aperçut Dame Kataban arriver, accompagnée de son chien.
Il la salua et en fit de même avec Asté qui venait de les rejoindre.
Kata, tout comme Crum, avait apparemment veillé au ravitaillement des troupes, et s’affairait à préparer une collation.
Elles l’avaient bien toutes mérité, mais pour Ethan, pas question de s’arrêter. Il ne s’accorda que le temps de se désaltérer pour se remettre immédiatement au travail.

Le soleil commençait à faire valoir ses droits, et malgré la brise légère qui aurait pu les rafraîchir, Ethan avait chaud. Il décida donc d’ôter sa chemise qu’il posa au sol à proximité des outils.

Puis, il entreprit de finir de remplir la charrette des quelques détritus qui jonchaient encore l’espace qu’il souhaitait réserver à la construction. Une fois terminé, il s’enquit de la disponibilité de l’un des participants :

Damoiselles, Asté, l’un d’entre vous se sentirait-il la capacité d’aller décharger la charrette sur mon champ ?
Il ne s’agit là que d’en verser le contenu à l’endroit qu’il vous plaira. Je me chargerais du reste ultérieurement.
Au retour, il faudrait aussi passer par l’atelier de Chante, qu’il nous fournisse le reste des matériaux qu’il m’a promis.


Il n’attendit pas de réponse pour s’emparer de son croquis, d’une corde, d’un marteau et de petits piquets. Il se mit à arpenter l’espace de long en large, et en travers, plantant un piquet ici, nouant la corde là, afin de délimiter exactement les emplacements réservés. La surface ainsi délimitée, avait la forme d’un carré et mesurait exactement 13 pieds sur 13.

Ayant prit grand soin de vérifier et de revérifier chacune des distances et emplacements répertoriés, Ethan se saisit d’un premier pieu et d’une masse pour aller ficher celui-ci à l’endroit réservé. Il en planta ainsi un bon nombre à une profondeur suffisante d’environ 3 pieds.
Il vérifia que tous dépassaient du sol d’exactement 20 pouces, hauteur suffisante pour pouvoir ainsi asseoir les traverses qui recevront le plancher et éviter ainsi la remontée de l’humidité.

crum a écrit:
Crumble ne mit pas longtemps à réagir à l'appel d'Ethan, elle fit un petit signe à Asté pour laisser les filles se reposer encore une minute et lui proposa de l'accompagner pour vider la charrette.

Asté ne se fit pas prier pour se mettre à l'ouvrage et ils prirent le chemin du champs d' Ethan.

crum ésperait qu'elle ne croiserait pas Cast ou Kali, histoire de ne pas avoir à répondre à diverses questions.

ils ne mirent pas longtemps à décharger la charrette puis se rendirent chez chante pour la remplir de nouveau. sur le chemin du retour ils en profitèrent pour refaire le plein d'eau, pour être sur qu'il n'en manqueraient pas...il y avait bien la biere aussi, mais tous n'en raffolaient pas.

arrivés sur le chantier ils déposèrent les materiaux pres du reste, et crumble rejoignit Ethan pour lui preter main forte.

elle ne manqua pas de remarquer qu'il avait oté sa chemise et ceci lui donna d'autant plus de coeur à l'ouvrage.

Kataban a écrit:
Maintenant que les matériaux fournis par Chante étaient là, et que Crum et Asté aidaient Ethan à les assembler, elle ne pouvait rester là à les regarder. Celles qui se reposaient et se sustentaient étaient bien assez grandes pour se débrouiller toutes seules alors que le temps s'égrenait et que la nuit n'allait pas tarder à arriver.

Profitant que tout un chacun était occupée, elle partit derrière une dune, à l'abri des regards, pour revêtir une tenue plus appropriée, y fourra sa robe et revint proposer son aide :


Puis-je vous faire passer les planches afin d'activer la construction ?

Elle fit le tour de ses ami(e)s qui semblaient ne pas avoir entendu, s'attarda un moment de trop sur les muscles du dos d'Ethan, poussa un soupir au souvenir d'un éclat d'argent qui ce matin l'avait surprise en déposant un tendre baiser sur sa joue... Etait-ce l'endroit ou le fait de reconstruire la cabane qui avait vu fleurir tant d'amours qui la rendait si sentimentale...

Pas le temps de se poser des questions existentielles, déjà Crum me faisait signe pour m'indiquer qu'elle attendait la planche que je tenais encore dans les mains. Quand elle vit une silhouette familière courir allègrement vers eux. Oh mais voilà Damoiselle Feeryne qui vient nous aider à terminer le renouveau de Narbonne.

féeryne a écrit:
Féeryne arriva en courant sur la plage, bien sur les autres étaient déjà la, mais elle était en retard, comme toujours. Essoufflé, elle s’arrêta un moment, puis rejoint les autres.

-Bonjour tous le monde, désolé je suis encore en retard, vous avez pas encore fini j’espère?

Apres avoir saluer tous ce petit monde elle s’approcha du chantier. Déjà ils plaçaient les premières planches, elle retroussa ses manches et se mit sans tarder au travail, elle était arrivée si tard déjà.

elfarranne a écrit:
Elfarranne était contente d’avoir amenée Neige. Elle ne pensait pas qu’elle pourrait rendre autant service. Quand sa jument eut fait plusieurs voyages, elle s’approcha de celle-ci et lui donna une pomme que kataban avait apportée.

Après s’être restaurée avec les autres, Elfarranne rejoint le groupe. Elle aussi avait chaud et enviait Ethan qui avait enlevé sa chemise. Elle sourit en voyant le regard de Crumble. Il est vrai que le spectacle que donnait Ethan torse nu, était plus tôt réjouissant. Elle pensait aussi que le chantier manquait d’hommes. Astérix s’était joint à elles, mais les autres hommes où étaient-ils ? Elle s’arrêta quelques instants pour relever ses cheveux et les attacher. Puis n’y tenant plus, elle entrouvrit un peu son corsage.

Se retournant vers ceux qui avaient repris le travail, Elfarranne leur dit :

Bon voilà je me suis ravitaillée, où puis-je me mettre pour aider ?

Kataban a écrit:
Kataban passait et repassait les planches, elle servait de relai.

jefdesbois a écrit:
JeF desbois marchait lentement sur la grève en écoutant les bruits de l'aube. Il espérait sentir sous ses pieds un morceau de bois flotté assez dur pour qu'il y puisse tailler une ou deux palettes. La dernière avait en effet cédé ; Il s'en était fallu de peu qu'il s'arrache la moitié d'un doigt en décochant un trait.
C'est au détour d'une crique qu'il vit soudain s'affairer la joyeuse équipe; Et la cabane, encore qu'ébauchée lui rappelait, en plus vaste, celles qui faisaient sa joie lorqu'il était adolescent et passait son temps à rêver dans les cimes.
Les étoiles les plus courageuses étaient toujours levées, vibrantes dans le ciel déjà tiède, mais au sol, le vent fraichissait, emportant par vagues erratiques les cris stridents des dernieres chauves souris nocturnes et des vrombissements des lucanes égarés.
Une bourrasque lui porta le mot "cheminée". C'était de toute évidence le point d'orgue nécessaire à cette construction, l'indispensable ornement qui en ferait l'attrait, la nuit venue.
Il se souvint alors qu'il y a deux ans, peu aprés la chute de Constantinople, alors qu'il traversait depuis Pont-de-Vaux en direction de Narbonne, et qu'i lui restait encore deux lunes de marche, il avait croisé certaines formes de cheminées inconnues de lui, mais que des voyageurs lui avaient présentées comme étant celles qu'on pouvait trouver en pays maure. Une mitre en bois de chataigner enduit et un foyer circulaire en aulne qui pourait réunir des amis autour d'un feu crépitant. Voila qui serait parfait !
Il décida de proposer ses services et pressa son pas. Il savait avoir conservé, dans un coin de sa maison, une dalle de pierre brillante et dure dont il s'était servi pour cuire des ocres durant l'été. Etablie sur un lit de sable, elle conviendrait sans aucun doute pour créer la sole. Il décida de retourner chercher la pierre afin d'être de retour pour sexte.

E_Newton a écrit:
[HRP] les données de temps dans ce RP sont bien différents des données réelles. Merci de ne pas aller trop vite en besogne. [/HRP]

Ethan en avait fini de planter tous ses pieux lorsque Crum et Asté revinrent.
Il avait aussi eu le temps de préparer les traverses qui seraient fixées sur les pieux, formant ainsi le bâti qui recevrait le plancher.

Il alla vérifier que tous les éléments dont ils auraient besoin étaient bien présents. En fait, il ne manquait que les huisseries, mais Ethan avait précisé à Chante qu’il avait jusqu’à la fin de l’après midi pour les confectionner.

La matinée s’écoula ainsi rapidement. Feeryne les avait rejoints.
Tandis que Asté et Ethan s’occupaient du gros œuvre, les damoiselles apportaient leur contribution à la réalisation de travaux moins ardus.
Ethan prenait un grand soin pour expliquer à chacune et chacun ce qu’il attendait d’eux.
Il leur faisait même parfois voir en quoi consistait exactement chacune des opérations.
Il restait à l’écoute de toutes leurs questions, et mettait toute la pédagogie dont il disposait au service de tous.

C’est ainsi qu’à l’heure du déjeuner, le plancher avait été sublimement assemblé par les valeureuses Damoiselles.
Tandis que les madriers de soutènement périphériques, ainsi que la charpente avaient été fixés par les hommes.
Il était temps de marquer une pause, que chacun puisse se restaurer et retrouver les forces nécessaires à terminer se dur labeur.
C’est à ce moment que se présenta Jef, dont la proposition de service fut acceptée de bon cœur.

Ethan prit néanmoins un instant pour contempler le résultat de leur travaux du matin. La réalisation avançait très bien, malgré le peu de bras présents. Il aurait espéré voir un peu plus d’hommes se joindre à eux. Non pas que les Damoiselles étaient faibles, mais cela aurait potentiellement permis d’avancer encore plus rapidement.
Il se tourna vers eux, et tint à les remercier chaleureusement pour le travail accompli :

Il n’est point temps encore de se targuer de la réussite de ce travail.
Je tiens néanmoins à vous remercier pour votre formidable collaboration.
Plus tard, vous pourrez fièrement dire que vous y étiez.
Il me semble avoir aperçu de la bière. Sans en abuser, je pense que nous pouvons d’ores et déjà fêter cette première étape.

crum a écrit:
Crumble prit un moment pour regarder l'étape que tous venaient de terminer, un beau planché bien lisse, on avait déjà envie de s'allonger dessus, d'y faire quelques pas de danse, mais l'oeuvre était encore loin d'être achevée.

Soudain le mot bière résonna dans sa tête, et un sourire s'afficha à nouveau sur ses lèvres.

En se retournant, elle aperçu jef, elle le salua.

héhé, un homme de plus, ça n'est pas de refus jef, bienvenu dans l'assemblée!
à moins que ça ne soit la bière qui t'ai attirée, ce qui est sur c'est que tu arrives au bon moment!!


Elle entreprit de servir un peu de bière à qui le désirait, commençant par Ethan qu'elle profita de remercier par ce simple geste accompagné d'un sourire.

Après avoir raconter une ou deux bétises pour amuser la galerie, elle retourna pres du chantier et monta sur le plancher.
Elle était là face à la mer....dieu que c'était beau un paysage pareil!

Puis tournant le do à cette même mer, posa ses yeux sur la belle équipe!
Ca lui donnait chaud au coeur, tous ses narbonnais réunis, il en manquait encore quelques uns, qui viendraient peut être plus tard, mais peut importe même s'ils n'étaient pas la physiquement, elle sentait bien plus de présence qu'elle ne l'aurait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:34

E_Newton a écrit:
Ethan s’étais assis sur le sable chaud pour déguster sa bière.
Il prit le temps de se délecter à la vue de cette chaleureuse assemblée.
Finissant de savourer le doux breuvage, il allait commencer à se restaurer quand il s’aperçut qu’il était couvert de transpiration et de poussière.
Il s’enquit donc de trouver de quoi se débarbouiller avant de manger.

Tournant sa tête lentement vers l’étendue bleue, il se dit qu’après tout il serait bien dommage de ne pas en profiter.
Il se leva, s’éloigna un peu du groupe, enleva chausses et braies et courut se jeter à l’eau qui semblait l’appeler.
Elle était fraîche et accueillante. Il commença par s’asperger allègrement, se débarrassant ainsi des traces du labeur de la matinée.

Quand enfin il eut terminé, il se mit à effectuer quelques brasses vers le large. Il aimait nager ainsi, cela lui permettait de se ressourcer.
S’étant éloigné d’environ cent toises, il se résolut à faire demi-tour.
Arrivé en bordure du rivage, il reprit pied et s’avança jusqu’à qu’il n’ait plus d’eau qu’à hauteur du genou. Il s’allongea alors dans l’eau, bras écartés, le regard tourné vers le ciel.
Il ferma un instant les yeux, rêveur …

elfarranne a écrit:
Elfarranne avait trouvé du travail toute seule, car personne n’avait répondu à sa question. Elle s’était donc jointe à une équipe au hasard, mais elle avait de plus en plus chaud et ne supportait plus sa jupe. Elle se demandait si elle ne pourrait l’enlever, quand elle s’aperçut que leur chef à tous, celui qui depuis le début les guidaient, n’était plus au milieu de leur groupe. Le cherchant des yeux, elle l’aperçut qui flottait dans l’eau. Qu’elle belle idée, il avait eut là, n’y tenant plus, elle enleva sa jupe se retrouvant en braies et en chemise.

Elle entra donc doucement dans l’eau. Celle-ci était délicieuse et après la matinée de labeur un bain dans l’eau rafraîchissante faisait du bien. Au début elle fit quelques brasses, puis l’envie de taquiner Ethan la prit. Elle s’approcha tout doucement, elle avait de l’eau jusqu’aux genoux. Ethan était sur le dos, les yeux fermés. Elle se pencha au-dessus de lui sans bruit, fit une coupe avec ses mains, la remplit d’eau et doucement laissa celle-ci couler sur son torse. Un grand sourire illuminait son visage, car elle se doutait qu’il n’aimerait pas cela. Elle se tint sur ses gardes, prête à s’enfuir au moindre mouvement d’Ethan.

Barachiel a écrit:
Barachiel n'avait pas forcément envie de retourner travailler dans les mines ce matin-là. Il lui restait du pain, il avait donc la possibilité de ne pas avoir à travailler pour gagner son repas. Durement en plus, il n'aimait vraiment pas les travaux de la mine, l'ambiance n'y était pas formidable, le travail pénible... Il avait quand même dû s'obliger à y travailler une partie de la matinée

Il avait choisi d'errer un peu dans Narbonne. Cela ne faisait pas assez de temps qu'il vivait ici pour être familier avec sa ville, mais aussi avec ses habitants. Les tavernes à peine ouvertes étaient vides, et il ne se sentait pas spécialement le besoin d'aller confesser quoi que ce soit. Certes, certains soirs, il avait un peu bu, mais de là à aller embêter le Seigneur avec pareilles futilités...

Il avait donc pris la direction de la plage, tranquillement. Il avait parfois fait le détour pour admirer la mer. Avant d'arriver à Narbonne, jamais il n'avait vu une telle étendue d'eau et était donc fasciné par le spectacle sans cesse renouvellé des vagues. Sauf qu'aujourd'hui, beaucoup de Narbonnais se trouvaient sur la plage, comme si un rendez-vous avait été fourni. Il se rappelait vaguement une volonté de construire ou de reconstruire une maison. Tranquillement, il se rapprocha de la maison pour voir qu'elle avançait vite.

Il se rapprocha du groupe et salua les quelques têtes qu'il connaissait, et prit la parole.


"Bonjour, je suis en retard, mais je viens quand même proposer mon aide. On n'est jamais trop de bras pour construire une maison non?"

crum a écrit:
Barachiel venait de les rejoindre, certains étaient en train de continuer leure pause, tandis qu'Ethan et Elfi s'offraient un petit bain dans la mer.

Crumble aurait bien été les rejoindre, mais elle aurait certainement eu du mal à se remettre au travail, elle décida donc de s'y remettre des à présent.


Bonjour messire Barachiel, je suis ravie que vous ayez répondu oui à notre invitation, et si je puis me permettre, maintenant que vous êtes là, je serait heureuse de me servir de vos bras.


Elle commença par lui proposer de l'aider à ramasser tout ce qui trainait un peu autour du chantier, morceaux de planches coupées, sciures entassées, afin de faire un peu de propre pour continuer le travail.Il y avait également quelques pointes à détordre avec lesquelles elle fit un tas.


Ensuite se fut le moment de s'attaquer au chevronnage de la charpente, les madriers étant installés, mais pour se faire, elle hella d'autres compères.


Asté!Jef, ça vous dit de venir nous donner la main à Messire Barachiel et à moi même, nous aurions bien besoins de main d'oeuvre pour cette besogne.

Ils arrivèrent tout deux sans se faire prier et commençèrent a s'activer en coeur.

Crumble se mis à chanter pour donner le ton, et s'affaira en même temps avec ses amis.

E_Newton a écrit:
Ethan profitait de la fraîcheur de l’eau associée à la douce chaleur des rayons du soleil.
Il était bien, il se sentait reposé. Il allait pouvoir reprendre le travail en ayant presque oublié la matinée de labeur.
Brusquement, il sentit de l’eau couler sur son torse, Ethan fut surpris, néanmoins, il n’en laissa rien paraître. Il ouvrit les yeux et pu constater qu’Elfie était penchée sur lui et qu’elle était la cause de ce petit forfait.

Il lui adressa donc un large sourire et prit appuis sur ses coudes. Laissant la méfiance de la Damoiselle s’envoler, il se redressa lentement jusqu’à pouvoir lui faire face.
Le sourire toujours aux lèvres il se rapprocha d’elle jusqu’à pouvoir sentir sa respiration sur son visage.

C’est alors qu’il l’attrapa par la taille et la hissa sur son épaule tel un sac de blé.
Il se mit à courir en direction du large, Elfie se débattant tant qu’elle pouvait, mais hélas pour elle, sans aucune possibilité d’échapper à Ethan.
Quand il eut enfin de l’eau jusqu’à la taille, il saisit Elfie dans ses bras et la projeta aussi loin qu’il le put. Elle retomba dans un « plouf » qui fit jaillir une gerbe d’eau partout alentour.
Il éclata de rire quand elle sortit la tête de l’eau, et lui dit :

Il faut savoir se mouiller ma Belle quand on veut jouer avec l’eau …

Ethan, content de sa petite revanche s’en retourna vers la plage pour y récupérer chausses et braies. Il rejoignit le groupe ainsi dévêtu dans l’idée de se sustenter avant de reprendre le travail.
Il déposa ses braies au sol et s’assit dessus le temps de sécher.
Il s’empara de quelques victuailles, suffisamment de quoi faire cesser les gargouillis exprimant le mécontentement de son estomac.
Il en profita aussi pour se servir une bière afin d'effacer de sa bouche le goût de l’eau salée.

Il constata que certains d’entre eux avaient déjà repris l’ouvrage. Il était heureux de voir qu’ils savaient se passer de lui.
Après tout, il n’était que l’initiateur. Ils avaient tous le courage et les compétences nécessaires pour que tout soit fini ce soir.
Des bras et des têtes bien faites, que demander de mieux !

Barachiel a écrit:
Visiblement, à part quelques nageurs, la pause de midi semblait terminée pour tout le monde. Il allait donc être temps de se mettre au travail, et visiblement Crumble comptait sur sa présence pour servir d'aide nettoyeur. Il était vrai que le chantier était légèrement encombré de débris de bois, entre les bouts de planche et la sciure, mais aussi des pointes à détordre, ce qui pouvait s'averrer une partie de plaisir diabolique...

" Et bien, invité par des gens charmants, comment aurais-je pu refuser? Et si je suis là, c'est bien pour aider. Mes bras sont à votre service."

Le travail fut fait sans doute plus vite que Barachiel ne l'avait pensé. Alors la charpente reprenait ses droits, et il fallait s'attaquer au chevronnage. Il sut gré à Crumble de sommer deux autres participants à venir les aider car il se voyait mal chevronner seul avec la demoiselle. La tâche s'en voyait beaucoup plus aisé, et il sourit en entendant Crumble se mettre à chanter.

Lui-même se refusa à chanter. la journée était magnifique, il ne comptait donc pas la gacher en attirant le mauvais temps sur cette plage...

elfarranne a écrit:
Elfarranne se tenait prête à se sauver si Ethan voulait l’attraper. Mais il ne bougea pas dans un premier temps, puis s’approcha d’elle tout doucement. Avant qu’elle ne puisse faire quelque chose Ethan la souleva dans ses bras et il la jeta dans l’eau. Une fois son acte commis, le jeune homme sorti de l’eau et se dirigea vers la plage. Pendant qu’Elfarranne pataugeait dans l’eau, à moitié crachant et toussant elle se souvint de ses paroles.

Il faut savoir se mouiller ma Belle quand on veut jouer avec l’eau …

Elle commença à sortir de l’eau dégoulinante de partout. Heureusement le soleil était encore chaud. Elle commença à s’approcher de Nathan, puis au dernier moment fit un écart pour passer le plus loin possible de lui. Malgré l’eau qu’elle avait avalée, elle avait une soif terrible, et puis se goût salé dans la bouche. Elfarranne n’avait qu’à s’en prendre qu’à elle-même, après tout c’est elle qui avait commencé.

Elfarranne rejoint le groupe tout en faisant un signe de la main à Ethan. Elle se servit une bière, croqua dans une pomme et dit aux autres.


Excusez ma tenue, une fois que mes braies seront sèches, je remettrais ma jupe.

Elle sourit, à un nouveau venu qu’elle avait aperçut en taverne. S’approchant elle lui dit :

Bonjour je m’appelle Elfarranne et vous ?

Puis elle se mit à l’ouvrage sans se rendre compte de ce sa tenue avait d’inconvenant, ce bain forcé lui avait grand bien enfin de compte. Grâce au chant de Crumble travailler était devenu presque un plaisir.

Kataban a écrit:
Kataban s'était faite discrète depuis qu'il n'y avait plus de planches à passer. Elle avait bien observé le manège de cette coquine d'Elfie. Quant à elle, elle préférait attendre le manteau de la nuit étoilée qui recouvrerait sa nudité. Oui, car, même une chemise mouillée ne cacherait pas sa poitrine plus opulente que les canons de la mode actuelle l'exigeait. Grâce aux habits qu'elle se confectionnait, elle arrivait à cacher cela mais sans... elle y pensa en souriant.

Elle souriait encore de toutes les idées qui lui passaient par la tête quand son regard se posa sur Crumble qui... mais oui, les femmes sentent bien ces choses-là, regardait Ethan avait des yeux d....... serait-ce plus qu'une amitié ? Bah, de toute façon les hommes font toujours semblant de ne rien voir ou, si charmés et qu'il le soupçonne, ils ont bien trop peur de ce qui adviendrait en s'engageant, surtout qu'ils ne pourraient plus côtoyer de si près les autres gentes damoiselles...


Faisant encore un quart de tour, la vue du plancher neuf et du désordre alentour, lui fit se rappeler qu'elle aimait l'ordre et la propreté. Aussi, alors qu'elle était en train de rapporter les débris qui jonchaient le sable, elle entendit Crumble demander de l'aide à de nouveaux venus qui se mettaient d'emblée à l'ouvrage, motivés qu'ils étaient par son chant rythmé et guilleret. De retour près de la cabane en construction, elle entendit les présentations d'Elfie et à son tour les salua :

Bienvenue à vous, je suis également râvie de votre présence parmi nous ! Ethan commencait à se désespérer du si peu d'hommes qu'il y avait car la plus délicate et lourde tâche vous attend maintenant. On a bien besoin de vos bras forts et de vos conseils avisés.

Je me prénomme Kataban, N'hésitez pas à vous servir, le boire et le manger sont là pour vous redonner des forces quand le besoin s'en fait sentir et pour vous remercier.


Sans attendre la réponse, elle se remit au travail... cela suffisait toutes ses mondanités !

E_Newton a écrit:
D’autres compagnons les rejoignaient. Les travaux allaient avancer bon train.

Elfie était sortie de l’eau et l’avait évité au retour, sans doute peur d’une seconde sanction …
Encore toute dégoulinante, elle s’adressait aux nouveaux venus, ignorant apparemment le trouble qu’elle pourrait jeter ainsi vêtue et humide …

Crum mettait tout son entrain habituel pour motiver les travailleurs. Et cela semblait bien fonctionner.

Kata, quant à elle, semblait songeuse. Elle se ressaisit rapidement pour accueillir elle aussi les arrivants.

Ethan finit de se restaurer rapidement.
Enfin sec, il enfila ses braies et ses chausses. Nul besoin de remettre sa chemise, le soleil était encore haut et avec les travaux à terminer, il aurait vite fait de la retirer à nouveau.
Il alla saluer Barachiel.

Jef n’allait pas tarder à revenir avec la sole pour commencer l’édification de la cheminée. Son emplacement avait été soigneusement réservé à cet effet.
La charpente étant désormais terminée, ils allaient pouvoir s’attaquer à monter les murs, il ne resterait ensuite qu’à apposer la toiture.

Fier de cette équipée, Ethan se permit néanmoins d’organiser la fin des travaux :

Gentes Damoiselles, Messires, je nous pense suffisamment nombreux pour terminer notre œuvre avant la tombée de la nuit.
Si vous le voulez bien, nous allons maintenant monter les murs. Nous travaillerons par binômes afin d’en faciliter l’édification.
Damoiselles, si vous l’acceptez, vous serez chargées de l’approvisionnement des planches.
Elfie, puis-je te demander de te rendre chez Chante pour y récupérer les huisseries ?
Si tout se passe comme nous le souhaitons, nous pourrons fêter cela dès ce soir, autour d’un bon feu de camp et d’un cochon que nous ferons cuire à la broche. C’est moi qui régal !
Allons courage, et merci à tous.

crum a écrit:
l'avancement du chevronnage avait déjà pris une bonne ampleure, crumble profita de quelques instants de répis pour remercier les messieurs avec qui elle s'était appliquée à l'ouvrage de quelques sourires accompagnés de bieres.

tout en descendant l'échelle, elle leur proposa donc une petite pause, elle même avait grand soif.

Dites les garçons, ça vous dit une petite boisson, voir une petite collation, la madame que je suis en aurait bien besoin!


elle alla s'installer près de la nappe qui était maintenant recouverte de sable, et servit à boire à tout le monde, attrapant au passage un morceau de pain et un bout de fromage.

humiam, ça mhum, c'est, scronch, presque terminé, on a bien, mium, avancé!

elle finit sa bouche avant de reprendre la parole.

et bien, si je ne m'abuse, ensuite nous devrons nous attaquer à la couverture du toit, il faudra bien prévoir un chevêtre pour la cheminée, n'oublions pas l'indispensable tout de même!!

puis, elle croqua à nouveau dans son morceau de pain, avalant au passage une bonne gorgée de bière.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:35

elfarranne a écrit:
Elfarranne sourit car Ethan avait remarqué qu’elle l’avait évité. Elle allait se remettre au travail quand il la chargea d’une mission : allez chez Chante récupérer les huisseries. Ses braies étaient presque sèches. De toute manière si elle devait aller au village, il vaudrait mieux qu’elle s’habille. Elfarranne n’avait pas envie qu’on la remarque. Elle enfila sa jupe avec du mal, car par endroit, elle encore bien mouillée.

Nathan j’y vais, à toute à l’heure.

Attrapant le licol de Neige, elle partit vers le village de Narbonne, toute contente de sa mission. Elle était vraiment heureuse, c’était la première fois de puis longtemps qu’un groupe de narbonnais s’entre aidaient ainsi. Lorsque le travail serait accompli, ils pourraient être fiers. Elle saliva rien qu’un à l’idée du bon repas qui les attendrait.

asterix29 a écrit:
asté venant de réaliser ce qu'il faisait et eux pourquoi indirectement la cabane servirait se prit d'un leger mal-etre pourquoi fait il ça pourquoi? il ne pouvait pas continuer dans sa tte cela n'irais pas bien si il contribuait plus a cette construction

euh les amis je dois filer je suis desolé je viens de me rappeler un truc important je suis vraiment desolé


il se mit a courir pour rentrer par chez lui

crum a écrit:
suite à l'annonce d'Ethan, crumble lança un clein d'oeil en direction de kata.
elle avait bien envie de rire un peu tout en travaillant et sentait qu'avec kata elle aurait droit à quelques bétises orales qui pourraient l'amuser.

elle allait s'en retourner aux planches quand elle entendit Asté partir soudainement,

elle essaya de l'interpellé:

Asté!!!quelle mouche t'a donc piquée? quoi qu'il y a???

mais il était déjà loin....

Elle commençait à ressentir des légères brulures dans les muscles des bras, le chevronnage n'avait pas été de tout repos, mais elle se mis tout de même au travail des planches.

une scie à la main, quelques clous en bouche et le marteau à proximité, elle s'attaqua à la cloison coté sud, pour pouvoir profiter de la douceure du soleil jusqu'au bout, à cette saison, il était agréable de travailler au soleil, et elle avait bien l'intention d'en profiter.

puis elle éclata de rire toute seule, se disant qu'elle aurait peut être du laisser la place à Ethan pour être sure qu'il ne remette pas sa chemise...c'eut été dommage...

la premiere planche de cette face allait bientot être fixée.

elfarranne a écrit:
Elfarranne revenait tranquillement, sa jument marchant au pas, lorsqu’elle croisa Astérix. Il revenait en courant de la plage. Elle haussa les sourcils, mais qu’avait-il donc ? Avant qu’elle ne puisse dire quelque chose il l’avait dépassé cavalant comme un lapin. Elle descendit doucement sur la plage, sauta au bas de sa jument, apercevant Crumble, elle lui dit :

Je viens de croiser Astérix qui courait, je n’ai pas eu le temps de lui demander ce qu’il avait, qu’il était déjà parti, tu sais toi ?

Puis elle sourit se rendant compte que Crumble aurait beaucoup de mal à répondre car elle avait des clous pleins la bouche. Puis avisant au loin Ethan, elle lui cria.

Ethan je suis revenue, où dois-je mettre ce que tu m’a demandé ?

ChanteClairVoyant a écrit:
ChanteClairVoyant l'Ignorant
quelques pas faisant de son air surpris
vint poser ses yeux sur cette belle plage
tourné vers ces horizons d'incendie
contempla cette mer si calme et si lisse
croisa le regard de crumble plein de malice

S'avance vers elle et lui dit:

Diantre c'est avec componction que je constate, que ce n'est plus Ignorant qui me conviendrait, mais plutôt celui de Fainéant...
J'ai l'impression une fois de plus d'arriver aprés la bataille, juste pour constater l'étendu des degats...

humour grincant au passage, de sa sagacité souvent naissait l'ambiguïté, mais cela étant, toujours prêt à rendre service...

Si je puis être utile en quoi que ce soit faîtes le moi savoir... je demeure votre dévoué...

crum a écrit:
Crumble fut ravie de voir arriver Elfie accompagnée de Chante qui semblait être venu voir ce qu'étaient devenue les planches et le reste de boiseries sur lesquelles il avait passé une bonne partie de la journée.

elle pris le dernier clou de sa bouche puis s'adressa à Chante.



HEY! Coucou Chante, alors tu vois, on a fait du bon travail avec ce que tu nous as préparé, qu'en penses tu ?

Tu viens finir la journée avec nous, travailler un peu en groupe^^.
Tu as déjà bien aidé à distance, mais sur place tous les bras sont le bienvenus!

Puis, se retournant vers Kata, elle s'aperçut que celle ci attendait apres elle, rouge d'éffort, elle s'empressa de l'aider à maintenir la planche en place.

Chante, installes toi ou tu veux, il y a du travail pour tous le monde, et Asté viens de partir en courant, prends donc sa place^^.

Elle était si contente de voir que chacun était heureux de mettre la main à la patte qu'elle ne peut s'empécher de se remettre à chanter.
Tapant du marteau pour s'accompagner d'un rythme saccadé.

ChanteClairVoyant a écrit:
ChanteClairVoyant, se gratta la tête, comme à son habitude quand la perplexité le gagne, question hautement existentielle que le fait de savoir s'il devait partir ou rester, rester ou partir, rester... partir...

Puis à force de questionnement, il dit:

"dans la mesure ou je n'ai rien de mieux faire, pourquoi pas"

tout surpris qu'il était d'avoir pris une décision aussi rapidement...

" Que dois-je faire?"

Dans le même mouvement il se disait que si Crumble continuait de chanter... le temps lui risquait d'en pâtir lourdement...

E_Newton a écrit:
Les travaux avançaient à très bon rythme.
Ethan se surprit à sourire de l’enthousiasme de Crum à organiser la suite des opérations.
Elle connaissait apparemment de quoi elle parlait. S’il devait s’absenter, il savait désormais le chantier entre de bonnes mains …

Il ne comprit pas du tout le départ inopiné d’Asté, sans aucune explication …
Quelle guêpe l’avait donc ainsi piqué ? Ethan n’était vraisemblablement pas le seul à ne pas comprendre !

Elfie avait fait l’aller et retour chez Chante pour rapporter les huisseries, et ce dernier venait d’arriver pour proposer ses services.

Constatant l’autonomie de chacun des protagonistes présents, et leurs capacités à s’organiser, Ethan décida qu’il s’absenterait dès la pose de la couverture de la toiture terminée.
Il lui fallait s’en aller quérir le cochon et de quoi le faire griller.
D’ici là, il leur restait encore du travail …

jefdesbois a écrit:

Jef desbois avait longuement songé au plans de la cheminée. Il savait qu'il leur faudrait faire un frettage et, dans la mesure ou l'aulne devait être cerclé, le recours à un forgeron aurait été l'idéal.
Aucun n'étant présent dans l'équipe, il décida de prendre la tête des opérations. Il rassembla ses souvenirs de voyages

"Il nous faut de l'argile pour créer des creusets. Il feront 1/2 pied de haut et 3 pouces carrés à la base"
"rassemblez du minerai, il s'en trouve à Valgalgues, allez en chercher à pied si il le faut"
"faites bruler des feuilles de chataigner et conservez-en le charbon"
"une fois rassemblés les ingrédients, il nous faudra faire chauffer le minerai aux proportions d'une once de charbon pour cent onces de fer"
"dessinez sur le sable battu les formes des lames et laissons couler le métal en leur intérieur"
"nous apporterons ensuite les lames à la forge pour les faire chauffer jusqu'à ce qu'elle brillent"
"les laisseront ensuite refroidir pour qu'elles prennent la couleur du sang neuf"
"il faudra six lames de deux pouces sur quatre pieds de long"
"il faut des volontaires pour pisser sur les lames lorsqu'elles seront rougies"
"nous aurons alors de belles lames d'acier pour le cerclage"
"il me faut huit planches d'aulne de deux pieds à leurs bases sur six et un à leur autre extremité; bien séchées"
"il me faut treize planches de chataigner de sept pieds sur deux"
"formez les planches d'aulne en un cone ouvert et cerclez le à sa base en son intérieur et en son extérieur"
"ajourez les planches de chataigner en leur extremité distale, une sur deux, gardez une pour le pleine pour le toit"
"formez la mitre"
"mouillez et chevillez l'ensemble"
"les lames restantes serviront à fixer dans le toit, une de part et d'autre"
"une fois la cheminée formée, enduisez l'intérieur de torchi"
"dressez là au centre de la piece"
"une bonne couche de sable sable et d'argile mélés avec la pierre posée dessus fera la sole"
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:35

crum a écrit:
Crum avait écouté avec attention ce que disait jeff.

Ses yeux sortaient presque de leurs orbites.Chacun s'affaira à se mettre à un poste.

Certains étaient partis chercher l'argile et du minerai, pendant que d'autres préparaient le charbon, Kata elle, s'occupait aux dessins dans le sable, les proportions seraient plus justes^^.

Le temps de couler les lames était arrivé, Crumble se mit à rire en pensant au refroidissement de celles ci....mais il y avait de quoi les refroidir sur place, suffisamment d'eau à l'entour de la forge, dommage....

Chante s'était appliqué à aller preparer ce qu'il fallait en bois, ça c'était son domaine et chacun le regarda quand jeff se mit à parler bois.

Chacun revenait plus tard avec le materiel nécessaire à la construction de la cheminée, pendant ce temps, ceux qui étaient réstés sur le chantier avaient peu finir de nettoyer autour de la cabane et de se servir largement en boissons, la fatigue se faisait ressentir, et l'alcool aidant, les rires étaient de mise.

à présent que tout le monde était là, il fallait se mettre à l'assemblage, la soirée allait bientôt battre son plein, la cabane était bientôt terminée...et la nuit ne tarderait pas à se montrer, il ne fallait pas chaumer^^

E_Newton a écrit:
Les travaux se terminaient. Toute la joyeuse équipée s’était livrée à une réalisation sans faille.
Chacun avait apporté ses compétences ainsi que son expérience et les avaient partagées avec le restant des participants.
Tous en avaient appris et tiré des enseignements forts. Il les savait capables de se passer de lui. Jef, Crum et Chante avaient les choses bien en main.

Il était désormais temps de les laisser terminer sans lui.
Ethan se devait de veiller à l’approvisionnement pour les festivités de la soirée.

Elfie, je me permets de t’emprunter encore une fois Neige.
Je vais nous approvisionner pour notre petit banquet.
J’espère ne pas en avoir pour très longtemps.
Gardez vous donc quelques forces pour pouvoir vous amuser


Ethan prit Neige par le licol et commença à s’éloigner.

jefdesbois a écrit:
Jef aurait pu en vouloir à Crumble lorsqu'il apprit que l'acier aurait pu être refroidi à l'eau de mer. Il pensait savoir que la dureté idéale ne pouvait être obtenue qu'avec une trempe à 37°, et en tenait pour preuve le fait que les forgerons sarrasins avaient parfois coutume de plonger l'épée dans le corps d'un esclave pour qu'elle soit idéalement refroidie. La cheminée n'était pas pour durer mille ans et il se dit qu'apres tout, cela n'avait guère d'importance. Toute originale qu'elle fut, cette coutume ne devait pas faire l'objet d'une tradition sur Narbonne, et quand bien même, qui aurait on pu sacrifier ?
La cheminée allait être superbe et la chaleur qu'elle dégagerait n'aurait d'égale que celle de l'amitié scellée entre ceux qui auraient participé à cette construction.

E_Newton a écrit:
Ethan s’était enquit de pourvoir au ravitaillement de toute l’assemblée.
Il était passé chez l’éleveur que lui avait recommandé Castel afin d’y prendre un mouton.
Il en avait profité pour lui emprunter une broche afin de faire cuire l’animal.
Puis, il avait fait le tour du marché pour acheter fruits, fromages, pains et bien sur des bouteilles de bières et de vins.
Il en avait profité pour acheter une rose à chacune des participantes, elles le méritaient bien.

Puis il était repassé par chez lui rapidement. Constatant l’absence de ses hôtes, il leur avait laissé un petit parchemin les invitant à les rejoindre sur la plage.
Il avait chargé une table pour y déposer les mets et avait repris le chemin de la plage.

Chemin faisant, il s’imaginait la tête que feraient Kali et Castel quand ils découvriraient leur œuvre …
Quand il aperçut enfin leur réalisation, il en demeura bouche bée ! Il faillit même en tomber à la renverse.
Il n’avait pas pris le temps de se retourner en partant, et n’avait pu admirer le travail accompli.
La cabane trônait sur la plage, au milieu des dunes, faisant face à la mer …



Faisant stopper Neige, il contempla un instant la cabane, fier de tous.
Mais il ne fallait pas en rester là. Il reprit son avancée jusqu’à ce qu’il arrive enfin au pied de l’édifice.
Il commença par saisir le bouquet de rose, et en offrit une à chacune des damoiselles qui avaient participé : Féeryne, Crumble, Kataban, Elfarranne et Saradhinatra.
Il en garda une pour Kali, dont il espérait qu’elle ne tarderait pas à arriver.

Quant aux hommes, Chante, Jef et Barachiel, il leur offrit une bonne poignée de main.
Il se permit de s’adresser à l’assemblée :

Chers amis, vous pouvez être fiers de votre réalisation.
Jamais je crois, ou tout au moins depuis que je suis installé à Narbonne, je n’ai pu constater autant de ferveur d’un groupe tout entier, et ce pour le bien être de tous.
Je n’ai pas d’autres mots à ajouter, si ce n’est merci.
Il est maintenant temps de passer aux réjouissances.


Avec l’aide de tous, ils déchargèrent la charrette et préparèrent le festin.
Le mouton fut cuit …

.., la boisson coula et la soirée commença dans les rires et la joie ..


[HRP]Un grand merci à Jefdesbois pour cette superbe illustration de la cabane de la plage.[/HRP]

Kataban a écrit:
Elle admirait leur oeuvre, pas peu fière de l'énergie déployée... Cette belle réalisation s'intégrait à l'espace environnant et surprenait par son côté accueillant dans une nature sauvage. Elle ne s'arrêtait pas d'en faire et refaire le tour, prenant au passage une bière... Qu'il était beau ce buron au bord de l'eau et ce n'était rien en comparaison de l'atmosphère de cocon douillet qui s'en dégageait à l'intérieur où trônait une cheminée sarrasine.

C'est dans cet esprit qu'ils accueillirent le retour d'Ethan qui pensait décidement à tout. Désarmant qu'il était avec sa brasée de roses !...
Kataban cherchait ses mots pour le taquiner quand, c'est elle qui eut la surprise. Il distribuait les roses à chacune des participantes. Quand, à son tour, il lui tendit une fragile rose blanche, des larmes de joie vinrent troubler ses yeux et c'est d'une toute petite voix qu'elle babilla :


Très touchée de cette délicate attention ! il ne fallait pas...

Elle portait la rose à ses narines et en humait son parfum subtil quand son regard se posa sur les mains remplies d'épines d'Ethan, l'instigateur, qui maintenant donnait une bonne poignée de mains à ChanteClairvoyant, Jefdesbois et Barachiel. Sa réponse : un simple Merci résonnait encore.

Vivement que Kali et Castel arrivent car ce succulent mouton la faisait saliver... Aussi elle dit :

Que diriez-vous de s'occuper de "l'embroché" pour changer de la pescaille quotidienne ?
J'ai très faim maintenant et vous ?
Qui veut bien trenchier ce bélin graillé ?

Cela attirera peut-être plus vite celle et celui que nous attendons tous.

Voyant que toutes et tous se regardaient, cloufichés sur place, elle prit un chane et distribua la bière fraîche. Santé !
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:36

crum a écrit:
Crumble avais profité de la fin des travaux pour aller marcher un peu au bord de l'eau, elle commença par se nettoyer un peu les mains et le visage, l'eau lui faisait frai, mais ça n'était pas désagréable, puis elle déposa ses chausses pour avancer doucement le long de la mer.

Par moment elle regardait la cabane, par d'autre l'infinie étendue d'eau.

La fatigue de la journée, le plaisir de voir le travail accompli, le bonheur d'avoir travaillé en si bonne compagnie, main dans la main, et à présent une soirée qui s'annonçait remplie de tout, rendaient le sourire de Crum encore plus chaleureux que d'ordinaire...elle était bien...


Elle finit par sortir de ses songes pour rejoindre le reste du groupe, et quel ne fut pas sa surprise de voir toutes ces damoiselles une rose à la main...elle se doutait déjà d'ou pouvait provenir les fleurs, et quand Ethan lui en apporta une elle se sentit fondre sur place, mais se contenta de lui dire toujours avec son sourire:


Alors toi!! Qu'est ce que tu ne ferais pas pour attirer les abeilles...puis lui adressant un clein d'oeil elle ajouta malicieusement J'adore le couleur de cette rose.

Elle en retira les épines, se fit un chignon et la piqua dedans pour maintenir celui ci.

Merci pour cette journée...

Caroline61 a écrit:
Caroline qui n'avait pas aider à la reconstruction de la cabane voulait voir se qu'il se passait à la plage, elle vit un mouton entrint de rôtir ,des villageois heureux d'avoir fini leur tache ,elle s'avança et se demanda :pourquoi n'est elle pas venue plus tôt .Elle aurait bien voulu y participer mais elle espère pouvoir participer à la prochaine activité de groupe .

Elle s'avançait de plus en plus ,elle vit Crumble ,Ethan ,Chante ,Esme, Jef et pleins d'autres .Elle arriva au milieu de tout se monde .Elle sourit et salua tout ce beau monde :

Bonjour ,tout le monde !Puis-je profiter de ce beau mouton avec vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:37

~~Kali~~ a écrit:
Ils marchèrent doucement, main dans la main, la journée s’assombrissait. Le silence se faisait lourd entre eux. Kali savait bien que Castel avait mal de savoir qu’elle allait encore partir, il comprenait que le manque de son fils se faisait chaque jour plus fort en elle… Cela ne l’empêchait pourtant pas d’avoir peur de la perdre, peur que la distance s’installe entre eux. Et s’il avait raison ? Elle évita de pensée à tout cela dans le moment, il fallait que tout cela passe, que l’amour qui les unissait reste vainqueur malgré tout….

Déjà leurs pas frôlaient le sable frais de la soirée qui s’avançait. La belle ébène entendait les murmures de convives non loin de là. Un filet de fumée s’échappait d’un lieu de la plage avec un arome non habituelle, de la viande braisé. C’est à cette odeur alléchante qu’elle se rendit compte qu’elle n’avait rien avalé depuis le petit déjeuner. Elle entraina Castel vers le petit groupe qui s’agitait. Plus elle avançait, plus elle se rendait compte de la direction qu’elle prenait. Mais que pouvaient-ils faire dans ce lieu. À cet endroit même ou des jours heureux avaient été connus mais que maintenant hantait les cendres de la destruction ….
Elle resta muette lorsqu’ils arrivèrent. Aucun son ne sorti de sa gorge. Elle découvre ce qu’ils avaient fait. La maison, il l’avait rebâti… Ce n’était pas la même certes mais l’intention et tout ce qui avaient accompli la laissait sans voix. Pourquoi avaient il fait cela. Elle vit Ethan parmi le groupe le sourire aux lèvres, elle comprit à ce moment là que c’était l’investigateur de tout cela. Les larmes de joie perlaient à ses yeux. Elle se retourna vers Castel, lui aussi ébahi qu’elle.

Mais… Tu savais toi ?

Elle se retourna vers son meilleur ami, l’incompréhension sur ses traits si fins.

Hum… tu m’expliques toi ?

Elle plaça ses mains sur ses hanches, après avoir essuyé les larmes de son visage, voulant cacher le trouble qu’il avait fait naitre en elle. Elle ne voulait pas tout de suite montrer le bonheur qu’il faisait surgir en elle avant de savoir de quoi il en retournait. Ils avaient du y travailler tous et sans relâche puisque à peine ses souvenirs lui rappelait qu’il n’y avait rien ici, que de la douleur, de l’amertume et la tristesse. Aujourd’hui tout cela semblait vouloir être différent.

castelreng a écrit:
Ils repartirent donc, main dans la main, Castel caressant les doigts de Kali, le silence… terrible silence.. toujours présent entre eux. Que lui dire ? Il ne pouvait pas aller à l’encontre de son désir de retrouver son fils, il n’avait plus que l’espoir que cette séparation ne serait pas trop longue qu’elle comprenait qu’il ne pouvait faire autrement que de rester, qu’il n’avait pas le choix.. hélas.. qu’elle aurait la patience et l’amour assez fort pour passer cette dernière épreuve.

Le jour baissait, la plage déjà sous leurs pieds, Castel avait hâte d’en finir avec ce moment, hâte de se retrouver seul avec elle… leur dernière nuit avant longtemps peut être..

Une fumée au loin, dans une direction que jamais il n’aurait voulu prendre, une odeur de viande ? qu’est ce que cela voulait dire ? Pourquoi Ethan avait-il fait son festin justement là ?
Il se fit entraîné par kali vers les voix qui maintenant leur parvenaient. Castel avait l’impression qu’il allait vivre là un moment terrible, le souvenir de cette cabane, les instants merveilleux passés, les instants de vérité dit ensuite et maintenant un festin… dans les cendres …

Arrivés entre les deux dunes qui cachaient l’endroit où ils avaient passé le plus beau de leur amour, Il s’arrêta net devant lui la cabane ! Qu'est ce que ça voulait dire ? il cru au départ à un mirage et ensuite une mauvaise plaisanterie ? la cabane.. Tout ces amis étaient là, Crum, Kataban, Elfie, Jef, Chante, et bien d'autres, ils avaient donc reconstruit ? il ne comprenait pas et n’était pas d’humeur à chercher à comprendre, Son Amour partait demain et cette chaumière ……… Non ne pas y penser…. Surtout ne pas penser.
Elle se tourna vers lui des larmes de joie dans les yeux, il lui sourit tendrement


Mais… Tu savais toi ?

Non Trésor je…….. non j’ignorais


Il la sentit heureuse par cet évènement et cacha donc au plus profond de lui ses sentiments d’inquiétude, la torture de son départ. Elle était heureuse et pour le moment c’est tout ce qu’il lui importait. Il la laissa s’adresser à Ethan qui bien sur devait être à la tête de ce projet et avança vers cette cabane, il voulait voir de près, la toucher…

elfarranne a écrit:
Elfarranne avait récupéré sa jument et en plus elle avait reçu en cadeau une fleur : une rose. Elle sourit. Quelle délicate attention de la part d’Ethan. Ce qu’elle avait à lui dire serait d’autant plus pénible qu’elle l’aimait bien. Rassemblant tout son courage, elle s’approcha de lui. Elle se racla la gorge, puis regardant à moitié Ethan, à moitié ses pieds, elle lui dit.

Merci de m’avoir ramené Neige.

Puis rougissant

Merci pour la rose aussi. Je vous ai aidé pour la cabane, mais par contre je ne peux pas rester pour la fête, tu comprendras pourquoi, j’espère. Je dois partir, avant que Kali ne vienne.

Elfarranne avec un dernier signe de tête monta sur sa jument, croisant au passage Kali et Castelreng qui arrivaient. Elle les salua, poursuivant sa route. Les aider pour cette cabane passe encore, mais de voir Kali et Castelreng ensemble lui serrait le cœur, elle pensait à son amie Eb.

crum a écrit:
Crumble fit un sourire à Elfi qui s'éloignait déjà, elle comprenait que chacun puisse avoir des réactions différentes faces à diverses situations....Crumble, elle aimait les gens tels qu'ils étaient, leurs histoires leurs étaient propres, et elle ne se permettrait jamais de porter aucun jugement, d'un coté comme de l'autre , elle n'était pas en eux, et n'avait pas vecu ce qu'eux avaient vécu....elle avait pourtant vécu bien d'autres choses, et on l'avait parfois mal jugée elle aussi...et pourtant.

Elle sortit de ses songes et s'approcha des amoureux avec deux verres en mains, de toute façon elle adorait voir des amoureux^^!


Tenez vous deux!! Venez donc vous réchauffer pres du feu et vous remplir la panse, la soirée à déjà bien commencée, on aurait voulu vous attendre , et montrant la bete du doigt, elle dit:mais ce cochon d'Ethan nous faisait de l'oeil, elle rit et se repris, le cochon qu'a apporté Ethan nous chatouillait les narines!!

castelreng a écrit:
Il prit le verre que lui tendait Crum et sans pouvoir encore rien dire, ouvrit en grand la porte de la chaumière, il lui fallait voir, réaliser sans doute.

La grande pièce était vide naturellement et, franchissant le seuil, Castel , lui vit l’intérieur tout autrement.La cheminée attira tout d’abords sons regard.

Les Flammes léchaient les bûches, les faisant crépitées, apportant de la clarté. Une grande peau à ses pieds, Eux, assis devant ce feu , discutant, leur regard déjà cherchant l’autre. Le tonnerre qui vint la faire sursauter…
Devant cette cheminée, un vieux sofa à l’assise menaçant. Il en sourit, se revoyant à soigner cette petite plaie si joliment placée.
Au fond, Un vieux lit qui ne demande qu’à crouler se plaignant grincement à chacun de leurs ébats.
La table, où trône un petit sac d’herbes pris dans l’herboristerie, le flacon de parfum quérit chez un apothicaire de la ville, l’odeur , il la sent… en ferme les yeux un moment, s’enivrant de cette senteur subtile.
Deux chaises, dont l’une est bancale, un coffre, Un rayon de soleil que filtre la fenêtre, des moments de joie.. des moments d'amour.....
Un chariot plein de bric et de broc, pour changer ces vieilleries , Kali, monté sur la roue se penchant pour mieux examiné les objets rapportés.

La cabane était vide mais il y revivait tout ces moments de bonheur, voyant même la poussière qui gouvernait l’endroit en cette journée d’orage.
Kali les vois tu aussi ces instants magiques qui mieux que de rêves ont été notre réalité se dit il en ressortant de la cabane, réalisant enfin la beauté de leur geste, les souvenirs à nouveau étaient beaux, les cendres avaient disparu, jamais existé….

Se mêlant enfin aux autres, regardant la viande tournée sur la broche il dit alors


J’ai grand faim !! pas vous ? allons nous laisser brûler ce festin ?

E_Newton a écrit:
Le mouton rôtissait sur la broche.
Les convives s’assemblaient et commentaient leur réalisation.
Caro, certainement attirée pas les effluves de la cuisson de la viande, venait de les rejoindre.

Ethan s’était assis sur le sable, légèrement en retrait du groupe.
Il regardait vers la ville, scrutant inlassablement cet horizon, attendant patiemment …
Quand enfin il les aperçut, il se leva d’un bond, courant presque jusqu’à la charrette pour y récupérer la rose qu’il lui avait réservée.
Il la cacha dans son dos et attendit qu’ils arrivent, un sourire aux lèvres.
Elfie s’échappa sans fournir d’excuse rationnelle, tout au moins aucune qu’Ethan ne voulut entendre.

Quand enfin ils furent face à lui, Ethan observa leurs réactions sans mot dire.
Il déchiffra tout d’abord la joie dans les yeux de Kali, les larmes commençant à l’envahir.
Puis il se tourna vers Castel …

Quant Kali se retourna vers lui, il plongea à nouveau son regard au plus profond du sien.
Il y lut ce qu’il craignait, elle avait pris sa décision et Castel, quoi qu’essayant de le dissimuler en était informé !
Son cœur se serra, sa main se crispa sur la tige de la rose qu’il tenait, les épines pénétrant profondément dans ses chairs.
Elle s’adressa à lui :
Hum… tu m’expliques toi ?

Ethan ne sut quoi répondre, son sourire s’estompa doucement.
Il se sentait tant affligé par cette nouvelle pourtant non dite.
Il voulait faire bonne figure mais n’y arrivait pas.
Il tourna la tête vers l’assemblée cherchant de l’aide du regard, une interrogation muette en direction de Kataban, Crum, Féeryne et tous les autres, mais ils semblaient ne pas comprendre …

Se sentant tout à coup éperdument seul, il ne put que retirer sa main de derrière son dos et lui tendre la rose qui lui était destiné, puis baissant les yeux il formula cette unique réponse :

C’est pour toi …

C’est le moment que choisit Crum, toujours souriante, pour le sauver de cette situation délicate :

Tenez vous deux!! Venez donc vous réchauffer près du feu et vous remplir la panse, la soirée à déjà bien commencée, on aurait voulu vous attendre, et montrant la bête du doigt, elle dit: mais ce cochon d'Ethan nous faisait de l'oeil, le cochon qu'a apporté Ethan nous chatouillait les narines!!

Ethan en profita pour s’effacer et se retira pour rejoindre le groupe, comme si de rien n’était.
Mais sa peine était incommensurable, la joie le quittait, la tristesse l’accablait, son amie les quittaient …

Caroline61 a écrit:
Caroline qui elle était arrivée plus tôt ne se sentis pas très bien ,alla marchait le loin de la plage .Elle enleva ses sandales ,les pris à la main et marcha pied nu sur le sable .L'eau lui arrivait jusqu'au cheville ,elle s'arrêta et regarde le ciel et le soleil ,elle avait toujours rêver d'un tel paysage .Elle regarda son reflet dans l'eau ,elle sentit venir un sentiment ,elle ne pouvait pas définir le quel mais ça lui prenait le ventre .Elle trouva une pierre ,elle la prit et la jeta dans le large .

A ce moment précise ,elle voulait pouvoir devenir un oiseau ou un poisson pour pouvoir disparaitre quand elle le voudrait .... Elle s'installa au bord de l'eau et commença a faire des dessins dans le sable.Elle resta là à contempler l'océan ......

E_Newton a écrit:
Aucun son ne pouvait plus sortir de sa bouche, Ethan savait que tout était dit !

La fête battait son plein, les convives semblaient s’y distraire …
Lui n’avait pas le cœur à rire, il aurait pourtant dû être fier et heureux comme les autres, mais …
Sa poitrine se serrait, sa gorge se nouait, ses entrailles le tenaillaient …

Il s’éloigna lentement, discrètement, comme si de rien n’était.
Sans un regard, sans un mot, telle un ombre s’effaçant dans la nuit, il partit silencieusement pour regagner la caserne …

Personne ne s’aperçut de son départ.

Kataban a écrit:
Quand elle aperçut au loin Castelreng et Kali venir vers le groupe, elle fut enfin heureuse et un peu inquiéte en attendant leur réaction. Laissant Ethan s'occupait de ses convives, Kataban rejoignit le groupe pour ripailler en leur compagnie.

Elle allait de l'un à l'autre, proposant un peu de bière fraîche à l'un, papautant avec l'une, prenant un morceau de viande qu'un autre lui proposait quand elle vit une ombre au loin... un frisson glacial lui parcourue l'échine... on aurait dit que ses cheveux se hérissaient sur sa tête. Est-ce un mauvais présage ?

Elle alla rejoindre Crumble pour lui faire de son mauvais présentissement et trouver un peu de réconfort. Peut-être n'était-ce pas aussi grave, auprès tout
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   Mer 16 Jan - 10:38

~~Kali~~ a écrit:
Ethan avait fait cela pour elle ? Elle n’en revenait pas. Cet ami avait toujours été présent pour elle. Facilement elle s’était liée à lui étrangement. Elle se jeta dans ses bras l’espace d’un moment. Elle le remercia au creux de l’oreille.

Ethan la joie que tu fais exploser dans mon cœur est sans paroles adéquate. Tout simplement merci…. Je dois te parler cependant plus tard…. Mais pas ici, pas maintenant….

Elle déposa un tendre baiser sur sa joue, s’attardant longuement, les larmes ruisselant toujours. Elle fini par se calmer et se dégager. Elle rejoignit les autres. Kali ne se rendit pas compte immédiatement du mal que rongeait son ami en ce moment. Il était bien seul, bien mélancolique en ce moment. Elle avait trop d’émotions qui la percutait pour voir cela, dommage, il avait surement besoin d’elle et demain elle serait loin…..

Elle se mêla aux autres, souriant et remercia intimement tous ceux qui avaient participé à ce rétablissement des jours heureux ici pour elle et Castel. Pour les nouveaux, qu’elle n’avait pas eu la chance de rencontrer, elle se présenta. Elle rejoint Castel qui déjà cherchait à boire et à manger puisque l’odeur embaumant l’air excellant à vous tenailler la faim.

Elle chercha Ethan du regard mais ne le vit point. Il était parti sans saluer personne ? Bizarre….
Elle le retrouverait surement plus tard. Elle partait certes au lever du jour mais elle reviendrait. Bientôt les rires de Chelsey emplirait les murs de cette maisonnée, elle le voyait déjà construire des châteaux de sable entre les dunes la où même eux c’était aimer. Des jours magnifiques suivraient bientôt. Le sourire se dessina doucement sur ses lèvres, ils pourraient vivre enfin.

castelreng a écrit:
Castel regarda Kali venir le rejoindre, elle paraissait heureuse, en sourit, laissant de coté le fait qu'elle allait reprendre la route, ne voulant savourer que la joie qu'il voyait dans ses yeux. Il passa un bras autour de sa taille et déposa un baiser sur ses lèvres, lui offrit un verre après l'avoir laissé se présenter aux personnes qu'elle ne connaissait pas.

La nuit maintenant était pleine, la lune seule les éclairait, le mouton fut ôté du feu et découpé pour le plus grand bonheur des papilles de tous. On put remettre des buches sur les braises et un grand feu vint leur offrir chaleur et lumière.

Tous étaient d'une humeur joyeuse, personne ne se rendit compte qu'Ethan était parti. Lorsque Castel s'aperçut de son absence, il le cru un moment lui aussi à l'intérieur de la cabane, contemplant sans doute l'œuvre généreuse qu'il avait, avec ses amis, réussit à mettre debout, en si peu de temps pour le bonheur de deux êtres qui le chérissaient . Il regarda un long moment vers l'entrée de la chaumière, attendant qu'il sorte... Ethan était parti.. sans rien dire... tel un ange disparaissant après son bien fait.


Il se promis d'aller le retrouver dès le lendemain afin de le remercier, chose qu'il n'avait pas pu faire sur le coup de la surprise.

crum a écrit:
biensur, Crumble raconte des âneries, adressant à kata, qu'elle voit s'approcher, un petit clein d'oeuil, tout en cherchant discretement Ethan des yeux, elle comprend alors le vide qu'elle avait senti soudain tout à l'heure.

Elle cesse discretement d'être bruillante, écoute un instant ses amis, et finit par aller s'assoir sur le sable, non loin de la cabane. Puis s'allonge complètement sur le do, cherchant le sommeil en regardant les étoiles.

elle irait le voir bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 4 -début nov. 1455 - Un retour inespéré pour Castelreng
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 17 : Comment gagner ses matchs ?
» Retour de force pour un cabinet Naomi UR
» [RP] Un retour inespéré...
» Requiem pour la V7: retour de tournoi pour les croustillants
» [Blog] 20eme chapitre du bionicle show:"donnez vos idées pour la suite"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: livre 1455-
Sauter vers: