Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre III : Oriabel ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Chapitre III : Oriabel ...   Mar 11 Mar - 19:03

Les semaines avaient coulées depuis leur retour plus que précipité à Narbonne. Castel avait installé sa petite famille au coeur de la ville comme le lui avait conseillé Ethan et Sara afin de pouvoir assurer la protection des enfants. De la perte de son Amour, il ne se remettait pas et afin d'éviter de trop sombrer, il se noyait dans le travail. Ce jour là, il avait décidé de souffler un peu et retourna donc chez lui ou ses enfants étaient entre de bonne mains, celles de la Douce Oriabel, qui hélas devait se sentir bien seule dans cette maison où il ne venait régulièrement que le soir.

Il entra donc et la vit, toute pensive, assise dans un fauteuil , près de la fenêtre, les yeux et les doigts occupés sur une broderie.


Oriabel avait fait boire les enfants, maintenant que leur mère était disparue, elle les nourrissait avec du lait. Elle s'était acquittée auprès d'un herboriste et y ajoutait des vitamines pour que les petits ne manque de rien. Ils dormaient maintenant à point fermés. Elle avait un bon moment avant que leur père ne rentre et avait décidée de faire un peu de broderie pour la couverture de Heaven. Assise tranquillement elle n'entendit même pas Castelreng rentrer.

Oh pardon, je ne vous avais pas entendu rentrer, vous êtes bien en avance.?


Il sourit de la voir surprise de son retour prématuré , et une fois la porte refermée derrière lui, alla remettre une bûche dans l'âtre, qui se trouvait être proche de la demoiselle, en lui répondant

Oui je me prend une journée marre un peu de tout ces dossiers Il alla s'asseoir sur le fauteuil faisant face à Oriabel, étendit les jambes et jeta son regard sur l'ouvrage. Continuez Votre ouvrage ne vous gênez pas pour moi, je vous en prie ça m'a l'air magnifique de plus C'est ? ..


Oriabel se leva et lui sourit. C'est une petite couverture pour Heaven. Vous faites bien de vous reposer, c'est agréable de prendre soin de nous quelques fois. Vous travaillez beaucoup de plus
Elle se rassoya dans son fauteuil l'observant. Elle se souvient de la première fois qu'elle l'avait vu au marché de Valence, il avait l'air si enjoué, si séduisant. Aujourd'hui il était qu'une âme triste, elle le voyait bien dans son regard
Voulez vous une tasse de thé ou autre chose ? Je puis vous en faire si vous voulez ?


Il lui sourit largement lorsqu'elle lui proposa une tasse de tisane. Non Oriabel.. j'irais me servir si il le faut. vous en faite déjà beaucoup.. .. Il ne voulait en aucun cas qu'elle soit pour lui sa "bonne à tout faire", il était déjà trop reconnaissant qu'elle s'occupe si bien de ses deux anges .

Elle acquiesta avec un sourire chaleureux. Elle se remit à la broderie. Le fait qu'il l'observe ainsi par contre la mettait quelque peu mal à l'aise. Elle n'en avait pas l'habitude. D'avoir de la compagnie lui était agréable, Jeni, sa meilleure amie passait régulièrement mais ce n'était pas la même chose, loin de là. Elle continua tout de même son travail minutieux pendant un long moment. Elle aurait bien engagé la conversation mais elle ne savait pas par où commencer. Il y avait quelques semaines qu'elle était ici mais ne savait rien de lui si ce n'était que il avait éprouver un profond amour pour la mère de ses enfants et que sa perte le laissant dans un état pitoyable. Souvent elle l'avait vu rentrer ivre, ayant à peine capable de se déchausser et de se rendre à sa chambre où il s'enfermait pour pleurer. Cependant dans les derniers jours il semblait s'être fait une raison, au moins éphémère. Il se submergeait de travail volontairement pour oublier, remplaçant le travail de l'alcool. Elle voudrait bien l'aider ne sachant pas trop comment pour l'instant


Il resta un long moment silencieux, regardant les doigts de la jeune femme aller et venir sur l'étoffe. Puis, se permit de la regarder sans qu'elle ne le vit. Il ne savait pas grand chose d'elle et n'avait jusque là pas eut le coeur de faire plus ample connaissances avec elle. Il réalisa, toute en la regardant, qu'il avait plus qu'incorrect avec elle, la laissa s'occuper de ses enfants qu'il n'allait voir que le matin avant de partir et le soir quand il rentrait pas trop ivre. Depuis quelques jours, le travail l'aidant, il ne passait plus ses soirée à boire et rentrait fatigué mais sobre, gardant pourtant le silence. Il se dit donc qu'il était grand temps de mettre un terme à tout ça. Il se leva et alla faire du thé, servit deux tasses qu'il apporta et qu'il déposa sur la petite table qui se trouvait à coté des fauteuils, Oriabel avait levé les yeux quand il s'était levé et avait repris son ouvrage, restant silencieuse. Il se rassit, toussota, ne sachant vraiment pas comment s'y prendre et finit par dire.

Je suis de bien mauvaise compagnie veuillez m'en pardonner Oriabel Mais sachez que sans vous ...Je vous remercie.. pour ce que vous faite chaque jours depuis .Vous méritez une compagnie plus agréable que la mienne.. qui de plus vous impose d'être cloîtrée ici en permanence.. Il la regardait toujours

Oriabel resta quelque peu surprise de le voir revenir avec une tasse de thé. Elle le remercia gentiment avant de se remettre à son travail. Elle resta silencieuse lorsqu'il se mit à parler. Elle leva les yeux. Ils rencontrèrent les siens. Elle n'avait jamais remarquée de quel couleur ils étaient.

Arrêtez, j'adore vos enfants, ils sont magnifiques. Je sais que tout ceci pour vous est nouveau, apeurant et il me fait plaisir de vous aider. Je n'ai mieux à faire de mon temps de toute façon. Si je puis me rendre utile quelque part, je veux bien que ce soit ici tant que vous me le permettrais
son regard toujours ancré dans le siens Vous avez des yeux magnifiques, dommage mais compréhensible qu'ils soient si tristes. Elle ne lui avait pas dit cela pour lui faire de la peine bien au contraire, simplement pour lui démontrer qu'elle voyait autre chose qu'un homme effondré en lui. Elle espérait aussi qu'il le verrait un jour, maintenant il était trop tôt mais avec le temps...


Il l'écouta, gardant son regard dans le sien jusqu'à ce qu'elle lui dit avoir de beaux yeux. Non que cela le froissa ou le choqua, simplement l'aveux d'y voir sa tristesse le gêna. Il fixa donc son attention un moment sur l'ouvrage et ne répondit pas à cette remarque.
Vous êtes jeune jolie.. et je ne voudrais en aucun cas que vous gâchiez votre vie. Mes enfants ont certes grand besoin de vous...Ils ne connaissent que vous d'ailleurs
Reposant un moment ses yeux dans les siens, il fut troublé d'y voir tant de douceur. Ne voulant pas le montrer, il prit sa tasse et commença à boire.

Elle resta muette devant la démarcation de toute sa jeunesse et de sa beauté. Il évitait de la regarder, elle se sentait bien

A quoi tout ceci pourrait il bien me servir si je ne suis pas heureuse ? être ici, avec vos enfants m'apporte bien plus encore, ne vous faites pas de soucis pour moi s'il vous plaît


Il reposa sa tasse vide , se redressa, et s'adossa confortablement au dossier du fauteuil et sans plus aucune gène pour le moment la regarda franchement sans pour autant la détailler, il n'en était pas encore là.
Vous me voyez donc ravi de vous savoir heureuse auprès de mes Anges et sachez que je ne voulais être indiscret Au loin , venant de la chambre des enfants, un Pleur se fit entendre, déjà Oriabel se levait pour aller voir. Il se leva de concert Laissez pour une fois si vous le permettez, je vais y aller

Elle resta figée, effectivement, de voir leur père ferait du bien au enfants, elle se rassoya mais déjà elle se rongeait les nerfs de ne pouvoir être auprès d'eux. Elle les élevait et nourrissait presque aussitôt nés. C'était pas leur mère, mais elle agissait ainsi avec eux depuis un long moment déjà. Elle ne voulait pas prendre cette place qui n'était pas la sienne mais les enfants avaient besoin d'amour et de réconfort, elle le leur procurait Elle attendit sagement, sans bouger qu'il revienne. Elle prit la tasse qu'elle n'avait pas encore touché auparavant et la porta à ses lèvres buvant doucement, n'importe quoi pour passer le temps et éviter d'aller voir pourquoi il mettait autant de temps à revenir

Arrivé dans la chambre des petits, il alla vers les pleurs. Heaven .. Il la prit délicatement dans ses bras et la berça avec tendresse pour apaiser ses larmes. La petite se calma, il alla jusqu'au lit de son frère, et constata qu'Hélie, lui, dormait paisiblement. Toute en continuant de bercer sa Puce, il regardait son fils, réalisant soudainement qu'il n'avait jusqu'à ce jour, et ce depuis leur retour à Narbonne , était un père comme il l'avait rêvé avant leur naissance. Les larmes virent couler sans qu'il ne puisse les retenir. Il embrassa sa fille et murmura " Pardonnez moi mes Amours.. Pardonnez moi…Je vous promet que je vais être là Ne pouvant se montrer ainsi devant Oriabel, il ne revint vers la jeune fille que lorsque ses larmes s'arrêtèrent.

le voyant revenir elle se leva, plus aucun pleurs cependant. Ils devaient s'être rendormi tout les deux
Tout va bien ?

Oui Oriabel Heaven avait sans doute besoin d'un calin.. Elle s'est rendormie, je l'ai donc remise dans son lit, Hélie lui dort à points fermés.
Il retourna s'asseoir et soupira, non d'aise mais de déception . Ils ont tellement grandi déjà..et je Il ne put finir sa phrase.

se rassoya en même temps que lui, soulagée que les deux petits anges dormaient à point fermés. Voyant le trouble que l'homme devant elle était envahi son coeur se brisa. Elle comprit qu'il souffrait beaucoup en ce moment. Ce ne devait pas être facile pour lui
Que diriez vous si demain nous allions tous en promenade ? Prendre l'air leur ferait sûrement le plus grand bien à mon avis, naturellement bien couvert

Alors qu'il allait s'assombrir à l'idée d'être un très mauvais père, Oriabel sut lui éviter de sombrer de nouveau dans sa Tristesse en proposant une balade pour le lendemain. Il la regarda avec aux lèvres le début d'un sourire. C'est une idée qui me plais beaucoup oui.. demain, je n'irais travailler et nous irons en promenade tous les quatre

sourit de voir poindre un début de sourire, satisfaite elle reprit sa tasse et fini de boire son thé . Dans ce cas c'est parfait, une petite promenade tout les quatre. Mais si vous devez aller travailler nous vous attendrons vous savez

Il eut à ce moment une envie soudaine d'être gaie, sans doute du au fait qu'il allait profiter de ses enfants, sans doute venait-il de comprendre quelques peu que pour eux il devait aller de l'avant. Il souria donc franchement, laissa son visage s'illuminer de joie et dit à la jeune femme qu'il regardait. Les esclavagistes et autres fraudeurs n'auront qu'à bien se tenir demain.

la jeune femme sourit franchement, laissant découvrir de légère fossette de chaque coté de son visage. Elle fut heureuse de le voir ainsi. Il irait beaucoup mieux sous peu donnant raison à ses sentiments, de prendre un raisonnement que ses enfants avaient besoin de lui.
Je vais me tenir tranquille dans ce cas ! Je ne ferais pas de fraude c'est promis..
rit doucement


sa remarque le fit éclater de rire, chose qu'il n'avait pas faite depuis le jour où il avait perdu sa barque à Valence.
Parce que vous aussi vous fraudez et bien demoiselle c'est du joli !

son rire retentit dans la pièce, elle en fut émue. Et bien sachez que je dois gagner ma vie aussi. Je gagne un très gros salaire chez vous, je suis même plus que mieux mais je dois payer les petits extras comment vous croyez ?
son sourire plus qu'amusez, elle allait bien s'entendre avec lui finalement. Il pouvait être très agréable s'il laisser de cotés sa tristesse. Elle pensa qu'il était sur le bon chemin fort heureusement


Il garda le sourire, à croire que cette demoiselle était un bain de joie à ce moment, laissant au loin pour le moment sa Tristesse.
Mais… si il vous faut frauder pour vos extras c'est que je ne vous paie pas suffisamment encore en ce cas, je vais y remédier pour ne pas avoir a vous mettre en prison Il éclata de nouveau de rire. Vous imaginez ! la nounou des enfants du lieutenant au cachot !

éclata de rire cette fois à cette situation effectivement plus que loufoque. Oui vous avez raison, ce ne serait pas acceptable mais ne vous en faites pas, vous me payer suffisamment, je ne faisais que plaisanter. C'est plus qu'il n'en faut. Mais soit, je serais très sage, et j'éviterais les mauvaises fréquentations et les petits malfrats ..Une ligne de conduite exemplaire !
Elle lui accorda un somptueux clin d'oeil avec un sourire sublime


il put la regarder vraiment cette fois, et c'était bien la première fois d'ailleurs, il découvrit qu'il avait devant lui une bien jolie personne, son sourire qui laissait apparaître deux jolie fossettes, et ses yeux d'un beau bleu étaient ravissant.
Je serais contraint d'y mettre mes enfants également en geole non vraiment.. Il se rendit ensuite compte qu'il mourait de faim, son estomac d'ailleurs se fit entendre. s'apprêtant à se lever il ajouta. Une petite dînette sur ce coin de table est-ce que ça vous tente, j'avoue avoir une faim de loup

Le regard qu'il porta sur elle la laissa un peu confuse. Elle se réajusta dans son fauteuil. Elle le vit ensuite se lever, et offrir à manger . Oui volontiers, avez vous besoin d'un coup de main ?

Un coup de main ne serait pas de refus oui.
Le pauvre ne savait où trouver quoi que ce soit même si il se trouvait être chez lui, il passait tellement peu de temps ici depuis leur arrivés.


Dernière édition par Admin le Mer 12 Oct - 12:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Mar 11 Mar - 19:04

Ravie de se rendre utile elle se leva, prit les deux tasses vides et les rapporta en même temps . C'est avec joie, vous avez envie de quoi ?

Il la suivit qui se dirigeait vers la cuisine. Et bien, ..c'est que j'ai une faim énorme a assouvir vous savez, j'ai l'impression de ne pas avoir mangé depuis des lustres . Ce qui était en fait le cas, laissant les repas au profit de l'alcool ces semaines dernières Y a t-il du jambon, des oeufs, du pain, du fromage, des fruits, n'y aurait-il pas quelques biscuits également

l'écouta au départ de ce qui lui ferait plaisir et stoppa net ensuite se rendant compte qu'il avait finalement envie de vider complètement les provisions. Elle éclata de rire et partie de nouveau vers la cuisine Oui nous avons tout cela, laisser moi préparer tout ça, cela ne devrait me prendre que quelques minutes à mon avis. Pouvez-vous vérifier pendant ce temps que les petits anges dorment toujours et aller au cellier en bas ? Elle le regarda voir s'il accéderait à sa requête


Ce sera avec un grand plaisir Oriabel si vous me dite ce que vous désirez boire, je sais qu'au sellier il se trouve quelques bouteilles de bon vin ainsi qu'un précieux tonneau d'une bière qui fait la convoitise de beaucoup ici.
Il s'apprêtait à ressortir de la cuisine pour aller voir ces deux bout d'amour, attendant avant la réponse de la blondinette.

Réfléchit à la question et se dit qu'une bière serait très bien puisque il y avait longtemps qu'elle en avait pas bu, trop longtemps qu'elle était allée en taverne
Une bière sera parfaite merci
Elle lui sourit pendant qu'il repartit voir les enfants, elle placant les tasses sur le comptoir et prenant ensuite les ingrédient que Castelreng avait désirer mangée plus quelques autres .


Une Bière donc , vous ne serez pas déçue par ce choix [i]lui avait-il dit avant de quitter les lieux pour aller voir ses enfants. Arrivé dans la chambre, il se pencha, attendrit, sur chacun des lit, déposant un baiser sur le front de ses deux amours et repartit tirer un cruchon de Kastelbourg, Bière qu'aurez aimé boire beaucoup de filles à Narbonne, et notamment Sara, sa jeune soeur qui fesait des pieds et des mains afin de savoir où il l'a cachait, Puis revint a la cuisine retrouver Oriabel qui s'affairait à préparer le repas.

La jolie blonde avait presque fini quand Castel revient dans la cuisine. Une salade avec tomates et oeuf l'attendait sur le comptoir, dans une assiette elle avait mit du jambon et plusieurs morceaux de fromage, ainsi que d'autre légumes qu'elle avait faire cuire la veille, ceux qu'elle était aller ce procurer au marché. Elle était en train de coupé la miche de pain .
Oh et alors ? Toujours au monde des merveilles ceux là ?

Une bonne odeur avait envahie la cuisine, l'affamant encore plus*
Hummm. Oui Ils sont aux pays des rêves nos deux anges. dit-il sans se rendre compte qu'il associait ses enfants à Oriabel comme si elle se trouvait être leur mère. il prit deux choppes et versa le breuvage dans chacune d'elles. ça m'a l'air divin tout ça regardant les plats prêt à être vider.

Elle porta le pain sur la table ainsi que les assiettes.
Je vous laisse les verres naturellement, j'ai les mains pleines ! Elle sourit et se redirigea vers la pièce en entrant dans la maison, le petit boudoir où il l'avait trouver en arrivant. La nuit avait tomber et il commençait à neiger. Le spectacle était très joli. Ne restait que les lueurs de l'atre qui fumait toujours. Oriabel, déposa les deux assiettes et alla quérir deux chandelles qu'elle déposa sur la table avant de se s'asseoir dans son fauteuil
Bon appétit !


Il l'avait suivit avec les deux verres, laissant la cruche dans la cuisine. Il déposa les verres le temps qu'elle prenait les chandelles, remit ensuite une bûche dans l'âtre avant de s'asseoir a son tour. Il lui fit un large sourire. Bon appétit également Oriabel et merci de m'accompagner dans ce repas. Il commença par manger les oeufs, puis attaqua la salade de tomates. Ensuite il prit le temps de lever son regard sur sa voisine

Elle mangeait doucement quand elle senti un regard se posant sur elle. Elle leva les yeux et lui sourit timidement. Ses joues s'enflammèrent un peu, juste assez pour lui donner une teinte vermeille, de la même couleur que ses lèvres *.
Tout le plaisir est pour moi, cela fait du bien d'avoir de la compagnie

Il la vit rosir légèrement et en sourit.
Vous avez du vous sentir bien seule jusqu'à ce soir pardonnez moi... Ne voulant pas laisser ses souvenirs remonter pour le moment , il dit ensuite. Vous cuisinez à merveille pourrais-je en abuser ?

Sourit chaleureusement cette fois .
Oui tout les soirs si vous voulez, si vous ne rentrez pas aussi tard que ... ne fini pas sa phrase Avec joie même, sinon je puis mettre vous mettre une assiette pour votre retour si vous ne pouvez rentrer assez tôt

Il fut gêné par le fait de ses retours tardifs des derniers jours , mais n'en montra rien, se remettant à manger les légumes qui lui paraissaient encore meilleurs que le reste, avant de s'attaquer au jambon, il but une gorgée de Bière, invitant la jeune fille à faire de même et lui dit Désormais je serais là à chaque repas si cela ne vous dérange pas ça va de soit

Elle l'accompagna lorsqu'il leva son verre et porta également à ses lèvres . Non évidemment que cela ne me gêne aucunement, j'en serais honorée. Elle fini de engloutir son assiette. Le laissant terminer et ramena ensuite la vaisselle dans la cuisine. Elle la laverait demain, pour l'heure elle était fatiguée et les enfants se réveillerait surement bientôt, elle allait allez dormir .

Je vous remercie pour cet agréable moment Castelreng, si je puis vous appellez ainsi naturellement ?


Il l'aida à débarrasser la table une fois repus.
Vous me feriez plaisir en me nommant Castel vous savez Et c'est moi qui vous remercie pour cette soirée croyez le bien. Je vous vois fatiguée Oriabel, ne vous préoccupez pas de moi et allez donc prendre le repos que vous méritez

Merci et ce sera Castel dans ce cas
Elle lui sourit et lui souhaita une très bonne nuit.

Il lui souhaita à son tour une bonne nuit et alla se rasseoir sur son fauteuil, puis regarda la neige tomber....
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Jeu 13 Mar - 18:03


Oriabel avait préparer tout ce dont ils auraient besoin pour la promenade prévu ce jour là. Les enfants étaient bien habillés et emmailloter dans de couvertures chaudes. Elle s'attendait à ce que Castel arrive sous peu d'après ces dires de la veille

Il avait passé la fin de sa soirée, une fois Oriabel couchée à mettre à jour quelques dossiers. Il n'avait pratiquement pas dormi de la nuit, ne voulant se retrouver de nouveau face à son cauchemar. Aussi, lorsque le jour fut levé, il alla fait un tour au bureau du cadastre où il mis à jour le registre, et, voyant l'heure avancé, sortit pour retourner chez lui où Oriabel et les enfants l'attendaient sûrement. Il ouvrit la porte et la vit dans le boudoir

Bonjour Oriabel ..Je ne suis pas en retard ?

Sourit en voyant Castel passé la porte et s'inquiétant de son retard
Non aucunement, nous venons seulement de finir de nous préparer

Vous avez passer une bonne journée ?


Il s'approcha de la jeune fille, lui souriant comme il pouvait vu la fatigue qu'il affichait
Oui dans l'ensemble ça peut aller . Et vous ? vous ne vous êtes pas trop ennuyer ?

Le sourire qu'il arborait laissait Oriabel rayonnante. Elle était si heureuse de le voir sourire depuis hier. Cela faisait du bien, elle avait l'impression que tout semblait revivre autour d'elle.
Oui nous avons passés une excellente journée bien que routinière, c'est pourquoi cette ballade en votre compagnie m'enchante. Vous êtes prêt ou préférez-vous vous changer avant de partir ?
Le regarde, il a l'air bien mais elle ne connait pas encore ses habitudes


Il se regarda sous toute les coutures, puis regarda la blondinette en souriant[/i] Et bien si je ne vous choque pas ainsi je suis prêt à partir oui

Sourit d'avantage Non aucunement, vous êtes parfait à mon avis

sourit de plus belle
Parfait ! je prend ça comme un compliment en ce cas
Où voulez vous aller Damoiselle?


penche la tête doucement se gardant bien de dire que cela en était un relève lentement la tête, ces cheveux couleurs du blé encadrant son visage angélique
Peut importe, avez-vous un endroit à me montrer ? Vous êtes ici depuis plus longtemps que moi je crois ...


Il la regardait et la trouvait bien mignonne cette demoiselle
Et bien je vous propose d'aller dans le parc qui se trouve non loin d'ici, juste à coté de la Cathérale en fait, vous connaissez sans doute?

Non je n'ai pas eu cette chance encore malheureusement. Donc va pour le parc dans ce cas



Qu'il en soit donc ainsi, je vois que les enfants sont déjà prêt alors allons y gaiement Il prit son fils qui se trouvait être le plus lourd des deux et laissa donc le soin a Oriabel de prendre Heaven. La première balade pour les petits comme pour les grands , autant dire un évènement ! Il ouvrit la porte en grand, laissant le passage à la jeune fille et sortit à sa suite. Une chance pour eux, la neige de la nuit n'était pas restée sur le sol et un splendide soleil régnait sur la ville. Marchant cote à cote, il traversèrent la rue et se dirigèrent vers la Cathérale, le parc étant tout à coté. Pas grand monde dans les rues malgré ce temps superbe, le printemps était proche à entendre les oiseaux gazouiller leurs amours naissants. Castel gardait pour le moment le silence, pelotant son fils dans ses bras et regardant de temps à autre la jeune fille qui ne disait mots elle aussi. Il se sentait bien en ce moment….
Arrivé dans le parc où l'on pouvait voir ça et là quelque banc, dont certain mis sous des arbres Pleureurs, ils ralentirent le pas et laissa Oriabel dans la contemplation du lieux lorsqu'ils s'arrêtèrent devant une large fontaine. Il profita qu'elle admirait le monument pour vraiment la regarder. Cette jeune fille attirait son attention et il ne savait pourquoi, il avait juste remarqué qu'en sa présence il se sentait bien, plus détendu, il en oubliait pratiquement ses peines, et toute en la regardant, il se demandait quelle pouvait bien en être la raison.

Oriabel suivi Castel dans les rues, la petite Haeven dans les bras. Elle semblait très bien puisqu'elle dormait paisiblement. Elle regardait partout ce joli parc d'un air admiratif. La fontaine attira son attention, une magnifique sculpture. Elle imaginait déjà l'endroit en plein été, cela devrait être vraiment merveilleux. Elle se retourna pour voir son accompagnateur en pleine observation: elle

J'ai quelque chose qui ne va pas ? Suis je si décoiffer ?


Il fut gêné de s'être fait surprendre à l'observer et sur le coup ne sut quoi lui répondre, espérant qu'elle ne se soit pas rendu compte de son infortune , il dit ce qui lui passa pas la tête
Vos cheveux sont un régal pour l’œil.. ..

Sourit satisfaite de la réponse et se remit à marcher à ses cotés Votre ville est vraiment splendide je trouve

Il n'arrivait pas à se remettre de s'être fait prendre à l'observer mais fut soulagé qu'elle n'insiste pas plus
Oui c'est vrai que Narbonne est belle, attendez le printemps, vous la trouverait encore plus belle. Lorsqu'il fera plus doux je vous conduirait en bord de mer, je pense que cela devrait vous plaire

La mer ?
Elle se retourna et le regarda dans les yeux. Une lueur d'excitation se répandait dedans
Je n'ai jamais eu la chance de la voir, je sais qu'ici vous aviez de la pêche mais je pensais simplement que c'était un lac, je suis vraiment nul en géographie vous savez
elle lui sourit gênée


Il lui fit un large sourire, ravi de savoir qu'elle aimerait . A cette instant il la trouva vraiment belle avec cette joie d'enfant dans les yeux
Alors je vous y conduirait je vous en fait la promesse
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Jeu 13 Mar - 18:20

un large sourire agrémenta son visage, laissant ces petites fossettes refaire surfaces
Merci beaucoup, c'est vraiment très gentil


Il lui sourit franchement Voulez vous que nous allions jusqu'au bout de ce parc Oriabel ? il y a la bas un paon, avec un peu de chance , nous pourrons peut être le voir
Un paon ? Un vrai ? Avec de toutes ses plumes colorés ?
Elle en revenait pas, elle était pire qu'une enfant et s'en rendit compte. Elle fut très gênée et bredouilla des excuses incompréhensible


Il ne put que rire de la voir aussi enthousiaste, vraiment cette demoiselle avait le don de lui rendre une humeur joyeuse
Oui Demoiselle un vrai avec des plumes d'un bleu superbe et ne vous excusez pas, vous êtes …
Il n'osa terminer sa phrase

Le regarda, sincère attendant la fin d'une phrase qui ne venait pourtant pas
Vous, .... vous me le montrer ce paon ?


Venez il doit être par là, juste derrière ce fourré. Il lui prit le coude pour la guider vers l'endroit où devait se trouver le volatile. Arrivés à quelques pas, ils purent le voir qui s'apprêtait à faire la roue. Ne regardant plus le paon, Castel regarda le minois de la blondinette s'illuminer. il s'approcha néanmoins d'elle pour lui murmurer : pas de bruit surtout

Oriabel suivit Castel, sa main sur son coude pour la guider. Elle s'émerveilla de voir l'oiseau ouvrir ses plumes magnifiques. Cette pure beauté valait largement le déplacement. Les mots que Castel vient murmure à son oreille figea tout d'abord, elle tourna son visage qui se retrouva près du sien à ce moment là. Ses yeux s'ancrèrent aux siens longuement. Elle se rendit compte à cet instant qu'elle ne l'avait jamais vu ainsi auparavant.elle l'avait toujours trouvé très séduisant mais sans plus. Quelques choses au cours des derniers jours avaient changés dans sa façon d'être et Oriabel n'en était pas insensible. Elle avala et détourna rapidement le visage pour retrouver la vue plus raisonnable

Quand elle se retourna, il se trouvèrent nez à nez et le temps d'un court instant ses yeux se noyèrent dans les siens. Elle eut vite fait de détourner la tête pour regarder le paon, mais lui en resta troublé. Que lui arrivait-il ? Il regardait à présent devant lui sans rien voir cherchant à comprendre ce trouble

Il est effectivement magnifique cet oiseau
Elle avait dit cela pour détendre l'atmosphère, elle ne voulait pas qu'il se rend compte de ce qui lui avait passé par la tête cet instant là, l'espace d'une simple minute. Elle ne devait pas songé à cela.... ce n'était réellement pas une bonne idée. Il allait se marier avec cet femme, l'avait aimer de tout son coeur, de tout son être. Jamais aucune ne pourrait la remplacer et encore moins une simple nounou comme elle.

Nous devrions peut-être rentrés ne croyez vous pas ? Il commence à se faire tard et je voudrais être à la maison lorsque ces petits anges réclameront leur dû .


Elle réussit à le sortir de ce trouble et il la regarda un sourire timide aux lèvres.
Vous avez raison, il se fait tard et le froid risque de tomber vite, rentrons donc. Faisant demi-tour et effrayant l'oiseau qui prit son envole, ils firent le chemin inverse. Castel regardait droit devant lui, il n'osait plus tourner sa tête vers la demoiselle
Cette balade vous a plus dites moi ?


elle se retourna le regardant juste avant qu'il atteigne le porche de la demeure. Il ne la regardait pas en lui parlant étrangement. Une timidité c'était installé, elle pouvait la sentir. Elle n'arragea surement pas les choses en bredouillant une fois de plus.
heu.. oui.. hum... merci... très agréable....


Il ouvrit la porte de la maison la laissant passer et sentit bien qu'elle aussi semblait gênée. Une fois dans la maison, il l'aida néanmoins à s'occuper des enfants qui dormaient toujours et alla remettre une bûche dans l'âtre.
Une chose est sûre c'est que les enfants n'ont rien vu de la balade finit-il par dire

elle sourit pour la première fois depuis ce paon. Il avait bien raison. Elle se garda une fois de plus d'exposée cependant sa pensée. Eux n'avaient rien vu, mais elle si....
Oui vous avez raison, ils devraient néanmoins se réveiller bientôt à moins que l'air frais ne les laisse un peu dormir d'avantage

IL alla s'installer à une table de travail et se plongea dans ses dossiers le temps qu'Oriabel était partie nourrir les enfants qui finalement ne les avaient pas laissé en paix......
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Jeu 13 Mar - 18:55

Le lendemain, il était parti travailler avant même qu'Oriabel ne soit levée. Il avait préféré ne pas la croiser car il se sentait gêné par le trouble qu'elle avait fait en lui. Toute la matinée cependant, il ne peu s'empêcher d'avoir des pensées pour la jeune fille, aussi, lorsque arriva l'heure du dîner, il se dit qu'il allait retourner chez lui, sans doute avait-il besoin de voir le minois de la blondinette. Il entra donc chez lui et alla de suite dans la petite cuisine où il l'entendait chantonner, c'est avec le sourire qu'il la surpris à préparer le repas.
Bonjour Oriabel ..
Oriabel s'était levée tout de même assez tôt, avant que les enfants ne se réveille et fut surprise de voir que l'homme de la maison c'était déjà absenter. Elle en était peinée de ne pas simplement l'avoir vu. Etrangement, elle souhaitait presque tomber nez à nez avec lui. Ayant d'autre chose pour s'occuper l'esprit, pour faire diversion des sentiments un peu bizarre qui la prennait elle s'affaira au ménage doucement . Ensuite elle se mit à faire le diner, elle espérait qu'il serait présent avec elle. Elle prépara une soupe et un sandwich. Cela suffirait pour ce midi. Elle l'entendit pas venir par le chant qu'elle laissait dériver de sa bonne humeur. Elle se retourna gênée en attendant son prénom reconnaissant la voie Oh bonjour Castel....

Il avait pris le temps de la regarder et de l'écouter avant de lui faire part de sa présence. La voir ainsi , il la trouva plus jolie encore que la veille, surtout lorsqu'elle se retourna pour répondre à son salut . Son sourire se fit franc et ne la quittant des yeux .. Humm ça sent drôlement bon j'ai hâte de goûter ..

Sourit chaleureusement à la vue de Castel, presque trop évident même. Elle se retourna, versa la soupe dans deux bols et lui en tendit un ainsi que une autre assiette contenant le pain.
J'en conclus que vous avez faim dans ce cas...
son sourire se fit plus espiègle


déjà, il n'avait plus envie de retourner au travail, pourquoi ce besoin de sa compagnie, il ne savait encore les raisons ou ne voulait les admettre, mais il savait qu'il resterait le reste de la journée chez lui. Il prit le bol et l'assiette tendus, frôlant volontairement ses doigts au passage
C'est votre cuisine je crois qui m'affame
Lui répondit il gaiement avant de poser son bol et assiette sur la table et de l'inviter a s'asseoir face à lui.

les doigts qui la frôle lui procure une étrange sensation de douceur avant de la laisser sans voix. Elle ne pu que lui sourire avant de prendre son propre bol et de venir s'asseoir en face de lui. Elle le regarda longuement, l'épiant plutôt, cherchant à graver chaque cm de son visage dans sa tête

Une fois assise , il en fit autant , lui souhaitant bon appétit et commença à manger, il ne vit pas qu'elle l'épiait sur le moment, sa soupe à demi achevée, lui releva la tête.. et vit Il la regarda à son tour, un sourire charmant aux lèvres
J'ai une mouche sur le Nez ? Lui dit-il pour le plaisir de la voir rougir

Ce qui devait arriver, arriva. La blondinette rougit doucement et baissa ses yeux sur sa soupe fumante.
Non .. hum... tout est ...
se retient de dire parfait, cela donnerait trop d'importance à son regard. Elle cherche vive allure une réponse qui ne vient pas. Commence à manger pour essayer de couper court à cette conversation gênante


Il la trouva vraiment charmante rougissante et le nez dans sa soupe, Souriant et ne rajoutant rien pour le moment, il finit le breuvage qu'il trouva délicieux et prit une large tranche de pain. Voyant qu'elle n'osait plus parler, il tenta de détendre l'atmosphère.
Vous avez prévu quelques chose cette après midi avec les enfants ?

Elle soupira voyant qu'il reprit la parole coupant ainsi le silence devenant trop lourd. Elle releva la tête et se remit également à parler, rassemblant tout ses émotions qu'elle dissimulait
Non les enfants viennent juste de s'endormir, quelques instants avant que je ne prépare le repas, devrait dormir un bon moment. Je n'avais pas l'intention de faire grand chose, relaxer et lire peut-être pourquoi ?


Son pourquoi le mit un peu mal à l'aise, d'autant qu'il n'avait pas l'intention de repartir de chez lui avant le lendemain matin, il réfléchit vite à la réponse qu'il allait lui faire
Et bien…. juste pour savoir si les enfants se feraient une nouvelle balade prétexta t-il

Sourit se souvenant de cette balade de la veille. Cela avait été très plaisant

Cela aurait été très bien mais je crois pas que ce soit une si bonne idée. Ils avaient l'air exténuer, peut-être demain dans ce cas ?


si le temps le permet et vous également , je me ferais une joie de vous accompagner

Ce sera également avec plaisir pour moi, et je suis sure que les enfants également


Croyez vous qu'à cet age ils se rendent compte de ma présence ?

Oui j'en suis certaine, ils sont beaucoup plus calme depuis quelques jours. Depuis que vous avez été vous occupez vous même d'eux. Votre présence leur manquait mais je vois déjà le changement en eux

Lui sourit tendrement


Il lui rendit un sourire aussi tendre que le sien

Alors en ce cas, je vais passer le reste de la journée ici
Finit-il par lui dire, le prétexte pour rester venait d'être trouvée

Elle fut surprise de voir qu'il allait passer la journée ici, sous le même toit qu'elle. Qu'allait elle pouvoir faire. Tout à coup elle se senti mal à l'aise bien qu'heureuse dans l'autre sens de passer autant de temps avec lui. Simplement le début de sentiment qui naissant en elle la troublait déjà
et elle devrait savoir gérer les autres. Cela ne serait pas chose facile

Quelque chose à faire alors ? Vous allez travaillez à la maison ?
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Jeu 13 Mar - 19:02

Le repas étant terminé, il se levant avant elle et commença à débarrasser la table.
Travailler ? non .. pour être franc pas trop envie aujourd'hui A moins bien sur que vous ayez besoin de mes services pour quelques travaux..

Elle secoua la tête négativement, elle n'avait rien remarquer qui soit du à faire des travaux dans la maison pour le moment
Non je crois que tout est en ordre.
Elle se leva a son tour, elle n'avait pas touché à son assiette ou presque remarqua t'elle. Elle n'avait pas vraiment faim finalement, trop nerveuse.


Alors ce sera donc une journée détente, profitez que je sois là si vous avez quelques courses à faire
Il espérait bien qu'il n'en soit pas le cas mais par politesse se devait de lui suggérer

Non aucune course à faire et qui plus est,
elle se retourna et vit par la fênetre que le vent soufflait abrutement
Ce n'est pas un temps pour mettre le nez dehors. Je suis un peu trop frileuse
Elle lui sourit une fois de plus. Elle lava la vaisselle qui lui prit un petit instant simplement. Castel quitta la cuisine, elle senti son regard sur elle à ce moment là. Un frisson lui parcourant l'échine elle resta là, seule pour la première fois depuis qu'il était arriver. Faut te calmer ma belle.... il est pas pour toi cet homme la.... Elle s'était parler bassement à elle même. Elle fini ses tâches et alla dans le boudoir où il n'était pas. Ils devait être aller voir les enfants. Elle s'assoya dans le sofa avec un livre doucement, ne lisant pas vraiment écoutant les bruits de la maison, le cherchant surtout aux bruits


C'est vrai qu'il fait froid aujourd'hui lui avait-il répondu avant qu'elle ne lui tourne le dos pour faire la vaisselle, certes il aurait pu lui proposer de l'aide mais préféra la regarder faire un moment avant d'aller dans la chambre de ses Anges qu'il n'avait pas vu de la veille. Quand il en revint, Il la vit assise dans un fauteuil, un livre en main. Il alla s'installer dans l'autre siege , lui faisant face, l'épia quelques instant en souriant et lui dit
Qu'est-ce donc comme ouvrage ?

elle le regarda un moment s'asseoir devant elle, se remit le nez dans son livre sans pour autant en lire quoique ce soit, elle cherchait à ne pas éveiller les soupçons de Castel qui finirait bien par se mettre de la partie.
Quoi ? Comme ouvrage, oh c'est simplement un livre... heu..
Elle tourna la couverture ne se rappelant même pas ce qu'elle lisait
Ha c'est simplement un recueil de poème que Jenifael m'as prêter. Je commence à peine à le lire. Cela vous intéresse ?


Il sourit largement lorsqu'il se rendit compte qu'elle ne lisait finalement pas, elle ne s'était pas rendue compte que son livre était à l'envers et il se garda bien de le lui dire.
Un recueil de poèmes Oui c'est intéressant M'en feriez vous lecture d'un ?

Resta pétrifier quand à lire à haute voix
Non je vous prêterez ce livre ensuite vous le désirez mais je ne suis pas sur que je sois la personne la mieux adapter pour vous faire la lecture croyez moi. Mais peut-etre que vous, vous l'êtes ?
Elle lui tendit le livre avec un sourire amusé


Il ne la quitta pas des yeux à cet instant et prit le livre qu'elle lui tendit
Et bien .. pourquoi pas ..
Il prit le temps néanmoins de feuilleter l'ouvrage, gardant un oeil sur la jeune fille afin de voir sa réaction

ses yeux l'observait tout en même temps que les siens, une chimie s'installait curieusement, mettant une sensation de douceur en elle. Elle attendait sagement qu’ il commence sa lecture mais il était très concentrer ailleurs en ce moment. Elle passa sa main dans ses cheveux secouant ses bouclettes blondes
Quelques chose d'intéressant ?
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Jeu 13 Mar - 19:13

Il leva la tête , gardant un sourire charmeur
Oui oui je crois avoir ce qu'il faut..
Il se mit donc à lire :

Citation :
Mignonne, allons voir si la
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au votre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusque’ au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

l’œuvre dite, il la regarda

Elle l'écouta attentivement, s'abreuvant de ses paroles, elle se mordilla la joue tout en le regardant lire d'une voix riche d'émotion. Elle soupira à la fin de la lecture et lui sourit
C'est vraiment très joli


en voulez vous un autre ou me ferez vous le plaisir d'en lire un ?

Je veux bien faire ma part
Elle prit à son tour le livre tendu et chercha un poème qu'elle avait déjà lui quelque temps auparavant


Il s'adossa au fauteuil et la regarda, un peu trop sans doute.
Il l'écouta avec beaucoup d'attention, la regardant de plus en plus tant ses vers le troublaient.

Quand elle eut fini, il resta un moment songeur de ce qu'il venait d'entendre.

C'est là……de merveilleux vers

elle leva la tête vers lui, elle n'avait peut-être pas si bien choisi son texte, cela devait lui être pénible encore. La perte de celle qu'il avait tant aimée, elle ne pouvait que respecter son deuil
Je suis désolée... je ne voulais pas...
Elle se leva, préfèrant le laisser peut-être un moment seul. Elle déposa en passant le livre sur les genoux de Castel l'effleurant de ses doigts au passage


il fut surpris par sa réaction et lorsqu'elle déposa le livre sur ses genoux, qu'il sentit la douceur de ses doigts, il réagit et lui prit la main afin qu'elle ne parte pas.
Restez.. je vous prie

Elle resta devant lui, sa main chaude dans la sienne. Elle le regarda, cherchant son regard également
Si vous voulez...
.

Il la regardait intensément, cherchant des réponses à certaines de ses questions et comprit à cet instant qu'il était sous le charme de cette jeune fille. Lui tendant le livre sans pour autant la quitter des yeux dans lesquels il était déjà en train de se noyer
Continuons si vous le désirez
la voyant hésitante, il ouvrit le livre et lu pour lui même ces quelques vers :

Citation :
Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose ,
En sa belle jeunesse, en sa premiere fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'Aube de ses pleurs au point du jour l'arrose ;

La grace dans sa feuille, et l'amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d'odeur ;
Mais battue ou de pluie, ou d'excessive ardeur,
Languissante elle meurt, feuille à feuille déclose.

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la Terre et le Ciel honoraient ta beauté,
La Parque t'a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes Pleurs,
Ce vase pleine de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif et mort ton corps ne soit que Rose.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Jeu 13 Mar - 19:27

Ces quelques vers lui firent penser à son Amour perdu, ne voulant replonger dans sa mélancolie qui grace à Oriabel se transformait petit à petit en doux souvenirs, il tourna les pages du livre afin d'en trouver un plus approprié au moment. il finit par trouver et la tenant toujours d'une main, le livre dans l'autre il conta :

Citation :
Quand je suis tout baissé sur votre belle face,
Je vois dedans vos yeux je ne sais quoi de blanc,
Je ne sais quoi de noir, qui m'émeut tout le sang,
Et qui jusque au cœur de veine en veine passe.

Je vois dedans Amour, qui va changeant de place,
Ores bas, ores haut, toujours me regardant,
Et son arc contre moi coup sur coup débandant.
Las ! si je faux, raison, que veux-tu que j'y fasse ?

Tant s'en faut que je sois alors maître de moi,
Que je vendrais mon père, et trahirais mon Roi,
Mon pays, et ma sœur, mes frères et ma mère :

Tant je suis hors du sens, après que j'ai tâté
A longs traits amoureux de la poison amère,
Qui sort de ces beaux yeux, dont je suis enchanté.

Les vers dit, il la regarda de nouveau intensément, attendant d'y voir sa réaction
sa main toujours dans la sienne elle resta troublée par ses vers autant que par cette sensation qui grandissait en elle. Elle était en train d'en tomber amoureuse, elle le savait, le ressentait et pourtant le combattait du mieux qu'elle le pouvait. Elle délaissa sa main de la sienne trop de sentiments en ce moment pour rester de glace et cela devait se ressentir chez son interlocuteur
C'est ravisant ....


Il voulait pouvoir continuer à se noyer dans son regard, lui tendant néanmoins son recueil il lui proposaVoulez vous en lire un autre ?

Le regard de la jeune femme s'assombrit
Non je crois que c'est assez pour l'instant vous ne croyez pas ?


Il la vit s'assombrir et en fut peiné, sans doute que ses derniers vers étaient mal à propos, pourtant il n'avait pas envie que ce jeu cesse, craignant qu'elle le laisse là, seul, pour vaquer à d'autre occupation. Il lui fallait donc trouver un moyen de la faire rester à ses cotés
Vous avez sans doute raison Oriabel Puisque ce chapitre est clos, dites moi donc Cela vous direz d'aller un jour pécher en mer
Il dit là vraiment ce qui lui passait par la tête, mais peu importait si elle venait se rasseoir
un sourire s'afficha maintenant plus gai sur ses lèvres, l'éclat de ses yeux retrouvèrent la raison. Elle senti bien qu'il tentait de la retenir mais pourquoi ?
Vous me l'avez déjà proposer hier de m'amener découvrir cette ravissante mer, j'imagine que cela sera de paire dans ce cas et ce sera avec plaisir

Il ne put s'empêcher de détailler chacun de ses traits qui s'illuminèrent à sa demande, cette jeune fille était en train de lui tourner la tête, il finit par s'en rendre vraiment compte et en sourit merveilleusement,
Alors au première douceur du temps nous irons tout les deux à la pèche, Jeni se fera je suis certain un plaisir de garder les enfants
Sourit à cette suggestion mais encore plus de laisser les enfants à Jeni
Vous êtes sur que ses une bonne idée de les laisser avec leur tante ?

Se rendant compte qu'il n'en avait aucune idée, il la regarda interrogateur Vous pensez qu'il ne faut pas?
éclate de rire doucement
Non je crois qu'ils seront très bien, elle les adore ces petits


soupira de soulagement

Redevient plus sérieuse
Je serais ravie de vous accompagnez si jamais je ne gêne pas


Que non vous ne serez une gène, bien au contraire être en votre compagnie et plus qu'une joie..

Se risqua t-il a dire

Elle sonda ses yeux, cherchant à savoir s'il ne disait cela que pour se faire gentil ou était tout à fait sincère. Qu'est ce que cela pouvait bien cacher, elle se le demandait constamment en ce moment Dans ce cas....
Il la regardait, se noyant de nouveau dans son regard, cherchant à y voir plus de choses qu'il n'aurait fallut. Espérant qu'elle y lise ce qu'il ressentait

Vous allez adoré
Son regard azurée le pénétra au plus profond de son âme, divagua par la suite sur son visage où ensuite elle fixa ses lèvres encadrée par une barbe très bien taillée. Elle se retenait en ce moment, elle était mal à l'aise.
Je n'en doute pas un seul instant ....
Cette phrase n'était malheureusement pas que pour cela, elle avait un double sens très profond et c'est bien ce qui la rendait si confuse


Elle venait là d'en dire plus qu'il ne l'aurait pensé, il ne la quittait pas des yeux lui non plus détaillant chacun de ses traits, s'arrêtant sur ses lèvres qui lui donnait envie à cet instant précis
J'en suis ravi
Ajouta t-il a son tour ayant que trop bien compris le double sens de sa réponse

Elle lui sourit, encore une fois plus troublée qu'autre chose. Elle délaissa sa position pour reprendre place dans son fauteuil face à lui. Peut-être qu'ainsi elle saura combattre ce qui la tourmentait en ce moment
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Jeu 13 Mar - 19:37

Il la regarda, féline, aller se rasseoir et quand elle fut dans le fauteuil, il ne sut que dire, les mots ne venaient plus, seul ses yeux parlaient, la regardaient, lui souriant. Sans doute devait-il avoir l'air un peu niais à sourire de la sorte

le silence lourd. à couper au couteau, leurs yeux qui parlaient à la place et qui essayait de tout dire sans réellement se comprendre. Elle voulait bien prendre la parole mais ne savait par où commencer, elle ne pourrait lui dire de toute façon ce qui la rongeait. Le simple fait de penser que lui n'éprouvait pas la même chose, et si jamais il la rejetait, ne voulant plus qu'elle s'occupe des enfants puisque, elle le savait maintenant, était amoureuse de lui. Elle ne pourrait jamais avoué cela. Valait mieux qu'elle se taise à jamais... D'une voix qui se voulait détacher de ses yeux qui la cherchaient continuellement à percer, elle lui parla.

Alors, et ce travail, cela vous fait du bien de travaillez un peu moins ?
Ce n'est pas du tout ce qu'elle aurait aimer dire bien au contraire mais il n'y avait que cela dont elle pouvait se permettre....


Elle rompit le charme, trop tôt à son goût, il était en train d'en tomber amoureux et de ça maintenant il en était persuader. Peut-être que pour elle ce ne serait pas le cas, il tacha d'enfuir ce qu'il ressentait pour répondre à sa question.

Un bien fou ! je me sent revivre
il aurait voulu ajouter grace à vous, mais s'abstint

elle avait beau chercher, rien ne la satisferait si ce n'était que lui mais... trop tôt ? Non ce n'était pas cela, il y avait des mois déjà qu'il était en deuil. Simplement il serait toujours trop tôt pour cela probablement... Et pour elle ? Ils avaient une différence d'âge mais cela ne la gênait aucunement. Il était d'une maturité et d'une simplicité qui lui faisait perdre la tête. Elle se leva d'un bond, incontrôlable en cet instant. Elle n'arrivait plus à agir comme elle l'aurait voulu. Elle bredouilla quelques explications qui naturellement n'en croirais pas un mot mais elle n'avait pas le choix

Pardon... je crois avoir entendu quelques pleurs je vais voir désolée....


Il se leva de concert avec elle et tendit l'oreille sans entendre pour autant le moindre pleur Ils étaient tout proche l'un de l'autre à cet instant, presque qu'à se toucher
Vous croyez ? trouva t-il juste à rétorquer

Il se trouva à lui bloquer le chemin sans faire exprès, elle leva la tête pour se rendre compte qu'il était tout près, trop près même encore une fois comme au parc. L'envie de tendre les lèvres vers les siennes se faisait si pressant dans tout son corps. Lorsqu'elle parla pour lui répondre elle puis presque sentir une chaleur qui provenait de la respiration de Castel contre ses lèvres. Son imagination peut-être....

je ... enfin... je croyais....


Il pouvait sentir son léger parfum, son souffle, ses yeux allaient des siens à ses lèvres qu'il mourait d'envie de goûter. Sans s'en rendre compte, sa tête se pencha lentement vers la siennes jusqu'à ce que leurs lèvres se frôlent. Qu'une chose en tête, l'embrasser, la prendre dans ses bras

la tension qui s'affolait maintenant en elle était insoutenable. Il pencha la tête, ses lèvres venait troublées les siennes, son coeur, elle le senti, sorti carrément de sa poitrine. Elle s'affolait, elle le sentait, elle tenta de résister mais n'en avait nullement envie. Ses lèvres partirent à la rencontre des siennes, frolant également les jumelles offertes. Elle avança doucement un pied pour être plus près de lui, sentir son corps qui viendrait heurter le sien doucement. Elle fut servi mais pas aussi doucement qu'elle l'aurait espérer.... Elle se prit le pied dans le tapis sous elle et tomba carrément sur lui qui lui bascula sur le fauteuil ou il avait pris place quelques instant auparavant. Se retrouvant dans ses bras par la force des choses, gênée qui plus est.

Oh... pardonnez moi, je suis confuse...
des rouges plus rouges que jamais, elle tenta de se relever doucement ne sachant pas vraiment ou poser ses mains pour se faire, sur lui ? sur le bras du sofa ? Peut importe elle sera en total contact avec lui. Ses yeux trouvèrent les siens, lui qui la regardait, le sourire aux lèvres amusés par la situation qu,elle au contraire trouvait plus qu'embarrassante


Il fut plus qu'amusé par la situation dans laquelle elle venait de les mettre, .Voyant qu'elle tentait avec peine de sortir de là, il referma ses bras sur elle et alla cueillir ses lèvres. Lentement, par frôlement pour commencer pour ensuite les lui happer doucement. Sa langue tentant ensuite de se frayer un passage ..Il pouvait sentir battre son coeur affolé contre lui

elle fut surprise mais apaiser de sentir ses lèvres venir se frôler en reconnaissance contre les siennes d'abord. Ensuite un baiser l'engourdissant s'en suivi pour découvrir une charmante visiteuse qu'elle s'empressa de laisser passer. Elle répondit à chacunes de ses caresses par une réplique exacte. Elle avait l'impression de se trouver dans un rêve, elle dormait, c'était bien cela. C'était trop beau pour être vrai tout cela....

Sensation d'extase que ce baiser qu'il prolongea le plus longtemps possible, sa langue caressant la sienne avec douceur, ses lèvres venant manger les siennes le temps d'un souffle reprit. Il redécouvrait instant par instant les plaisir d'aimer et ne voulait que ça s’arrête

Elle se sentait comme une petite fille à qui on fait le plus beau des cadeaux. Elle l'embrassait sans vouloir s'arrêter. découvrant le gout sucrés de ses lèvres. Son corps s'aplatie contre lui, ses seins s'écrasant contre son torse

Il laissa ses mains découvrir ce corps qu'elles ne connaissaient pas tout en restant correct dans leurs balade, ne voulant brusquer les choses et apeuRer la Belle. SEs lèvres quittèrent les siennes pour descendre le long de son cou, il s'enivrait de sa douceur, des formes que ses mains découvraient

des mains sur son corps, douce exaltation. Des baisers qui parsemaient son cou, douce enivrance. Elle devient confuse plus encore. Faisait il cela que pour jeter sa '' bourde '' Non elle chassa rapidement cette idée saugrenue de son esprit. Il aurait pu trouver mainte femme pour satisfaire ce seul désir, il n'aurait pas eu besoin d'elle pour cela. Elle se mordilla la lèvres ne voulant plus le laisser se séparer d'elle

Il alla de nouveau prendre ses lèvres et l'emporta dans un baisers plus profond, Une mais sur sa taille l'autre se mêlant à ses cheveux d'or, Il la sentait fondre dans ses bras, voulait continuer encore et encore, mais les pleuRs des enfants se firent entendre .Leurs baisers cessèrent, ils se regardèrent un moment déception dans les yeux de chacun. Sans pour autant trouver des mots, ils se redressèrent et Oriabel parvint à se lever, il fit de même et avant qu'elle ne s'enfuit vers la chambre où les enfants pleuRaient , il la prit par la taille, la colla contre lui et lui donna un très court baiser avant d'aller lui murmurer au creux de l'oreille

Veux tu que je nourrisse l'un le temps que tu nourrisses l'autre ?
Il l'avait tutoyé sans même s'en rendre compte, la seule chose qui comptait en ce moment c'était pouvoir la sentir encore dans ses bras. Elle acquièsta de la tête, trop émue sans doute pour émettre un simple mot et , pour la première fois , ils se rendirent tout les deux dans la chambre des enfants et le temps qu'Oriabel nourrit Hélie, Castelreng donna pour la toute première fois, sous l'oeil attendrit de la blondinette, le biberon à Heaven. Ce fut pour lui un moment particulier, agréable et tendre. Certes ce n'était pas là le rôle d'un homme, néanmoins, il adora cet instant. Il regardait tour à tout Heaven et Oriabel..

Hélie se fit comme d'habitude un petit glouton, Oriabel observa ensuite Castel avec un renouveau dans ses yeux, Une lueur dansante amoureuse qui s'était allumé maintenant. Le plaisir de retrouver ses lèvres la hantait. Une fois le rot terminer de son petit ange, elle le langea et le remis au lit. Elle fit la même chose avec Haeven ensuite quand Castel la lui tendit afin repus.

Tu es prêt, on les laisse dormir ....


Pour être prêt il l'était et ne tarda pas à le lui montrer. Il alla vers elles et glissa son bras autour de sa taille, déposa un baiser au creux de son cou
Oui. Allons ma Toute Belle .

Elle lui sourit, il semblait avoir trouver une aisance dans tout cela, si facilement. Elle sortie avec lui sur les talons. La porte de la chambre des enfants refermer elle se retourna pour lui faire face. Ses lèvres se retrouvent sur les siennes rapidement, une nouvelle passion s'en dégage, ses bras se fraye un chemin à sa taille. Elle se colle plus avant contre lui



Dernière édition par Admin le Mer 26 Mar - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Ven 14 Mar - 19:13

Oriabel avait vu Jeni dans la matinée et cette dernière et elle avait convenu qu'elle pourrait prendre un petit moment. Elle laissa donc les enfants à sa meilleure amie et partie en promenade dans la ville. Lorsqu'elle passa devant le commissariat de la maréchaussée elle ne pu s'empêcher d'aller voir si Castel si trouvait. Elle poussa discrètement la porte et entra
Il était ce jour là débordé de travail, les esclavagistes s'étaient donnés le mot, il était en train de faire son dernier dossier lorsqu'il entendit la porte s'ouvrir. Pas de très bonne humeur par le fait qu'il devrait rester plus longtemps qu'il le voulait, sans lever la tête il dit
Oui ! c'est pourquoi?
Elle le regarda, abasourdi par son air un peu maussade et fini par sourire en le voyant ne même pas lever la tête vers elle. Je suis désolée de vous déranger mais j'aimerais prévenir que je vais commettre une faute très grave.... naturellement mon honnêteté devrait ne pas être puni j'espère....
Au doux son de la voix il releva la tête de son fichu dossier et afficha le plus beau des sourires. Elle était là devant lui alors qu'il ne voulait que se hâter pour aller la retrouver. Vous ne me dérangez pas .Mais de quelle faute s'agirait-il ? Il lui presentant une chaise face à son bureau et après s'etre levé l'invita à s'asseoir
Voyant le sourire qu'il afficha elle en fut toute chamboulée. Elle avait eu peur que cette petite aventure il y avait deux jours, sans l'avoir revu depuis, elle déjà couchée lorsqu'il était rentré la veille, ne soit qu'un rêve. Elle avait espérer que non mais avait tellement eu peur que ce sourire la rassura quelques peu.
Hey bien,... S'assoya dans la chaise présenter devant , afficha un mine grave sur son jolie teint Je pensais enlever un lieutenant pour le restant de l'après-midi, je sais que je ne devrais pas, que c'est une faute grave, mais je ne saurais m'y résoudre.
Il l'écouta , se noyant dans le bleu de ses yeux, un sourire charmant aux lèvres
Hum un enlèvement mais c'est là un acte condamnable Damoiselle, et qui plus est celui d'un Lieutenant.. se levant il ajouta Mais si c'est pour une après midi.. Puis la regardant mi rieur, mi interrogateur Mais de quel Lieutenant s'agit-il?
Elle ne pu réprimander le sourire qui glissa sur ses lèvres le voyant se lever. Il était si beau, si attirant. Elle tentait de se contenir pour ne pas se jeter dans ses bras en ce moment. Hey bien... je suis alors condamnée, je n'ai d'autre choix puisque je ne saurais m'y résoudre comme je vous l'ai déjà dit. La personne que cela concerne se tiens justement devant moi....
Il fit alors le tour de sa table de travail et arrivé devant la jolie blonde, il l'invita à se lever M'enlever .. et bien soit je suis pour le reste de la journée votre prisonnier. Où voulez vous me conduire ? lui montrant une petite porte sur la gauche il ajouta Les cachots sont par là
Se leva, gardant ses mains dans les siennes longuement, ne voulant plus arrêter de sentir cette chaleur enivrante dans les siennes et lui sourit finalement Les cachots, n'est ce pas là un endroit inconvenable pour une demoiselle ? Et quand à vous amener quelques part, j'ai une petite idée... mais je préfère passer par la porte extérieur que par les geoles s'il vous plait....
Garda une de ses mains dans la sienne et l'invita à sortir. Une fois à l'extérieur, il la regarda taquin Où m'emenez vous alors ? dans quelques lieux connus de vous seule?
Elle lui sourit et l'entraîna avec elle . La journée était sublime, l'air frais se dissipait au fil des jours, le printemps s'annonçait clément très bientôt. Non simplement vous me devez une jolie promenade vers la mer, et qui plus est, on ne m'as dit que du bien de cette merveilleuse plage qui s'étend à perte de vu. Donc je ne veux voir ce décor qu'avec vous si vous le permettez....
Il se laissa entrainer avec un immense plaisir, cette jeune fille lui redonnait une telle envie de vivre. Elle désirait donc aller vers la plage et bien soit .. Pour la pèche Damoiselle il nous faut partir du matin, par contre pour la plage je serais ravi de vous la faire découvrir.
Il traversèrent donc la ville en direction de la mer, toujours main dans la main, ne se préoccupant pas du regarde certain passant, ne les voyant meme pas, et, au bout de 10 bonne minutes où Castel en avait profité pour prendre des nouvelles de ses enfants, ils arrivèrent sur la plage .La marée était haute ce jour là, la mer par les reflets du soleil était d'une couleur magnifique, le vent était assez calme et relativement doux. Une journée parfaite en fait. Haut loin, entre deux dunes, se profilait le toit d'une certaine chaumière. Castel ne regarda pas dans cette direction, d'ailleurs il ne pensait pas à cet instant à cette fameuse cabane. Il regardait Oriabel émerveillée par le spectacle
Elle se laissa guider par Castel, le regard fasciné par lui. Elle s'abreuvait de ses paroles et résistait à peine à retrouver le goût sucré de ses lèvres. Beaucoup de gens passèrent à cotés d'eux sans que la belle blondinette ne les voit tout simplement. Ses yeux ne voyait rien d'autre que lui... Envoutée, bientôt elle vu profiler à l'horizon la mer et la plage Elle fut stupéfaite du spectacle. Ses immenses vagues qui venait s'échouer ou se fracasser contre les récifs. C'était terriblement beau. Elle s'émerveillait comme une gamine
HOoo !! Mais c'est magnifique tout cela ! C'est .. oua.. ma foi gigantesque.... Elle marcha, ses traces marquant le sable qui dans quelques merveilleuses journées se réchaufferait. Elle pourrait bientôt sentir le sable fin se greffer à ses pieds nus. Trop tôt encore pour la saison, elle était ravie tout de même de se retrouver ici Merci de me faire découvrir tout cela Elle le regarda, avec un sincère remerciement dans les yeux
Il la trouva à croquer de la voir si émerveillée par la vue. Il ne l'avait quitté un instant des yeux et lorsqu'elle vint le remercier pour une chose si anodine pour lui, il fondit en replongeant ses yeux dans les siens. Lui reprenant alors la main il lui dit sur un ton bas et doux Viens.. Déjà il la re tutoyait sans s'en rendre compte. Il l'attira à l'opposé des deux dunes, là où il y avait des rochers plus haut les uns que les autres et lui fit découvrir une toute petit crique connue de très peu de personne. Entre les rochers, une toute petite plage . Il se retrouvèrent donc à l'abri de tout, des gens et du vent. Seul le soleil pouvait les voir et la mer les bercer. Là, il la fit s'asseoir sur le sable sec et en fit autant. Discrètement, il passa un bras autour de sa taille
Elle le regarda tandis qu'il passa son bras autour de sa taille et lui sourit, elle se rapprocha doucement de lui pour coller son flan contre le sien Je suis heureuse de te retrouver.... Elle venait de le tutoyer pour la première fois, sans même s'en rendre compte mais il avait trop d'importance à ses yeux pour qu'elle puisse s'arrêter à cela en ce moment
Des mots doux à entendre que les siens en cet instant où juste Elle ne comptait.Il ressera son bras et l'attira contre son épaule. Son autre main remonta en douceur et alla déposer une tendre caresse sur sa joue Moi aussi t'avoir là.. c'est merveilleux
Elle ne résista pas plus longtemps, ses lèvres allèrent quérir un baiser tendre et très doux sur ses lèvres. Elle ne voulait plus que ce moment ne s'estompe. Elle resta ensuite un long moment contre lui, regardant le soleil qui se coucha tout doucement sur l'immensité bleuté devant leur yeux
Lorsque le soleil alla retrouver la mer, il se leva et l'aida à en faire autant. Ils avaient passé des heures l'un contre l'autre, sans voir le temps filer. Castel était et voulait rester sous le charme de cette tendre blondinette, qui, en quelques semaines seulement, et ce depuis qu'il avait cesser de passer ses soirées à s'enivrer en taverne, avait sut lui redonner le goût à la vie, l'envie d'aimer et d'être aimer. Il se rendait bien compte qu'elle était plus jeune que lui, mais il ne pouvait la détacher de ses pensées était-il en train d'en tomber amoureux, lui qui pourtant ne pensait plus que cela puisse un jour lui arriver.....


Dernière édition par Admin le Mer 26 Mar - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Dim 16 Mar - 0:26

Oriabel berçait doucement Hélie qui n'arrivait pas à s'endormir. Le petit lui faisait de beau sourire. Elle s'émerveillait de voir ce petit ange dans ses bras. Elle était toute seule avec eux. Heaven elle dormait paisiblement. Elle espérait de voir leur père rentrer bientôt. Il lui manquait. Les jours qui avaient défiler depuis quelques jours, elle se pensait dans un conte de fée
Castel avait eut pas mal de travail ce jour là et c'est assez tard dans l'après midi qu'il revint à la maison. Tout semblait calme, au loin, venant de la chambre des enfants, il put entendre la douce Oriabel fredonner une berceuse. Souriant de pouvoir enfin la retrouver, les derniers jours l'avaient vu avec elle seule dans ses pensées, il alla vers la chambre et avant de se faire entendre, profita du spectacle. La belle berçait son fils. Il la regardait, l'admirait même, sans oser déranger .
Paisiblement, Hélie fini par s'endormir également. Elle se releva doucement, sans se douter qu'elle était épiée et recoucha le petit dans son berceau. Elle les couvra tout les deux attentionnés, déposa un petit baiser sur leurs front regardant leur petites mimiques se faire. Tout en souriant elle ressortie de la pièce. Elle fit le saut, retenant un cri lorsqu'elle se rendu compte que quelqu'un était là. Heureusement c'était Castel. Elle lui souria avant de lui parler.
Vous m'avez fait peur... Vous êtes toujours aussi silencieux ?
Bien sur il ne voulait l'effrayer, il lui sortit largement avant d'aller prendre sa main pour y déposer ses lèvres, puis , se noyant dans le bleu de ses yeux il lui dit tout bas Je ne voulais vous faire peur.Pardonnez moi, c'est que ..le spectacle était tellement beau que je n'ai voulu l'interrompre
Sentit ses lèvres aller chercher sa main, elle lui sourit, trop heureuse de le revoir sans pour autant trop le démontrer. Elle ne soutira aucunement sa main, voulant pouvoir la sentir encore dans la sienne longuement. Il n'y a pas de soucis, simplement j'ai été quelques peu surprise voilà tout. Vous avez terminé très tard ce soir, beaucoup de travail, trop de méchant à mettre au cachot ?
Il garda sa main dans la sienne , ne voulant la lâcher déjà, il osa, du bout des doigts la caresser. Oui j'avoue que j'ai eu fort à faire aujourd'hui.. mais laissons cela derrière nous.. Dites moi comment c'est passé votre journée.. Pouvoir en cet instant lui donner un baiser, il regardait ses lèvres, ses yeux, son visage n'arrivait à se détacher d'elle qui lui avait pris ses pensées..
Elle joua du même jeu que lui, ses doigts effleurant les siens. Son regard se plongeant dans le sien, le bleu de ses yeux se noyant dans la profondeur de son âme.
Oui elle a très bien été, comme vous avez pu le constater, Hélie avait besoin d'un peu de tendresse. Ils sont merveilleux vos enfants, si purs et si beaux
Il sentait avec plaisir les caresses sur sa main, poursuivait les siennes, sans la quitter des yeux, sans doute voyait 'elle l'envie qui le dévorait C'est vrai qu'ils sont merveilleux mes anges.. Pensant qu'ils n'étaient pas seuls d'ailleurs à l'être Et c'est surtout grâce à vous Oriabel..
Elle sentait son regard persistant sur elle en plus des flatterie elle commençait à se sentir un peu gênée. L'envie de sentir ses lèvres qui déambulait des paroles pour goûter le silence d'elles. Non, je n'ai rien à voir dans tout cela, je ne fais que leur offrir mon amour c'est tout ....
Comment faire pour arriver à goûter à ses lèvres, savourer le goût sucré de ses baisers, sans la brusquer, voilà ce que Castel se disait au fond de lui. Il décida donc de changer de sujet après lui avoir répondu que l'amour qu'elle leur donnait était ce qui faisait d'eux des enfants aussi merveilleux Vous...vous.. avez aimé cette plage..ne trouva t-il qu'à dire
Elle fut surprise de le voir ainsi changer de sujet mais se laissa transporter facilement dans ce souvenir. De voir cette mer si belle, cette plage unique avec pour seul compagnie lui .... comment aurait elle pu ne pas aimer ? Elle s'adossa au mur derrière elle, à coté de la chambre des enfants, son regard pénétrant le sien, cherchant à découvrir pourquoi elle agissait ainsi. Oui bien sur, la plage de Narbonne renferme quelque chose de mystérieux mais procure aussi une sensation de bien-être exquis. Je dois reconnaître également que votre compagnie y était sans doute pour quelque chose
Elle en avait trop dit ou pas assez, Castel, toujours aussi troublé osa un pas en avant, se rapprochant d'elle, et de sa main libre alla oter une mèche rebelle de son visage, il prit le temps, trop sans doute pour se faire, lui caressant la joue au passage A vos cotés , cette plage était encore plus belle
Son petit minois rivé sur cet homme qui la faisait chavirer de plus en plus chaque jour, elle sentit un pincement dans son coeur lors de ce compliment. Elle aurait voulu lui sauter au cou, s'éprendre de ses lèvres sans jamais arrêter mais elle semblait figée sur place. Elle ferma les yeux, voulant ressentir cette caresse sur sa joue éternellement. Elle finit par elle même avancé ses lèvres vers lui, ne pouvant plus résister. D'une infinie douceur s'en appara. Elle l'embrassa tendrement, savourant chaque lèvre comme si c'était la dernière fois qu'elle s'en abreuverait
Il referma ses bras sur elle, l'enlaçant tendrement, savourant et lui faisant savourer ce profond baiser ou il y mit tendresse, espoir aussi sans plus en douter il en était amoureux mais ne savait comment s'y prendre pour le lui montrer vraiment, bien sur il aurait voulu pouvoir l'effeuiller, la couvrir de baisers, de caresses, d'ailleurs ses mains déjà se faisaient curieuses, se baladant le long de sa fine taille
Elle l'embrassait gracieusement tout en lui démontrant le plaisir qu'il savait simplement lui donner par ses lèvres assidues de sensations qu'elle reflétait elle même. Elle le tira un peu plus contre elle de ses mains qui prirent possession de sa taille, son corps compromis entre le mur et le sien se détendait bien que excitée par le simple fait de le sentir si près d'elle. Son baiser se fit plus langoureux au fil des caresses des mains de Castel sur sa taille
Le baiser se prolongea encore et encore, une main sur sa nuque, il l'attira encore plus contre lui, la décollant du mur et glissant un bras dans sons dos. Ses lèvres allèrent vers le lobe de son oreille en une multitude de baisers et il lui murmura
Tu es en train de ma rendre fou ..
Sa tête se penche lentement vers le coté, elle enfouie son visage contre son épaule et son cou, s'enivrant de son odeur qui hantera ses souvenirs, elle le sait que trop bien. Son corps se love plus encore pendant qu'il lui susurre certaine parole qui lui font l'effet d'une brique dans les jambes. Elle ne saura pas lui résister. Ses lèvres vont frôler son cou, sensuellement. Elle ne répond pas, ne veut pas briser cette ambiance si intense. Elle parcours cette peau de ses divines lèvres lentement
De sa main il lui leva le menton, allant rechercher ses lèvres pour l'emporter dans un baiser brûlant, il la collait contre lui tellement fort qu'il pouvait sentir battre son coeur contre son torse, son baiser se fit alors plus affamé , lui montrant à dans quel état il se trouvait en cet instant. Il gardait ses lèvres, la tenant fermement, il recula, recula, jusqu'à arriver dans sa propre chambre ou la porte était ouverte, ses mains poursuivaient leurs caresses, ses lèvres mangeaient toujours celles de la Belle. Un demi tour, il se laissa tomber sur son lit, l'emportant avec lui.
Elle ne se rendit même pas compte de ce qui venait de se produire, simplement elle se ramassa étendue sur un lit avec Castel. Elle savait qu'elle ne devrait pas, que c'était beaucoup trop tôt pour cela. La peur de le voir s'échapper d'elle si elle lui offrait maintenant sa virginité la soutenait toujours. Pourtant malgré tout le bon raisonnement qui l'envahissait en ce moment, son baiser se fit plus enflammé. Elle l'aimait, elle n'en doutait plus du tout, elle n'osait pas encore le lui dire, beaucoup trop tôt pour être sur des sentiments que lui éprouvait vis à vis d'elle et cela l'apeurait. Elle se délectait simplement en ce moment de ses baisers, de sentir son corps contre le sien et de ses caresses. Un petit gémissement, très fin sorti de son corps qui tremblait en ce moment.
mmm....
Qu'elle était donc belle étalée sur son lit, il l'avait regardait le temps d'un cours instant craignant sa réaction quand à sa posture et surtout en cette pièce, puis reprit ses lèvres avidement. Son doux gémissement l'aida à aller plus loin dans le baiser. Non qu'il voulait la faire sienne, même si l'envie était à son apogée, mais pouvoir découvrir la douceur de sa peau tout en ne cessant de déguster ses lèvres Alors, avec beaucoup de douceur, il dénoua le cordon de son chemisier et glissa une main à l'intérieur. Une sublime caresse, toute en tendresse, lorsqu'il sentit sous ses doigts la forme de son sein ferme
Elle le regarda lorsqu'il dénoua son corsage, elle ne savait si elle devait l'arrêter ou pas. La raison se disputait ardemment avec son cœur en cet instant précis. Elle aurait voulu le laisser faire tout ce qu'il voulait d'elle, elle ne voulait que lui après tout. Mais son esprit lui bloquait tout accès à se laisser emporter. Pourtant déjà la muraille commençait à avoir une brèche lorsque la main de Castel engloba son sein. Sa lèvre tremblait doucement, la sensation exaltante qu'il procurait en elle lui faisait tourner de la tête. Elle soupirait lentement cherchant à retrouver le confort de ses lèvres pour ne pouvoir lui demander d'arrêter puisqu'elle n'en avait aucune envie.
Ne pas la brusquer, ne pas l'offenser, il n'alla pas plus loin dans ses caresses, se contentant de ce sein et de ses lèvres, il la sentait fondre sous ses doigts et même si ses envies d'hommes voulaient plus, son esprit lui ne voulait que la faire sentir bien dans ses bras. Une multitude de baisers allèrent des ses lèvres à son cou, s'égarant de temps à autre vers l'ouverture de ce corsage.Puis, il la regarda, amoureusement
Tu es tellement belle.
Les mains de la belle s'égarait dans les cheveux de Castel, jouant avec eux machinalement pendant qu'il l'envoûtait de ses baisers. Le taux de confort augmentait en elle, tout comme la chaleur dans la pièce. Soudain leurs iris se jumelèrent avant qu'il ne parle. L'intensité de cet instant était palpable. Elle avala difficilement. Un sourire naquit ensuite sur ses lèvres lorsqu'il la complimenta. Merci.... Mais je crois que c'est toi qui me rend ainsi..... Elle aurait voulu lui dire que probablement que c'était l'amour qui la rendait peut-être aussi belle, mais le courage manquait toujours. Un moment viendrait sûrement ... le temps venu. Elle alla retrouver ses lèvres une fois de plus, posant une pression sur sa nuque pour garder leurs lèvres soudées et sentir son corps brûlant contre le sien par la même occasion. L'autre main inactive jusque là se faufila sous la chemise de Castel, voulant sentir la fine soie de sa peau contre ses doigts inexpérimentés
Contre toute attente, alors qu'il la pensait timide, il sentit sa main caresser son torse, un baiser, plus chaud, plus envieux d'elle se fit alors, il n'allait pas pouvoir se contenter de ces simples caresses etr baisers, son corps commençait à le tirailler, en voulant plus, la voulant Elle entière.. Alors, il se redressa avec douceur, la regarda longuement , lui caressant le visage.Je ne veux pas te brusquer. Espérant qu'elle comprenne qu'il en voulait plus
Elle fut surprise de voir que Castel s'arrêta. Elle le regarda pendant qu'il lui caressait la joue, délimitant son visage par la suite de ses doigts. Un sourire sincère apparut à ces paroles. Elle apprécia le fait qu'il ne précipite pas les choses mais elle sentait qu'il ne pouvait plus se contenir. Cela la peina mais pouvait très bien comprendre puisque elle également se serait laisser bercer par le mouvement de leur corps toute la nuit s'il n'avait pas arrêter en cet instant Merci.... Quelques peu mal à l'aise, elle se dégagea, ratacha son lacet de son corsage, lui à ses cotés la regardant Je crois qu'il vaut mieux que je regagne ma chambre.....
Attends non .. allons boire un verre au salon je s'il te plais Il ne voulait la voir partir dans sa chambre, il avait de l'avoir froissé en ce instant et ne savait comme le lui dire
Elle se leva, elle ne pouvait rester, elle devait réfléchir à tout cela. Elle avait des convictions, avait faillit succomber que trop facilement en ce moment. Il lui faisait perdre la tête trop facilement. Elle avait peur d'avoir mal par la suite et ne pouvait se résoudre à tout perdre ce qu'elle venait de gouter avec lui et les enfants.
Non je ne crois pas, vaudrait mieux que je regagne ma chambre si vous permettez.... Elle le regarda, ses yeux bleus trahissant son inconfort mais aussi la tristesse de le perdre en se refusant à lui ainsi
Il resta comme figé par ses paroles, attendit qu'elle quitte la pièce pour lui dire, assez fort peut etre
. je t'aime
N'entend qu'un murmure lorsqu'elle passe la porte, des mots qu'elle aurait espérée cependant entendre mais qui pour elle ne sont pas venu cette soirée là. Elle alla s'engouffrer dans sa chambre, émue mais surtout terrorisée par le fait d'aimer autant un homme comme lui
il resta un moment dans sa chambre à se poser mille questions, puis alla dans le salon et s'installa près du feu. Réfléchir peut-etre s'était-il trompé sur son compte, peut-etre ne ressentait-elle pas ce que lui ressentait, peut-être avait-il était trop loin aujourd'hui, sans doute l'avait-il choqué par son comportement. Une chose est sûre, il n'en fermerait pas l'oeil de la nuit..
Elle s'étala sur son lit, tremblante, cherchant à comprendre s'il pouvait ressentir les mêmes choses qu'elle. Elle hésita un long moment à aller le retrouver mais ne pu s'y résoudre ne voulant pas entendre une fatalité qui lui briserait le coeur s'il ne l'aimait pas. Elle fini par rester là, seule dans le noir, réfléchissant à ses peurs qu'elle ne pouvait contrôler.
Les jambes étendues, la tête contre le dossier du fauteuil, il laissa échapper un long soupir. De son pouce gauche il se mit à faire tourner l'anneau qu'il avait au doigt comme il le faisait à chaque fois que quelque chose le minait. Il resta ainsi des heures durant avant de se lever pour aller à sa table de travail. Là, il prit vélin et plume et commença à écrire


Citation :
Douce Oriabel,

Alors que je pensais mon coeur mort à jamais,
vous avez su de part votre douceur,
Petit à petit le faire renaitre de ces cendres.
Aujourd'hui je me trouve devant vous désarmé,
par votre grande beauté, par votre candeur.
Je n'en viens qu'à penser à vos lèvres prendre,
Et ne sais comment faire pour ne point vous brusquer
Car à présent mon coeur crie et dit vous aimer.

Castelreng.

Sitôt sa lettre écrite, il alla en silence la glisser sous la porte de la belle blondinette, alla ensuite se coucher.
Le matin arriva sans qu'il eut fermé l'oeil et lorsqu'il partit travailler, elle n'était pas levée...


Dernière édition par Admin le Mer 26 Mar - 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Dim 16 Mar - 18:14

Oriabel ne vu qu'au petit matin le petit mot déposée devant sa porte. Elle fut intriguée de voir de quoi il en retournait et comprit assez vite que c'était Castel qui l'avait déposé là. Elle s'abreuva rapidement des mots, les lisant à toute vitesse, les relisant pour s'assurer d'avoir réellement compris le sens des paroles qu'il avait couché là sur ce parchemin. Il l'aimait, enfin si elle avait comprit tout le sens c'était bien le cas. Son coeur arrêta de battre un court moment pour repartir à vive allure. Elle sortie en courant, le cherchant partout dans la maison en chemise de nuit sans pour autant le trouver nul part. Elle fut déçue qu'il ne soit pas là. Mais tout de même plus qu'heureuse de constater ce fait. Elle garda la missive contre son coeur une bonne partie de la journée, attendant de le revoir et de lui sauter dans les bras partageant cette joie avec lui
Il était donc sorti à l'aube, était allé au commissariat, espérant mettre à jour les dossiers restant, mais en vain, il n'arrivait pas à se concentrer. Qu'une chose en tête, le moment passé avec Oriabel la veille. Ce qu'elle penserait en trouvant sa lettre, Beaucoup de question encore le torturait. Il eut un long soupir, laissa en plan ses dossiers et se décida à rentrer. Il fallait qu'il sache,
il voulait la voir, espérait pouvoir la prendre à nouveau dans ses bras. C'est donc à grand pas qu'il retourna chez lui. Arrivé dans le boudoir, il commença à la chercher du regard, son coeur battant à l'unisson
Oriabel avait passer une partie de la journée à s'occuper comme elle pouvait. Enfants, ménage, nourriture, n'importe quoi pour penser à autre chose qu'à Castel. Il fallait qu'elle tienne jusqu'à ce qu'il revienne. Plusieurs fois elle avait voulu habiller les enfants et aller le rejoindre mais se disant que ce n'était pas la chose à faire, elle s'était à peine occupée le corps au lieu de l'esprit. Elle avait fini par aller s'étendre sur le canapé dans le boudoir puisqu'elle n'avait pas dormi la veille. Le bout de parchemin toujours dans ses mains, contre sa poitrine, les cheveux étalés sur l'accoudoir elle sommeillait paisiblement.
Il finit par la voir sommeillant sur le sofa. Il en resta un moment en admiration, elle était si belle ainsi avec ses cheveux étales tel un soleil d'été, l'accoudoir ressemblant à un champs de blé. Il s'en approcha en douceur, ne voulant l'éveiller, s'installa sur le fauteuil , lui faisant face et , souriant au tableau sublime qu'il avait sous les yeux, la contempla.. sans mot dire
La belle dormait sans que rien ne l'affecte en ce moment. Les rêves se jumelant à la réalité, des bruits de pas lointain sans pour autant la tirer du sommeil. Seul le sentiment de se faire regarder commença à la faire agiter un peu plus inconsciemment.
Il finit par se lever pour aller se mettre à genoux devant la belle dormante. Avec une infime douceur il lui caressa du bout des doigts le pourtour du visage, la courbe de ses lèvres. Il ne savait comment elle réagirait à tout ça, ne pensant meme pas qu'elle pourrait s'en choquer et s'en facher, il ne laissait aller que l'amour qu'il éprouvait en ce moment, ne pouvant réfléchir aux conséquences des ses actes
La douce sensation de sentir quelque chose sur le visage, au départ elle tourna la tête pour ensuite commencer à sortir de ses songes. Les sens aux aguets, la douceur sur sa peau trop précise, des doigts sûrement. Elle entrouvre les yeux pour voir Castel penché sur elle. Un sourire vient éclairer son visage, elle s'adosse pour ensuite dans un mouvement sans réflexion s'aggripe à son cou et ses lèvres vont se souder aux siennes. Elle l'emporte dans un baiser passion et sans raisonnement
Le coeur battant de joie il prolonge le baiser amoureusement jusqu'à en perdre leur souffle. Ses lèvres ensuite se dirigent vers le lobe de son oreille et lui murmurent
Je t'aime Puis, il se recule avec douceur pour aller plonger son regard dans le lac de ses yeux
Son coeur s'échappe littéralement de sa poitrine à ses mots, elle ne peu que lui répondre au départ par un énorme sourire. Elle est folle de joie de le savoir près d'elle mais tout autant de savoir que son amour qu'elle éprouve est partagé.
Je t'aime aussi .... Ces mots chargés de tant d'émotion si facile à dire pourtant. Ses yeux sont noyés dans les siens, ne voyant plus que lui
A ses mots, qu'il espérait tant entendre, il la prend dans ses bras et la couvre de baisers ne pouvant s'arreter tout en ajoutant
je….. j'avais tellement… peur …..que….. tu…. Je…. tu me…. Rends……. fou
Le vois envahi d'un soulagement certain se défoulant avec des baisers qui la couvre complètement au niveau de son visage. Elle sourit, amusé mais surtout trop heureuse de le voir agir ainsi. *
Je comprend, j'ai eu très peur que tu ne veules de moi que pour jeter ta gourde, que je ne sois qu'une aventure pour oublier .... Elle prit son visage entre ses mains, le forçant à la regarder. Ses yeux étincelaient de bonheur. Elle l'embrassa tendrement , fermant les yeux respirant l'amour qui émanait d'eux
Il lui rendit son baiser, lui donnant par cet échange tout l'amour qu'il ressentait et pris ensuite son minois entre ses mains, la regardant tendrement
Tu n'est pas femme à être aimé pour une nuit
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Ven 28 Mar - 19:00

Elle le regarda dans les yeux lui disant que ce qu'elle avait pensée aurait été impossible. Elle lui sourit trop heureuse en cet instant. Elle retourna à ses lèvres ne voulant plus rien d'autre
la suivit dans son baiser, se redressant et la faisant se relever elle aussi, la garda longtemps dans ses bras la couvrant encore et encore de baisers avant de lui avouer tout bas
Tu sais.. j'ai grand faim…de toi et ..
se lève, se blotti dans ses bras, savourant le plaisir de le sentir contre elle. Elle avait bien cru que plus jamais cela ne se ferait. les mots qu'il va ensuite murmurer la laisse abasourdi. Elle ne sait trop quoi faire, ni quoi lui répondre Castel... je ...
il la regarda en souriant, déposa un court baiser suite à ces mots qu'elles n'avait osé dire et ajouta
tu as encore de cette délicieuse soupe?
Elle lui sourit, elle ne s'était pas attendu à cela. Comme quoi elle avait encore beaucoup à apprendre de lui. Oui bien sur, je te fais réchauffer cela si tu en as envie. Tu veux autre chose avec ?
Il la prit par la taille
Oui avec j'aimerais ta compagnie et ensuite.. il mourait d'envie de lui dire que c'était surtout d'elle qu'il avait envie plus que de sa soupe, mais il ne voulait pas la brusquer, il voulait que les choses se fassent d'elles même ensuite tes baisers en dessert
Sourit ravie de pouvoir lui offrir ce qu'il désirait. D'une certaine façon cela la ferait pardonner de s'être enfuie de la sorte la veille. Vos désirs sont des ordres Elle rit et parti faire réchauffer la soupe qu'elle lui rapporterait ensuite
il la suivit à la cuisine et la regarda faire toute en discutant de choses et d'autres en attendant que le repas soit prêt
Les enfants ont-ils étaient sages?
elle prépara ce qu'il avait demandé et le lui servit tout en répondant à ses questions Oui naturellement, ce sont des anges ces enfants ! Elle lui déposa le bol devant lui avec du pain. S'installa à ces cotés et le regarda manger Et vous, le travaille ça a été ?
il s'assit et commença a souffler sur son breuvage Oui on peut dire.. mais laissons ça ..ce qui m'importe c'est toi.. puis voyant qu'il était seul à diner Tu ne manges pas?
Hoche la tête doucement Non j'ai déjà mangée et je n'ai pas très faim pour le moment (/b] Elle se garde bien de lui dire que son seul désir est de le sentir contre elle en ce moment
Il n'avait vraiment pas envie de manger seul alors il délaissa son bol et se leva pour aller à ses cotés
[b] Finalement .. je passerais bien par le dessert avant tout
lui dit-il en lui prenant la main. il ne la quittait pas des yeux, ne le pouvait d'ailleurs pas, elle le subjuguait.
lui prend la main tendue, la serrant tendrement.
Tu n'avais pas faim ? Voilà que le tutoiement se faisait facilement maintenant. Elle ne se fit pas prier pour ce surplus d'attention et l'embrassa une fois de plus. Elle blotti tout son corps contre le sien pendant ce moment de délectation, ses mains allant et venant contre son dos le temps de ce baiser .
il l'emporta dans un baiser brûlant, parcourant de ses main sa nuque et ses reins, puis lui murmura
Viens Il l'entraîna à l'extérieur de la pièce
C'est faim de toi que j'ai…tu veux ?

ce laisse manier par ce baiser brulant. La suite la terrorise mais elle a confiance en lui. Elle hoche à nouveau la tête se laissant guider à l'extérieur de la cuisine.
il la sent craintive et la regarde avec beaucoup de douceur. Il s'approche de ses lèvres et l'emporte de nouveau dans long baiser, la caressant avec douceur. Ils se trouvaient encore dans le couloir
Terrifiée à l'idée de se trompée mais ayant plus qu'envie également de partager quelque chose d'unique avec lui puisqu'elle sait qu'elle l'aime, elle se laisse guider toujours. Arrivés dans le couloir il la sent fébrile et l'embrasse pour la rassurer avec une douceur extrême. Elle se laisse abriter par ce désir qu'il crée facilement en elle
il continua ses caresses douce et tendre, ses baisers langoureux et rassurant la laissant fondre dans ses bras. Il lui susurrait des mots tendres lorsque ses lèvres venaient lui mordiller le lobe de l'oreille
sentait un émoi particulier l'envahir. Elle n'avait ressenti cela qu'une seule fois auparavant et c'était justement avec lui, la veille. Elle déposa ses mains dans le creux de ses reins, l'amenant plus contre elle, voulant le sentir complètement malgré les vêtements qui obstruait ce désir. Il se faisait si doux que doucement la nervosité s'estompait et faisait place à une envie dévorante
Il prenait tout son temps, savourait de ses lèvres la douceur de son cou, la fraîcheur de ses lèvres, ses mains la couvraient de fines caresses, descendant vers ses fesses sans trop aller plus loin. Déjà par son rapprochement il la sentait venir à lui, mais ne tentait encore pas d'accélérer ce moment qu'il voulait pour elle le plus beau
la pression qu'elle exerça contre ses reins pour le rapprocher porta fruit. Des caresses de Castel fusait l'envoûtant facilement. De son autre main elle caressa sa nuque, jouant de ses doigts également dans ses cheveux pendant qu'ils s'embrassaient langoureusement
Alors qu'il la sentait fondre d'un désir nouveau pour elle, il l'emporta dans ses bras tendrement, il la regarda amoureusement avant d'aller reprendre ses lèvres
Une fois de plus elle se laissa amener où enfin elle pourrait être sienne sans cette fois se sauver malgré que la peur restait présente. Elle savait qu'il serait doux, et avenant avec elle. Elle prit plaisir à retrouver ses lèvres délicieuses un long moment
Toute en continuant à l'embrasser tendrement il se dirigea vers la chambre de la jeune fille et la déposa avec douceur sur son lit. Là, il s'assit sur le bord , se pencha de nouveau vers elle et reprit ses baisers
se laisse bercer par ses bras qui la porte et ensuite la dépose sur sa couche qu'elle n'a jamais pensée partager avec lui. Pourtant c'est avec joie qu'elle le fera. Elle l'attire à lui pendant qu'il l'embrasse, le voulant près d'elle le plus possible
il la laisse l'attirer à elle et , allongé à ses cotés reprend ses caresses. Avec une infinie douceur, il tire le cordon de son chemisier sans qu'elle ne s'en rende compte. Il fait glisser une main sous l'étoffe et s'enivre de la douceur de sa peau. Découvre un sein dont-il dessine le tour avant d'aller de ses doigts s'escaler jusqu'à son mont. De son pouce il fait le tour de la pointe en douceur.
Elle n'avait même pas senti la main de Castel se faufiler sous sa chemise tellement sa peau était brulante de désir. Lorsqu'il dessine le contour parfait de seins ses de ses doigts sa poitrine se soulève sous l'émotion. Elle ne dit rien, ne bouge pas trop pour ne pas rompre le charme entre eux et aussi le désir qui les unis
Il laisse alors ses lèvres descendre le long de son cou, embrassant chaque parcelles , arrivant à sa gorge, continuant de descendre jusqu'à l'ouverture de son chemisier. Sa main délaisse alors son sein en un infinie douceur pour laisser place à ses lèvres. SA langue finie par rencontrer la pointe de ce sein et entreprend une danse langoureuse avec ce tendre téton. Sa main alors, elle descend le long de son corps arrivant au niveau de sa jupe
les caresses fusent de toute par. En premier lieu son sein qui se fait dévorer tendrement par ses lèvres et sa langue délicieuse ensuite déjà une main court le long de sa cuisse remontant sa jupe. L'estomac noué, la nervosité l'envahie profondément mais l'excitation augmente et gagne de terrain. Elle ne sait par contre par trop comment s'y prendre et le laisse prendre le contrôle de son corps, de son esprit comme elle l'a déjà fait pour son cœur
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Ven 28 Mar - 19:05

Lentement il fait remonter sa jupe et s'en va à la découverte des ses longues jambes, les caressant de toute part, laissant par moment ses doigts frôler son entre jambes, avant de retourner se glisser à son opposé. Ses lèvres et sa langue poursuivent la dégustation de ce fruit si tendre
frémit de toute part lorsqu'elle sent des doigts frôler son entre cuisse, elle soupire doucement et écarte sans même s'en rendre compte les jambes voulant ressentir encore l'excitation lorsqu'il répète se mouvement. Son corps est envahie de toutes sortes d'émotions nouvelle pour elle . Elle se décide enfin à bouger un peu, ses mains allant vers sa chemise qu'elle déboutonne un à un le regardant lorsqu'il lève les yeux vers elle pour s'enquérir de son état
Il relève donc les yeux et la découvre encore plus belle sous l'emprise de ses caresses, ose enfin avancer dans cet échange d'amour, il la laisse lui ôter sa chemise et profite du moment pour lui ôter son chemisier.
Lui retire sa chemise, ses mains profitant de se contact précieux avec cette peau si douce. Il fit de même et elle se laissa faire bien que gênée de se retrouver à moitié nu contre lui. Il en avait vu d'autre avant elle, elle n'était pas la première pour lui, elle le savait que trop bien mais justement.... La beauté de Kali n'était plus à faire depuis longtemps et elle, elle n'avait rien qui pouvait lui ressembler. Elle avait peur simplement de ne pas lui plaire
il prit le temps de la regarder, la trouvant plus que belle et par le sourire qu'il afficha elle ne put que s'en rendre compte. il s'approcha de son visage et tout en reprenant ses caresses qui se firent encore plus belles il lui murmura
Tu es magnifique
ses paroles et son sourire la rassura une fois de plus. Elle l'embrassa se délectant de ses lèvres qu'elle commençait à connaître par coeur mais dont elle savait qu'elle ne se tannerait jamais. Ses doigts allaient et venaient dans son dos maintenant savourant cette léthargie qu'ils créaient en elle.
il lui offrit le plus tendre des baisers , sa langue allant faire danser sa jumelles langoureusement, ses caresses se firent un peu plus profondes lorsqu'il laissa ses doigts partir à la découverte de son plus beau joyau.
elle suffoqua doucement. Son coeur semblait vouloir quitté sa poitrine. Elle n'était plus maitre de rien chez elle. Comment faire pour ne pas succomber aussi facilement. Aucune raison de toute façon de ne pas le faire. Elle répondit à chacun de ses baisers avec une douceur infini. Ses mains allant même arpenter le galbe de ses fesses maintenant subtilement
Le joyau lui plut, il s'y attarda. Avec douceur il caressa cette partie douce et chaude de la belle, allant et venant sans entrer dans ses plus intimes ses Secrets, s'attardant en son entrée avant de remonter légèrement pour redescendre ensuite. Pendant ce tendre moments ses lèvres avaient retrouver les siennes, les quittant un cours instant pour s'assurer que la belle appréciait cet échange
une moiteur envahi la belle des caresses que lui prodiguait Castel. Ses cheveux étalés sur l'oreiller encadrait son visage d'ange. Ses yeux bleus ne reflétait que du plaisir et de l'envie d'avantage lorsqu'elle le regardait. Elle appuya plus durement sur ses fesses de ses mains sans le vouloir, plus presser de le sentir contre elle maintenant. Il avait su réveiller en elle quelque chose qu'elle ne connaissait pas. Aucune chance de la dissuader d'y goûter maintenant
Il alla reprendre ses lèvres le temps d'un long baisers, ses doigts continuaient leurs caresses. Puis il alla lui murmurer doucement ce qu'il ne voulait faire sans son entier accord
Tu veux aller plus loin Il était prêt à toute entendre, espérait un oui mais aurait compris néanmoins le non. Elle était jeune, fraîche et neuve de toute ces choses, voulait peut-être comme beaucoup à son age se donner que le soir de ses noces et celà il avait bien l'intention de le respecter.
l'embrassa un long moment avant qu'il ne s'arrête et lui pose la question dont elle même restait encore à savoir la réponse. Pourtant elle n'avait pas envie de le laisser partir, elle voulait qu'il reste près d'elle. Elle avait sûrement autant envie que lui de le sentir affalée contre elle . elle aurait bien voulu céder mais elle ne le pouvait pas, elle ne se sentait pas prête et ses convictions étaient tout autre au départ
Je... non... enfin oui je voudrais mais je crois que je ne suis pas prête pour le moment... elle le regarda longuement, la peur se lisant dans ses yeux
Tu m'en veux ?

Il lui sourit avec plein d'amour dans les yeux. pour la rassurer, avant de lui répondre il déposa ses lèvres sur les siennes et toute en lui répondant, il fit redescendre en douceur sa jupe
Non bien sur que non On a toute notre temps pour ça ma Belle
elle soupira rassurée. Elle était heureuse qu'il le prenne ainsi. Elle avait toujours envie de le sentir contre elle cependant. Cette envie malgré le raisonnement n'avait pas passé....
Tu veux bien rester encore un peu avec moi ?
Il lui sourit en plus en cet instant
Bien sûr que je veux et toute la nuit si tu veux de moi
lui sourit, tout à fait d'accord pour cela s'il le veut bien
Tu sauras rester sage ?
n'ais aucune crainte jolie fleur, je ne viendrais te cueillir que lorsque tu seras prête

se releva dans ce cas, alla chercher une chemise de nuit qu'elle enfila après s'être débarrasser du seul vêtement qui la recouvrait encore. Dans ce cas, j'espère que tu trouveras mon lit aussi confortable que le tiens, que tu y pendras goût très rapidement...
Le temps qu'elle alla passer un nuisette, il avait ôté le reste de ses vêtements et s'était glisser dans les drap. Il ne voulait pas l'effrayer en se montrant nu devant elle. La regardant se glisser au lit à son tour et la prenant dans ses bras il lui susurra
tout comme j'espère que tu apprécieras le mien ma Douce
elle lui sourit, se laissant bercer dans ses bras, son visage près du sien. Elle se calla contre lui, voulant ne faire qu'un malgré tout avec lui. Elle pouvait sentir son coeur battre à l'unisson avec le sien Castel..
Il était bien, merveilleusement bien . Il la serra tout contre lui Oui ? Ma douce..
Elle alla l'embrasser tendrement un court moment avant de lui murmurer : Merci.... juste de ne pas me bousculer... elle ferma ensuite les yeux, se contentant de la chaleur qu'il dégageait contre elle, ravie de cette journée
Merci à toi de me faire vivre..
lui répondit-il tout bas .Mais si ils pensaient pouvoir s'endormir l'un contre l'autre déjà, ils rêvaient ! Des pleurs se firent alors entendre….
Elle regarda Castel, et sourit avant de se lever pour aller nourrir les petits anges qui réclamait leur dû .
Je reviens très vite....
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Ven 28 Mar - 19:24

Oriabel avait donner le biberon des enfants et était revenu trouver ensuite Castel dans son lit une fois les enfants langés et rendormis. Elle trouva celui pour qui elle avait ouvert aussi facilement son coeur étendu les bras passer sous sa tête à regarder le plafond. Elle c'était faufiler sous les couvertures et lover contre lui. Cela n'avait pas pris longtemps qu'elle s'était endormi dans ces bras. D'un sommeil profond, empli de bien-être procuré par Castel à ses cotés, elle avait fait la grâce matinée sans s'en rendre compte
la nuit à la garder dans ses bras lui procura un bien être qu'il ne connaissait plus depuis longtemps et c'est très tard le matin qu'il s'éveilla. Voyant que sa Douce commençait elle aussi à ouvrir l’œil, il eut un large sourire, l'embrassa langoureusement en guise de bonjour
A peine sortie de ses songes, un seul oeil ouvert et encore... un baiser. Elle ne rêve pas pourtant puisqu'elle en ressent la chaleur. Elle ouvre réellement les yeux et s'abandonne à ce baiser également, ses bras encerclant son cou pour ne pas le laisser partir.
Mmmm bonjour
Bonjour ma fleur.. As tu bien dormi ?
Oh que oui, très bien. Et toi ?
Elle avait effectivement très bien dormi. Les petits anges commençaient déjà à faire leurs nuits. Elle savait que très bientôt ils réclameraient ses bras mais tant que aucun pleurs ne se faisait entendre, elle ne bougerait sûrement pas de ce confort qu'elle savait, prendrait goût tout les soirs
il la sera dans ses bras
Moi ma douce.. il y a bien longtemps que je n'ai dormi aussi bien Puis la regardant taquin il ajouta Est-ce le confort de ton lit ou la douceur de ton corps
Sourit à ses dires Je ne sais pas, faudra essayé ton lit pour trouver la réponse dans ce cas Maintenant taquine également elle se blotti plus encore dans ses bras, passant sa tête contre son épaule. Son visage était rivé au sien, sa main jouait doucement de ses doigts sur son torse pendant qu'elle le dévorait des yeux
Il la mangeait des yeux, caressant doucement son visage
Alors ce soir.. nous essaierons mon lit mais il te faudra être encore plus contre moi, car il est plus grand..
Je n'ai rien contre cela bien au contraire. Tu as quelques choses de prévue aujourd'hui ? Tu ne travaillais pas ?
Elle venait de se rendre compte qu'il était assez tard et que il était toujours avec elle. Habituellement au aurore il était déjà parti
Travailler.. Il se rendit compte que la matinée était bien avancée, se dit qu'après tout il avait droit de temps en temps à une agréable pose. Et si je restais là aujourd'hui pour une fois le travail attendra
le regarda longuement, elle n'allait surement pas s'en plaindre de le garder avec elle toute la journée
Tu es sur que tu peux te le permettre ?
Déposa ses lèvres sur les sienne avant de lui répondre en riant Oui ma douce, après tout, je suis le chef non?
sourit
Oui effectivement.... Et bien me voilà comblée dans ce cas de ne t'avoir que pour moi et les enfants aujourd'hui ! En parlant d'eux, c'est surprenants qu'ils ne soient pas encore affamés, je vais voir .... Elle s'extirpa de ses bras avec peine mais pour une bonne cause. Elle se leva, posa les pieds sur le plancher qui se faisait froid après la chaleur que son corps s'était habitué collé contre lui. Elle s'arrêta à sortir lorsqu'elle se retourna très rapidement contre lui. Te rendors pas....
il la regarda se lever, l'admira même . Lorsqu'elle se retourna pour lui dire de ne pas se rendormir, il en sourit largement et lui répondit* Mmm si c'est le cas, j'espère bien que tu viendras me réveiller
Sourit et passa la porte. Elle atteignant la chambre des enfants et vit les deux petits anges réveillés mais gazouillant de joyeuse humeur également. Comme quoi c'était contagieux dans cette maison la bonne humeur. Elle les laissa faire un moment le temps d'aller préparer ce dont elle avait besoin pour les nourrir et reviens vers eux ensuite. Elle les nourrit et changea. Au bout d'un petit moment, elle revient dans la chambre, les bras chargé de deux petits anges qui ne voulaient plus dormir du tout, souriant à tout va. Elle regarda Castel qui ne s'était pas rendormi mais n'avait toujours pas bougé.
Tu m'aides ? Tu veux bien en prendre un ?
voyant arriver avec dans chaque bras ses deux Amours, son sourire s'illumina. Il s'assit dans le lit et tendit les bras afin de prendre ses anges. Oriabel le laissa prendre Heaven qu'il calina le temps qu'elle vienne le rejoindre avec Hélie dans la chaleur du duvet. Ils sont en forme ce matin
elle sourit de la voir ainsi porter sa petite plume dans ses bras. Elle était si petite surtout dans le creux des bras de Castel en cet instant mais le tableau était magnifique.
Oui très, ils gazouillaient doucement sans nous interrompre ce matin, ils vont dormir pour compenser sûrement tout à l'heure !
Ecoutant Oriabel , il jouait avec sa fille, lui chatouillant le visage avec sa barbe, la couvrant de baisers et souriait de la voir sourire à ce jeu

Profitons d'eux alors avant que le sommeil ne les reprenne. Je les vois si rarement les yeux grands ouverts
Oui naturellement.
ils jouèrent un long moment tous ensemble lorsque son propre ventre cria famine et que ces petits anges commençaient à se remettre à bailler durement, annonçant le moment du retour au lit. Castel s'amusait pourtant tellement avec ses enfants. Son regard s'était souvent arrêter sur lui, elle le trouvait merveilleux. Et tout cela autant avec ses enfants que tout simplement dans la vie. Il était beau, gentil, bienveillant, que demander de plus pour une femme ? Trop facile d'en tomber amoureuse et elle l'était, complèrement ! Je vais les rapporter au lit, c'est le moment, tu as faim toi ?
il put profiter de ses anges plus qu'il ne le pensait et en était plus qu'heureux, il les aimait tant. Lorsque l'heure de dormir arriva il se leva, ayant cette fois Hélie dans les bras

Je vais t'aider au couché ensuite oui, manger quelques chose me ferais plaisir
c'est donc ensemble qu'ils allèrent mettre les enfants dans leurs berceau respectif.
Aidée de Castel, les petits anges se mirent au lit. Elle les borda et les embrassa , bien avant qu'ils ne quittent la chambre, ils dormaient déja. Elle attendit Castel dans le couloir que lui aussi embrasse ses enfants
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Ven 28 Mar - 22:35

Il se pencha à son tour pour embrasser ses deux amours puis alla rejoindre Orianbel qui l'attendait dans le couloir. Là, il passa un bras autour de sa taille, lui déposa un tendre baiser dans le cou et lui dit Mmm je te dégusterais bien pour le petit déjeuné Mais l'attira tout de même vers la cuisine
Sourit à ce baiser délicieux.
Hum.. de quoi as-tu envie ? J'ai pris des fruits hier au marché, reste aussi du pain mais sinon tu vas devoir sortir faire des courses....
il la regarda souriant et dans un mouvement de tête montrant sa résignation à faire avec il demanda
Mais reste pas un peu de lait pour faire descendre tout ça ?
Réfléchit Non je crois pas... Tu vas faire des courses et je t'attend ici, je vais aller m'habiller pendant ce cas d'accord ?
Elle dut voir à sa moue que les courses n'était pas son truc, mais néanmoins il finit par lui sourire et demander
Soit que veux tu que je rapporte
Voit sa mine déconfite et sourit. L'enlace un moment encore et va l'embrasse tendrement Rien de particulier sinon que tu reviennes le plutôt possible d'accord ?
il savoure le baiser puis la regarde interrogatif car il n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait y avoir besoin dans une cuisine, mais ne dit rien. Un dernier baiser avant de se séparer à grand mal de son étreinte et , après s'être retourné plusieurs fois pour la regarder encore et encore, il finit par partir non sans dire
Je vais faire vite.. très vite
Sourit le regardant partir pour aller s'habiller également Je ne suis vraiment pas inquiète.... je t'attendrais ici très sagement !
il partit donc à très grands pas vers le marché, a deux rues de chez lui et se hâta d'acheter, fromage, pains, légumes divers : carottes, choux, navets, lentilles, et épinards, tomate et salades quelques pâtisseries dont il raffolaient, passa ensuite à sa boucherie et prit jambon, saucisses et autres morceaux, puis chargé comme un baudet reprit le chemin de sa demeure. Juste avant d'arriver chez
lui, il fit un dernier crochet chez un tisserand et se souvenant que la belle bondinette lui avait dit être frileuse, il acheta un étole en lainage d'un très beau bleu lui faisant penser au bleu de ses yeux. Il rentra ensuite chez lui ayant peine à ouvrir la porte.
La belle s'était habillée et avait ravivé le feu. Possiblement qu'ils ne sortiraient pas aujourd'hui, ils pourraient profités de tout le temps dont ils disposaient ensemble pleinement. Elle le revit arriver par la suite, les bras chargés de provisions. Elle alla lui ouvrir la porte en courant et éclata de rire
Je vois que tu as dévalisé les marchands....
Il entra et lui sourit bêtement
Bin … tu as dis qu'il n'y avait plus rien alors…
tu m'aides à ranger tout ça?
J'ai dit plus rien mais pas à ce point tout de même....Bien sur que je t'aide !

Elle prit quelques effets qu'elle alla ranger dans ce qui servait de chambre froide pour garder les aliments le plus frais possible le plus longtemps. Mit la viande dans le sel pour éviter de la perdre également et reviens vers lui.
Tu arrives à trouver où va le reste ?

il la regarda tout couillon car cette partie de vie ne l'avait jamais attiré
Heu…. tu sais moi… et les victuailles
Oui je vois... tout en autant que tu arrives à te remplir l'estomac....

Elle l'aida à ranger le reste et revient vers lui, voyant un paquet non défait sur la table. [i] Et ça c'est quoi ?
[i]
Il la laissa donc se charger du reste se promettant néanmoins de se préoccuper désormais de cette partie de vie, et, quand elle posa la question qu'il attendait, il prit le paquet et lui tendit
ça… c'est pour ma Fleur..
Pour moi ? Qu'est ce que c'est ?
elle prit le paquet tendu et le regarda intriguée
il la regardait souriant
Ouvre donc
L'ouvre tranquillement alors, souriante, pire qu'un enfant à qui ont vient d'offrir un présent . Elle découvre un étole magnifique Oh... tu n'aurais pas du, c'est ... merci !
L'embrasse fougueusement, très heureuse de ce présent. On lui offrait rarement des biens donc elle appréciait réellement cette attention

Il la serra dans ses bras pendant cet échange tendre de baiser et lui passa ensuite l'étole sur les épaules.
pour plus que tu es froid…
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Ven 28 Mar - 23:41

lui prend les lèvres tendrement
se délecte des lèvres qui se joignent aux siennes avec délice, son corps va s'approcher du sien avec envie. Ses mains chevauche son dos
Il resserre l'étreinte la voulant encore plus contre lui Parcourt son dos d'infimes caresses et garde ses lèvres.
soupir doucement entre ses lèvres pourtant fermées et allanguies des siennes. Son corps s'époumone en cet instant, sa poitrine se relevant contre son torse, son bassin se love également tout contre lui La passion qui l'uni lui fait sentir dans un bien-être sans nom
Va avec douceur chercher sa langue de la sienne, l'emporte dans un baiser profond et plein d'envie de la sentir à lui, intensifie ses caresses
répond à chaque caresse de sa qui cherche refuge dans sa bouche. Sa main se glisse sous sa chemise lentement, voulant sentir la douceur de sa peau contre ses doigts
Vouloir l'aimer encore plus et ne vouloir la forcer, Sentiments contradictoires. Avec douceur il glisse lui aussi une main sous son chemisier et savoure la douceur de sa peau, lui caresse le dos et les reins longuement, pendant que son autre mains se risque vers ses fesses. Sa langue se fait plus envieuse de sa jumelle
frémit, envahit par des sentiments qui pour elle sont nouveaux, elle ne sait comment résister à toute ces afflux d'émotions qui la hante. Elle essaye de résister mais l'appel de le sentir contre elle commence à se faire de plus en plus présent. Elle se contrôle toujours cependant pour le moment. Elle dessine de jolis petits cercles de douceur dans son dos du bout de ses doigts
Parcours son visage et son cou de mille baisers, les remonte jusqu'au lobe de son oreille et lui murmure
Hum..mm Je t'aime laisse moi te montrer comme je t'aime
ferme les yeux aux multiples divines caresses de ses lèvres. Son corps s'enflamme brusquement, ne comprenant pas pourquoi il commence à faire aussi chaud dans cette pièce. Ses jambes commence à fléchir lentement. Ses doigts se raccroche dans son dos, ses ongles lacèrent sa peau sans le vouloir. Elle perd pied et tente de se raccrocher surtout lorsqu'il lui murmure à l'oreille.
Je ... t'aime aussi ... Va chercher ses lèvres, ne sachant même pas si elle a la force de se refuser à lui encore une fois
Il l'emporte dans un baiser les plus langoureux et la sentant défaillir sous ses caresses , la porte dans ses bras. Déjà elle a passé un bras autour de son cou. Tout en ne cessant ses infimes baisers, il va la déposer avec douceur sur son lit. Déposant un genoux sur l'édredon et reprenant ses lèvres une fois sa Belle allongée. Ne pas brusquer ce moment qui se doit être le plus beau pour Eux, pour Elle surtout - Avec une infinie douceur, il entreprend de la dévêtir, parcourant chaque parcelle de son corps de ses baisers, de ses caresses, allant et revenant sans cesse vers ses lèvres emportant sa langue dans une danse sensuelle
Elle se laisse porté agréablement. Au moins elle est sure comme cela qu'elle ne tombera pas à la renverse. Une fois étendue sur le lit de Castel, elle le regarde longuement, ses yeux bleus perçant ses iris profonds. Elle reprend ses lèvres avec engouement, se délectant d'elle uniformément. Elle l'attire vers elle pour sentir le poids de son corps contre le sien, un soupir d'aisance se détachant de ce corps frêle en ce moment . Il entreprend de la dévêtir. Elle frissonne mais pas du froid qui vient fouetter son corps mais plutôt des doigts qui sillonnent son corps ainsi que des lèvres qui se dépêchent sur elle. Une main vient se glisser dans ses cheveux soyeux une fois de plus, la caressant. Son corps affamé de ses caresses en redemande
De baisers en caresses, l'envie se fait affamante. Il accentue ses caresses qu'il laisses descendre à son entre cuisse pendant que ses lèvres et sa langue vont manger à son sein. Douceur ivresse de découvrir la douceur de sa peau, la fraîcheur de son corps
un sein qui se fait dévoré par des lèvres affamées et douces pendant que des doigts découvrent des parties plus intimes de son âme. Elle sent la chair de poule la parcourir. Elle perd complètement pied maintenant. Ses mains vont enlever la chemise de Castel avec douceur et tendresse. Ses doigts savourant chaque frottement de sa peau contre eux.
Maintenant torse nu, continuant ses caresses intimes sans pour autant franchir le seuil , il va se coller contre elle, peau contre peau et l'emporte dans le plus tendre des baisers
Ses lèvres répondent à chacune de ses assauts. La nudité partielle de Castel contre la sienne l'envahie et doucement l'ivresse du moment se fait ressentir. Ses mains parcourent son dos jusqu'à la base de ses fesses qu'elle va subtilement caresse malgré le vêtement qui retient un peu son ardeur heureusement
De long moment s'écoulent entre baisers et caresses. Il la fait rouler sur lui dans un instant de tendresse et de ses deux mains prend son visage qu'il approche du sien, se noyant dans l'océan de ses yeux, lui murmurant de tendres mots. Puis lui reprend les lèvres
se retrouve agenouiller de chaque coté de lui, la position lui donne tout le confort de se plonger dans ses yeux ce qu'elle fait avec émerveillement. Ses cheveux caresse sa peau lorsqu'elle se penche pour l'embrasser encore une fois. Elle n'arrive plus à détacher ses lèvres de ses jumelles. Doucement ses mains vont maintenant jouer sur son torse et descendent vers ses flans qu'elle longe avec bonheur
La laisser s'apprivoiser, la laisser s'enivrer de ce moment. Il ne la quitte des yeux. Son regard n'est que caresse. Ses mains parcourant son dos, sa taille, allant faire le contour de ses seins si beau, si ferme. si neuf de tout.
Elle a peine à respirer en sentant des mains venir soutenir le galbe de ses seins. Son émerveillement à toute ces nouveautés qui lui fait découvrir et vivre son tel qu'elle ne pourrait mettre de définition sur ce qu'elle ressent si on lui demandait. Elle délaisse finalement ses lèvres pour son cou et s'aventure de ses caresses vers son poitrail qu'elle apprivoise lentement
Il mêle alors ses doigts à l'or de ses cheveux et la laisse aller dans sa découverte . Il s'enivre de ce moment
Elle continue sans descentes jusqu'à ses pantalons ou elle se voit hésiter, ne sachant pas trop comment s'y prendre rendu là. Elle se sent réellement gauche et pas très sur d'elle. Elle détache tout de même ses braies passant ses mains sur ses cuisses fermes et musclés pour les lui retirer tout en le regardant angéliquement
Il la regarde tendrement, l'invitant à poursuivre, plaçant ses mains sur les siennes
Ravie de sentir ses mains sur les siennes, cela les empêchant de trembler. Un fois toute nue elle s'attarde à contempler les parties maintenant offerte. Sa main délicate s'aventure jusqu'à son entrejambe. Elle se fait câline et précise malgré son inexpérience. Elle remonte son visage jusqu'à ses lèvres qu'elle reprend tendrement
Novice mais si douce.. Il lui mange les lèvres lorsqu'elle vient les donner, Parsème son dos et ses fesses de douceur, la laissant faire pour le moment. Ne rien précipiter surtout, la laisser aller au grès de ses envies.
Elle découvre son membre qu'elle sent durcir rapidement entre ses doigts. Des papillons dans l'estomac elle l'embrasse avec plus de fougue. Elle contient à peine ce qu'elle ressent. Elle se sent frêle pourtant. Son autre main caresse son visage pendant qu'elle l'embrasse ses yeux noyés dans les siens
Il laisse déborder le baiser jusqu'à son oreille et lui susurre.
Mmm je t'aime Ma Fleur Ses mains poursuivent leurs caresses allant jusqu'aux fesses, descendant encore remontant légèrement
Son corps est frémissant de milles feux. Elle aventure doucement son bassin contre le sien lorsqu'elle retire sa main. Sa féminité s'humidifie rapidement lorsqu'elle rencontre l'entrejambe de Caste. Elle reste stupéfaite par la sensation qui va parcourir son échine en cet instant. Elle peut sentir son coeur battre entre ses lèvres basses maintenant
Elle est prête à s'offrir, à s'ouvrir telle une fleur au levé du soleil. Doucement il lui murmure
N'ais pas peur Amour, c'est mon coeur que je t'offre Et lentement Commence à entrer pour la faire sienne
La peur devait se révéler dans ses yeux. Il l'a rassura rapidement dans un murmure. Elle lui sourit doucement avant de retrouver ses lèvres. La pression que ce membre engorgé met pour forcer les portes closes précédemment la font sentir un inconfort momentanée. Elle cesse de respirer et de bouger contre lui, la progression qu'il entâme est lente mais soutenu. Elle place ses mains contre ses épaules qu'elle broie sans le vouloir
Sentant ses ongles s'enfoncer dans ses épaules, il s'arrête, lui prend les lèvres longuement, mélangeant sa langue à la sienne. Ses mains se font alors plus douce que jamais, la parcourant de caresse jusqu'à ce qu'il la sente de nouveau fondre et se détendre
A moitié glisser en elle, il lui reprend les lèvres la forçant à se concentrer ailleurs et à se détendre. Cela se fit sans tarder. Elle dévora ses lèvres, ses cuisses se relâchent de la pression qu'elles avaient exercées. La tension de ses mains également. Elle va appuyer ses seins contre son torse, alanguie sur lui maintenant
IL prend son temps, ne fait aucun mouvement pour le moment , se contentant juste de l'enivrer encore et encore de ses caresses et ses baisers
Elle laisse descendre maintenant ses fesses, s'empalant elle même en lui lentement, Son corps tremble de plus belle. La jolie blonde est apeurée mais commence à ressentir un sentiment de bien être tranquillement. La porte close mainte ouverte pour lui. Elle ne sait plus trop quoi faire et ne bouge plus, Ses parois serrés englobant la verge de son Amour avec fermeté. Sa virginité venant de s'envoler.
Elle l'a fait entrer.. Emus par ce moment ho !! combien beau il l'emporte dans un baiser brûlant d'amour. Il reste le temps de ce baiser sans bouger et commence ensuite de doux va et vient regardant de temps à autre son Amour, cherchant à répondre au mieux à ses attentes et ses craintes
Le baiser qui les étreint est merveilleux. Le courant qui les rapprochent est si fort qu'elle manque de souffle. Il s'ensuit des mouvements doux qu'elle réceptionne avec aisance. Se laisser bercer par cette cadence tendre elle abandonne ses lèvres à son coup jusqu'à son lobe d'oreille qu'elle cajole. Des gémissements faible se font ressentir près de son oreille. Elle est émue et très excitée par tout ce qu'il lui procure. Elle est bien, c'est tout ce qui compte pour le moment
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Ven 28 Mar - 23:57

Il la sent à présent prête a recevoir le plus intense des plaisir et commence à accélérer ses mouvements au rythme de ses soupirs. Qu'il est doux d'aimer de nouveau
Réagit positivement à cette nouvelle cadence. Elle positionne ses mains maintenant sur son torse et bouge son bassin allégrement au fur et à mesure que lui, lui ordonne la danse.
Ce moment d'amour est intense, il poursuit la cadence qu'elle demande, va chercher ses lèvres alors qu'il sent sa jouissance proche
prend ses lèvres, rabaissant son corps. Elle le sent se crispé un peu sous elle sans réellement comprendre ce qui se passe. Elle le regarde cherchant à comprendre si elle ne lui a pas fait mal
Il la rassure par un regard tendre avant de lui reprendre les lèvres. Il s'arrête le temps de ce baiser la voulant au summum du plaisir également. Ne surtout pas gâcher ce moment , lui offrir l'apothéose, lui donner le goût à l'amour qu'il veut lui donner
elle apprécia ce baiser longuement. C'est elle qui entreprit de faire revenir la cadence cette fois. Elle bougea langoureusement sur lui, apprenant assez rapidement comment lui octroyer un plaisir intense. A force de bouger ainsi, elle senti une chaleur envahir son bas ventre et fusionner avec tout son être.
Son corps se tendit au moment où reprit les va et vient, la sentant proche elle aussi de l'explosion il accéléra les derniers mouvements et en un râle de plaisir laissa échapper son fluide
Elle s'agrippa à lui ayant l'impression que son âme s'échappe de son corps. Elle est couverte de sueur, ses cheveux vaguer se colle à sa peau moite. Elle le regarde ne sachant trop ce qui lui arrive. Pourtant cela n'est pas effrayant au contraire. La sensation est merveilleuse. Son corps se crispe durant l'orgasme, provocant le sien rapidement en même temps. Il décharge en elle, elle lui sourit voyant que son visage est pourtant paisible. Elle se détend et va l'embrasser, son corps épuisé s'affalant sur lui
Au regard qu'elle lui fit, il répondu pas un tendre sourire et alla cueillir ses lèvres pour un court baiser lorsqu'elle vint se coller contre lui. Puis, lui caressant le dos du bout des doigts le temps que leurs souffles reprennent, il lui susurra à l'oreille.
C'est comme celà mon Amour que je t'aime et veux t'aimer. Il n'espérait qu'une chose c'est que cette première fois pour elle était à la hauteur de ses rêves de jeune fille. Il venait de faire d'elle une femme et ne voulait qu'elle en soit déçue. Pourtant il n'osa le lui dire, alors, comme pour se rassurer, il la garda dans ses bras, restant en elle encore
Elle se lova contre lui, sa tête appuyée contre son épaule. Elle était bien, elle venait de savoir ce que c'était que partager un amour complètement. Elle se releva doucement, le regarda. Un sourire vient ravie ses lèvres.
Merci, d'avoir été aussi doux .....
Il la regarda avec tout son amour dans les yeux, ne cessant ses caresses.
Merci à toi Mon Ange Pour ce précieux cadeau que tu viens de m'offrir
S'il n'avait pas été pour toi, je ne vois pas pour qui il aurait pu être Castel. Je t'aime et c'est la moindre des choses de partager cela avec toi

A ces mots il ne pu que reprendre ses lèvres pour l'emporter dans un baiser plein d'amour.Puis, il la regarda taquin et lui murmura
Mon lit est donc mieux.?
Elle s'adossa et répondit à ce baiser plein d'amour et le regarda tout aussi intensément lorsqu'elle le vit changé et amusé
Rhooo... un peu plus grand seulement elle sourit
Pour t'aimer Mon Coeur il est parfait . Déjà il sentait en lui revenir de la vigueur, et, d'un coup de rein le lui fit comprendre. Il n'avait quitté le bleu de ses yeux, la regardait charmeur et attendais sa réaction
Elle le regarda surprise remarquant que la chose qui était devenu comment dire '' flasque'' reprennait de la vigueur contre sa hanche. Elle sourit et glissa sa main jusque dans son entrejambe
Tout va comme tu veux mon Ange ? Elle sourit à son tour moqueusement
il alla rejoindre de sa mains la sienne qu'elle glissait sur son entre jambe et l'amena sur sa verge qui reprenait de la vigueur. Puis la regardant taquin il lui répondit
Oui comme tu peux le sentir
Sa main glissa mêlée avec la sienne sur sa verge qui répondit rapidement à cette caresser par l'affirmative
Oui je vois que tu redoubles d'effort. Je croyais que je t'avais épuisée, je suis décue Lui fit une petit moue tristounet
Non. Amour il ne faut pas être déçue. C'est que je t’aime….trop et te veux encore et encore
sourit satisfaite de cette réponse
Oui je comprend très bien ....
lui sourit en retour
Tu sais j'attendais ce moment depuis.. des semaines.. Des semaines que je n'ai que toi en tête
Son sourire s'élargit
Tu es content au moins ? Je ne t'ai pas décue ? Se sent mal à l'aise en ce moment. Elle rougit un peu et cache son visage dans ses cheveux timidement
La regarde sincèrement cette fois, pour répondre
Déçue…. Bien sur que non Mon ange tu viens de me donner le plus beau de toi
D'accord...
plus qu'un murmure qu'une affirmation. Elle sait très bien que les femmes qu'il a eu avant elle étaient beaucoup plus expérimentées sur ce cotés là. Elle sait également qu'elle ne pourra être réellement à la hauteur de ses attentes la dessus que dans un grand nombre de temps
Mon ange faire de toi une femme est pour moi …..

ne le laisse pas le temps de répondre. L'enlace, l'embrasse longuement avant de prendre place à ses cotés et s'assoupir d'aise dans ses bras
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Sam 29 Mar - 0:34

bonjour mon tendre Amour
Bonjour mon Ange
j'ai bien cru ne pas te voir aujourd'hui
Oui fait la grace matinée seulement... .
tu as bien fait alors tu es reposée alors?
Oui beaucoup Et toi comment vas tu ?
la couvre de petit baisers Moi ça va.. T'aurais-je trop fatigué hier ?
sourit[/i][b] Oui tout à fait cela, j'étais fatiguée tout cela à cause de toi...
.
la regarde souriant et taquin
..Mais c'était une belle fatigue.
Sourit très heureuse en ce moment
Oui bien sur, la plus belle qui soit Va passer ses bras autour de son cou, et l'embrasse ensuite langoureusement
Referme ses bras sur elle et l'enlace passionnément
elle l'embrasse avec une passion enivrante, collant son corps contre le sien
Il l'emporte dans un baiser brûlant, mêlant ses doigts à l'or de ses cheveux, caressant de son autre main le galbe de ses reins, la rapprochant encore plus contre lui
respire et soupir allégrement dans ses bras. Elle fini par lui sourire et reste tout de même dans ses bras
Je t'aime....
[i Il va déposer un tendre baiser dans le creux de son cou avant d'aller se noyer dans l'océan de ses yeux. [/i] Je t'aime aussi.. et plus que tu ne penses Amour
C'est vrai ?
Sourit tendrement
la serre a nouveau fort contre lui
Ho! oui c'est vrai..
S'abandonne dans ses bras ravie

Mon Ange tu sais que je t'aime
Oui je sais et je t'aime tout autant
tu sais que près de toi je me sens comme neuf

lui sourit tendrement
la regarde Taquin
Tu m'aimes. à quel point Trésor
le regarde et sourit
A un point tel que dans ton absence j'ai l'impression de ne plus savoir respirer
s'approche alors de ses lèvres et l'emporte dans un baiser brûlant
S'accroche à lui, happant ses lèvres une à l'autre débordant d'amour et d'envie pour lui

Mon Ange. dis moi que toujours tu m'aimeras comme cette nuit, comme maintenant
Oh mais oui, pourquoi une telle question ?
Jamais je ne pourrais cesser de te regarder avec les yeux que j'ai en ce moment
Jamais je ne pourrais cesser mon coeur de battre la chamade à chaque fois que tu entres dans la même pièce que moi Jamais je ne pourrais me donner à aucun autre puisque mon coeur, mon corps et mon âme t'appartiennent dorénavant

l'enlace , trop heureux des mots rassurant qu'elle vient de lui dire
Toujours je veux t'aimer, toujours je veux être heureux de me retrouver contre toi, toujours je veux te voir sourire. Mon Ange tu es devenue mon coeur que je croyais pourtant mort et ce coeur que tu es je veux le garder à tout jamais
le serre très fort contre elle, trop heureuse d'apprendre et de l'entendre lui dire cela

Amour tu es sans nul doute le souffle qui manquait à ma vie
ne finit pas sa phrase et l'emporte dans un baiser débordant d'amour
l'étreint une nouvelle fois, son corps se blottissant contre lui, ses lèvres redemandant de cette chaleur qu'il lui offre sans vouloir s'arrêter.
Aime moi... ne cesse pas, je ne survivrais pas à perdre ce dont tu m'as fait goûter maintenant.... Son regard se noie dans le sien, la peur se lisant dans ses yeux
Alors il l'enlaça avant de la couvrir de caresse plus tendre les une que les autres. Lorsqu'il la sentit fondre de nouveau, avec beaucoup de délicatesse il la fit sienne . De mouvement tendre en mouvement plus rapide, allant au rythme de ses soupirs
s'abandonna rapidement au caresse qu'elle reconnaissait maintenant annonciatrice d'une envie mutuelle. Elle se laissa guider dans les joies de l'amour dans ses bras. Elle répondit à chacun de ses mouvements avec aisance, apprenant chaque fois ce que le corps contre le sien réclamait
de caresses en baisers, il l'amena au plus haut des plaisirs, la laissant pâmante dans ses bras pour son plus grand bonheur.
elle s'agrippa à lui, le laissant envahir par tant de douceur et de plaisir qu'il lui procurait. Pour rien au monde elle ne voudrait perdre cet homme maintenant. Elle était sienne dans tout les sens du termes. Son amour pour lui augmentait de jour en jour. Un bonheur si immense n'avait aucun prix. Elle lui murmura un '' je t'aime entre deux gémissements avec de reprendre ses lèvres sensuellement
leur baisers dura jusqu'à ce que leur souffle leur manque, il venait de la faire voyager au delà du plaisir et avait lui aussi partager ce voyage avec elle. Elle etait belle et désirable encore plus lorsque leur ébats furent finis, Le baiser achevé, il la regarda longuement se noyant dans ses yeux, découvrant le trésor qu'il avait dans les bras, se disant que cette perle était pour lui et pour toujours*
haltante dans ses bras, le plus beau monde s'offrait à elle. Elle avait l'impression de rêver
Castel... dis moi, je rêve n'est ce pas ?
Il lui sourit tendrement
Non mon Ange tu ne rêves pas et ça.. ce n'est qu'un début
un sourire se glissa sur ses lèvres, ravie
Dans ce cas, je crois que je suis la femme la plus heureuse sur terre ....
lui sourit de nouveau
C'est tout ce que je souhaite mon Ange, te rendre la plus heureuse des femmes
C'est déjà très bien partie mon Amour

Il déposa ses lèvres sur les siennes comme pour sceller ses paroles en se disant " ce n'est que le début, la suite serra encore plus belle avec toi "
l'embrasse toujours aussi passionnément
prolonge ce baiser et s'endort une fois sa belle au pays des rêves je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Sam 29 Mar - 1:22

bonjour ma colombe
Bonjour mon Ange

avance vers son Ange et va la prendre dans ses bras. Lui dépose un tendre baiser dans le cou Humm tu m'as manqué ce matin mon Ange Et va ensuite cueillir ses lèvres pour l'emporter dans un langoureux baiser
ouvre ses bras pour l'accueillir et se resserre contre lui avant de prendre les lèvres offertes avec ravissement
Tu m'as manqué aussi, que trop, le temps est interminable sans toi
alors soit rassuré mon Amour, je ne bouge plus avant demain matin

déposant d'autre baisers au creux de son cou Je reste avec vous trois ça te va mon Ange
Oui tout cela me convient parfaitement, cependant tu as pas de travail à faire du tout ?
[i]
Se prélasse dans ses bras sans se faire prier

non Amour rien à faire , j'ai tout délégué ce midi
Sourit fort heureuse d'apprendre cela
On a toute le journée alors ?
toute la journée et toute la soirée trésor

se mordille la lèvre, ravie de savoir cela elle pose ses mains sur ses hanches et le dirige plus fermement contre elle. Qu'est ce que je vais bien pouvoir faire de toi dans ce cas ?
la laisse l'attirer à elle en lui souriant, se noie dans l'océan de ses yeux à ses paroles Hum tout ce que tu voudras mon Ange
Hausse les sourcils agréablement surprise Tout tout tout ?
Et plus encore si tu veux mon Ange
laisse ses mains s'aventurer dans son dos lorsqu'elle retourne goûter ses lèvres charnues et si tentante
l'emporte dans un baiser brûlant, et resserre l'étreinte. Va ensuite glisser ses lèvres le long de son cou , jusqu'à son oreille et lui murmure
Que vas tu faire de moi alors
un sourire se glisse sur ses lèvres merveilles
Je n'en sais trop rien. Je pensais t'utiliser comme esclave de mon amour aujourd'hui non ?
être ton esclave.. juste pour aujourd'hui? moi qui rêvais de l'être toute ta vie
fait glisser ses mains le long de ses reins, les laisse descendre sur ses fesses avant de les faire remonter en caresses lentes et tendres
frémit doucement dans ses bras, son regard est perdu dans le sien, amoureux
Oui mon Ange, toute la vie si tu veux....
la regarde avec beaucoup de sincérité dans le regard
Oui Amour je le veux. .
Sourit machinalement, trop d'intensité dans ce regard pour ne pas la troublée
Mon Amour, je t'aime tellement... .
A ces mots il répondit par un baiser, l'enivrant de caresses . Il l'aimait comme on aime un premier amour, elle était la douceur , la beauté et la jeunesse
Je t'aime.. comme un jeune fou.
le regarda, ses yeux profondément ancrés dans les siens. Sa main vient caresser sa joue pleins de tendresse
Tu vas probablement vivre plus vieux alors .! Sourit malicieusement cette fois
sourit tendrement à ces mots
près de toi je ne vieillis plus mon Ange..
J'en suis honorée alors, la jeunesse éternelle ?
oui c'est tout à fait ça mon ange et grâce à toi

l'emporte dans un baiser sans fin, ses mains devenant plus sulfureuse à son contact. Elles se délectent de la chaleur que produit son corps à son contact
Il répond à ce baiser jusqu'à ce que le souffle leur manque, rend caresse pour caresse s'enivrant de ses mains allant sur son corps qu'il devine a travers ces vètements
le laisse la couvrir de caresse, augmente elle même les sienne qui bientôt crée une envie en elle. Elle se mordille discrètement la lèvre et le regarde, ses mains caressant maintenant ses flans pour se créer un passage sous sa chemise
il la regarde envieux déjà de l'aimer , la laisse glisser ses mains sous sa chemise, en fait autant et ferme les yeux lorsque ses mains entre en contact avec la peau fine de son Ange
le regarde fermer les yeux et s'enivrer de ses caresses Elle sourit tout simplement et déboutonne sa chemise n'arrivant pas à trouver tout le confort qu'elle souhaite de ses mains
A un soupir de plaisir, va ensuite se noyer dans ses yeux et lui murmure
J'ai envie de toi ..
son sourire s'élargit
Ha c'est vrai ça ?
Humm .. plus que tu ne peux l'imaginer
se mord la lèvre en jouant, malicieuse une fois de plus. Elle arrête de déboutonner sa chemise, ses yeux rieurs dans les siens
l'emporte dans ses bras, profitant qu'elle cesse d'ôter les boutons de sa chemise. La regarde envieux de tout chez elle
Je vais te montrer à quel point je meurs d'envie Amour.
Le regarde tout en souriant
Tu crois cela ? Elle réussi à ce sortir de ses bras, amusée elle s'échappe dans la pièce Faudrait encore que tu m'attrapes pour ça... .
se met à rire en la voyant lui glisser des bras et se sauver, avance à grand pas à sa suite essayant en vain de l'attraper Humm ..
Sourit et reste bien derrière les meubles hors d'atteinte
avance tel un chat en chasse, glisse vers la droite du sofa derrière lequel sa belle se trouve et tend déjà le bras afin de pouvoir l'attraper
Le voir venir vers la droite et file rapidement vers le coté gauche pour s'opposer à lui et rester hors d'atteinte toujours en rigolant
Tu crois y arriver mon Ange ?
éclate de rire je désespère pas Trésor .. Fait de nouveau le tour du sofa dans l'autre sens, la voit prête à filer de nouveau derrière, alors il fait un vol plané sur le sofa et de ses bras arrive tant bien que mal à l'attraper
reste surprise de la voir voler ainsi par dessus le sofa et éclate de rire voyant la position dans lequel il est. Il a bien faillit la faire basculer à la renverse. Elle l'aide doucement à se relever
Tu ne t'es pas fait mal ?
rit de plus belle Non mais là je te tiens cette foisl'enferme dans ses bras et l'emporte dans un baiser affamé
Délivre ses lèvres contre les siennes sans aucune pudeur. Ses mains reprennent là ou elles étaient rester, déboutonne sa chemise avec envie qui s'empresse de plus en plus
tire sur le flot de son chemisier et en écarte les pans ensuite. place ses mains sur sa taille et les laisse remonter lentement jusqu'à ces seins qu'il prend et caresse avec douceur
frémit de sentir ses mains contre sa peau, de les sentir qui englobent ses seins fatalement. Son corps respire l'envie. Elle va reprendre ses lèvres fougueusement. Ses mains se délecte de son torse maintenant mis à nu également
il fait durer le baiser pendant que ses mains redescendent sur sa taille. Là , gardant ses lèvres, il commence à se baisser la faisant ainsi le suivre et finit par l'allonger sur le tapis du salon
se retrouve étendu au sol. Castel au dessus d'elle. Elle le regarde attendrit par ses yeux qui la cherche de mille part. Un soupir, un je t'aime très faible mais tremblant d'émotion
Un tendre baiser pour répondre à son je t'aime pour ensuite laisser glisser ses lèvres le long de son cou, parcourir sa gorge le temps que ses mains partent à la redécouverte de ses jambes
elle tourne la tête sur le coté, cachant son visage dans ses cheveux blonds. Le souffle de plus en plus court elle se laisse découvrir une fois de plus
ses lèvres arrivent à la rencontre d'un sein, lentement, sa langue prend possession de son téton et l'emporte dans une danse sensuelle. Sa main découvre ses jambes, faisant remonter sa jupe avant d'aller à la rencontre de son entre jambe
tremble de tout son être, ne sait plus trop quoi faire. Elle est ivre de désir, saoule d'amour et se sent que trop bien ainsi. Elle joue de ses doigts contre ses épaules et sa nuque, pressant à quelques reprises, l'envie devenant trop prenante
Il prolonge le baiser de ce sein et laisse glisser sa main entre ses cuisses qu'il caresse longuement ne faisant que frôler son intimité
deviens folle d'excitation qu'il efforce de lui faire ressentir encore d'avantage. Il y arrive très bien
Mon Ange... mmm tu fais exprès là non ?
relève la tête pour lui afficher un sourire radieux et gourmand
Humm.. je te savoure laisse ensuite glisser ses lèvres sur son ventre, va un moment jouer avec son nombril le temps qu'une de ses mains s'empare de son sein. écoute chacun de ses soupirs
soupir de le sentir ainsi contre elle, son souffle sur sa peau qui devient moite. Elle frémit d'avantage, la chair de poule s'empare d'elle avec le désir
Oui... je constate que tu me savoures, tu réveilles aussi des envies....
Humm.. tes envies sont les miennes Amour.
Continue de descendre ses baisers et arrive au niveau de son entre jambe. La frole de son menton avant de remonter ses lèvres lentement….s'attarde sur un sein de nouveau pendant que ses doigts viennent caresser son intimité. Va enfin reprendre ses lèvres et l'emporte dans un baiser brulant
sentir son corps qui se presse contre le sien, elle a que trop envie de lui déjà. Ce désir s'intensifie lorsque de ses mains il vient la prendre entièrement laissant un gémissement s'exclammer * mmm * Elle va caresser ses épaules, son dos, ses ongles stiyant légèrement la peau . Sa va valser avec lui lentement, lui offrant tout son âme avant de lui abandonner complètement dans un petit moment
ses soupirs en disent long, le baiser ce fait envieux, il mange ses lèvres caresse sa et poursuit ses caresses intimes
Est complètement enivrée. elle l'enserre d'avantage contre elle. Ses jambes se soulève un peu pour faire place plus à ses doigts ravageurs. Son bassin bouge contre le sien au gré des massages de sa main en elle Mmmm
N'en pouvant plus, d'une main experte, il dégrafe sa jupe et va ensuite prendre une de ses mains pour la guider vers l'ouverture de ses braies
se laisse guider, ouvre ses braies qui déjà semble fort éteignante Rapidement elle ressent une légère bosse qui s'était formé s'engorger encore plus mais au moins librement. Elle l'empoigne avec ferveur, le caressant. Sa jupe se retrouvant dieu sait où Elle va l'embrasser passionnément, ses soupirs se mêlant aux siens
Il laisse échapper un soupir de plaisir lorsque la main de sa Douce vient prendre possession de sa verge. Répond avec encore plus d'ardeur au baiser


Dernière édition par Admin le Sam 29 Mar - 1:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   Sam 29 Mar - 1:22

ses doigts s'étalent sur lui, lui laissant pas la chance de retrouver la moindre faiblesse dans sa dureté. De son autre main elle s'affaire à faire descendre ses braies au moins sous ses fesses qu'elle caresse profigieusement
il l'aide à oter ses braies, ne supportant plus l'attente et va ensuite reprendre ses lèvres
Sourit de le voir si presser et goute à ses lèvres une nouvelle fois. Elle guide doucement son gland vers son entrejambe. La main de Castel s'écartant elle le laisse maintenant jouer contre sa féminité sans le laisser pourtant entrer
Humm la chaleur de son intimité sur son gland, il ne tient plus et avec douceur entre en elle dans un soupir d'aise. Il en ferme les yeux et va prendre ses lèvres
soupir doucement, ses lèvres tremble lorsqu'il vient les cherchers. Elle s'accorche à lui ses mains se plaquant sur ses fesses délicieuses. Elle ondule déjà le bassin sous lui langoureusement. ses jambes l'encerclant au niveau du bassin
Avec un amour débordant, il va et vient tendrement au rythme de ses soupirs
embrasse maintenant son cou, les cheveux de Castel venant la caresser à leurs tour. Son souffle se perd contre sa peau, sa Langue va s'aventurer à quelque reprise pour des cajoleries également
il lui transmet tout l'amour qu'il a pour elle dans ses mouvements qui se font de plus en plus profonds, s'enivre des baisers qu'elle lui donne
ses mains qui sont demeurer sur ses fesses le propulses un peu plus loin en elle à chaque mouvement bien que doux. Elle soupir d'aise, déborde d'amour et d'envie pour lui. Le feux de l'orgasme ne tarde pas à se faire ressentir dans son bas ventre. Elle gémit plus fortement contre lui
il accélère encore ses mouvement, la sentant comme lui proche de l'extase . Lui murmure un je t'aime , se retenant déjà
un '' je t'aime '' en saccade sortie pour elle également entre se gémissement et son corps qui se faisait encore plus dévouer au plaisir qu'il lui procurait. Ses ongles s'enfoncèrent dans sa peau lorsqu'elle ne pu retenir d'avantage l'explosion de son plaisir
Il explose à son tour suite au plaisir qu'elle montre, le corps en sueur, le coeur tambourinant à tout rompre, il la regarde amoureux plus que jamais avant d'aller lover sa tête dans le creux de son cou. Les lèvres proche de son oreille il lui murmure alors
Tu es merveilleuse. je t'aime.
sourit tout en lui caressant les cheveux tendrement
Non je t'aime ... et ce qui est merveilleux c'est que c'est réciproque !
.
il lui sourit tendrement avant d'aller déposer ses lèvres sur les siennes, juste un simple contact. puis la regarde, l'admire même la trouvant trop belle presque
plonge ses yeux dans les siens, fini par rougit le voyant la regarder ainsi
Arrête ça... qu'est ce qui a ? . détourne le regard timidement ainsi que sa tête
En sourit largement et prend son menton entre ses doigts lorsqu'elle détourne la tête, plonge alors ses yeux dans l'océan des siens
Laisse moi contempler ta trop grande beauté mon amour.
rougit encore plus et malgré la main qui retient son menton tente de détourner la tête encore mais en vain cette fois.[/b][i] Mais non pas du tout... je suis bien ordinaire comparée à ... [/b][i] ne fini pas sa phrase, ne voulant pas gachée ce moment tout simplement. Elle va prendre ses lèvres amoureuses et folle de lui
répond à ce baiser en oubliant déjà sa phrase inachevée, le prolonge jusqu'à en perdre le souffle puis happe ses lèvres pour le clore. La regardant toujours aussi tendrement il lui dit
Amour aimerais tu aller danser une nuit entiere? .
l'embrasse à en prendre haleine et le regarde ensuite, se fondant en lui Aller danser ? Où ?
au Carnaval de Carcassonne si le coeur t'en dit
Un carnaval ?
Oui Amour tout les ans à cette époque Carcassonne fait son carnaval, les gens de tout le Languedoc y viennent déguisés et le temps d'une nuit la ville est en fête
sourit, enthousiasme à cette idée
Oui j'aimerais beaucoup, mais qui te dis que je ne serais pas draguée par un beau jeune homme autre que toi ? Tous déguisé comment je pourrais te reconnaître ?
n'ai crainte mon Ange, je saurais bien te retrouver

Sourit
Oui naturellement, sinon je me laisserais bercer par ses douces paroles
ces douces paroles je veux me faire la joie de te les dire mon Ange

sourit
Faudra alors que tu me trouves ....Mais je serais ravie qu'il s'agisse de toi
ne me donneras tu pas u indice?
Peut-être, je vais y réfléchir .... si tu es sage
sourit son air coquin revenant rapidement
alors.. je vais être tellement sage que c'est plus qu'un indice que tu vas m'offrir mon Ange.. lui sourit de plus belle
Tu comptes réussi cet exploit comment d'être aussi sage ?

humm je ne sais encore …et… t'en laisse la surprise d'ailleurs ..
sourit
Bon d'accord....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre III : Oriabel ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre III : Oriabel ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: livre 1456-
Sauter vers: