Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre I Ter : Chez Ethan..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Chapitre I Ter : Chez Ethan..   Mer 23 Avr - 14:57

E_Newton a écrit:
Deux jours s’étaient déjà écoulés depuis leur retour précipité de Valence. Deux longs jours et deux longues nuits pour sa part.
Ethan, silencieux à l’extrême, tentait de prendre toutes les dispositions pour le bien être de tous.

Les seuls mots qu’il avait prononcés à leur arrivée avaient été ceux-ci :
Personne ne quitte cette maison sans que je ne l’accompagne !
Il n’avait pas eu besoin de se répéter. Chacune d’entre elles ne sachant que trop l’origine de ce protectionnisme aigu.
Sara avait pris le parti de demeurer à la douane, d’où elle pourrait ainsi attendre l’arrivée prochaine de Castel …

Dès leur arrivée, il avait commencé par le ravitaillement en nourriture, achetant de surcroit deux chèvres qu’il prit soin de mettre en pâture dans son potager.
Il allait les traire chaque matin pour approvisionner les jumeaux en lait frais.

Il était allé quérir un lit en urgence dans la cabane de Cast, qu’il avait installé dans la pièce principale de sa petite demeure.
Ainsi, Jeni occupait son lit, tandis qu’Oriabel dormait dans l’autre à proximité des jumeaux.

Puis, se remémorant les événements de Valence, Ethan était allé chez Mjollnir, le forgeron de son quartier et Sergent de l’OST de surcroît, chez lequel il s’était procuré des barres de métal forgé ainsi que de grandes plaques, une traverse et des loquets poucier.
Il avait passé toute sa première journée à travailler comme un forcené afin de renforcer chacune des issues de sa maison.
Installant les barreaux aux fenêtres qu’il scella dans les murs de la maison, les loquets sur sa porte d’entrée et la traverse permettant de la condamner de l’intérieur.
Enfin, il avait fixé les plaques métalliques sur ses volets et sa porte, pour les renforcer grandement.

Jeni et Oriabel s’occupaient des jumeaux, cloîtrées qu’elles étaient et sous la surveillance quasi constante d’Ethan.
Il ne s’absentait que pour aller traire les chèvres ou acheter les provisions nécessaires au marché, après qu’il se soit assuré que les Damoiselles aient bien refermé derrière lui.

Depuis, il passait tout son temps à écouter les bruits au dehors de la maison.
Jour et nuit, inlassablement, prêt à tout instant à en découdre…
castelreng a écrit:
castelreng a écrit:
Au petit matin de ce jour, Castelreng franchit les portes de la ville au grand galop.

Il avait quitté Valence en urgence avec Ethan, Sara, Jenyfael qui se trouvait être la soeur de Kali, Oriabel la Nounou des jumeaux et le jeune Erig qui depuis un certain temps ne les quittait plus. Il n'avait eut le choix et avait du rester à Nimes pendant que le reste du groupe continuait vers Narbonne et avait qu'une hâte, celle d'aller retrouver ses enfants.

Une fois le poste de douane franchit, il remonta une partie de la rue du Roy et s'engouffra au grand galop dans la rue du port qui menait à la petite maison
d'Ethan...
Il n'avait pas ménagé sa monture depuis la plage, avait du cependant ralentir et pesté sur un paysan menant ses moutons dieu sait où. Espoir s'était cabré lorsqu'il avait tiré sur les rênes afin d'éviter l'un de ces quadrupèdes. Le pauvres bougres en prit plein les oreilles, se hâta de faire bouger son troupeau et Castel repartit à brides abattues..

Arriver chez Ethan, il sauta de monture, gravit les quelques marches qui mènent à la porte en découvrant de grands changements aux ouvertures de la petite demeure, ne comprenant pas pourquoi il y avait des barreaux aux fenêtres, des ferrures à la porte et aux volets. Son frère serait-il donc devenu fou ?

Il tambourina à la porte et impatient de pouvoir voir Kali et ses enfants voulu l'ouvrir pour entrer....... en vain...
E_Newton a écrit:
Ce matin là, Ethan fut alerté par le bruit des sabots d’un cheval qui s’arrêta devant chez lui.
La maison était encore silencieuse, Jeni, Oriabel et les enfants dormaient à poing fermés.

Aux aguets, comme à son habitude depuis plusieurs jours, il s’empara de son épée.
Se dirigeant furtivement vers la porte, il allait vérifier de qui il s’agissait quand il entendit tambouriner !

Aucun doute possible, personne hormis un homme pressé ne pouvait s’inviter aussi bruyamment à pénétrer chez lui.
Il ne pouvait s’agir là que de Castel qui revenait enfin de Nîmes …
Avant d’aller ouvrir, Ethan jeta un coup d’œil derrière lui, vérifiant que le vacarme de son frangin n’avait réveillé personne et surtout pas les jumeaux.

Entrouvrant la porte, Ethan vérifia qu’il s’agissait bien de Castel, puis, l’ouvrant à demi, il se glissa à l’extérieur et referma derrière lui, laissant la maisonnée ensommeillée.
Il découvrit son frère, couvert de sueur et de poussière, l’air hagard, certainement impatient de retrouver ses enfants.
Ethan s’adressa à lui à voix basse, de peur de réveiller tout le monde, mais sur un ton d’une étrange fermeté :

Non mais ça ne va pas la tête ?
Tu as vu l’heure qu’il est ?
Tu as envie de réveiller tout le monde ou quoi ?
Tu ne te souviens pas qu’il y a tes jumeaux qui dorment ?


Ethan comprit à sa mine déconfite, que Castel avait sans doute oublié dans sa précipitation de les revoir, qu’à cette heure-ci les nourrissons pouvaient encore dormir.
Adoucissant le ton de sa voix, Ethan se força d’un léger sourire et lui dit enfin :

Heureux quand même de te revoir enfin frangin.

Sans y prêter une attention particulière il remisa son épée dans son fourreau, un geste qui lui était désormais devenu familier tant il l’avait effectué ces derniers jours …
castelreng a écrit:
La porte ne mis pas longtemps à s’ouvrir, s’entrouvrir pour être exact, puis laisser juste Ethan sortir.

Non mais ça ne va pas la tête ?
Tu as vu l’heure qu’il est ?
Tu as envie de réveiller tout le monde ou quoi ?
Tu ne te souviens pas qu’il y a tes jumeaux qui dorment ?


Castel était fatigué, épuisé, perdu aussi, n’ayant toujours pas compris ce qu’il foutait en geôle à Nimes. Les remarques de son frère dite à voix basse ne firent rien pour arranger l’état dans lequel il se trouvait, son humeur maussade par tant de lassitude se fit rageuse. Il avait besoin de serrer son Ange dans ses bras, d’embrasser ses enfants et pour finir de comprendre. Comprendre pourquoi Kali n’était pas restée à Nîmes, pourquoi Ethan l’avait laissé au cachot, pourquoi aussi il avait  fait tant de tapage, pourquoi il n’avait pas souvenir  Peu lui importait l’heure qu’il pouvait être.  Il était mal, avait toujours cette incessante migraine qui, quand il fouillait dans ses souvenirs se faisait plus virulente encore..

Heureux quand même de te revoir enfin frangin. Finit par dire Ethan  avec plus de douceur.

Castel à bout de tout n’avait vraiment pas l’esprit à faire dans la douceur et le pauvre Ethan allait en pâtir…hélas…

Sans prendre le temps de dire bonjour


Je sort de cachot là ! Pourquoi ? Pourquoi tu n’as rien fait ? Pourquoi vous m’avez laissé ? Pourquoi vous avez continué   ?  Pourquoi Ethan ?!
Je comprend rien ! Et c’est quoi toute cette ferraille partout ici ? Y’a une guerre qui se prépare ?


Bousculant son frère il ajouta

Et puis merdaille !! laisse moi passer tout ce que je veux c’est embrasser Kali, voir mes enfants … Dormir ensuite… pour le reste je compte bien sur toi pour m’expliquer cette histoire de fou…

Il avait à présent une main sur la poignée de la porte et allait l’ouvrir sans douceur aucune
jenifael. a écrit:
A l'intérieur de la maisonnée

Des coups à la porte. Automatiquement, Jenifael se leva stupéfaite dans son lit.  Ethan leur avait fait peur ses derniers jours, toujours sur le qui-vive s’attendant à voir débarquer des mercenaires partout. Il avait peut-être pas eu tord finalement.  Apeurée elle osa tout de même à se sortir de sous les couvertures. Tout ce tapage finirait bien par réveiller les enfants c’était certain.

Elle s’extirpa de son lit, marcha à pas feutrer, sans faire le moindre bruit. Elle ouvrit la porte de sa chambre lorsqu’elle entendit la porte de dehors se refermer. Les brigands ne devait surement pas frapper avant d’entrer se dit-elle. Mais qui avait dit que les coups venaient de dehors ? Elle prit peur en pensant qu’il pouvait être arrivé quelques choses aux enfants de sa sœur. Elle se rua vers la pièce où dormaient les enfants. Ils étaient là tout les deux, comme des anges paisibles dans leurs landaus. Elle fut soulagée immédiatement sans pour autant être rassurée. Il était terriblement tôt pour faire autant de vacarmes et ce n’était pas dans les habitudes d’Ethan ni de Sara pour ce qu’elle en sache.  Et encore bien moins d’Oriabel, toujours aussi prévenante. Cette dernière dormait de toute façon en ce moment à cotés des enfants. Elle fut surprise qu’elle ne soit pas réveillée mais elle avait du prendre soin des jumeaux une bonnes parties de la nuit. Cela était effectivement exigent deux à la fois.

Elle referma la porte discrètement et sortie  dans le couloir. Elle se mit à la recherche de celui qui leur avait donnée l’hospitalité. Ethan semblait introuvable.  Elle s’approcha du salon, les barreaux à la fenêtre lui firent un effet de prison. Elle détestait cela mais comprenait pourquoi Ethan l’avait fait. L’ébène entendit des murmures provenant du porche. Elle colla attentivement son oreille contre la porte lorsqu’elle reconnu la voix de leur hôte. Elle fut soulagée encore une fois. Elle allait ouvrir la porte mais finalement se ravisa. Elle partie vers la cuisine. Si cette personne était restée dehors avec lui c’est qu’il y avait une bonne raison. Sans même regarder qui c’était, elle avait pris sa décision. Elle les laisserait discuter et irait leur portée du thé dans un moment. Elle en avait grandement besoin pour sa part en ce moment !
E_Newton a écrit:
Devant la porte d’entrée à l’extérieur de la maisonnée

Castel le bouscula, voulant apparemment à tout prix pénétrer dans sa maison.
Il avait à peine posé sa main sur la poignée de la porte, que déjà Ethan s’interposait, posant sa main sur son poignet et lui empêchant ainsi tout mouvement.
Ethan fronça les sourcils, son regard se noircit et alla se plonger dans celui de son frère.

N’ayant pas dormi ces derniers jours, Ethan n’était pas d’humeur à supporter celle de Castel qui pour sa part, lui semblait massacrante.
Son frère semblait avoir oublié les derniers événements. Il avait prononcé le nom de Kali comme si elle était présente parmi eux.
Son affliction était elle si grande qu’il avait occulté sa disparition, leur fuite de Valence, son tapage à Nîmes ?
Cela se pouvait il vraiment ? Était-il possible qu’un tel événement puisse affecter autant le cerveau humain ?

Le visage d’Ethan se referma encore un peu plus … Il lui fallait tout expliquer à Castel …
Comment le pouvait-il sans le faire sombrer ?
Il avait dans sa poche le vélin et le médaillon de Kali qu’ils avaient retrouvés plantés par une dague sur la porte de Bali à Valence …
Il allait lui falloir toute la diplomatie dont il était détenteur pour informer Castel de tout cela.

D’une voix qui se voulait toujours douce, Ethan lui adressa la parole :

Ecoutes frangin, tout le monde dort encore à l’intérieur.
Tu dois bien pouvoir patienter encore un peu avant de les voir ?
Viens donc avec moi emmener Espoir à l’écurie et lui ôter son harnachement.
castelreng a écrit:
Pas le temps d’ouvrir la porte qu’Ethan lui prenait le poignet. D’un mouvement circulaire et par réflex il le fit le lâcher, le regardant déterminer à entrer.

Ecoutes frangin, tout le monde dort encore à l’intérieur.
Tu dois bien pouvoir patienter encore un peu avant de les voir ?
Viens donc avec emmener Espoir à l’écurie et lui ôter son harnachement.


Il était trop perturbé et trop empli de question pour encore avoir une once de patience. De plus il avait besoin de sentir son Ange dans ses bras avant toute chose, comme un enfant ayant besoin des bras de sa mère pour se sentir rassuré lorsqu’il a fait un cauchemar. Alors les harnachements d’Espoir c’était bien là le cadet de ses soucis…Par contre entrer même si toute la maisonnée était encore à dormir le démangeait. Il ne comprenait donc pas pourquoi Ethan voulait qu’ils aillent s’occuper de sa monture….

Remettant la main sur la poignée de la porte,[url= il se rem%C3%A9mora] il se remémora[/url]


Dernière édition par Admin le Mar 10 Sep - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre I Ter : Chez Ethan..   Mer 23 Avr - 15:29

E_Newton a écrit:
Lui ayant fait lâcher prise, Castel reposait déjà la main sur la poignée de la porte …
Ethan sentit que les choses allaient grandement se compliquer.
Il ne souhaitait aucunement l’affrontement avec son frère de cœur, mais s’il fallait en passer par là pour qu’il comprenne, alors …

Serrant les mâchoires, le regard obscurcit par la fatigue et la colère qu’il sentait monter en lui, Ethan posa une main ferme sur l’épaule de Castel, l’obligeant ainsi à prendre conscience de la portée des mots qu’il allait lui formuler. D’une voix devenue subitement glaciale il lui dit :

Maintenant, tu vas m’écouter, lâcher cette foutue poignée et me suivre à l’écurie !

Ethan ne lui laissait là aucune alternative ! Jamais il ne lui avait parlé sur ce ton.
Ou bien Castel le suivait, ou bien il persistait dans son attitude dont Ethan savait déjà qu’elle ne serait pas sans conséquence…

saradhinatra a écrit:
Sara tempestait en son for intérieur. Elle avait voulu prendre un raccourci en empruntant une ruelle parallèle, pour arriver avant son frère Cast. Mauvaise idée, très mauvaise idée ! Un lourdois de charretier avait eu l’absurdité de prendre cette ruelle pour éviter l’artère principale plus encombrée ! Mais il ne faut pas être un érudit pour voir que le charriot n’aurait jamais pu passer tellement c’est étroit !
Sara enrageait ! Elle avait perdu de précieuses minutes à aider cet âne baté à dégager la voie !!

Elle espérait qu’il ne serait pas trop tard ! Pour rattraper son retard, elle avait couru à perdre haleine. Elle arriva enfin en vue de la manse d’Ethan. Elle distingua ses deux frères devant la porte d’entrée. Elle s’arrêta un instant pour reprendre son souffle et essayer de retrouver un peu de calme pour affronter ce qui l’attendait là-bas. Elle se devait d’avoir l’esprit lucide et ne pas se laisser emporter par ses émotions. Elle devait le faire pour son frère Cast.
De là, où elle était, elle entendit Ethan s’adresser à Cast d’une voix dure et menaçante :


Maintenant, tu vas m’écouter, lâcher cette foutue poignée et me suivre à l’écurie !

Le ton semblait monter entre Cast et Ethan.
Il fallait qu’elle intervienne ! Sara prit une grande inspiration et s’élança.


CAAAAAAAST !!! Tu es là !!! cria-t-elle !

Elle courut les quelques mètres qui la séparaient de Cast, se jeta au cou de son frère et le serra contre elle !

Cast !!!! tu es enfin là !!! Je suis si contente de te revoir !!! Je me suis fait un sang d’encre quand on a dû te laisser à Nimes !!
Elle lacha son frère et l’examina sous tous les angles : Le médecin t’a laissé partir ? Sans lui laisser le temps de répondre, elle enchaîna : Tu n’as plus de maux de têtes ? de vertiges ? de fièvres ?
Elle regarda Cast avec une expression inquiète sur le visage. Pour sûre qu'elle était, elle ne simulait plus du tout. Ce qu'elle lui a fait était très dangereux et elle n'était pas là à son réveil pour s'assurer qu'il n'aurait pas de séquelles.

castelreng a écrit:
La main qu’Ethan lui posa sur l’épaule le fit sortir de ses souvenirs, le ramenant à la réalité.

Maintenant, tu vas m’écouter, lâcher cette foutue poignée et me suivre à l’écurie !

Jamais encore Ethan n’avait été aussi sec en paroles avec lui, mais Castel loin de s’en rendre compte ne se le tint pas pour dit. Alors qu’il allait lui répondre avec rage qu’il n’était pas question pour lui d’aller où que ce soit tant qu’il n’aurait pas vu Kali, ses paroles lui restèrent dans la gorge , son regard suivit la voix qu’il venait d’entendre.

CAAAAAAAST !!! Tu es là !!!

Pour être là ! il était là de bien mauvaise humeur de plus.

Déjà les bras de sa Sœur se glissaient autour de son coup sans qu’il est eut le temps de quoi que ce soit. Une chance pour les deux frères finalement l’arrivée de leur intrépide sœur, ils en seraient sans doute venus aux mains vu comment les choses tournaient. Mais les mots que Sara lui adressa le replongea de nouveau dans cette pléiade de questions qui le tourmentait depuis son réveil dans les geôles Nimoises.

C’est donc avec des yeux interrogateurs qu’il regarda Sara l’examiner de pieds en cape en l‘harcelant de questions plus folles les unes que les autres.


Le médecin t’a laissé partir ? Tu n’as plus de maux de têtes ? de vertiges ? de fièvres ?

Un médecin ? quel médecin ? mais de quoi parlait-elle donc, mis à par sa virulente migraine due pensait-il à l’air humide du cachot et ses jours de chevauchés sans relâche il allait bien. Alors c’était quoi cette histoire de fièvres ? que se passait-il donc en ce moment ? A croire qu’on voulait le rendre fou ?

Il regardait tour à tour Ethan et Sara , en avait presque oublié son envie d’entrer chez son frère. Sa colère due à trop d’incompréhension, il dit


Quel médecin Sara ? Qu’est ce qu’il se passe chez vous ? et d’ailleurs puisque vous êtes là tout les deux dites moi donc pourquoi je me suis réveillé au cachot C’est quoi aussi cette affaire ? Pourquoi vous m’avez laissé sans aucune explication ?

Puis sortant le vélin qu’il avait découvert dans sa poche à Nîmes …

Juste que Kali m’attend ici avec les enfants ! rien d’plus ! Pourquoi m’a t-elle laissé sans rien dire ? Maintenant je veux des réponses ! Et j’ai bien l’intention de les lui demander Ethan que ça te plaise où non !!


Pour lui, seule son Ange pouvait répondre au mieux à tout ça, pour avoir dû le laisser sans l'attendre elle devait avoir un bonne raison et mieux que Sara ou Ethan elle saurait apaiser la colère et l'incompréhension qui étaient en lui.

Disant sa pléiade de questions , il cherchait des réponses fouillant dans ses souvenirs.. Ses maux de tête qui ne l’avaient toujours pas quitté se firent si violant qu’il s’en colla les deux mains sur le crane, se pliant et grimaçant de douleur…

saradhinatra a écrit:
A peine, Cast avait-il terminé de parler que son visage se déforma sous la douleur. Elle vit ses doigts s'agripper à ses cheveux comme s'il voulait extraire quelque chose qui le rongeait à l'intérieur de son crane.

Sara blêmit ! Ce qu'elle avait redouté se déroulait à l'instant sous ses yeux.
Sans perdre un instant, elle posa ses mains sur celles de Cast.


D'une voix douce, elle lui dit : Tout va bien, Cast. Je suis là pour t'aider. Tout en lui parlant d'une voix douce et lente, elle posa ses mains sur la tête de son frère. Tu verras, tu n'auras plus mal. Ses doigts allaient dans la chevelure de Cast comme si elle la caressait. En réalité, elle cherchait certains points précis et dans un ordre précis.
Suis ma voix, Cast, concentres-toi sur ma voix, uniquement sur elle. N'écoutes qu'elle. Il n'y a plus de bruits, rien que ma voix. Tout le reste n'existe plus. Tout en appuyant sur des points invisibles, elle continua sur le même ton. Elle observait aussi le visage de son frère, guettant les signes d'apaisement. Laisses-la t'envahir. Elle est là pour chasser la douleur. Tu n'as plus de douleur, tu n'as plus que ma voix qui résonne. Seule ma voix est présente en toi. Ma douce voix apaisante.

Les dernières paroles ne furent que murmures. Quand les traits de Cast étaient enfin détendus, elle retira ses mains et recula. Cast regardait en face de lui, les yeux vides. Soudain, elle claqua des doigts et s'exclama :

Cast ! Tu viens encore de faire une autre crise !!! Le médecin a osé te laisser sortir dans ces conditions ? C'est une faute majeure de sa part ! Et si tu étais encore contagieux ? Il y a pensé ? Il veut mettre la vie de tes enfants en danger ou quoi ? Et que dire de Kali qui sort à peine des douleurs de l'accouchement ?

Elle l'aida à se relever. Ignorant son expression interrogatrice, elle prit son bras :
Viens, frangin, on va aller chez toi. Tu verras Kali et tes enfants quand on sera sure que tu ne risques pas de leur transmettre cette étrange maladie dont tu sembles souffrir. C'est pour cela que nous avons dû te quitter si précipitamment ! Et cela n'a pas été de gaieté de coeur, si tu savais, surtout Kali. On a eu beaucoup de mal à la convaincre de te laisser. Si cela n'avait été ses bébés, elle serait restée à tes côtés, se mettant ainsi en danger elle aussi. N'est-ce pas, Ethan ?

Regardant Ethan pour la première fois depuis le retour de Cast, elle quémanda silencieusement son soutien. Pourvu qu'il rentre dans le jeu ! S'il te plait, Ethan, mon frère.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre I Ter : Chez Ethan..   Mer 23 Avr - 15:35

castelreng a écrit:
Les mains de Sara posées sur sa tête, ses doigts lui massant le crane, ses paroles douces eurent l'effet escompté. La douleur petit à petit disparue, Castel se détendait.

Il ne comprit pas ce qui lui arrivait ....
Son regard restait sur Sara, il avait fini par se calmer, ne cherchant même plus à entrer. Sa colère était partie avec sa douleur, il était détendu, ne pensait plus à rien, n'entendant que les paroles de sa soeur.


Viens, frangin, on va aller chez toi. Tu verras Kali et tes enfants quand on sera sure que tu ne risques pas de leur transmettre cette étrange maladie dont tu sembles souffrir. C'est pour cela que nous avons dû te quitter si précipitamment ! Et cela n'a pas été de gaieté de coeur, si tu savais, surtout Kali. On a eu beaucoup de mal à la convaincre de te laisser. Si cela n'avait été ses bébés, elle serait restée à tes côtés, se mettant ainsi en danger elle aussi.....

Comme un automate, il lacha la poignée de la porte et commença à avancer.... Lentement.... redescendit les quelques marches ne disant que ces mots..

A la maison..... voir Kali.... les enfants...

E_Newton a écrit:
Ethan en demeurait presque pantois ! Pour ne pas dire autre chose …
Alors qu’il entr’apercevait l’instant où il allait devoir en venir aux mains avec son frangin, voilà que Sara, par il ne savait quel massage particulier et quelques douces paroles, le rendait aussi docile qu’un agneau …

Et quelle était donc cette histoire qu’elle lui racontait concernant une maladie de Cast, Kali et les enfants ?
Et en plus elle le prenait à témoin …

Et déjà son frangin lâchait la poignée de la porte, baragouinant plus qu’il ne parlait des mots dont on ne pouvait savoir s’il en comprenait réellement le sens.
Il redescendait les quelques marches, d’un pas lent, tel qu’il aurait pu le faire s’il avait passé sa nuit à boire en taverne …

Ethan sentait son sang bouillir dans ses veines !
Quelles qu’en soient les raisons, Castel ne pouvait pas demeurer ainsi dans un état semi léthargique, à ne pas se souvenir des événements des derniers jours !
Déjà, sa main fouillait dans la poche de son mantel, à la recherche du vélin et du médaillon de Kali …
S’il fallait l’aider à retrouver ses esprits, Ethan allait s’en charger, quoi que cela puisse en coûter !
On avait assez tourné autour du pot à son humble avis, il était temps de remettre les pendules à l’heure !

Il regarda Sara droit dans les yeux, et évitant de hausser le ton pour n’inquiéter personne, mais pourtant d’une voix ferme et sans appel, il l’interrogea :

Sara ! Mais à quoi joues-tu, non d’un chien ?

saradhinatra a écrit:
Sara poussa un soupire de soulagement quand elle vit son frère Cast faire demi-tour. La douleur semblait avoir disparu. De cela, elle en était grandement soulagée.

Le regard plein d'espoir qu'elle avait lancé vers son frère Ethan se figea quand ce dernier sortit le médaillon de Kali. Ses yeux se remplirent d'effroi. D'instinct, elle se précipita vers son frère. Ce dernier, les yeux dans les siens, lui parla d'une voix calme mais chargée de menace :


Sara ! Mais à quoi joues-tu, non d’un chien ?

Elle jeta un oeil sur Cast et le vit qui continuait de marcher droit devant lui. Il n'avait rien remarqué.
Elle prit la main d'Ethan, celle qui tenait le médaillon de Kali, dans les siennes et la ramena vers sa poitrine en un geste suppliant.
Et c'est d'une voix sourde qu'elle essaya de le convaincre :


Ethan, écoutes-moi, s'il te plait. Je sais combien cette situation est douleureuse pour toi, pour Cast, pour tout le monde. Mais ce n'est ni le moment et ni le lieu.
Veux-tu que Jeni et Oriabel voient la douleur et la folie qui va s'emparer de Cast au moment où il retrouvera sa mémoire ? Te rappelles-tu de leurs regards effrayés à Nimes quand il a perdu la raison sous l'emprise de la souffrance ?


A l'évocation de ce souvenir si douleureux, ces mains tremblèrent. Mais face au regard inflexible de son frère, elle soupira, détourna son regard et murmura d'une voix triste :
Soit, mon frère, si tel est ton souhait.
Elle lui lacha la main et s'éloigna de quelque pas. Elle contempla la haute silhouette de Cast, son coeur se serra à l'idée de ce qui va se produire. Elle aurait tant voulu lui épargner cette souffrance mais elle devait se résigner à voir la réalité en face elle aussi. Serrant les poings, elle se retourna pour regarder Ethan droit dans les yeux et dit d'une voix calme :
Tu as raison. Ce que je viens d'accomplir ne fera que reculer l'inéluctable. Allons rouvrir sa blessure. Mieux vaut qu'il affronte la vérité en face. Certes il va souffrir mais nous serons là pour l'aider du mieux que nous pourrons...
Ainsi que la tienne de douleur, mon frère se dit-elle pour elle-même, avant de reprendre à haute voix :
Mais pas ici, pas devant ta maison et encore moins devant Jeni et Oriabel !

E_Newton a écrit:
Castel semblait hypnotisé et se dirigeait maintenant on ne savait-où …
Alors qu’il allait lui jeter la vérité en pleine face, Sara l’en empêcha arguant du fait que le lieu était mal choisi.
Il était vrai, en y réfléchissant bien, que l’endroit ne convenait guère à ce que Cast retrouve la mémoire.
Les filles avaient déjà suffisamment souffert lors de l’épisode de Valence.

Mais qu’à cela ne tienne, son frère ne pouvait demeurer ainsi jusqu’à la fin de sa vie.
Il lui fallait recouvrer ses esprits et admettre l’inéluctable …
Ethan rangea le médaillon dans la poche de ses braies, s’empara du licol d’Espoir et rejoignit Cast qu’il invita à se diriger vers l’écurie.

Tout en avançant, Ethan s’interrogea sur la meilleure stratégie à adopter …
Castel ne disait mot, il avançait tel un zombie, accompagnant Ethan qu’il ne semblait même pas remarquer.
Enfin arrivés à l’écurie, il détela Espoir et l’enferma dans un box.
Castel était là, assis sur une meule de paille, mais son esprit semblait absent …

Malgré la douleur qui n’avait cessée d’enfler dans son cœur en se remémorant les souvenirs des dernières heures de Valence, Ethan avait fait son choix.
Pas besoin de demi-mesure ou d’épiloguer, Castel devait affronter la triste vérité …
Plongeant à nouveau la main dans sa poche, il en sortit le vélin et le médaillon de Kali.
Retirant de la ceinture de Cast, la dague au pommeau noir qu’ils avaient retrouvée sur la porte de Balian, Ethan la planta à travers le vélin sur la porte d’un box et y accrocha le médaillon.
Se tournant vers Cast, il le regarda et lui dit :

Cast, mon frère, il est temps pour toi d’ouvrir les yeux et de te souvenir …

castelreng a écrit:
Sans même s'en rendre compte, il se retrouva dans l'écurie. Ne voyant rien, ne sachant plus que là, il allait retrouver femme et enfants comme le lui avait dit la douce voix de Sara...

Quand soudain .... se relevant de la meule sur laquelle il était assis... Le son d'une arme qui se plante dans le bois.... et la voix d'Ethan le faisant sortir de sa léthargie...


Cast, mon frère, il est temps pour toi d’ouvrir les yeux et de te souvenir …

Les yeux fixés avec horreur sur la dague plantée face à lui...
Un hurlement de détresse à en faire trembler les murs...
La réalité reprenant le dessus sur la raison...
Le rêve enfuit , le cauchemar réapparut ... revenaient...


Ses yeux allaient de la dague à son frère..

Noooooon.....dis moi que je cauchemarde..... dis moi que je vais me reveiller .... Ethan....

Lentement alors, il finit pas s'avancer vers cette dague, comprenant dans le regard de son frère qu'il n'avait pas cauchemardé, mais qu'ils étaient tous en train de le vivre ce terrible rêve..

Il se saisit sans douceur de cette lame criminelle,laissant tomber le vélin, prit le médaillon qu'il serra dans son autre main et avec une rage folle se mit à poignarder ce pauvre mur de bois, hurlant sa haine, jurant, cognant du poing à s'en broyer la main... incontrôlable, effrayant les chevaux qu'il n'entendait pas s'agiter dans leur box...
E_Newton a écrit:
Ethan n’avait eu d’autre alternative que celle qu’il avait employée.
Il la savait brutale et froide comme l’acier de la lame de la dague qu’il avait plantée dans la porte du box.
Cette même dague avec laquelle Castel s’acharnait en ce moment …

Ethan le laissa faire sans réagir. Il savait par expérience que la douleur et la haine devait être évacuées d’une façon ou d’une autre.
Et il préférait grandement que Castel explose ici plutôt que devant les filles et les enfants.
Lui-même n’en aurait jamais l’opportunité !

Depuis la triste réalité de Valence, il avait du faire face pour tous, pour les protéger d’eux même mais aussi de Lazard et de ses sbires …
Sa peine, son désarroi, cette meurtrissure, il garderait tout en lui jusqu’au jour où enfin sa vengeance sera accomplie, d’une façon ou d’une autre …
Il savait cependant que cela ne lui ramènerait jamais sa Kali, sa petite sœur de cœur, et qu’une fois de plus son cœur continuerait à saigner …

La vie ne l’épargnerait-elle donc jamais ?
Etait-il né pour souffrir à jamais ?
N’avait-il donc aucune autre opportunité devant lui ?

Mais à ces questions, il savait qu’il ne trouverait pas réponse en ces écuries.
Il continua à surveiller Cast, espérant qu’il s’épuise de fatigue, tout en veillant à ce qu’il ne se blesse pas …
castelreng a écrit:
Combien de temps continua t-il à détruire ce qui se trouvait devant lui ? Impossible à dire.

Il ne cessa que lorsque tout fut sans dessus dessous.Tout y passa, la paille bien mise dans un coin, les selles rangées , les outils dont les manches furent cassés, les harnais balancés, la porte sur laquelle se trouvait plantée la dague complètement détruite... les chevaux, nerveux n'avaient cessés d'hennir.... il ne les avait entendu.. ne voyant ou croyant voir ce damné de Lazard

Puis à bout de force, à bout de tout, il se laissa tomber à genoux, son corps et son âme épuisés, pleurant son Ange qu'il n'avait pu aller chercher, n'osant imaginer ce qui avait pu lui arriver, souhaitant juste qu'elle soit toujours vivante lorsqu'il partirait à sa recherche.

Un long moment s'écoula encore avant qu'il ne se rende compte qu'Ethan était là. Une seule chose lui vint à l'esprit en le regardant.


Mes enfants..... Ethan... Dis moi qu'ils vont bien...

E_Newton a écrit:
Des minutes, des dizaines même, pendant lesquelles il regarda impassible, son frère détruire tout sur son passage.
Tel un ouragan, rien ne résista à la fureur de ses mains, de ses poings, de ses pieds …
Rien … si ce n’est Ethan … qui s’en étonna par ailleurs …
A chaque instant, il s’attendait à être pris à parti, responsable qu’il était de leur départ précipité de Valence.
Mais Castel n’en fit rien, un soupçon de raison semblait avoir encore place en son esprit.
Quand enfin il l’interrogea, Ethan fut certain que son frère avait recouvré intégralement la mémoire, et qu’il s’était rendu à la triste vérité :

Mes enfants... Ethan... Dis-moi qu'ils vont bien...

Tes enfants sont en parfaite santé, et en toute sécurité chez moi Cast.


Ce qu’Ethan avait maintenant à annoncer à son frangin n’était pas moins aisé que le reste.
En d’autres temps, en d’autres lieux cela aurait certainement engendré une explosion de joie et l’occasion de fêter cela ensemble.
Aujourd’hui ce serait certainement une déconvenue de plus pour son frère et le reste de la famille.
Mais il savait aussi que cela l’obligerait à rester auprès de ses enfants plutôt qu’à parcourir le Royaume à la recherche de Kali, ou de son assassin présumé …

Fourrant à nouveau sa main dans la poche de ses braies, Ethan l’en ressorti munie d’un parchemin et s’adressa à Castel :

Mon frère, je ne t’ai pas encore tout dit.
Tiens, lis cela, tu seras le premier à savoir.


Il tendit le parchemin à Castel, contenant le message de Deny, attendant de lire sa réaction sur son visage.

Citation :
De l’Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne
à
Messire Ethan Newton,

Salut et connaissances de vérités,

L’assemblée de l’Ordre Royal des Chevaliers Licorne a statué sur votre demande d’impétration en l’Ordre et s’est prononcé en faveur de votre intégration au rang d’Ecuyer de l’Ordre.

Nous vous invitons donc à venir vous présenter en les murs de la Forteresse de l’Ordre sise à Ryes.



Fact en Ryes, le 22ième de mars de l'an 1456

Signé : Deny dict du lavoir de Murat, Capitaine

castelreng a écrit:
Castelreng fut soulagé d’entendre son frère lui dire que ses enfants allaient bien. Le trajet de Nîmes jusqu' ici c’était donc fait sans heurts .Tous lui revenait maintenant en mémoire.

Qu’était donc ce parchemin que lui tendait son Frère, à la tête qu’il faisait ça n’annonçait rien de bon. Etait-ce des nouvelles de Valence ? y avait-il écrit sur ce vélin ce qu’il advenait de Kali ? Autant de questions de la sorte vinrent faire bouillir son esprit, le temps qu’il prenne le parchemin qu’Ethan lui présentait. Avant d’en prendre lecture, il regarda son frère, interrogateur, puis, voyant qu’il gardait le silence, il lu….

Son bras se fit lourd et vint retomber le long de son corps, sa main lâcha le vélin et ses yeux ne quittèrent ceux d’Ethan....
Ainsi donc, il partait, il allait rejoindre le prestigieux ordre de la Licorne. Ainsi donc aucune possibilité pour lui de partir à la recherche de Kali. Plus aucun espoir de la revoir un jour vivante. Les mots lus furent autant de poignards enfoncés dans son cœur. Castel devint blême et ne trouvait rien à dire à cela. Il comptait sur Ethan pour la sécurité des enfants le temps que lui serait reparti vers Valence. Certes en d’autres circonstances il aurait été heureux pour son frère, mais là, il en fut tout autre.


Se détournant pour sortir de l’écurie il ne put que dire

Je n’ai qu’à te souhaiter bonne route jusque là bas. Soit assuré mon frère que je prendrais soin de toute la famille le temps de ton absence qui j’espère sera courte. Je vais chercher mes enfants, leur nounou et les installer chez moi puisque tu ne seras plus là pour veiller... et que je pourrais repartir...


Les épaules basses il sortit, se sentant abandonné mais devant malgré tout aller de l'avant espérant que l'absence de son frère ne serait pas trop longue car plus que jamais il avait besoin de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre I Ter : Chez Ethan..   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre I Ter : Chez Ethan..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée du Vendredi 27 aout 2010 chez Blutch
» Composition du Chapitre
» Des Cadians ou des Armageddons hors de chez eux?
» Quelques "Case Blue" chez MMP
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: livre 1456-
Sauter vers: