Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Chapitre VI :Le Baptême d'Hélie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Chapitre VI :Le Baptême d'Hélie   Sam 17 Jan - 3:10

Zoelie a écrit:

Alors qu’un enfant de chœur était encore suspendu à l’épaisse corde, sonnant les cloches, les premiers villageois franchirent le parvis de l’église et traversant la nef, s’installèrent sur les bancs.
Zoélie sortit de la sacristie, terminant sa préparation, en passant à son cou l’étole liturgique, puis elle prit place devant l’autel, face à l’assemblée des croyants.




Mes frères, mes sœurs,

Je vous souhaite la bienvenue en notre église d’Albi pour la célébration de la messe aristotélicienne.


(-hrp- suite a venir- la, c'est pour ceux qui se levent plus tot que moi le dimanche )
Jalna83 a écrit:
Le ciel couvert ,gris et bas donnais au jour un air de novembre
A petits pas presses elle se depecha d'entrer dans la maison du tres haut
Elle avait laisse les enfants dormir dans leur demeur chaude et douillette ,elle n'avait pas le coeur a les pousser dans ce matin triste

Il etait tres tot encore ,elle ne croisa personne dans les ruelles et eut vite fait de pousser la lourde porte pour se glisser a l'abri

Sur un prie dieu ,un peu a l'ecart de la principale travee ,elle s'agenouilla joint ses mains et salua Zoelie d'un sourire amical

Elle remarqua le teint pale de l'abesse et ses grands yeux encore plus profonds qu'a l'habitude

Un cierge allume sur l'autel faisait danser sur son visage des ombres et des couleurs

La voute de l'eglise ,resonnait d'un silence inhabituel
Jalna pencha la tete sur sa poitrine et pria pour les siens :famille et amis
Garriguette a écrit:
Garri enroula son châle autour des épaules...la froideur du petit matin la saisit et se dirigea rapidement vers l'église. Elle poussa la lourde porte et alla s'asseoir discrètement...Ses pas résonnèrent plus qu'elle ne l'aurait voulu et elle salua amicalement l'abbesse...Sur le côté, la tête baissée , sans doute en train de prier, se tenait Jalna. Garri lui fit un petit signe de la main mais celle-ci ne la vit point...Elle se glissa entre les bancs, de l'autre côté de Jalna, se mit à genoux et entama en silence, son credo...
Zoelie a écrit:
Elle voyait arriver avec joie les paroissiens fidèles, comme chaque dimanche. Quelques nouvelles personnes de plus en plus nombreuses osaient franchir les portes de l'église et la jeune femme s'en réjouissait. Elle eut une pensée saugrenue qui la fit sourire.

* Non, vraiment ! L'enfer lunaire ne sera pas rempli par la paroisse d'Albi ! *

Elle poursuivit ce sourire en l'adressant à tous les gens présents et attendit que le silence s'installe. Puis elle reprit la parole

Nous allons commencer, par réciter la prière de la confession afin de nous sentir mieux dans nos âmes et dans nos coeurs. Je vous demande de prendre quelques minutes pour penser- vraiment, sincèrement - aux mauvaises pensées, paroles ou actions qui ont pu être vôtres cette semaine.
Demandez-vous, en vous-même, comment vous pourriez rattraper le mal que vous auriez pu faire ou comment vous pouvez améliorer votre conduite et ensuite vous en demanderez le pardon au Très-Haut.


Fredmalkav a écrit:
Gala et Fred se tenant par la main, entrèrent dans l'église pour assister à l'office dominical.
Ils prirent un peu d'eau bénite et se signèrent. Puis le pas lent ils avancèrent en direction de l'autel et saluèrent l'abbesse respectueusement. Arrivant au niveau d'Aki et de Jo ils s'installèrent à leurs cotés, en les saluant et donnant une bise aux deux bambins.
Puis en se recueillant ils écoutèrent Zoelie faire son office. Et récitèrent en cœur la prièrent de la confession
Zoelie a écrit:
L'office se poursuivait
Mes frères, mes soeurs,
Ce jour, qui plus que tout autre doit nous rassembler dans la Foi, et l’amitié, ce jour, j’ai décidé de vous parler de ce qui fait que l’homme a été élevé par le Très-haut au-dessus de tout autre créature. Ce jour nous allons parler d’Amour.
Amour que nous portons pour le Très-Haut, mais aussi de l’amour que nous portons à notre prochain.
Je vous invite donc à ouvrir votre Livre des Vertus, Création VII : l’Amour.


[Résumé des passages précédents :
Dieu avait réuni l’ensemble des créatures qu’il avait créées et leur avait demandé quel était selon elles, le sens donné à la vie. Une réponse venant d’une créature prônait la domination de l’un sur les autres.
Voici ce que répondit un humain et ce que le Très-Haut révéla.]

L’assistance était silencieuse. D’une voix calme et posée, l’abbesse commença la lecture :

Livre des Vertus a écrit:


Création VII: L’amour

Dieu ne répondit pas à la créature qui avait fait l’apologie de la domination du fort par le faible.

Il se tourna vers un groupe de créatures. C’était justement celui qui faisait partie de l’espèce humaine et qui avait parcouru le monde. Dieu savait que ce groupe se croyait rejeté par Lui. Ces humains pensaient être privés de tout talent. Ils estimaient être mis à l’écart de la création du fait de leur prétendue infériorité. Mais, parmi eux, l’humain qui portait le nom d’Oane détenait, sans en être sûr, la réponse à la question posée par le Très Haut.

Car Oane doutait. Il regardait souvent les étoiles, espérant voir Dieu. Il aimait le Très Haut d’un amour sincère, mais ne savait pas si cela était le véritable sens de la vie. Il voulait bien donner sa réponse, mais il était considéré comme faible d’esprit par son groupe et personne ne voulait le laisser parler. Mais Dieu était omnipotent. Il avait écouté le groupe d’humains se plaindre. Mais surtout, Il avait perçu l’amour et le doute dans le coeur d’Oane.

Alors, depuis le ciel, un rayon de lumière se fit et vint nimber Oane. Toutes les créatures furent ébahies, admirant la douce lumière qui auréolait l’humain. Elles s’écartèrent alors, le laissant seul face à Dieu. Il contempla son corps enluminé d’un regard plein de curiosité. Puis il se tourna vers les membres de son groupe. Pour la première fois de sa vie, il put voir dans leur regard non pas du mépris mais du respect.

Et Dieu lui demanda: “Et toi, l’humain, n’as-tu rien à Me répondre? J’ai ici convoqué toute Ma création pour trouver celui qui donnera la juste réponse à Ma question. Tu es venu et tu n’as pas répondu. Alors, maintenant, Je te somme de le faire !”. Alors, Oane, terrifié par le ton sévère de son créateur, leva les yeux vers Lui et, d’un ton hésitant, dit: “Mais, ô Très Haut, je ne sais si ma réponse est juste...”. Et Dieu lui ordonna: “Parle et je te le dirai !”.

Alors, Oane répondit: “Tu as certes fait Tes créatures se nourrissant les unes des autres. Il leur faut chasser et tuer pour se nourrir. De même, il leur faut se battre pour défendre sa vie. Mais il n’y a pas de fort ni de faible. Personne ne rabaisse ni ne piétine les autres. Nous sommes tous unis dans la vie et nous sommes tous Tes humbles serviteurs. Car Tu es notre créateur.”

“C’est pour cela que Tu as donné des talents plus beaux les uns que les autres à toutes Tes créatures. Chacune d’elles a sa place dans Ta création. Son talent permet à chacune d’elles de la trouver. De ce fait, il n’y a pas de créature préférée de Toi, ô Très Haut. Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous de t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a créés alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste.”

“Nous sommes certes enchaînés à la matière, certes soumis à ses lois, mais notre but est de tendre vers Toi, l’Esprit Éternel et Parfait. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour.” Alors Dieu dit: “Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer ses semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes.


Dernière édition par Admin le Mer 12 Oct - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre VI :Le Baptême d'Hélie   Sam 17 Jan - 12:59

--Helie a écrit:


Ce matin là, la famille Castelreng était plus qu'en retard pour la messe, les enfants étaient énervés.
Il savait où cette promenade allait le mener. Sa maman lui avait revêtis ses plus beaux habits et lui avait fait comme chaque fois avant de partir pour la messe, la morale.

Cependant, arrivé en haut des marches de l'église, alors que la porte en était entrouverte, Hélie parvint à échapper à son père qui le tenait par la main.

L'église en ce dimanche était pour une fois bien emplie, le bambin qui ne savait qu'une seule chose lorsqu'il venait dans cette drôle de maison , s'était qu'il avait toujours un morceau de pain qu'il trouvait délicieux. Aussi, du haut de ses deux ans à peine, ne s'occupa t-il pas de ce qu'il pouvait se passer et courra jusqu'à l'autel. L'abbesse Zoélie était à lire un passage du livre des Vertus.


Hélie, tirant sur la bas de la robe de Zoélie, la regardant du haut de ses trois pommes à genoux comme on dit parfois, baragouina.

Pain...pain.. dode pain !

Ce qui voulait dire en clair " donne moi du pain comme d'habitude, parce que je sais bien qu'on vient ici pour manger le pain" Traduction plus longue que ses paroles, mais c'est bien ce qu'il voulait dire par ces quatre mots qui résonnèrent dans le lieu saint.
__________________________________________
Castelreng a écrit:
Les cloches avaient sonné depuis un bon moment déjà, appelant les paroissiens à la messe dominicale. Les Castelreng étaient plus qu'en retard cette fois. Castel et Oriabel qui avaient pensé laissé les enfants au chaud ce matin là s'étaient vu devoir les apprêter pour finalement les emmener avec eux. En effet, lorsque les petits avaient vu que leurs parents s'étaient parés de leurs mantels, ils avaient fait un tel caprice qu'ils avaient fini par les habiller et les emmener.

C'est d'un bon pas qu'ils avaient parcouru le cours chemin qui les menaient à l'église,portant chacun un enfant afin d'arriver plus vite, et, avant de gravir les marches pour parvenir à la porte de cette dernière, ils les avaient pris chacun par une main.

Les degrés gravis, Castelreng vit son fils lui filer des doigts et courir dans l'église.

Poisse ! manquait plus que ça.... c'est raté pour l'entrée en douceur...

Aussi, se hâtèrent-ils d'entrer. Oriabel avait Heaven par la main qui ne demandait qu'à suivre son jumeau, Castel, fulminait quelque peu de cette situation plus que génante, espérant tout de même que son fils allait aller s'assoir sur le banc où ils s'installaient toujours.
Lorsqu'ils virent et entendirent leur enfant qui était à tirer la robe de Zoélie en réclamant du pain, restèrent comme paralysé dans l'allée centrale de l'église.
Zoelie a écrit:
Zoélie venait de terminer la lecture sur les paroles d'amour que Dieu avait données à Oane : "Alors Dieu dit: “Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer ses semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes.", lorsqu'un petit bout d'enfançon s'en vit lui tirer la soutane.
Elle regarda au fond de l'église et aperçut toute la petite famille du sire Castelreng, figée sur place dans la traverse principale. Elle toussa pour retenir l'énorme fou rire qui menaçait de la submerger et reporta son regard sur l'enfant.


Du pain ? Tu veux du pain ? L'enfant sourit. Elle se baissa vers lui

Mon petit ange, te voici tout soudain apparu, à l'image de ce que vient de décrire ma lecture. Tu m'as vu, tu m'as reconnu, tu sais ce que, en raison de ton âge, tu peux venir chercher dans notre sainte Eglise.
Tu fais bien partie des créatures humaines que Dieu a élu pour L'aimer et partager cet amour entre tous.

Le petit, à présent, la regardait avec des yeux ronds comme des ...grains de maïs. Il était en confiance et attendait sagement sa récompense. Elle le prit dans ses bras, se tourna vers les fidèles, un brin éberlués, leur fit un signe d'apaisement et se dirigea vers la partie droite de l'église.
Castelreng a écrit:
Pendant ce temps, la famille Castelreng, estomaquée par la situation avançaient bien sagement, trop sagement sans doute pour rejoindre un banc. En passant, Castel ne put que voir les sourires amusés. Il guida Oriabel à s'installer, peinant grandement avec Heaven qui gigotait pour aller retrouver son frère. Lui fit les gros yeux et lui dit tout bas qu'il allait aller rechercher Hélie, et s'avança tout couillon vers l'Abbesse qui pendant ce temps avait pris l'enfant dans ses bras.
Zoelie a écrit:
Zoélie se dirigeait tout simplement vers les fonds baptismaux.

Elle avait bien cru comprendre que ce pauvre petit n'avait point encore reçu le Saint Sacrement et elle allait se dépêcher d'y remédier.


Quoi de plus merveilleux que de baptiser un enfant, pendant la messe dédiée à l'amour ?

Elle aperçut du coin de l’œil, le père du petit qui venait récupérer sa progéniture. Elle lui tendit aussitôt son rejeton. Cast le prit dans ses bras et l’abbesse se baissa alors pour attraper quelque chose sous la vasque. Elle se saisit de la burette, emplie d’eau bénite parfumée au Saint Géranium et la souleva délicatement.

Castelreng, bien entendu , plutôt pris au dépourvu, accomplit les gestes rituels, ancestraux et porta l’enfant au dessus de la vasque.
Par trois fois, l’abbesse versa de l’eau sur le front, la tête et la bouche de l’enfant. Elle déclarait en même temps :

En présence de Castelreng ici présent, qui devient ton parrain officiel, sous le regard du Très Haut, je te baptise mon enfant.

"Je te baptise au nom de l’Eglise Aristotélicienne et au nom du Très Haut, pour l’amitié de tous les Saints et pour l’amour du Père de l’humanité."


Tout s'était déroulé si rapidement que le petit garçon n'avait même pas eu le temps de reprendre sa respiration. A présent, il la regardait, un peu suffoqué, et on voyait qu'il hésitait, très nettement, entre deux attitudes.
La jeune femme ne souhaitant pas entendre des hurlements s'élancer vers les voûtes de l'église, attrapa vite fait, bien fait une miche de pain bien ronde et bien appétissante sur la table réservée et lui tendit dans un grand sourire.


Voici, mon garçon. Tu l'as bien mérité. Ce jour est un grand jour pour toi. Tu viens de gagner bien plus qu'un morceau de pain.

Elle ne put s'empêcher de lui déposer un bisou sur la joue qui était assez humide. Elle se tourna vers son ami :

Et voici mon cher, ce qui peut arriver de meilleur en ce jour pour cet enfant ! A présent, la grande communauté des enfants d'Aristote compte un nouveau membre.
Ce baptême ne peut être inscrit aux registres, car le consentement "éclairé" est nécessaire et indispensable, bien évidemment. Mais je te remets tout de même pour lui la médaille des baptisés que voici :


Puis, dans un rire léger, elle ajouta :

Par ailleurs, si je peux te donner un conseil, pour l'avenir ? Garde l'oeil sur tes enfants et tiens leur main plus sûrement !
Bien ! A présent, j'ai une messe à terminer. Pouvons-nous poursuivre ?
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre VI :Le Baptême d'Hélie   Sam 17 Jan - 13:08

Castelreng a écrit:
S'il ne s'était trouvé dans l'église, il aurait pu dire qu'il était sur le cul.
Zoélie, Hélie dans les bras, devenu étrangement sage, s'était dirigée vers les fonds baptismaux.
Pensant aller s'assoir pour suivre ce qu'il restait de la messe, il était donc allé retrouver l'Abbesse pour récupérer son fils.

Pas le temps ni l'occasion de dire quoi que ce soit. Elle lui mit Hélie dans les bras et fut bien forcé de suivre le mouvement. Pas le temps de réfléchir et puis cela aurait-il été utile. Ses enfants n'avaient pas encore reçu le Baptême, Oriabel et lui songeaient à remédier à cela, pensant le faire entre son Baptême à elle et leur mariage si toute fois ils parvenaient un jour à s'unir devant le Très haut. Enfin bref, ils y pensaient. Mais jamais il n'aurait pu s'imaginer que l'un de ses trois enfants se verrait entrer officiellement dans la grande maison Aristotélicienne lors d'une messe.

Hélie ne broncha pas lorsqu'il reçut l'eau bénite, ce qui lui parut encore plus étonnant.


En présence de Castelreng ici présent, qui devient ton parrain officiel, sous le regard du Très Haut, je te baptise mon enfant.

"Je te baptise au nom de l’Eglise Aristotélicienne et au nom du Très Haut, pour l’amitié de tous les Saints et pour l’amour du Père de l’humanité."


C'est même avec un grand sourire qu'il accueillit l'évènement d'autant qu'il se vit récompensé par le pain dont il rêvait depuis son arrivée en trombe.
Toujours sans rien pouvoir dire, Castelreng prit la médaille que lui remit Zoélie....




....fit une drôle de tête lorsqu'elle ajouta avant d'aller retrouver l'autel


Par ailleurs, si je peux te donner un conseil, pour l'avenir ? Garde l'oeil sur tes enfants et tiens leur main plus sûrement !
Bien ! A présent, j'ai une messe à terminer. Pouvons-nous poursuivre ?


Je.... Je.... Merci....

Ne put-il que dire avant d'aller rejoindre le banc pour suivre la fin de la messe.
Cricriultras a écrit:
Elle avait entendu les cloches sonner, mais étant occupée dans son bureau de la douane, elle voulu finir ...sinon !! que dirait son chef!!

Elle quitta le château et prit la direction de l'église, Salvien ne serait pas avec elle, mais le temps ne s'y prêtait pas, il était mieux au chaud avec sa nourrice.

Elle arriva dans l'église qui était pleine, les albigeois s'étaient déplacés en nombre, Dame Zoelie devait en être ravie.

Elle se signa, se fit discrète, à pas feutrée elle se dirigea vers un banc, l'office était commencé,lorsqu' elle aperçut Cast avec sa petite famille, elle alla vers lui.

Elle fronça les sourcils, se demandant ce qui se passait, lorsqu'elle vit l'Abesse tenant par la main un des jumeaux de Cast et se diriger vers les fonds baptismaux.....

Un baptême !!!!!!! Cast ne lui en avait pas parlé, ou bien elle avait oublié, Godefroid lui avait dit l'autre jour qu'elle était une tête de linotte, ça devait être vrai ....... Embarassed

Elle sourit à cette pensée, tête de linotte, cigale, grillon, colombe !!!!!!!! quelle jolie panoplie de sobriquets elle avait là. :wink:

Elle prit place à côté d' Oriabel, la salua et attendit la suite des évènements.

Cast vint les rejoindre, son fils dans les bras, une médaille dans la main !!!
et avec la tête de quelqu'un qui avait vu !!!! le messie ou un revenant !!!!cela la fit sourire de voir son chef avec une mine déconfite.


Elle lui glissa à l'oreille, et alors!!!! comme ça on fait baptiser son fils sans rien dire !!!
--Helie a écrit:


C'était encore mieux que ce qu'il pouvait s'imaginer dans sa petite tête d'enfant. La dame le prenait dans ses bras. L'enfant impressionné ne pipa mots, tripotant l’étole liturgique qui brillait de mille feux. Il ne prêta pas attention à son père qui arrivait, tendit les bras vers l'Abbesse lorsqu'il se retrouva dans ceux de son père et fut surpris lorsqu'il se retrouva le visage humide.

Les lèvres tremblotantes, prêt à pleurer à chaudes larmes par cette douche froide incompréhensive, il posa ses yeux triste sur Castel qui semblait lui complètement dépassé par la situation. Dans la tête de l'enfant une question bourdonnait

Pourquoi la dame elle me mouille de froid ? m'a jamais fait ça avant ?

Une énorme envie de pleurer sa mère l'envahit pendant que son père lui passait autour du cou sa médaille de Baptême. Alors qu'il était à deux doigts d'appeler sa maman à son secours, la vue d'un beau pain bien rond le stoppa. Il le prit en étouffant un sanglot...


Siiiiiii (qui veut dire merci en langage bébé )

... retrouva le sourire et croqua dedans à belle dents en oubliant ce qu'il venait de vivre .

Zoelie a écrit:
Le curé de la bonne ville d'Albi reprenait un peu le cours de sa vie, enfin, de sa messe, enfin de l'office. Bref !
Elle revint devant les paroissiens et pensant que tout ceci avait du leur faire quelque peu oublier la parole d'Oane, celui par qui tous ici présents en l'église aujourd'hui étaient élus par Dieu car les seuls capables de ressentir l'amour, elle reprit un passage du Livre des Vertus qu'elle venait de lire.

Citation :
Et Dieu lui demanda: “Et toi, l’humain, n’as-tu rien à Me répondre? J’ai ici convoqué toute Ma création pour trouver celui qui donnera la juste réponse à Ma question. Tu es venu et tu n’as pas répondu. Alors, maintenant, Je te somme de le faire !”. Alors, Oane, terrifié par le ton sévère de son créateur, leva les yeux vers Lui et, d’un ton hésitant, dit: “Mais, ô Très Haut, je ne sais si ma réponse est juste...”. Et Dieu lui ordonna: “Parle et je te le dirai !”.

Alors, Oane répondit: “Tu as certes fait Tes créatures se nourrissant les unes des autres. Il leur faut chasser et tuer pour se nourrir. De même, il leur faut se battre pour défendre sa vie. Mais il n’y a pas de fort ni de faible. Personne ne rabaisse ni ne piétine les autres. Nous sommes tous unis dans la vie et nous sommes tous Tes humbles serviteurs. Car Tu es notre créateur.”

“C’est pour cela que Tu as donné des talents plus beaux les uns que les autres à toutes Tes créatures. Chacune d’elles a sa place dans Ta création. Son talent permet à chacune d’elles de la trouver. De ce fait, il n’y a pas de créature préférée de Toi, ô Très Haut. Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous de t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a créés alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste.”

Laissant quelques instants ces paroles résonner dans l’église, elle poursuivit :
Ainsi, nous sommes tous liés par ce sentiment commun : l’Amour. Il doit rester présent dans notre esprit, dans chacun de nos actes, du plus anodin au plus noble. Souvent oublié, mis de coté par des ambitions personnelles, soif de pouvoir ou de revanche, fierté, orgueil ou suffisance…

Sa voix retentit dans l’église.
N’aimez point que vous-même ! Laissez de coté vos désirs égoïstes ! Pensez à votre voisin, à vos amis, aux inconnus même ! Pensez aux autres !

Sa voix redevint tendresse, douceur et volupté.

Le partage, l’amitié, l’amour que vous ressentirez vous transformera. Votre cœur s’agrandira. Vous serez en paix avec vous-même, plus proche encore du Créateur, et votre âme sera plus forte, dans la foy du Seigneur.
Tournez-vous vers votre prochain et tournez-vous vers le très haut. L'Amour est ce qui fait de nous des hommes. Ce sentiment divin doit guider nos pas. Tournez vous vers l’Amour de Dieu. Il nous en fait don. Il nous a élevé au dessus de ses autres créatures pour que nous l’aimions et le louons.


Puis elle se détourna de son lutrin, se rapprocha de quelques pas devant l’assemblée attentive.
Mes frères, mes sœurs,
Toulouse, est à nouveau, comme à chaque élection, plongé dans la discorde, menacé par la division, hanté par des paroles malsaines. Chacun veut s’imposer aux autres, agir selon sa vision, son opinion. Qu’est-ce donc que cela ? Sinon l’oubli de l’Amour que nous devons tous et toutes ressentir, partager, développer, Lui témoigner ! Nulle âme ne vaut plus qu’une autre sur cette terre ! Tous sont semblables, tous se valent et tous se doivent d’agir ensemble, en communion. Unis comme un seul être, pour plaire à Dieu, le suzerain de TOUS !!

Je citerai enfin Christos, le second prophète, celui qu’avait annoncé Aristote, et qui vint un jour pour éclairer nos âmes :
" Il n’est de noblesse que d’âme, et c’est dans votre cœur qu’il vous faut être noble... "
Garriguette a écrit:
Garri avait assisté au baptême d'Hélie avec étonnement...Ni Oria ni Cast n'en avait parlé et à voir leurs têtes, cette cérémonie était, à n'en pas douter, des plus improvisées...Elle sourit, se disant, qu'Hélie avait été guidé vers l'abesse par Aristote et qu'ainsi s'était accomplie la volonté du Trés haut! Elle se dit, ensuite, qu'il fallait sans doute que, par contre, elle fasse elle même la démarche de suivre la pastorale tant il était peu plausible que cette circonstance se reproduise pour elle, de façon aussi...impromptue...

Elle écouta ensuite avec beaucoup de ferveur la lecture de Zoëlie sur l'Amour, le partage, l'amitié....autant de nobles sentiments qu'elle s'efforçait, certes parfois avec difficultés, d'éprouver vis vis des autres...

Citation :
" Il n’est de noblesse que d’âme, et c’est dans votre cœur qu’il vous faut être noble... "

Vraiment les paroles de l'abbesse résonnaient dans sa tête comme dans son coeur avec une force particulière ce matin là... et elle lui en était reconnaissante!
Elle se surprit à sourire béâtement et se perdit dans ses pensées...
Zoelie a écrit:
Chacun dans son coin réfléchissait aux sages paroles d'Oane. Zoélie qui était particulièrement contente du partage et de l'amitié qui avait été le maitre mot de cette messe, se dit qu'il fallait cependant la terminer.
Elle ajouta donc son propos final :


Je souhaite courage et force, à tous les candidats aux élections comtales et vous rappelle votre devoir d’aller voter.
Enfin, en cette période où les enfants naissent plus vite que le grain ne se sème, je vous rappelle que les corps ne s'unissent que sous le regard de Dieu, dans l'union sacrée du mariage. Souvenez vous-en !
Rappelez-vous votre pastorale et pensez que, à l’heure de votre passage dans l’au-delà, seuls deux choix sont ouverts : le paradis solaire ou l’enfer lunaire !

Elle observa quelques visages dans l’assemblée et vit quelques têtes se baisser. Des chausses raclaient le sol, des mains rajustaient les coiffes sur la tête. Elle sourit en observant ses paroissiens et un vrai sentiment de joie et d’amour la traversa.

Mes amis, mes frères, mes sœurs.
Vous tous ici présents, vous méritez que le regard du Très Haut s’abaisse vers vous. Vous en êtes dignes ! Je connais bien nombre d’entre vous et je vous fais confiance. Continuez à être ce que vous êtes. Rapprochez-vous, toujours plus de votre Créateur.

Prions ensemble, prions ! Et affirmons notre Foi pour le Très-Haut.

Allons, à présent partager le pain et le vin. Je vous souhaite une bonne semaine à tous.
Je vous rappelle que je reste à votre disposition au presbytère pour répondre et réfléchir avec vous à toutes les questions que vous n’osez pas vous poser sur les mystères de la foy ainsi qu'en la salle paroissiale de l'évêché de Rodez.


Elle fit signe aux enfants de choeur d'amener la table avec le vin et le pain
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre VI :Le Baptême d'Hélie   Sam 17 Jan - 13:12

Castelreng a écrit:
La messe reprit donc et CriCri, son adjointe, était venue s'assoir aux cotés de Bel et de Castel. Au murmure de Cricri, il se sentit d'autant plus gêné. Il ne lui répondit pas, se promettant de le faire une fois la messe terminée, d'autant que celle-ci était des plus agréable.

Quand le moment de la prière arriva, il la récita. Les jumeaux s'étaient enfin calmés, le pain d'Hélie avait été partagé afin que sa jumelle ne fasse pas elle aussi une esclandre.




Puis arriva le moment où tous allèrent partager le vin et le pain. Se levant, il prit son fils dans ses bras pendant que Bel en faisait autant avec Heaven et profita de ce moment pour répondre a voix basse à Cricri.

Je l'ignorais aussi Cricri.

Il profita de ce moment de partage pour présenter à son Ange son Adjointe, puis alla vers Zoélie afin de lui présenter quelques excuses sur le comportement de son fils, la remercia convenablement, maintenant qu'il était remis et avait retrouvé la parole, pour avoir procédé au Baptême de l'enfant, restait encore à faire de même pour les deux autres, mais ça c'est une autre histoire.
Cricriultras a écrit:
L'Abesse reprit le court de la messe, tout le monde était attentif à son sermon sur l'Amour.

ensuite elle récita sa prière, en fit une supplémentaire pour ses étoiles qui veillaient sur elle là haut prés d'Aristote. Elle essuya une larme.. se reprit.



Le moment de partager le pain et le vin était venu, elle se leva, entendit un murmure, la réponse de Cast.Je l'ignorais aussi Cricri.

Il lui présenta l'Oriabel à qui elle fit un sourire..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre VI :Le Baptême d'Hélie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre VI :Le Baptême d'Hélie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» demande de baptême pour les von Frayner
» Demande de baptême
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» [RP Saint André] Baptême de Mélisandel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: livre 1457-
Sauter vers: