Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Au bout du chemin ( en mémoire de Gala et Fred)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: [RP] Au bout du chemin ( en mémoire de Gala et Fred)   Sam 28 Fév - 23:47



Galaelle a écrit:
[hrp]Laissez les personnages de Fred et Gala mourir avant de participer svp.[/hrp]


La cavalière poussait sa monture, sans répit elle la talonnait, l'injuriait, l'incitait à garder ce rythme endiablé. Le cheval couleur miel tenait bon et filait à vive allure parmi les obstacles de la route. Plus aucune humanité n'éclairait ce magnifique visage, elle se sentait froide et déterminée, elle la sauverait même si elle devait vendre son âme. Les souvenirs des dernières heures lui revenaient en mémoire. Ce pigeon, son merveilleux voltige qu'elle avait reçu en cadeau à son anniversaire venait lui apprendre que sa fille se mourrait. Ses doigts l'avaient empoignés au cou, un peu trop fort, l'innocente créature avait rendu son dernier souffle dans sa main. Sans aucun regret elle était partie du front ou elle s'attendait à mourir au bout de l'épée d'un ennemi, volant la monture qui lui semblait la plus rapide. Elle se devait d'être là, elle la sauverait elle en était persuadée.



Fredmalkav a écrit:
Depuis quelques jours Fred était emplit d'inquiètude, Marina avait beaucoup de fièvre et il n’arrivait pas à la faire retomber. Il savait que cela risquait d’être fatale pour sa fille et il ne savait plus quoi faire pour la soigner. Il était allé voir les médicastres d’Albi, ainsi que l’infirmière de la caserne, mais aucun de leur remède n’avait agit sur la petite. Craignant pour la vie de son enfant, il s'était résigné à écrire à son épouse, qui était dans la capitale pour des raisons militaires, afin de l’informer de la situation. Il prit donc une plume et déposa ces quelques mots sur un parchemin.

Citation :
Mon ange,

C’est le cœur lourd et désespéré que je t’envoie ce courrier. Notre fille est malade et aucun des remèdes donnaient par les médicastres n’arrivent pas à la soigner. Elle a une très forte fièvre depuis ton départ et aucun des remèdes prodiguaient n’arrive à la faire tomber. Je ne sais plus quoi faire et me sens dépasser par la situation. C’est les larmes aux yeux que je t’envoies ce courrier, je craint pour sa vie et les médecins ne sont pas encourageant sur l’état de notre fille adorée.

Je sais que tu es en manœuvre actuellement, et ne t’aurai pas inquiétée si la situation ne l’aurait pas mérité. J’ai peur que notre fille se meure à petit feu et personne ne sait de quel mal elle ne souffre. Je suis allé prier et déposé un cierge à l’église afin que le très haut protége notre enfant, c’est la seule chose que j’ai trouvé à faire, afin de sauver notre enfant.

Ton époux qui se sent perdu par la situation

Pendant qu’il écrivait ces quelques lignes, les larmes coulaient sur ses joues et tombaient sur les parchemin, laissant des marques sur celui ci. Une fois le courrier terminé il sorti Voltige, de sa cage et lui accrocha le message à une des pattes avant le relâcher afin qu’il porte le message à son épouse.



Galaelle a écrit:
Le vent sifflaient à ses oreilles, la capuche de la cape ne tenait plus en place sur sa tête, sa masse de cheveux libérés lui fouettaient les joues ou l'on voyait des traces de sel, des larmes séchées. Son corps courbée sous la fatigue presque couché sur l'encolure, fatiguée n'ayant pas arrêté cette course folle que quelques heures pour changer sa monture pour un magnifique pur sang, se sustenter quoi qu'elle ait de la difficulté à absorber la nourriture tant sa gorge était nouée. Elle était repartie avec la même idée fixe, arrivée pour la sauver. Les heures passaient et les journées, le vide se faisait dans sa tête, elle avait le regard hagard, elle murmurait des paroles incohérentes, une sorte de prière qu'elle s'était inventée.

Ses yeux distinguaient à l'horizon les portes de la ville, son âme reprit soudain vie, elle se redressa et aiguillonnait la pauvre bête qui la portait vers son but.


Son incursion fut courte dans les rues de la ville. Elle sauta du cheval aussitôt devant la porte de sa demeure, l'abandonnant, elle fit éruption dans la maison. Effrayée de ce qu'elle pouvait découvrir, hésita quelques secondes avant de crier le nom de son mari.


Fred ! Fred, je suis là.


Empruntant l'escalier, elle aperçue son mari assis sur une chaise tenant dans ses bras, Marina, fruit de leur amour, petite, tremblotante, qui ne pleurait plus depuis longtemps. Son coeur se fendit, elle eut envie pour la première fois de sa vie d'arrêter le combat, se sentant vaincue. La mère s'agenouilla aux pieds de son homme et enfouie son visage ravagé sur le corps du bébé et se laissa aller.




Fredmalkav a écrit:
Les larmes coulant sur ses joues, Fred tenant sa fille dans les bras, la fixant du regard dans lequel on pouvait y lire tout le désarroi qui l’avait envahie. Il voyait sa fille perdre sa vie petit à petit et se sentait impuissant. Cela le rendait fou de devoir rester spectateur devant ce drame. Il attentait avec impatience le retour de son épouse afin de partager cet épreuves ensembles tous les deux.

Marina semblait tellement fatiguée et la souffrance avait eu raison de ses pleurs. Plus assommée qu’endormie, elle restait là tremblante dans les bras rassurant de son père. Elle ne réagit même pas quand sa mère entra dans la maison et annonça son arrivé. Fred sourit en la sachant enfin là, alors qu’il l’entendait déjà gravir les marches de l’escalier. Il se senti soulager quand il l’a vit entrer dans la pièces. Le fatigue du voyage se pouvait se lire sur le visage de son épouse, mais ce que marqua le plus Fred quand on put y lire toute sa peine et son désarroi lorsqu’elle posa son regard sur sa fille. C’est la première fois qu’il la voyait dans un tel état, elle si combative habituellement. Elle se rapprocha et s’agenouilla près de sa famille et posa sa tête sur les genoux de son époux, qui d’une main réconfortante se mit à lui caresser les cheveux, n'arrivant à sortir aucun son de sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: [RP] Au bout du chemin ( en mémoire de Gala et Fred)   Mar 3 Mar - 10:40


Galaelle a écrit:
Les derniers rayons de lumière de cette fin journée filtrait par les volets et se déposaient sur ce corps secoué de sanglot. Des gémissements accompagnaient ses pleurs, jamais cette mère n'avait autant souffert. Fred passa ses doigts dans sa brune chevelure voulant se faire réconfortant, mais c'est sa fille, par un léger son soufflé de ses petites lèvres desséchées, qui la sortie de sa transe. La guerrière releva la tête, voyant le combat que menait cette petite bonne femme pour survivre, lui redonna la force et le courage de se battre. Gala se releva décidé de trouver une solution, son regard croisa celui de Fred et il comprit immédiatement que celle qu'il aimait était de retour.

Fred, tu te souviens, le vieil homme qui habite dans la foret entre Castre et Albi, il connait la façon de guérir bien des maux. Allez on doit si rendre, c'est notre dernière chance. Prépare la charrette je m'occupe de Marina.

Prenant son bébé dans ses bras, elle s'activa de tout préparer pour leur départ.



Fredmalkav a écrit:
Fred pu lire sur le visage de sa femme, que la combativité l’animait à nouveau. Il ne comprit pas immédiatement de qui elle voulait parler, mais le visage de ce vieil homme fini par revenir à son esprit.

Il laissa Marina à Galaelle et parti en courant préparer la charrette. Entendant Fred débouler dans la cours en cette fin de journée, Sato sortie de sa niche en jappant. La nuit tombante, l’encapuchonné prépara son cheval, sans même adresser un regard à son chien. L’équidé pouvait ressentir le stress qui animait le jeune homme et ne se laissait pas facilement manipulé. Mais rien ne pouvait faire perdre du temps à son maître et c’est d’une main ferme que Fred finit de l’atteler à la carriole.

Fred reparti en direction de la maison afin de finir de se préparer. Il vit sa femme et sa fille habillées et fin prête pour le départ. Voir son épouse avoir reprit de la force, le rassura et il put sentir l’espoir remonter en lui
... La charrette est prête et le cheval attelé, on peut partir quand tu veux mon cœur ... Il se saisi de son épée et de son bouclier, et se rapprocha de sa femme et sa fille. Il donna un doux baiser sur le front chauffé par la fièvre de sa fille avant déposer ses lèvres sur celle de Galaelle, il était persuader qu’ensemble ils pouvaient déplacer des montagnes.



Galaelle a écrit:
La jeune femme déposa doucement son bébé dans son landau, elle resta penchée sur elle, la regardant attentivement respirer tout en lui caressant doucement la tête. Elle repensait au vieil homme, la première fois ou elle l'avait rencontré, s'était à son arrivée à Albi. Son savoir sur la maladie l'avait profondément marqué, si quelqu'un pouvait faire quelque chose c'était bien lui.

Enfin Gala se dirigea dans la cuisine et réunit quelques provisions pour le voyage. Elle prit le tout et fourra tout cela rapidement dans sa besace. Sans plus attendre elle habilla sa fille et se revêtit de sa cape. La nuit arrivait rapidement et cette partie de chemin était accidenté.

Au même moment, son mari arriva pour lui signifier que tout était prêt pour le départ. Le coeur de Gala fit un bon quand il déposa ses lèvres sur les siennes. Elle ressentit une force et de la détermination, le regardant dans les yeux, elle lui dit de sa douce voix :
C'est bon, allons-y.



Fredmalkav a écrit:
D’un hochement de tête il acquiesça les dires de son épouse et d’un pas rapide et décidé, il prit la direction de la sortie. Il ouvrit la porte et laissa passer son épouse qui tenait contre son corps leur petite Marina, qui était d’une pâleur à effrayante. Elle la recouvrit de sa cape pour la protéger du froid de la nuit tombante. Ils s’installèrent sur la charrette et comme à son habitude Sato sauta à l’arrière de la carriole.

Lorsque Fred fit claquer les rênes sur ses flancs, le cheval parti au grand galop, hennissant sous la douleur du coup sec qu’il venait de recevoir. L’attelage sorti de la petite cours et prit la direction de la porte sud de la ville. Ils traversèrent à toute allure les ruelles d’Albi, frôlant à plusieurs reprises quelques villageois qui rentraient péniblement chez eux, après avoir vider plusieurs chopines en taverne et rofiter de la chaleur de leur chaumière après une dure journée de travail. On pouvait entendre quelques noms d’oiseaux adressés à l’encontre du pilote de l’attelage, mais rien ne pouvait détourner le couple de son objectif, ni même les ralentir.

Fred fixant l’horizon, ne pensant cas son objectif, fouettait toujours plus l’animal afin qu’il accélère l’allure. Alors qu’ils venaient de franchir la porte du mur d’enceinte et qu’ils pénétraient sur la place Saint Salvy, quelques gouttes de pluies commencèrent à se faire ressentir sur leurs visages. Galaelle se courba afin de protéger part son corps leur fille et la réchauffer de sa chaleur maternelle.

Ne ralentissant pas l’allure, alors qu’ils se rapprochaient de la foret, la pluie se faisait de plus en plus forte rendant la terre boueuse, et le ciel encombré de nuage rendait la nuit des plus sombres. Les deux petites lampes de chaque coté de la charrette éclairaient un peu la route, mais à l’allure à laquelle ils avançaient cela était bien insuffisant . Faisant confiance à sa mémoire Fred ne ralentit pas l’allure en franchissant la lisière de la foret.


Galaelle a écrit:
Ils roulaient depuis des heures, le corps de Gala tressautait de façon régulière vue le parcours accidenté. L'état de l'enfant ne semblait pas s'améliorer, mais au moins, elle ne voyait aucune dégradation, ce qui lui donnait toujours autant d'espoir. La noirceur les entourait, seul le bruit de la pluie se fessait entendre masquant les habituels sons nocturnes. Elle essaya de distinguer la route, de repérer les dangers, attentive a tout ce qui les entouraient. Se tournant pour signaler une branche qui traversait le chemin, elle prit quelques secondes pour admirer son homme. Le voir rempli de cette détermination la réconfortait, elle qui s'était toujours occupée des gens, avait besoin à cet instant de se sentir protéger et en sécurité. Elle sortie une de ses mains qui étaient blotties sous le corps de Marina et caressa le dos de son mari.

Je t'aime Fred

Après avoir franchi un détour ardu elle cru percevoir les bruits de chevaux aux galop. Tournant la tête et cherchant à distinguer dans la nuit noire qui pouvait être ses cavaliers. Son sang ne fit qu'un tour en pensant que cela pouvait être l'armée qui était à sa poursuite. Un sentiment de panique saisie Gala et sans plus réfléchir se sentant traquée elle demanda à Fred d'accélérer.

Vite Fred, nous sommes poursuivis, on doit arriver avant qu'ils nous rattrapent.


Elle ne cessait de le presser mettant un sentiment d'urgence à ce mari qui l'aimait tant.



Fredmalkav a écrit:
Fred ressenti monter en lui une sensation de chaleur l’envahir, en sentant la main de Galaelle lui caresser le dos,. L’amour qu’il vouait à cette femme, était la source de son énergie. Alors qu’il tournait son regard vers son épouse pour lui dire tout l’amour qu’il avait pour elle. Il admira se merveilleux regard, puis plongeant ses yeux dans ceux de son épouse, il lui ditJe t’aime aussi mon ange. Je t'aime de tout mon coeur.

Ils avançaient toujours à vive allure, quand Fred sursauta à l'annonce de Gala. Après avoir jeté une rapide coup d’œil par dessus son épaule et afin d’observer les cavaliers en vain. Il se concentra à nouveau sur le chemin, et essaya de se souvenir du parcourt sinueux, voir de deviner le virage suivant, tout en maintenant une allure soutenue.

Les arbres entourant la route, assombrissaient d’autant plus la nuit. Alors qu’il jetait un nouveau coup d’œil à l’arrière. Fred ne vit pas un virage se présenter devant la carriole suffisamment rapidement. En comprenant la situation Fred tira fermement sur les rênes afin de faire tourner le cheval. Tournant la tête dans la direction du virage, la gueule déformée par l’action du mord dans sa mâchoire pour lui faire prendre le virage. Le cheval commença à glisser de ses quatre fers et basculant sur le coté fit basculer la charrette, catapulta le jeune couple hors de celle ci, et Fred ressenti un lourd choc avant de perdre conscience quelques instants.

Il ouvrit péniblement les yeux et tenta de voir ce qui se trouvait autour de lui. Aucune partie de son corps ne le faisait souffrir et c’est péniblement qu’il réussi à distinguer ce qui l’entourai. Une larme coula sur ses joues en voyant son épouse à genou, une large branche la transperçant, la retenait ainsi.

Elle tenait leur fille dans ses mains et passa d’une main chaleureuse, lui referma la yeux. Pleurant de toutes ses larmes elle dirigea son regard vers Fred qui se rapprochait d’elle en rampant.


--Gala_et_fred a écrit:
Quand Fred perdit le controle de la charrette, Gala se crispa et ressera ses bras sur le petit corps. Tout se déroula rapidement, la jeune femme se sentie volée et transpercée. Ahuri de se qui arriva, ne sentant pas la douleur, elle voulue se relever et constatas que Marina et elle était embrocher toutes les deux. Un crie de détresse sortie de sa bouche, elle hurla toute la douleur de son coeur.

Mon bébé, ma petite fille!!!


Sanglotante elle regarda se visage de poupée et avec ses doigts elle lui abaissa les paupières.


Dort hbiba


Alerté par la hurlement de Gala et comprenant que sa fille était morte, Fred ressentit en lui une grande tristesse l’envahir et lui enlever les quelques forces et la détermination qui lui restaient. Sa fille était morte, et comprenant la gravité de la blessure de son épouse, Fred perdit tout envie de se battre et résigné il se laissa tomber face contre terre, ne quittant pas du regard son épouse.

Leurs forces les quittaient, et tous les bons moments passés ensembles, leurs défilaient devant leurs yeux, effaçant petit à petit leur amour de leur vision. Rapidement Gala et Fred tombèrent dans l’inconscience et la mort vint les chercher.


[hrp]Bonne continuation et bon jeu à tous !! Et surtout rapellez vous que c’est qu'un jeu !! LJDs Galaelle et Fredmalkav
Vous pouvez maintenant poster à la suite si vous le désirez. Et merci de laisser une copie de vos messages ici aussi afin qu'on puisse en avoir connaissance.

Amusez vous bien Very Happy [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Au bout du chemin ( en mémoire de Gala et Fred)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et au bout du chemin, on se retrouve à nouveau .... [Lukas & Morgan & Mereddith]
» Le p'tit bonhomme de chemin, d'un futur retraité.
» Ride en la mémoire d' un ami dcd
» Voyage au bout du monde
» Tournoi de Mémoire 44 à Ravenel (Oise)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: En Vrac-
Sauter vers: