Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre IV : Juin 1460 Toulouse : Le réveil du Cast au bois dormant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Chapitre IV : Juin 1460 Toulouse : Le réveil du Cast au bois dormant   Mar 3 Juil - 18:11




Vanyel a écrit:
Elle était à Castelnaudary ce jour, doutait d'y rester bien longtemps, mais il y avait une chose qu'elle avait à faire, qu'elle voulait faire.

Elle s'éclipsa un moment de leur campement, réfléchissant en chemin.
Aux dernières nouvelles, il était toujours à l'infirmerie, dans quel état exactement?...

Machinalement elle jouait les ombres, c'était une habitude en ce moment, et puis c'était plus discret et on vous fichait plus facilement la paix ainsi.
Enfin la paix, c'était une impression extérieure, intérieurement, c'était bataille de neurones dans ce qui lui servait de petite tête.

D'un côté, semi-brun, neurone sérieux confinant au tatillon, de l'autre semi-blond, impulsif et friand de pop-corn qu'il s'ingéniait à balancer à son congénère aussi souvent que possible.
L'objet de leur dispute du jour c'était le protocole héraldique.
Les deux neurones n'avaient qu'un point commun, ils étaient d'accord sur l'innocent désigné volontaire pour la subir comme suzeraine, c'est après que les problèmes commençaient.

Semi-brun arguait du fait que non non et re-non, maintenant ce n'était pas possible, pas de héraut sous la main, soit un zéro pointé pour l'instant.
Semi-blond, impatient caractéristique arguait lui du fait qu'attendre d'en trouver un, c'était presque plus dur que trouver un fontaine de bière, ce qui d'ailleurs était dommage comme il aurait bien aimé voir ce que pouvait donner ce genre de fontaine moussante.

Ping-pong-ping-pong... les 2 neurones tournaient en rond pendant qu'elle arrivait vers les infirmeries. Elle plissa le nez sans s'en rendre compte, fichtre qu'elle détestait ces endroits...

La sécurité n'était pas ici des plus importantes, après tout, qui irait s'en prendre à des blessés? Elle parvint à la tente qu'elle cherchait et ses lèvres se réduirent à une mince ligne en l'apercevant. Elle se glissa à l'intérieur et observa ses traits paisibles dans le sommeil. Son teint était trop pâle, presque marmoréen mais sa poitrine se soulevait régulièrement avec son souffle. Arrivée à ses côtés, elle passa doucement un index sur sa joue... pas de réaction.


Cast... dit-elle doucement. Toujours pas la moindre réaction. Ce qu'elle avait pris pour du sommeil relevait en fait de l'inconscience.

Semi-brun, poussa un "ah" de victoire à l'adresse de semi-blond qui était particulièrement contrarié et décida de virer temporairement l'autre neurone du poste de commande. Puisque rien n'allait comme il voulait, un peu plus ou un peu moins de chamboulement n'y changerait pas grand chose.

Elle se pencha vers lui, lui parlant tout bas.


Tu ne t'en sortiras pas aussi facilement, il va vraiment falloir qu'on parle des bords de mer... enfin je ne parle pas de Narbonne, c'est bien aussi Marseillan non? Surtout les flamands roses, je suis sûre que tu les aimerais. Et puis ça fait des plumes assez classes pour écrire, roses certes mais classes quand même, enfin je trouve. Bref, tu pourras découvrir tout ça par toi-même, dès que tu te seras assez reposé, mais pas 100 ans quand même... Bon et puis il restera aussi les détails administratifs dont il faudra s'occuper quelque quand. Le principal sera quand même que tu me répondes, parce que pour ce genre de contrat, je ne peux pas être toute seule mais ma part t'es acquise.


Elle se pencha un peu plus, lui murmurant à l'oreille.

Je te promets protection, justice et subsistance en t'accordant la seigneurie de Marseillan. En attendant de pouvoir prendre acte avec plume, sceau, cire & héraut, il faudra te contenter des mes mots et d'un informel baiser de paix.

Chose dite, chose faite, elle déposa sur ses lèvres un léger&chaste baiser de paix.
Chose promise, chose due, s'il l'acceptait, il serait son vassal, ce n'était qu'histoire de temps.

Dans un coin de sa tête, semi-brun était atterré, son compère avait tout fait n'importe comment dans n'importe quel sens, ça allait encore être à lui de retricoter le tout dans le bon ordre, enfin comme d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre IV : Juin 1460 Toulouse : Le réveil du Cast au bois dormant   Mar 3 Juil - 18:12



Castelreng a écrit:
Depuis cette nuit tragique où hommes avaient été menés à l’abattoir comme bétail inutile, Cordas n’avait ré-ouvert les yeux qu’un court instant une fois allongé sur une couche inconfortable de la tente infirmière. De ses multiples blessures, dont la plus grave était au dos, il n’en ressentait la douleur. L’avantage de flotter dans un état comateux dirons-nous. Les jours, comme les nuits, avaient dont passé sans qu’il ne s’en rende compte.

En résumé nous avons les ingrédients suivant :

Un pays lointain.
Un bois comme dit dans le titre ? Hum… on va tenter de trouver ça.
Des dragons ? Nan y’en a pas et là on peut pas en trouver !
Une belle dame qui dort pas, un beau mec qui lui pionce. Là ça cloche c’est pas comme ça dans la VRAIE histoire ! Bah… faudra faire avec hein !!

Mais trêve de carabistouille ! Il est temps de revenir à nos moutons !
Quoi y’a des moutons aussi ??
Mais non imbécile ! Écoute plutôt !

Il était une fois dans un pays lointain, très lointain, à Castelnaudary en fait, un brun barbu et balafré qui dormait sous une tente aux abords d’un bois.

Je vous l’avais dit qu’il y aurait un bois !!

Il dormait depuis longtemps, pas 100 ans quand même, n’exagérons rien, mais depuis quelques jours. Il avait été blessé, non pas en touchant la pointe d’un rouet ni en combattant un dragon puisqu’il n’y en a pas dans cette histoire, mais pour s’être approché de trop près de deux armées félonnes. On l’avait soigné, recousu de partout mais rien n’avait pu le sortir de ce sommeil profond dans lequel il semblait se complaire. Installé sur le coté parce que sur le dos c’est pas possible et sur le ventre ça irait pas non plus, le Ténébreux ressemblait plus à un fantôme tant il était pâle qu’à un homme ayant le teint buriné par force de grand air. Les joues creuses par manque de nourriture consistante et par la faiblesse due à ses blessures, il n’avait vraiment pas fière allure. Mais peu lui importait, il était à cet instant à flotter dans un rêve étrange.

Il était allongé tel un romain lors de leurs fameuses orgies, se prélassant comme un pacha sous le soleil brulant d’un quelconque dessert à écouter les vagues venir mourir sur une belle plage de sable blond tout en regardant danser des belles toutes revêtues de plumes roses.
Des plumes roses ?? !!
Oui ! Des plumes ! Et roses qui plus est !

Donc de Belles brunettes toutes roses étaient à se trémousser, laissant échapper au gré d’un vent fort doux un agréable, très très agréable, relent de biscuit. Biscuit à la cannelle s’il vous plait ! Car il est connu que Castelreng a un grand faible pour la cannelle et encore plus quand il est glissé dans une pâte à biscuit. L’eau à la bouche il avait là. Il en bavait presque ! A moins que ce ne soit le fait de dormir qui fit qu’il soit à baver… Allez savoir ….

Ne manquait que la musique pour faire de ce rêve Le Rêve par excellence. Mais de musique il n’y avait - On ne peut pas tout avoir non plus, faut pas exagérer quand même !
Cette douce odeur de cannelle lui faisait frémir les narines et grogner l’estomac - Signe incontestable que son sommeil devenait de plus en plus léger – Une douce voix lui titillait les oreilles mais les paroles s’embrouillaient dans son esprit nébuleux.

Bord de mer ; Il y était là !
Marseillan ; Ha non il ne parlait et ne comprenait ce langage…
Flamands roses ; Non non… nul flamands, que des belles toutes parées de plumes roses… Regarde de plus près mon gars !! Pas si belles que ça et nullement brunes… de longs cous, de longs becs… des volatiles ? !! Quoi il avait tant de missives que ça en souffrance ? !!! De l’encre vite !! Il faut répondre ! Non plus tard, faut se reposer avant… encore un peu… Se laisser bercer par cette douce voix au parfum de cannelle.
Douce voix qui parlait de…. De contrat ?

Ses yeux s’agitèrent sous ses paupières clauses en entendant « je ne peux pas être toute seule mais ma part t'es acquise. » Qu’est-ce que cela voulait-il vouloir dire ? Noooooooooon il n’avait pas repris femme ? !! Non impossible ! Il n’aurait pas commis une fois de plus cette erreur.
Impossible d’arriver à rassembler ses idées, la panique de se savoir affublé d’une nouvelle épouse ajouté au fait qu’il mourrait de faim, il ne parvenait pas à réfléchir posément. De plus, flottaient toujours autour de lui les images d’une plage et de drôles de choses roses dont il était dans l’incapacité de reconnaitre femmes ou volailles.

Une phrase murmurée par cette voix envoutante dont il ne comprit la signification, la sensation d’un léger et trop chaste baiser sur ses lèvres le fit grogner de frustration et eut pour mérite de lui faire ouvrir les yeux.

Vany ? ????

Ne trouva t-il qu’à dire sur le coup avant d’ajouter un lamentable

J’ai cru voir des flamands roses….
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre IV : Juin 1460 Toulouse : Le réveil du Cast au bois dormant   Mar 3 Juil - 18:14



Vanyel a écrit:


Elle sursauta quand il se réveilla. Semi-blond était aux anges, semi-brun... bref.
Elle lui ébouriffa doucement les cheveux.


Des flamands roses dis-tu? hum, mais non il n'y en a pas encore ici, mais tu en verras, enfin euh, c'est à dire que euh, si tu le veux bien, mais bon me semblait que tu n'avais rien contre les bords de mer, et pis ce n'est pas si loin de Narbonne que ça non plus.

C'était assez confus & embrouillé, rien d'étonnant à ce qu'il ne sembla pas tout saisir, et puis il venait juste d'ouvrir les yeux aussi, d'ailleurs...

Comment te sens-tu? le fait mis à part que tu sembles affamé, du moins si je n’interprète pas n'importe comment les gargouillis qui sont venus de ton estomac. Je ne pensais pas te réveiller tu semblais dormir assez profondément.

Elle fouilla un instant dans sa besace, assez réduite au demeurant, mais finit par y trouver ce qu'elle cherchait: un ballotin survivant par on ne sait trop quel miracle. Elle le posa à côté de lui.

Bon je doute que ça te suffise, mais tu auras au moins un dessert...

Il était encore à se demander pourquoi il avait vu des flamands roses, se demandant aussi où il était, pourquoi il crevait de faim et pourquoi son dos le tiraillait comme pas possible. Les idées totalement confuses il peinait à comprendre ce que racontait là Vany avec ses bords de mer et les flamands roses. Se pouvait-il qu'elle parvienne à lire dans ses rêves simplement en le regardant dormir?

Vany... Je comprends pas trop là mais j'ai en effet une faim de loup ! j'ai l'impression de n'avoir rien avalé depuis des jours.... en plus j'ai mal partout... Pour les bords de mer hum... oui j'aime tu sais bien quant aux flamands là j'ai l'impression d'en avoir un peu trop vu...

Il prit avec un plaisir qu'on devine et qu'il est inutile de détailler, le ballotin de biscuits qu'il s'empressa d'ouvrir pour en engloutir trois d'un coup.
Hum... cha fait du bien par où cha pache.... T'aurais pas à boire dans ton sac à malice ? dit-il la bouche pleine, on le comprendra fort bien !

Elle rit doucement, rassurée de voir qu'il n'avait pas changé malgré ses mésaventures.

Hum, tu me connais, les douceurs en général j'ai mais à boire ce n'est pas vraiment ma spécialité. Elle regarda à droite à gauche et repéra un tabouret avec un pichet et un verre à côté, probablement laissé là par quelque aide médicale. Évidemment c'était dans son dos aussi fit-elle le tour de ce qui était son lit d'infirmerie pour attraper ce qu'il fallait.

Ce n'est pas de la bière, mais dans ton état je ne suis pas certaine que ce soit non plus recommandé, il faudra te contenter d'eau fit-elle en lui tendant le verre qu'elle avait rempli.

Bon sinon, je n'ai pas tout compris, où est-ce que tu as vu des flamands ici, ils sont à Marseillan, pas ici, du moins ce n'était pas comme ça avant quand j'habitais dans le coin.

Alors qu'il continuait à s’empiffrer de biscuits, il laissa Vany lui trouver de quoi se désaltérer. Il avait la bouche si sèche qu'il avait l'impression qu'on lui avait fait avaler des cendres à n'en plus pouvoir. Quand elle revint à ses cotés avec un simple godet d'eau, il ne put retenir une grimace de déception ainsi qu'un... Tu veux me faire rouiller de l'eau.... arffff....

Mais à défaut d'autre chose, force lui fut qu'il dut avaler ce breuvage insipide et pire !! qu'il trouva ça vraiment rafraichissant ! En deux temps trois mouvements, le ballotin fut vide et l'estomac de crevard toujours grognant. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il prit donc sur lui et chassa pour le moment sa faim pour se concentrer sur ce que lui racontait Vany.

Et bien... j'ai du les rêver ces bestioles là et crois moi y'en avait pas qu'un peu ! ils s'agitaient devant moi comme s'ils dansaient.... Il s'abstint cependant de lui avouer qu'il avait au départ cru que c'était là de belle femmes se trémoussant devant lui. Marseillan c'est où ? pas en languedoc je présume ? Explique moi en détail là, je peine à comprendre mais j'ai l'esprit un peu plus alerte à présent. Voulant être le plus attentif possible, il eut le malheur de vouloir s'assoir et se faisant poussa un terrible juron à en faire rougir jouvencelle en se laissant finalement retomber dans la position initiale.

Le juron proféré passa par une oreille pour sortir de l'autre, restait sa grimace de douleur qui lui fit se mordre les lèvres d'impuissance. Elle prit le tabouret qui avait servi de table à la cruche d'eau et vint s'asseoir vers lui.

Fais attention à toi Cast, je ne suis pas médicastre mais je suis quelque part à peu près sûre que leur sempiternels "restez tranquille & reposez-vous" s'applique encore... Et puis je ne veux pas te faire rouiller m'enfin. Tu aimes les bords de mer - donc un endroit avec beaucoup d'eau - mais quand il s'agit d'un verre... enfin.

Elle fut un instant pensive, il avait bien dit qu'il en avait rêvé, était-ce parce qu'elle lui en avait parlé? Enfin il était réveillé maintenant.

Alors, par où recommencer... Marseillan, si si c'est en Languedoc, c'est une seigneurie d'Agde, et il y a des flamands. Je pense que ça te plaira, enfin le truc c'est que tu devras me supporter en contrepartie.

Semi-brun avait repris les commandes et essayait de remettre les choses dans l'ordre, tant bien que mal. Vanyel suivait ce train de pensées.

Enfin ça c'est dit, mais reste quand même quelques "détails" à régler, du genre où trouver un héraut, et puis il faut quand même aussi que tu dises oui.

Un sourire rêveur aux lèvres, il regarda sa dame Biscuit ne parvenant sur le coup à acquiescer de la tête, se disant que la supporter avait toujours été jusque là une chose fort simple et agréable qui plus est. Bien sur, ils avaient été un certain temps sans se voir mais les caractères ne changent pas au gré du vent. La mer, le sable blond, les flamand roses, même eux semblaient d'un coup ressembler à un paradis. Te supporter ça m'a jamais semblé chose impossible ça tu sais mais toi Vany supporterais tu une tête de mule comme moi ? Être ton vassal me plairait plus que je ne saurais le dire et je regrette de ne pas avoir accepté de l'être à l'époque où tu me l'avais déjà proposé... je ne sais si tu t'en souviens ... CE sera donc avec joie et enthousiasme que je me mettrais sous tes ordres Vany.

Elle prit un air faussement innocent.
Sous mes ordres dis-tu?... fais attention à ce que tu dis, que se passerait-il s'il me prenait l'envie d'interdire les gourmandises?

Mauvais exemple choisi à dessein, autant dire que ce serait la fin du monde si une telle idée lui passait par la tête.

Je ne te demande pas d'être sous mes ordres, juste de rester mon ami .. et puis de t'occuper des flamands, il faut quand même bien un petit truc en plus puisque tu t'es vraiment archi beaucoup défendu avant d'enfin dire oui pour être mon vassal.

Ah et sinon tête de mule... il faudra que tu me donnes ce genre de cours, si tu veux je pourrais essayer de te donner quelques notions de diplomatie, qu'en penserais-tu?


Elle passa une main sur son front, remettant une mèche de cheveux en place.

Enfin on pourra en reparler tranquillement lorsque tu seras de nouveau sur pied, et que tu auras mangé correctement. Ca ne sert à rien de faire des projets si tu meurs de faim d'ici là!

La grimace qu'il fit quand elle le menaça de le priver de sucrerie fut à elle seule l'ampleur de la catastrophe qu'il pouvait imaginer là. Non..... impossible ça.... Il lui sourit de nouveau ensuite en ajoutant avec le plus grand sérieux. Comment ne pas faire durer cette amitié qui nous lie depuis si longtemps Vany... puis s'esclaffa en l'imaginant lui donner des cours de diplomaties. Là il lui faudrait plus que de la patience ! la diplomatie et lui c'était comme....comme... préférer le godet d'eau alors qu'un d'une excellente eau de vie est là à attendre d'être déguster.
Ce sera plus simple de te donner des cours de bourrique que de faire de moi un pseudo diplomate Vany ! mais tu peux t'essayer si le cœur t'en dis et si vraiment tu as du temps à perdre ! Mais revenons à ces fameux flamands roses... Dis moi ? faut-il en attraper un certain nombres pour en avoir les plumes ? Veux tu avoir des matelas et coussins garnis de leurs plumages ? parce que... Grillés ça doit pas être trop mauvais ces bêtes là ? !

Son estomac qui ne cessait de grogner n'était pas passé inaperçu. Il afficha un sourire quelque peu gêné d'être aussi bruyant de l'intérieur, regarda autour de lui, afin d'aviser le premier clampin qu'il verrait, en vain, ils semblaient seuls dans cette maudite tente et soupira en s'imaginant qu'il n'était pas encore près de s'emplir la panse. Tu as raison oui, on pourra causer de tout ça quand j'aurais enfin l'estomac lesté. Mais là je crains de ne devoir attendre encore longtemps.... Dis m'ont laissé seul ici ? je sais même pas où je suis, comment j'y suis arrivé et quand ? Ma tente doit quand même pas être loin de là ? Faut absolument que je me lève là. Tu pourrais m'y aider tu crois ?

Elle fit une petite moue.

Tu commences déjà pour les leçons de tête de mulage? Tu veux sortir dans ton état? Elle soupira. Enfin je suppose que cette fois au moins je peux te surveiller.. euh t'aider, enfin les deux en même temps! Et puis on va essayer de trouver de quoi te nourrir, sinon on ne s'entendra plus parler entre nous.

Elle l'aida à se lever avec précaution et ils sortirent bras dessus/bras dessous de la tente, enfin en quelque sorte.

[hrp: post fait à 4 mains avec ljd Castelreng&Vanyel]
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Re: Chapitre IV : Juin 1460 Toulouse : Le réveil du Cast au bois dormant   Mar 3 Juil - 18:15



Castelreng a écrit:


C’est à pas très très lents qu’ils sortirent donc de la tente. L’air doux de cette mi-journée revigora quelque peu le bonhomme qui, appuyé lourdement sur l’épaule de la « crevette » serrait les dents par moment. Le camp traversé leurs pas les menèrent dans une petite auberge proprette où une alléchante odeur de viandes rôties mit l’eau à la bouche de notre affamé.

Le tenancier voyant arriver ces deux nobles se frottait déjà les mains à l’idée des piécettes qu’il allait se faire. Pour sûr que sa recette serait largement faite là ! A grande force de courbettes il les invita donc à s’installer à ce qu’il prétendait être sa meilleure table, annonçant non sans fierté qu’il avait en sa cave un excellent vin de pays et que sa cuisinière, qui n’était autre que son épouse, était la meilleure de la ville. Qu’ils ne seraient pas déçus d’avoir fait honneur à son auberge et blabla et blabla.

Castelreng s’empressa donc de passer commande et commença comme suit :


Une bouteille de ce fameux vin de pays une tourte à la viande, un pâté, du chapon, une pleine assiette de vos légumes, quelques poignée de fruits secs, du fromage et deux belles parts de chacune de vos tartes et le tout en double bien évidement et deux chopes de bière en attendant ce frugal repas !

Ne se préoccupant plus de l’aubergiste il se tourna vers Vany et d’un air faussement contrit lui dit

Mieux vaut éviter l’eau en ces lieux tu sais… on ne sait jamais trop où ils s’en vont la puiser…

Il ne fit pas allusion au repas commandé le trouvant tout ce qu’il y a de plus normal.

Vanyel écoutait la liste de Cast... elle se demanda depuis combien de temps il n'avait pas mangé, une demi éternité au moins à l'entendre. Elle tiqua en l'entendant commander "le tout en double" mais n'eut pas le temps de retenir l'aubergiste qui déjà repartait tout content de cette commande.
Elle lança un regard ennuyé à Cast, la bière c'était la cerise sur le gâteau... elle n'aimait pas ça pour deux sous.


je sais pour l'eau Cast, mais les tisanes c'est bien, et si c'est de l'eau, c'est de l'eau chaude, ça dit faire une différence quelque part. Enfin... j'espère que tu es en appétit, surtout que tu auras double ration, pour rattraper ta période de jeûne involontaire.

Il leva un sourcil, étonné de l'entendre dire qu'il allait avoir double ration ne réalisant pas qu'il avait commandé pour elle autant que pour lui, que Crevette comme elle est elle devait se contenter de bien peu. Lui, étant habituer à manger comme 4 trouvait donc se repas des plus banals. Quand à la tisane.... il n'y avait franchement pas pensé du tout, voyant ce breuvage comme médecine pour soigner toutes sortes de maux.

Double ration Vany que non pas ! tu vas m'accompagner dans ce petit repas ! Et ma foi si tu as un faible pour les tisanes..... soit....

Levant le bras il héla donc le tavernier pour lui réclamer un pot de tisane à la menthe. Forcement à la menthe, c'était pour lui la seule " herbe" qui puisse être buvable....

Elle le regarda un instant sans trop comprendre sa notion de "petit repas"
.

Euh, merci pour la menthe Cast, mais là pour le repas c'est tout sauf petit... certes je n ai rien contre les desserts, mais tu le sais déjà. Et puis c'est toi qui as besoin de reprendre des forces, donc je t'en prie, mange à ta faim de loup.

Les bières arrivèrent en premier, elle se contenta de les regarder jusqu'à ce que sa menthe arrive, ça elle comprenait mieux.

Mais Vany ce n'est pas là un repas extraordinaire tout de même ! Enfin j'espère que tu me feras le plaisir de grignoter ça et là parmi ces quelques plats que je n’eus pas l'impression de manger seul...

Les bières arrivant, il s'empressa d'en prendre une chope qu'il vida de moitié d'un trait. C'était tout de même meilleur que le godet d'eau qu'il avait eut un peu plutôt, et afficha un sourire de satisfaction en reposant l'étain sur la table.

Crénom de nom que ça fait du bien de boire une vraie boisson !! J'ai l'impression de ne rien avoir savouré de meilleur depuis des lustres. Combien de temps suis-je donc rester dans cette tente tu sais ?

Les plats commencèrent a arriver et sans attendre notre affamé se fit un plaisir de les attaquer. La tourte engloutie il s'en prit au pâté qu'il étalait avec soin sur de belle tranches de pain avant de les faire disparaitre avec un plaisir non dissimulé.

Tu devrais gouter ce pâte Vany, il est délicieux vraiment délicieux !!

Vanyel souriait doucement en soufflant sur sa menthe qu'elle sirotait tranquillement tout en regardant Cast faire une démonstration impressionnante d'engloutissage.

Tu crois que c'est du paté d'ours? Enfin oui oui, je vais goûter.

Joignant les gestes à la parole, elle se fit une petite tartine. Certes elle avait l'air de juste picorer à côté de lui, mais après tout qu'importe.

Tu as raison, c'est excellent fit-elle tout en grignotant, elle se demanda s'il serait possible d avoir un pot de miel, c'était bon aussi les tartines de miel, un peu collant certes mais c'était un détail qui ne l'intéressait pas vraiment. Enfin il y aurait bien assez à manger, elle était curieuse de voir les tartes, on ne refait pas une crevette. Elle se ressombrit un peu en repensant à sa questions.

Je ne sais pas depuis quand tu es sous cette tente, mais plusieurs jours au moins, peut-être une petite semaine... je suis navrée je n'ai pas pu venir avant...

Il balaya de la main le fait qu'elle n'est pu venir plutôt, sachant que trop bien qu'elle n'avait pu de toute façon faire autrement et dit d'un ton qu'il voulait enjoué alors qu'il était en fait surprit d'apprendre qu'il s'était écoulé au minimum une semaine depuis cette tragique nuit.

Pas étonnant alors que je meurs littéralement de faim !! Me demande s'ils m'ont nourri ces imbéciles vu le peu de force que j'ai...

Le pâté disparu, le chapon et les légumes suivirent le même chemin et d'aucun aurait pu se demander quand il allait être rassasié. Entre deux plats il avalait un godet de vin pour faire glisser tout ça, grignota quelques amandes et autre fruits secs en attendant qu'arrive le meilleur : les tartes !!

A ce rythme, j'espère que tu retrouveras vite tes forces. En tout cas ton appétit lui est bel et bien là, ca ne peut pas être une mauvaise chose... enfin j'espère que tu n'auras quand même pas une indigestion.

Elle finissait sa menthe quand le dessert arriva.. ahhh pour ca elle était plus que partante et sa main partit naturellement dans leur direction. Objet de sa convoitise attrapé, elle ne se fit pas prier pour les déguster.
Elle souriait distraitement, regardant par la fenêtre. Étrange cette impression de presque normalité quand le monde alentours lui semblait tourner carré.


Indigestion pour ce simple repas ? M'enfin Vany ce n'est qu'un petit repas !! Haaaaaaaaaaaaa ! enfin les tartes !!

Il sourit largement en voyant la crevette se jeter sur ces appétissantes pâtisseries et fit pareil avec même entrain. Pas à dire, si ces douceurs étaient excellentes, elle ne valaient tout de même pas celle que sa chère et tendre sœur Nane se plaisait à lui faire. Mais il ne s'en régala pas moins pour autant et après une dernière part de poire et crème d'amande, il fut enfin repus.

Grand dieu que ça fait du bien !! Ne trouva t-il qu'à dire sur le coup.
Puis la regardant, il se plut à la taquiner Dis moi Vany tu es pire qu'un enfant je vois, tu préfères de loin les desserts aux plats de résistances

Vanyel le regarda avec un air incrédule.

Moi, pire qu'une enfant?! M'enfin Cast... à ce compte là si tu ne tiens compte que de mes repas, je suis juste toujours restée une enfant...
Je ne suis peut-être pas très grande mais il y a quand même eu un moment dans ma vie où j'étais plus petite! .... et puis la soupe j'ai essayé avant, mais c'est juste une légende que ça fait grandir, donc autant rester sur ce que je préfère.


Les yeux pétillants d'amusement, il éclata de rire à ses mots. Une fois que plus rien à manger ne resta sur la table, que l'aubergiste vint débarrasser et réclamer son du, il posa les deux mains sur le bord de chêne et se leva avec le plus de précaution possible. - Non parce qu'il avait avalé comme un goinfre mais parce qu'il a toujours bobo dos hein !! faut suivre un peu quand même - Espérant faire le retour sans avoir à prendre appui sur sa frêle amie, il tenta donc de faire quelques pa sans son soutient et parvint tant bien que mal à gagner la porte où il dut s'arrêter..

Tudieu ! je n'y parviendrai hélas pas sans ton épaule Désolé Vany.... Mais pas question de retourner dans cette maudite tente, la mienne doit être dans les parages et je m'y trouverais mieux.

Elle l'avait regardé sans piper mot, des fois il faut laisser les hommes vouloir faire les hommes, mais il était aussi raisonnable, et tant mieux. Elle se glissa vers lui pour lui offrir son soutien sans commentaire.

Ta tente... mais euh.. de quelle tente parles-tu Cast? Il n'y a plus que les infirmeries et notre campement... Elle se mordit les lèvres, se demandant si... Tu veux dire dans la tente que tu avais dans l'armée toulousaine?

C'est un visage surpris qu'il afficha là se demandant bien dans l'instant ce qu'il avait pu advenir de son petit page qu'il avait laissé en arrière dans la tente qu'il avait fait monter ce fameux soir.

Oui Vany je parle bien de ma tente que j'ai fait monter en arrivant dans l'armée de Néo. Me dis pas qu'elle n'est plus là ? Quoi qu'à la réflexion.... si elle avait été encore là mon diablotin de page serait à cette heure à mes cotés.... Crénom d'un chien où a t-il bien pu passer ce jeune dròle encore ? !


Ils étaient sortis et elle le guidait malgré tout vers la tente où elle l'avait trouvé, ne sachant trop vers quelle autre direction aller, et puis il ne manquerait plus qu'ils fichent le bazar vers les infirmeries pour cause de "patient égaré". Elle se demandait par quoi commencer.

Comment dire Cast... l'armée de Neo a été défaite, je suppose qu'il se trouve dans une tente voisine de la tienne. Je ne sais malheureusement pas où peut se trouver ton page actuellement

les élections sont également finies, et Toulouse reste Toulouse...


C'est les sourcils froncés d’inquiétude pour son jeune Adrien il fut également étonné d'apprendre que les élections étaient terminée et de constater que ce n'était pas un "petit" sommeil qu'il avait fait là mais bien plus. Quand au reste.... il haussa les épaules et ajouta

Toulouse restera toujours Toulouse ma dame Biscuits il ne faut pas se leurrer.... Dès demain je me mettrais en quête de mon page, j'espère seulement que le bougre n'en aura pas profiter pour me faire dieu c'est quelle ânerie encore...

Elle esquissa un sourire à sa dernière phrase.

C'est un page, je suppose que c'est leur prérogative de faire des âneries, Aymeric avait une fois vider un tonneau de Zak parce qu'il sentait "bizare".. je te laisse deviner sa tête quand il a découvert que son ce tonnelet d'alcool était vide.

Il rit à cette anecdote


Le mien n'a pas son pareil pour chaparder, je l'ai trouver quand j'étais en Touraine. Le gamin crevait de faim et trainait de le camp royaliste, je ne lui ai pas laissé le choix que de l’enrôler. C'est un bonhomme courageux mais.....

mais ca reste un gamin, dont tu te soucis

Ils étaient de retour à la case départ, enfin à la tente départ. Son regard se voila un instant et elle retint un soupir.

Cast...

Regardant lui aussi cette triste tente il haussa les épaules, il ne pouvait faire autrement que de rester là pour le moment. La fatigue commençait à le prendre et quand bien même il l'aurait voulu qu'il n'aurait pu aller ailleurs, il en etait plus que conscient


ça ira Vany t'en fais pas... une dernière nuit dans ce..... cette tente et dès demain je file m'installer plus confortablement ailleurs

Elle l'embrassa sur la joue.

Je te le souhaite Cast... de mon côté, il va falloir que je retrouve la mienne de tente, pour l'emmener ailleurs. Elle regardait le bout de ses chausses. Je dois reprendre la route ce soir, j'ai profité de la journée pour passer te voir, mais je dois repartir...

Il lui rendit un doux baiser sur la joue

Fais attention à toi sur les routes alors Vany et comment te remercier d'être venue me voir...

Il fit mine un instant de réfléchir à cette question et la regarda avec un sourire taquin avec quelques bâtons de réglisse peut-être ?

Vanyel lui fit un grand sourire.

Tu sais bien que je ne dirais pas non! Et sinon pour me remercier... si tu connais l'art de la chasse au héraut... tu as une occasion rêvée de l’exercer.

Je n'en hélas pas sur moi là ma dame Biscuit mais promis je t'en ferai parvenir dès que j'en aurais ! Pour la chasse je m'en occupe oui et te tiendrais également au courant

Merci à toi. Elle lui fit un léger sourire, faillit le prendre sans ses bras mais se rappela de justesse que ce n'était pas vraiment une bonne idée avec ses blessures.

Il la laissa donc aller et se recoucha avec précaution. Une fois allongé de nouveau sur le coté, il se demanda où pouvait bien trainer son page et avait presque hâte que cette journée se termine pour pouvoir aller à sa recherche et quitter cet endroit qui commençait à lui sortir par les yeux...



[hrp]fait à 4 mains avec lj Vanyel[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre IV : Juin 1460 Toulouse : Le réveil du Cast au bois dormant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre IV : Juin 1460 Toulouse : Le réveil du Cast au bois dormant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Languedoc (R.F.) (Informations et Traités)...
» Composition du Chapitre
» OPEN CDF-LEGACY de TOULOUSE LE 20 JUIN
» [EDEN] [TOULOUSE] Tournoi à Univers Parallèles le 11 juin 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: livre 1460-
Sauter vers: