Castelreng du Cougain

Moments de vie d'un personnage médiéval fantaisiste

 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Chapitre II Février 1461 : Annonce d'un démissionnaire de plus...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin



MessageSujet: Chapitre II Février 1461 : Annonce d'un démissionnaire de plus...   Sam 6 Avr - 9:49

Castelreng a écrit:
Citation :
De Nous, Castelreng dict du Cougain, Senher de Cordàs et de Marssilhàn

A vous peuple du Languedoc qui liront ou se feront lire.
Nous venons par la présente vous faire part de notre démission au sein du conseil Comtal non par caprice de notre part mais parce qu’il nous est devenu impossible de poursuivre.

Nous nous excusons auprès des soldats qui nous avaient accordé leur confiance, leur souhaitons bien du courage et espérons qu’ils poursuivront dans leur volonté de protéger le Comté.

De même pour les brigadiers que nous avons croisés, formés et avec qui durant 6 mois nous avons travaillé.

Nous regrettons de n’avoir pu être à la hauteur de votre attente.
Nous nous excusons auprès de ceux qui nous avaient fait confiance en nous accordant leur voix lors des élections.

Que le Très Haut garde le Languedoc, qu’Il puisse lui apporter des jours moins sombres.


Rédigé paraphé et scellé ce 12 février 1461 à Montpellier




Meval a écrit:
Mev passait par là, fatiguée, très fatiguée... Lasse même....

La lecture de la démission de Castel ne l'étonna point. Faut dire que plus rien ne l'étonnait ces derniers jours.

Le conseil avait été critiqué par certains dès le départ. Elle, de son côté avait dit "il faut leur laisser le temps de prendre leurs marques, gérer un conseil avec des membres de 4 listes différentes n'est pas aisé".

Aujourd'hui, elle se disait qu'elle aurait mieux fait de se casser une patte le jour où elle avait dit ça. Quoi que non... Cela lui avait permis de vérifier, de voir...

Elle avait abandonné l'idée d'aller fournir des parchemins. Il fallait attendre des heures, que la nuit soit trèèèèèès avancée pour savoir quel fournisseur était choisi. Elle qui se levait à l'aube ne parvenait pas à attendre aussi longtemps. Tant pis, elle ferait une croix là dessus, et reprendrait des offres en mairie, comme elle avait toujours fait.

Les charrettes comtales traînaient à venir... La mécanique qui semblait huilée à la perfection du temps de Ceb paraissait se rouiller. Elle avait donc passé deux jours, ou presque, dans son bureau de maire a essayer de racler les fonds de tiroirs pour payer les miliciens qui défendaient la ville. Elle avait également du faire patienter les meuniers, les boulangers... pour leur acheter leurs fournitures.

Les gens qui voyageaient arrivaient de plus en plus souvent les poches vides, s'étant fait délester en cours de route... Qu'ils viennent de Nimes ou d'Alais, de Montélimar, c'était la même chose. Et la maire leur versait immanquablement de quoi se nourrir, pour la journée, au moins.

Les travaux du port avaient commencés, mais elle était toujours dans l'attente d'un semblant de contrat, négocié plus ou moins avec Debba... Oh ! Elle ne lui jetterait pas la pierre, il n'avait tout simplement pas eu le temps de le rédiger... Mais, la première phase terminée, il était hors de question de poursuivre quoi que ce soit sans un papier en poche pour l'intérêt de la ville...

Bref... Tout foutait l'camp, et elle ne tarderait pas à en faire de même, désabusée par ces derniers jours, elle ne se retrouvait plus dans ce qui se passait, et sa fierté d'être Languedocienne s'effritait jour après jour.


Bah ouais... Tout fout l'camp...

Merer a écrit:
De retour de voyage, le Blond se savait attendu depuis un long moment et il est certain qu’il y a belle lurettes que les montures chevauchées ne galopaient plus. Même si le rythme restait soutenu, puisque rare furent leur halte et grand leur détour, l’ordre avait été simplement couché sur le vélin.

« Lorsque tu franchiras la frontière du Languedoc, tu me préviens s’il te plait. »

Alors sans se faire prier, le nez empoussiéré et le cheveu gras hirsute, le Capitaine tire une plume émoussée du fond de sa maigre besace et se lance dans la rédaction d’une missive à l’intention de Castelreng. Griffonnés au dos même du pli envoyé par le ténébreux, ses mots se couchent péniblement au rythme de la nonchalance de son porteur.



Citation :
Mon bon Seignôôôor !

Voici ce jour de grandes nouvelles.
Vôtre bon Capitaine est de retour de guerre.
L’Anjou a payé son tribu me laissant enfin en repos. Je vais également me dégager de mes devoirs Royaux afin de vous consacrer tout mon temps car il semble, selon vos dires par les missives passées, que votre mandat de Conseiller ne se sera pas déroulé aussi bien que les précédents.
Parce que je n’étais pas là pour vous soutenir dans votre travail, probablement.
Milles excuses.
Je vais donc réparer ces erreurs et être au plus près de vos sollicitations pour Votre bien-être. Nous irons chasser le flamant rose s’il n’est lui-même en transhumance cela vous changera les idées, au mieux, nous irons fêter mon retour en taverne et boirons jusqu’à plus soif en tâtant du mollet rond.
Toutefois, afin que ces travaux herculéens se déroulent au mieux, je vais prendre un peu de repos car mon ossature dorsale souffre le martyr. Cette mule qui à portée ma carcasse durant ce voyage de retour m’aura malmené et il me tarde de remettre en ordre ce corps meurtrie.
Votre sœur aura bien du travail.

Pour l’heure, la lance et moi-même prenons probablement la direction de Narbonne, à moins qu’elle vienne vous trouver à Montpellier.
Encore un peu de patience

Merer


Merer regarde la croupe de la monture le devançant, l’œil hagard, il se penche légèrement sur le flanc droit et saisit le pigeon étriqué dans sa petit boite de bois. Il noue le billet à l’une de ses pattes et le lâche à son vol avant de talonner son cheval et de donner du moue à ses rênes.

Asaliva a écrit:
Citation :
De nous Mestra Asaliva,

A vous Sir Castel,

Aucun de nous,n'avons été là pour vous,moi la première,j'ai démissionné de l'Ost,car je n'ai pas voulu que l'on vous accuse de mes absences au sein de l'armée Languedociennes.

Et j'avoue pour ma part que votre démission m'arrange,je peux repartir sans regret,vous êtes quelqu'un qui avait fait un très bon travail.

Vous n'avez pas a rougir de vous,au contraire.

Euh par contre,vous comprendrez que votre bien-être,étant une Méstra,si je devrais m'en occuper,cela ne sera pas de la même façon que Sir Merer,
Euh,donc nous allons éviter de parler de ce sujet,reposez vous,amusez vous et surtout Haut les cœurs,

Bonne continuation a vous Sir Castel,et aux plaisirs de vous revoir un jour.

Castelreng a écrit:
Lorsque missives il reçut, il se trouvait au campement de l'armée qu'il détenait encore.

Il prit donc plume pour y répondre.



Citation :
De Castelreng Dict du Cougain,
Senher de Cordàs & de Marssilhàn,

A Toi, Merer le vadrouilleur

Ce fut un réel plaisir que de savoir que tu as enfin remis pieds en Languedoc, il me tarde à présent d'enfin t'avoir à mes cotés et ce pour un long moment cette fois.

J'ai en effet projet d'aller chasser le flamant rose quand celui ci bien sur sera revenu en nombre à Massilhàn et je compte bien d'ailleurs regarder ton savoir faire en la matière.

En attendant, reste sur Narbonne à te prélasser auprès de ma sœur car sitôt mon retour tu n'en aurais plus guère le temps ! Et ne va point vider ma cave en attendant mon retour, garde un tonneau ou deux de cotés que l'on puisse arroser ton retour comme il se doit. Tu auras tant à conter qu'il te faudra de quoi renouveler salive !

A te revoir bien vite mon bon Merer !!





Citation :
De Castelreng Dict du Cougain,
Senher de Cordàs & de Marssilhàn,

A vous Mestra Saliva,

Je ne sais que combien la raison de votre démission de l'Ost et ne puis que la comprendre. Encore plus à présent que j'ai moi même fait de même.

Rougir de ce que j'ai fait, ce n'est certainement pas demain la veille Mestra. De reproches je ne me fais aucun si ce n'est d'avoir du laisser les soldats ...

Quand à mon bien-être, sachez qu'il se trouve entre de fort belles mains et ce pour mon plus grand bonheur. Que la Belle qui a ravi mon cœur n'a pas son pareil pour me garder au meilleur de ma forme.

A vous revoir un jour sans doute et bon retour en Languedoc,

Cordiament,





Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre II Février 1461 : Annonce d'un démissionnaire de plus...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» TEMPETE du 27 février 2010.
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castelreng du Cougain :: Bibliothèque :: Livre 1461-
Sauter vers: